Feux de forêt Au Québec et Canada

may49
may49
Modérateur

le 04/08/2018 à 07:07

Feux de forêt en Ontario : une Première Nation prolonge l'ordre d'évacuation

Publié le vendredi 3 août 2018 à 15 h 10 Mis à jour le 3 août 2018 à 18 h 01

La Première Nation de Henvey Inlet dans le Nord-Est de l'Ontario a prolongé son ordre d'évacuation jusqu'au 10 août en raison du feu de forêt Parry Sound 33. Le brasier s'étend à 11 185 hectares, selon le dernier bilan du ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF).

La communauté établie à 16 km du parc provincial de la Rivière-des-Français a décrété l’état d’urgence le 21 juillet, et tous ses 150 membres ont été évacués.

Dans un communiqué, le chef de la Première Nation, Wayne McQuabbie, indique que "le leadership continuera d’évaluer l’ordre d’évacuation de manière hebdomadaire en se basant sur les informations du MRNF".

La santé et la sécurité des membres de la Première Nation sont notre préoccupation principale et nous ne lèverons l’ordre que lorsqu’il sera sécuritaire de le faire.
Wayne McQuabbie, chef de la Première Nation de Henvey Inlet

Il se dit également préoccupé par le sort des communautés voisines et dit espérer que le feu ne traversera pas la rivière Pickerel.

Le MRNF indiquait jeudi que l’incendie était contenu au sud du cours d’eau.

Un ordre d'évacuation est également en vigueur dans certains secteurs de la municipalité de Killarney.

Les résidents du secteur d'Alban dans la municipalité de Rivière des Français sont aussi sur le qui-vive. Ils n'auraient que 24 heures pour partir si jamais un ordre d'évacuation était émis.
À lire aussi :

Imbroglio sur les causes d'un feu de forêt dans le Nord de l'Ontario
Feu de forêt en Ontario : des résidents se préparent au pire
Une excursion dans le Nord pour le long week-end? Voici quelques consignes!
La fumée des feux de forêt chamboule les habitudes des tout-petits

Selon les prévisions météorologiques, des vents en provenance du Sud-Ouest continueront d'attiser vendredi l'incendie Parry Sound 33.

Les vents devraient pousser la fumée vers les régions de Rivière des Français, de Mattawa et de North Bay.

Le ministère a également indiqué que l’incendie se trouvait à 4,5 km de la route 69, qui relie Sudbury à Toronto, et que les efforts de maîtrise de l’incendie par les pompiers allaient bon train.

En raison des feux de forêt, Postes Canada interrompt temporairement la livraison de courrier à Noëlville, Alban et dans la Première Nation de Henvey Inlet. Les gens peuvent récupérer leurs colis au bureau de poste de Saint-Charles - 12 rue King ouest https://t.co/2tEo1izTnL
— Bienvenu Senga (@BienvenuSenga27) 3 août 2018

Jeudi soir, il y avait 47 feux actifs dans le Nord-Est :

21 non maîtrisés
26 contenus, sous contrôle ou en observation

L'incendie le plus important dans la région, North Bay 72 - qui s'étend sur plus de 27 000 hectares - a reçu d'importantes précipitations jeudi, ce qui a permis aux équipes de pompiers de continuer d'établir le paramètre de sécurité, fait savoir le ministère.

Dans le Nord-Ouest de la province, l’indice d’inflammabilité reste élevé dans les districts de Kenora, de Dryden et de Fort Frances, non loin de la frontière manitobaine en raison du temps sec.

Dans le Nord-Ouest, il y avait 92 feux actifs vendredi soir :

12 non maîtrisés
5 contenus
13 sous contrôle
62 en observation

Par ailleurs, le MRNF a annoncé qu'il comptait faire appel à 56 pompiers à la retraite pour prêter main-forte aux pompiers déjà à l’oeuvre, en mettant en place des dispositions spéciales pour que leur embauche n’ait aucun effet sur leur régime de pension.
Ailleurs sur le Web

Carte d'informations sur les feux de forêt

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 07/08/2018 à 06:30

Les feux de forêt sont un résultat direct du changement climatique, selon certains experts

Publié le lundi 6 août 2018 à 23 h 34

127 feux de forêt font rage dans la province de l'Ontario, selon le ministère des Richesses naturelles et des Forêts. Or, des experts affirment que des feux de forêt comme ceux qui brûlent présentement peuvent avoir un impact à long terme sur l'environnement.

Ces mêmes experts dénotent aussi que la température de plus en plus élevée et sèche fait en sorte que ces brasiers sont de plus en plus chose courante.

"Nous assistons à la manifestation tangible du changement climatique", dit Blair Feltmate, le directeur du Centre d’adaptation climatique à l’Université de Waterloo.

La situation est sérieuse, et elle deviendra encore pire avec le temps.
Blair Feltmate, directeur du centre d'adaptation climatique de l'université de Waterloo

Des feux de forêt sévères comme Parry Sound 33, qui brûle depuis le 18 juillet, peuvent potentiellement brûler toute la végétation et ne laisser que des cendres et de la roche, dit un autre expert.

"Selon moi, ce qui est en train d’arriver (avec Parry Sound 33), c’est qu’un feu intense comme celui-ci brûle presque tout signe de vie sur certains secteurs", explique Merritt Turetsky, une professeure des écosystèmes à l'Université de Waterloo.

"Ces feux prennent vie dans des endroits riches en tourbe et autour des arbres… donc plus rien ne tient les arbres en place lorsqu’un grand coup de vent survient", dit-elle. La professeure ajoute que ces souches fragiles constituent un danger subséquent pour les résidents qui reprennent leurs activités sur ces sites dévastés.
À lire aussi :

- Feux de forêt en Ontario : une Première Nation prolonge l'ordre d'évacuation

La manière dont ces feux brûlent le sol a aussi changé dans les dernières années, dit la Dre Turetsky, ajoutant que par le passé, les brasiers laissaient des petites plaques de végétation intactes.

Maintenant, lorsque nous allons constater l’état des dégâts, c’est comme si nous marchions sur la lune, et c’est une tout autre histoire que d’essayer de raviver la végétation par la suite
Merritt Turetsky, professeure et écologiste des écosystèmes à l'Université de Waterloo

Un sol sévèrement brûlé peut aussi entraîner l’érosion du sol, ce qui amène de plus amples problèmes dans le futur selon M. Feltmate.

Ces feux augmentent le nombre de particules dans la fumée, et du coup posent un grand risque pour la santé tout en haussant aussi la quantité de carbone relâchée dans l’atmosphère.
Blair Feltmate, directeur du Centre d’adaptation climatique à l’université de Waterloo

Les brasiers qui ravagent les forêts pourraient aussi avoir un effet sur l’eau potable si ces matériaux se rendent dans les nappes phréatiques, selon un groupe de chercheurs de l’Alberta qui étudie ces problèmes.

Tous les feux de forêt n’ont pas un effet sur l’eau potable, mais il faut garder un oeil sur ce problème potentiel, dit Monica Emelko, qui fait partie de ce groupe de chercheurs albertain, Southern Rockies Watershed Project.

Les feux de forêt perturbent aussi les habitats naturels de multiples espèces animales. Lorsque les flammes consument des arbres jusqu'à leur cime, le couvert forestier se détruit. Le caribou est particulièrement vulnérable dans de telles conditions et cherchera forcément une nouvelle forêt, souligne Domique Gravel de la chaire de recherche en écologie intégrative de l'Université de Sherbrooke.

Même partielle, la destruction d'une forêt par le feu peut bouleverser toute la faune qui s'y trouvait, soutient le chercheur.

Ça morcelle le paysage, ça fait des fragments et des fois ces fragments deviennent de taille trop petite pour qu'il y ait une population qui soit viable et ils vont devoir se déplacer sur des grandes distances ou il va y avoir des échecs de reproduction.
Dominique Gravel, titulaire de la Chaire de recherche en Écologie intégrative à l'Université de Sherbrooke

M. Gravel souligne par ailleurs la résillience de certaines espèces qui réusissent malgré tout à s'adapter à leur habitat après le passage d'un feu.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 07/08/2018 à 06:32

Deux feux de forêt gigantesques continuent de brûler en Ontario

Publié le lundi 6 août 2018 à 21 h 27

42 feux sont encore actifs à travers le Nord-Est de l'Ontario, dont deux d'une superficie imposante. De tous ces brasiers actifs, 19 ne sont toujours pas sous contrôle.

« On s’attend à potentiellement recevoir d’autres vents forts aujourd’hui (lundi), jusqu’à 30 km/h, et des températures de 25 à 29 degrés Celsius. L’humidité, qui est de notre côté, est à la hausse », explique Isabelle Chenard, agente d'information pour les incendies de forêt de la région Nord-Est en Ontario.

De plus, les services d’urgence de l’Ontario ont confirmé que deux nouveaux feux se sont formés dimanche : Bancroft 19 et Sudbury 101. Ce premier couvre un demi hectare et se trouve près de Big Burnt Lake et de la route 46. Quant à lui, Sudbury 101 mesure 0,9 hectare et est situé près de la municipalité de Saint-Charles.

Hier (dimanche), on regardait la situation de très près pour Parry Sound 33 puisqu’il y avait un système météorologique qui a apporté des rafales jusqu’à 50 km/h.
Isabelle Chenard, agente d'information pour les incendies de forêt de la région Nord-Est en Ontario

Beaucoup de brasiers ont été causés par la foudre en juillet. Selon les services d'urgence, d'aviation et de lutte contre les feux de forêt (SUALFF), cette tendance devrait se poursuivre en août également.

"Les garde-feux ont utilisé au-delà de 300 000 pieds de boyaux d'incendie sur le feu Parry Sound 33, pour à la fois calmer l’incendie et protéger des structures à l’aide de systèmes de gicleurs", explique Mme Chenard, qui note que cette distance est équivalente à la hauteur de la Tour CN multipliée par 167.
Deux feux de plus de 25 000 hectares

Le groupe de feux Lady Evelyn, l'incendie Parry Sound 33 et le groupe de feux Pembroke sont traités en priorité. Le feu North Bay 72, de son côté, reste imposant : il mesure 25 286 hectares.

Lady Evelyn, qui brûle à quelques kilomètres au nord de North Bay, est un brasier d’une grandeur d’environ 28 000 hectares qui brûle depuis le 8 juillet 2018. Il reste le plus grand de tous ceux qui font rage en Ontario en ce moment.

Parry Sound 33 pour sa part mesure un peu plus de 11 000 hectares. Les sapeurs-pompiers n'ont toujours pas réussi à le contrôler.

Selon le SUALFF, la fin de semaine chaude et venteuse a contribué à alimenter d’autant plus les flammes de Parry Sound 33.

En outre, un total de 556 pompiers et personnel de soutien venus d’autres provinces canadiennes, des États-Unis et du Mexique sont présentement en Ontario.

Probablement que nous allons continuer à voir des ressources arriver en Ontario, les équipes venues de l’extérieur restent à coup de 19 jours à la fois, et il y a une rotation des équipes de feu.
Isabelle Chenard, agente d'information pour les incendies de forêt de la région Nord-Est en Ontario

source
may49
may49
Modérateur

le 08/08/2018 à 08:53

Bâtiments détruits à Telegraph Creek : les feux de forêt prennent de l’ampleur en C.-B.

Publié le mardi 7 août 2018 à 16 h 16

Des centaines de personnes ont dû être évacuées et environ une trentaine de bâtiments auraient été détruits par les flammes dans le secteur de Telegraph Creek, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique. Des ordres et des alertes d'évacuations sont en vigueur à travers toute la province.

Le service de lutte aux incendies de forêt de la Colombie-Britannique considère que 24 feux d’importance brûlent actuellement dans la province.

Le feu du lac Alkali, situé à environ cinq kilomètres de la communauté de Telegraph Creek, est le plus préoccupant, a indiqué Kyla Fraser, une porte-parole du service. Sa superficie est estimée à 78 kilomètres carrés.

Le service de lutte aux incendies de la province a confirmé que plusieurs bâtiments ont été détruits par les flammes près de Telegraph Creek mardi matin, sans préciser le nombre exact ou le type de construction.

D’après le chef de la nation Tahltan, Rick McLean, 27 bâtiments ont été affectés. Des membres de la communauté soutiennent que des maisons font partie des édifices détruits.
La qualité de l’air affectée

La fumée provenant des feux de forêt affecte la qualité de l’air dans certaines régions de la Colombie-Britannique. Les risques pour la santé sont actuellement élevés dans les secteurs de Kamloops, de Prince George et de Quesnel, selon Environnement Canada.

Environnement Canada recommande aux populations touchées, particulièrement aux enfants et aux personnes âgées, d’éviter les activités exténuantes en plein air.
Des pompiers d’ailleurs en appui

Des pompiers de plusieurs pays, dont le Mexique et la Nouvelle-Zélande sont arrivés en Colombie-Britannique cette semaine pour se joindre aux efforts de lutte contre les incendies de forêt.

La Société de protection des forêts contre le feu, au Québec, a également annoncé mardi que 42 pompiers seront envoyés à Prince George pour prêter main-forte à leurs confrères de la Colombie-Britannique. Des avions-citernes ont aussi été envoyés la semaine dernière.
Ordre d’évacuation dans la région de Nanaimo

Le district régional de Nanaimo, qui compte la communauté de Nanaimo Lakes, a déclaré l'état d'urgence local, lundi soir, en raison d'un feu grandissant qui s'étend sur plus de 10 kilomètres carrés.
Vue panoramique de la région. On y voit beaucoup de fumée.
Lundi, le feu de forêt des lacs Nanaimo était estimé à 50 hectares mais il a plus que doublé pendant la soirée. Photo : Radio-Canada

Les propriétés situées à l’ouest du feu ont dû être immédiatement évacuées.

À l’est de l’incendie, les résidents d'environ 80 autres habitations sous alerte d'évacuation pourraient recevoir l'ordre de partir à tout moment.

Selon le Service de lutte contre les feux de la province, les équipes sont restées sur place pendant la nuit pour assurer la sécurité du public.

Nanaimo Lakes est située à environ 30 kilomètres au sud-ouest de la ville de Nanaimo.
À lire aussi :

Le feu de forêt Mont Eneas au sud de Peachland a doublé de taille
Deux nouveaux incendies se déclarent dans l’Okanagan

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 10/08/2018 à 07:07

Feu de forêt à West Vancouver

Publié le jeudi 9 août 2018 à 16 h 30

Le feu s'étend sur 1 hectare. Photo : Radio-Canada/Gian-Paolo Mendoza
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Les équipes de pompiers de West Vancouver se préparent à attaquer un feu de forêt qui brûle près de la route Sea To Sky, dans la montagne au-dessus de Horseshoe Bay.

Les autorités prévoient de faire voler un hélicoptère, en début de matinée jeudi, pour laisser tomber de l'eau sur les flammes.

Les flammes de l’incendie étaient visibles mercredi soir, projetant une lueur orange sur la baie.

À cause de son emplacement difficile d'accès du feu, le Service de lutte contre les feux de forêt de West Vancouver a estimé qu’il était préférable d'attendre le lever du jour pour combattre l'incendie.

ne équipe a remonté une voie de desserte près du sentier Baden Powell, mercredi soir, espérant faire monter un camion-citerne près du feu, mais ils ont dû s'arrêter parce que la route est trop abrupte.
À lire aussi :

Bâtiments détruits à Telegraph Creek : les feux de forêt prennent de l’ampleur en C.-B.
Près de 60 nouveaux feux de forêt se sont déclarés mercredi en Colombie-Britannique

Les équipes de forestiers de la région métropolitaine de Vancouver sont restées sur place tout au long de la nuit pour surveiller la taille de l’incendie.

Les causes du feu ne sont pas encore déterminées.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 10/08/2018 à 07:09

Un travailleur meurt en aidant les équipes de lutte contre les feux de forêt sur l'île de Vancouver

Publié le jeudi 9 août 2018 à 17 h 38

Un employé d'une société d'exploitation forestière est mort alors qu'il aidait des équipes d'incendie près d'un feu de forêt, à Nanaimo, sur l'île de Vancouver.

WorkSafeBC affirme que le travailleur de TimberWest a été trouvé mort dans un véhicule au sud de Nanaimo, vers 22 heures, lundi, alors qu’il effectuait une livraison pour les pompiers.
À lire aussi :

Bâtiments détruits à Telegraph Creek : les feux de forêt prennent de l’ampleur en C.-B
Feux de forêt : des pompiers mexicains et néo-zélandais viennent appuyer la C.-B.

Knight Chernecki, un enquêteur de WorkSafeBC envoyé sur les lieux dans la région de Nanaimo Lakes a déclaré que la mort n'était pas liée à un accident, mais qu'il ne pouvait donner plus de détails sur les causes ni sur l’identité de la personne.

Selon le Service de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique, il y a eu un « incident d'ordre médical » lundi soir.

source
may49
may49
Modérateur

le 10/08/2018 à 07:23

L’incendie Parry Sound 33 enfin contenu

Publié le jeudi 9 août 2018 à 19 h 54 Mis à jour le 9 août 2018 à 20 h 03

L'incendie d'environ 113 km² est maintenant contenu, après trois semaines de travail. Sa dimension n'a pas changé depuis les derniers jours, mais son niveau de risque moins élevé le fait passer de la catégorie « non maîtrisé » à « contenu », selon le ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

"C’est une très bonne nouvelle", a dit le ministre Jeff Yurek, dans un communiqué.

Il ajoute que le travail n’est pas terminé pour autant, alors que plus de 120 incendies de forêt sont toujours en activité en Ontario.

M. Yurek a rappelé que son gouvernement avait annoncé 100 millions de dollars supplémentaires dans la lutte contre ces feux.

Mercredi, même si les alertes d’évacuation étaient maintenues dans plusieurs secteurs, dont Rivière des Français, les résidents de la Première Nation Henvey Inlet sont retournés chez eux.

Des avis d’évacuation et des restrictions en matière de déplacement restent quand même en vigueur pour plusieurs secteurs dans les districts de Parry Sound et de Sudbury, de même que pour certaines parties des districts de Pembroke, North Bay, Kirkland Lake et Kenora.

L’interdiction de faire des feux de cuisson est aussi en vigueur dans plusieurs districts et municipalités en Ontario.

source
may49
may49
Modérateur

le 11/08/2018 à 06:18

La lutte contre l’incendie de Nanaimo Lakes pourrait durer des semaines

Publié le vendredi 10 août 2018 à 16 h 46

Le Service de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique s'attend à devoir combattre le feu de forêt qui fait rage à l'ouest de Nanaimo pendant encore plusieurs semaines.

L’incendie, qui s’est déclenché dimanche, couvre désormais 179 hectares. Il n’est toujours pas maîtrisé par les pompiers, mais est circonscrit à 25 %.

Soixante-dix-sept maisons sont touchées par une alerte d’évacuation; leurs occupants doivent être prêts à partir à tout moment.
À lire aussi :

Un travailleur meurt en aidant les équipes de lutte contre les feux de forêt sur l'île de Vancouver
Feux de forêt : des pompiers mexicains et néo-zélandais viennent appuyer la C.-B.

Le feu du lac Alcali continue de brûler

Par ailleurs, le feu du lac Alcali, dans le nord-ouest de la province, est toujours actif. Sa fusion, jeudi, avec celui de la rivière Stikine Sud a augmenté sa superficie à environ 300 kilomètres carrés.

Le village de Telegraph Creek, situé à proximité, a été détruit à 40 %, et plus de 250 personnes demeurent évacuées. La plupart ont trouvé refuge à Dease Lake, à une centaine de kilomètres de là.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 11/08/2018 à 06:34

Parry Sound 33 : la plupart des ordres d’évacuation levés

Publié le vendredi 10 août 2018 à 21 h 16

La plupart des résidents évacués fin juillet dans la région de Killarney en raison du feu Parry Sound 33 peuvent regagner leur domicile. Le brasier, qui était classé « non maîtrisé » a été rétrogradé jeudi à « contenu » par le ministère des Richesses naturelles et des Forêts.

La levée de l’alerte d’évacuation concerne les résidents qui vivent dans le secteur de la route Harley Bay, à l’ouest de la route 69, qui relie Toronto au Grand Sudbury.

Certaines restrictions de déplacement demeurent toutefois en vigueur dans la région de Killarney. Les bateaux ne sont pas autorisés à naviguer sur les rivières Pickerel et Key entre 8 h et 20 h.

Selon Jim Rook, le porte-parole de la municipalité de Killarney, seule une petite partie de la rivière Pickerel est toujours interdite à la navigation.
Fin de l'alerte à Alban

L'alerte d'évacuation a également été levée vendredi matin à Alban, dans la municipalité de la Rivière des Français. Plusieurs résidents avaient choisi d'évacuer volontairement ce secteur, l'air de cette petite communauté de 1000 habitants étant devenu irrespirable.
À lire aussi :

Feu de forêt en Ontario : des résidents se préparent au pire

Les parcs provinciaux de Grundy Lake et Rivière des Français ont été partiellement rouverts vendredi.
Incendie toujours actif

La superficie du feu de Parry Sound 33 n’a toutefois pas diminué. Vendredi, le brasier, toujours actif, mesurait toujours environ 113 km².

Vendredi matin, plus de 130 feux de forêt étaient actifs dans la province. Une vingtaine d’entre eux n’étaient toujours pas circonscrits.
Fin de la zone de restriction des feux à Timmins et à Hearst

Il est toujours interdit de faire un feu à ciel ouvert dans les régions de North Bay, du Grand-Sudbury et de Parry Sound.

L'interdiction a cependant été levée pour les régions situées au nord de Témagami. Les résidents de Timmins et Hearst peuvent donc à nouveau faire des feux à compter de vendredi.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 12/08/2018 à 05:41

Feux de forêt: évacuation de familles par hélicoptère près de Prince George

Publié le samedi 11 août 2018 à 22 h 20

Les autorités ont procédé à des évacuations par hélicoptère dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique samedi, alors que des incendies de forêt faisaient rage à proximité de Quesnel, au sud de Prince George. En tout, 90 personnes ont dû être évacuées et plus de 4500 sont sous alerte d'évacuation.
Radio-Canada avec La Presse canadienne

Selon Emily Epp, du district régional de Cariboo, un brasier bloque l'accès à un chemin forestier, ce qui a poussé la Gendarmerie royale du Canada (GRC) à évacuer au moins quatre familles par hélicoptère.

Au total, près de 80 résidents ont dû abandonner leur foyer. Ils ont été dirigés vers un centre d'accueil d'urgence à Prince George, à environ 250 kilomètres au nord-est de la zone d'évacuation.

Près de 900 bâtiments sont touchés par des alertes d’évacuation dans la région.
À lire aussi :

Plus de 48 000 $ d’amendes pour feux de camp illégaux pendant le long week-end
Une saison des feux de forêt plus occupée que la moyenne en C.-B.

Chaleur et vent nuisent aux pompiers

Le nord-est de la Colombie-Britannique devrait continuer à connaître un temps chaud et sec accompagné de vents puissants. Ces conditions météorologiques donnent du fil à retordre aux pompiers de la région de Cariboo, notamment à Quesnel, où une alerte d'évacuation est déjà en vigueur dans l'ouest de la ville.

Emily Epp affirme que la majorité de ces incendies de forêt ont été provoqués par la foudre lors d'une importante tempête survenue il y a quelques semaines.
Fermeture de la route 93

Par ailleurs, la route 93 est de nouveau fermée en direction sud entre Castle Junction, en Alberta et Radium Hot Springs, en Colombie-Britannique.

Les automobilistes sont invités à emprunter la route 1 vers Golden, puis la route 95 en direction sud.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 13/08/2018 à 06:05

Le Nord ontarien touché par les feux de forêt de l'Ouest canadien

Publié le dimanche 12 août 2018 à 20 h 17

Environnement Canada a émis dimanche matin un bulletin spécial sur la qualité de l'air pour le Nord-Ouest ontarien en raison de la fumée émanant de multiples incendies de forêt en Alberta et en Colombie-Britannique.

Le bulletin concerne notamment les régions de Dryden, Fort Frances, Kenora et Sioux Lookout, près de la frontière manitobaine.

Lorsque des feux sont très intenses, la fumée peut être transportée par les vents sur de longues distances dans l'atmosphère et les agents irritants qu'elle contient peuvent être dangereux pour les personnes très sensibles.
Haizhen Sun, météorologue à Environnement Canada

Des bulletins similaires sont aussi en vigueur depuis quelques jours dans de nombreuses régions du Manitoba et de la Saskatchewan.

Mme Sun prévient que le bulletin pourrait rester en place jusqu'à lundi. Elle recommande notamment le port d'un masque et la réduction des activités en plein air, afin de diminuer l'exposition à la fumée.

Dans le nord-ouest de la province, le ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) rapporte dimanche en début d'après-midi 78 feux actifs, dont 6 non maîtrisés.
À lire aussi:

Avertissement de mauvaise qualité de l'air en vigueur à Winnipeg
Une saison des feux de forêt plus occupée que la moyenne en C.-B.

Nord-Est

Dans le Nord-Est de l'Ontario, il y a 41 feux de forêt actifs, dont 5 non maîtrisés.

L'important incendie Parry Sound 33 dans la région de Key River demeure contenu à un peu plus de 11 000 hectares.
Les différentes catégories de classification d'un feu de forêt

Non maîtrisé : lorsqu'un nouveau feu de forêt apparaît, il est immédiatement classé comme « non maîtrisé » par le MRNF, jusqu'à ce que des mesures d'extinction soient mises en oeuvre. Il demeure non maîtrisé s'il ne semble pas ralentir sa progression en dépit des efforts d'extinction.
Contenu : un incendie de forêt non maîtrisé est rétrogradé à « contenu » lorsque, compte tenu des efforts déployés pour l'éteindre et des prévisions météorologiques, il n'est pas susceptible de s'étendre davantage. Le périmètre de l'incendie est complètement établi avec des boyaux d'arrosage.
Maîtrisé : décrit un incendie de forêt dont l'expansion a été complètement freinée.
Éteint : un feu de forêt est déclaré « éteint » lorsque les pompiers parviennent à y mettre fin.

Des avertissements de chaleur sont aussi en vigueur pour de nombreuses villes du Nord de l'Ontario, dont le Grand Sudbury, Kapuskasing et Elliot Lake, où le facteur humidex se situe entre 35 et 40.

Ailleurs sur le Web

Carte d'information sur les feux de forêt

lire la suite sur le site
may49
may49
Modérateur

le 14/08/2018 à 07:19

Ottawa vient en renfort à la Colombie-Britannique pour lutter contre les feux de forêt

Publié le lundi 13 août 2018 à 15 h 54 Mis à jour à 0 h 28

Le feu de Shovel Lake occupe une superficie d'environ 300 kilomètres carrés, à une trentaine de kilomètres de Fort Saint James et de Vanderhoof. Photo : Service de lutte aux incendies de forêt de la Colombie-Britannique
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Le gouvernement fédéral a répondu rapidement à la demande du gouvernement de la Colombie-Britannique, lundi, et annonce l'envoi de 200 membres des forces armées canadiennes pour aider à la lutte contre les feux de forêt.

Les troupes auront le matériel nécessaire pour aider à faire les évacuations et apporter des ressources supplémentaires qui pourraient être nécessaires pour protéger la population et les infrastructures.

« La situation est urgente », affirme Mike Farnworth, le ministre de la Sécurité publique de la Colombie-Britannique.

Environ 600 feux de forêt sont actuellement actifs dans la province, dont 165 ont été déclenchés dans la seule journée de samedi.

Lundi matin, environ 3100 habitants étaient touchés par les 27 ordres d’évacuation en vigueur dans la province. De plus, près de 18 000 personnes font l’objet d’une alerte d’évacuation, ce qui signifie qu’elles doivent être prêtes à quitter leur résidence à tout moment.

Plus de 3400 personnes luttent actuellement contre les feux de forêt en Colombie-Britannique, dont des pompiers venus d’autres provinces ainsi que du Mexique, d’Australie et de Nouvelle-Zélande.
Fort Saint James et Vanderhoof prêts à évacuer

Les communautés de Fort Saint James et de Vanderhoof, dans le centre de la Colombie-Britannique, font notamment l'objet d'une alerte d'évacuation en raison d'un incendie qui fait rage à l'ouest de la région. Les habitants doivent être prêts à partir rapidement si les flammes venaient à se déplacer vers l'est.

Selon le Service de lutte contre les incendies de forêt de la province, le feu de Shovel Lake brûle actuellement sur une superficie d’environ 300 kilomètres carrés, à environ 35 kilomètres à l’ouest de Fort Saint James et à 30 kilomètres au nord-ouest de Vanderhoof.
À lire aussi :

Feux de forêt : une alerte d'évacuation toujours en vigueur à Quesnel
Feux de forêt: évacuation de familles par hélicoptère près de Prince George

Le président du district régional Bulkey-Nechako, Bill Miller, soutient que la dernière semaine a été difficile, mais considère que les habitants du secteur ont été chanceux jusqu’ici, puisque les derniers ordres d’évacuation ont principalement touché des zones récréatives.

Pour le moment, aucune famille n’a eu à quitter sa résidence, ce qui pourrait toutefois être le cas si le feu de Shovel Lake continue de prendre de l’ampleur.

Le sud de la province a reçu de la pluie au courant du week-end, mais on ne prévoit pas de précipitations dans le nord durant la prochaine semaine.

La fumée dégagée par les feux de forêt diminue la qualité de l’air un peu partout en Colombie-Britannique.

Selon Environnement Canada, le risque pour la santé est actuellement très élevé pour les régions de l’Okanagan, de Castlegar et de Kamloops. L'agence gouvernementale recommande aux personnes âgées et aux enfants d’éviter les activités intenses en plein air dans ces secteurs.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 14/08/2018 à 07:21

La fumée des feux de forêt recouvre de vastes zones en Colombie-Britannique

Publié le lundi 13 août 2018 à 23 h 58

Les centaines d'incendies de forêt qui brûlent en Colombie-Britannique recouvrent de fumée de vastes zones de la province et menacent la qualité de l'air.

Metro Vancouver publie ainsi un avis de mauvaise qualité de l'air à cause de la concentration élevée de particules fines dues à la fumée provenant du nord-ouest de la province.

Selon DriveBC, la fumée des feux de forêt a des conséquences sur la visibilité des conducteurs sur plusieurs routes.

D'après Environnement Canada, le risque pour la santé est très élevé pour les régions de Prince George, de William Lake, de l’Okanagan, de Kamloops et de Castlegar.
Le niveau de qualité de l'air est indiqué par couleurs sur les régions présentées sur la carte.
L'index de la qualité de l'air dans plusieurs villes de l'Okanagan a dépassé le niveau 10 sur une échelle de 1 à 10. Photo : BC Air Quality

Cindy Yu, porte-parole d’Environnement Canada, affirme que la qualité de l’air s’améliorera légèrement au cours de la journée de lundi, au fur et à mesure que l’air se déplacera, mais que la situation empirera au courant de la nuit.
À lire aussi :

Metro Vancouver : la mauvaise qualité de l’air continue
Mauvaise qualité de l’air : 36 régions concernées en Colombie-Britannique

Une vue sur Vancouver dans une ambiance de crépuscule.
Un épais brouillard de fumée venant des feux de forêt a recouvert le Grand Vancouver lundi matin. Photo : Radio-Canada/Maël Thebault

L'agence météorologique recommande aux personnes âgées et aux enfants d’éviter les activités intenses en plein air dans ces secteurs.

voir la carte
may49
may49
Modérateur

le 16/08/2018 à 07:00

La Colombie-Britannique décrète l’état d’urgence en raison des feux de forêt

Publié le mercredi 15 août 2018 à 18 h 08 Mis à jour à 0 h 54

ans la province en raison des 566 feux de forêt qui font rage et après le lancement d'ordres d'évacuation et d'alertes concernant la qualité de l'air.

L’état d'urgence restera en vigueur pendant 14 jours et pourra être prolongé si nécessaire, indique mercredi le ministre de la Sécurité publique, Mike Farnworth.

Son déclenchement a pour but de faciliter la bonne coordination des aides financières ou matérielles d’Ottawa, du gouvernement provincial et des localités.

« La sécurité publique est notre priorité [...] et, comme le nombre de feux de forêt risque d’augmenter, nous voulons que la Colombie-Britannique ait toutes les ressources dont elle a besoin à sa disposition », ajoute M. Farnworth.
Un camion roule sur l'autoroute 27 dans un épais nuage de fumée entre Vanderhoof et Fort St. James
Un camion roule dans un épais nuage de fumée sur l'autoroute 27 entre Vanderhoof et Fort St. James Photo : La Presse canadienne/Darryl Dick
Une année dévastatrice

D’après BC Wildfire, plus de 381 000 hectares ont brûlé en Colombie-Britannique jusqu'à présent en 2018, soit la quatrième année la plus dévastatrice. L’année 2017 était la pire de toutes, car 1,2 million d’hectares y sont partis en fumée, précise l’organisme qui est responsable de coordonner la lutte contre les incendies de forêt.

« Les feux sont répartis dans toute la province, alors qu’en 2017 ils étaient concentrés dans quelques régions, comme celle de Cariboo », dit Mike Farnworth. L’État d’urgence lancé à l'époque avait duré 10 semaines.
Un hélicoptère largue de l'eau sur un feu de forêt près de Fraser Lake en Colombie-Britannique le 15 août 2018
Un hélicoptère arrose un feu de forêt près de Fraser Lake Photo : La Presse canadienne/Darryl Dick

Au 14 août 2018, environ 3050 personnes avaient dû quitter leurs maisons à cause des feux de forêt. Les pompiers sont appuyés par des collègues d’autres provinces ainsi que des Territoires du Nord-Ouest, de l’Australie, du Mexique et de la Nouvelle-Zélande.
À lire aussi :

Bâtiments détruits à Telegraph Creek : les feux de forêt prennent de l’ampleur en C.-B.
Des pompiers rapatriés de l'est pour combattre les feux de forêt dans l’Okanagan

La fumée des incendies a réduit la visibilité dans de nombreuses communautés depuis des jours, voire des semaines. Des avis de mauvaise qualité de l’air rappellent aux gens à la santé fragile de ne pas s’aventurer dehors.

Le temps sec et chaud qui sévit dans une grande partie de la Colombie-Britannique doit se poursuivre dans les prochains jours, selon Environnement Canada.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 17/08/2018 à 07:03

Le feu de Shovel Lake s’étend sur près de 7000 kilomètres carrés

Publié le jeudi 16 août 2018 à 22 h 34

Le feu de forêt de Shovel Lake brûle depuis près de 3 semaines et s'étend maintenant sur près de 7000 kilomètres carrés, dans le centre-nord de la Colombie-Britannique. Photo : Service de lutte aux incendies de forêt de la Colombie-Britannique
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Le feu de Shovel Lake, à l'ouest de Prince George, en Colombie-Britannique, brûle maintenant sur environ 6800 kilomètres carrés et continue de progresser, indique le Service de lutte aux incendies de forêt. Selon les autorités, il s'agit d'un des feux les plus imposants de la province.

En fin de soirée mercredi, les autorités du District régional de Bulkley-Nechako ont étendu le territoire touché par une alerte d’évacuation. Des centaines de résidents de Burns Lake doivent être prêts à quitter leur résidence à tout moment, le feu de Shovel Lake se trouve actuellement à 30 kilomètres du village.

Un peu plus tôt en après-midi, un nouvel ordre d’évacuation est entré en vigueur dans le secteur.
Carte du secteur avec des zones colorées.
Mercredi, le District régional de Bulkley-Nechako a étendu le territoire touché par l'ordre d'évacuation (en rouge), et celui qui fait l'objet d'une alerte d'évacuation (en orange). Photo : District régional de Bulkley-Nechako

À travers la Colombie-Britannique, plus de 3000 personnes sont présentement sous ordres d’évacuation.

La fumée des feux de forêt affecte la qualité de l’air dans une grande partie de la province et commence à se déplacer vers l’Alberta. D’après Environnement Canada, le risque pour la santé lié à la pollution de l’air est très élevé depuis maintenant deux jours. En Colombie-Britannique, les régions de Quesnel, de Williams Lake, de Prince George et de Fort Saint John sont les plus sévèrement touchées.

Près de 600 incendies de forêt font rage dans l’ensemble de la province, dont plus de 40 sont considérés comme étant des feux importants.
À lire aussi :

Ottawa vient en renfort à la Colombie-Britannique pour lutter contre les feux de forêt
Quelle est l'influence des changements climatiques sur les feux de forêt?

lire la suite et voir la carte
may49
may49
Modérateur

le 17/08/2018 à 07:15

La fumée pourrait rester dans le ciel du Manitoba jusqu'à la fin août

Publié le jeudi 16 août 2018 à 20 h 31

Des avis sur la qualité de l'air sont en vigueur jeudi dans le sud-ouest du Manitoba, alors que la fumée des feux est poussée vers l'est par le vent. Photo : Radio-Canada/Trevor Brine
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Le Manitoba pourrait se retrouver avec un ciel gris rempli de fumée et une mauvaise qualité de l'air pour le reste du mois d'août, pendant que les feux de forêt continuent de faire des ravages en Colombie-Britannique, affirme Environnement Canada.

Des avis sur la qualité de l'air sont en vigueur jeudi dans le sud-ouest du Manitoba, alors que la fumée des feux est poussée vers l'est par le vent.

Environnement Canada prévoit des niveaux de pollution élevés sont prévus, ce qui pourrait causer une toux inhabituelle, l’irritation de la gorge, des maux de tête ou un essoufflement.
À lire aussi :

Mauvaise qualité de l'air dans l'ouest de la province
Avertissement de mauvaise qualité de l'air en vigueur à Winnipeg

La qualité de l’air pourrait s’améliorer dans le sud du Manitoba, au cours de la journée, mais d’autres vents de l’ouest pourraient faire en sorte que la fumée revienne vendredi, explique John Paul Cragg, météorologiste à Environnement Canada.

Il ajoute que des vents du nord devraient nettoyer l’air dans la province ce week-end.

Selon lui, bien que le ciel de Winnipeg soit couvert, les risques de problèmes de santé sont faibles.
La rivière rouge et de la fumée.
Au Manitoba, le ciel pourrait rester gris et rempli de fumée et l'air, être de mauvaise qualité pour le reste du mois d’août. Photo : Radio-Canada/Trevor Brine

« Ça dépend toujours de la quantité de fumée qui atteint le sol », explique-t-il.

La fumée ne devrait pas créer de problèmes pour les gens « tant que la fumée reste dans les airs et n’est pas respirée par les gens ».

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a déclaré l'état d'urgence à l'échelle de la province, mercredi, en raison des feux de forêt.

lire la suite et voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 18/08/2018 à 07:11

Les habitants de Kimberley sur le pied d’alerte

Publié le vendredi 17 août 2018 à 23 h 10

Deux jours après le déclenchement de l'état d'urgence en Colombie-Britannique, les 4500 résidents de la ville de Kimberley, dans l'est de la province, doivent se tenir prêts à évacuer.

La seconde ville en importance de la région d’East Kootenay est placée sous alerte d’évacuation depuis jeudi soir en raison des vents forts qui se sont levés un peu partout dans la province.

Selon le maire de Kimberley, Don McCormick, l’incendie de Meachen Creek, relativement éloigné de la ville, inquiétait peu les habitants jusqu’à mercredi soir. Mais les conditions changeantes ont rendu sa progression imprévisible.

Nous avons eu beaucoup de fumée, et cela, depuis un certain temps. Pour tout le monde, la fumée, ça allait encore… jusqu’à ce que la cendre commence à tomber.
Don McCormick, maire de Kimberley

À lire aussi :

Avertissement de feu de forêt extrême à Bulkley-Nechako
Feux de forêt : le centre de réception Prince George pourrait bientôt manquer de place

Don McCormick espère que Kimberley, qui est située à environ 4 heures de Calgary, ne sera pas désertée par les touristes, qui contribuent fortement à l’économie de la ville. « Nous ne sommes pas en danger imminent », précise-t-il.

Plus au nord, l'autoroute 93 sud, qui traverse le parc national de Kootenay, pourrait être touchée par la fumée des feux en fin de semaine. La vitesse a déjà été réduite à 50 km/h aux alentours du feu de forêt Wardle, qui fait rage dans le parc.
65 propriétés évacuées

À l’ouest de la ville de Kimberley, dans la vallée de la rivière St. Mary, le feu a déjà forcé l’évacuation de 65 propriétés, jeudi soir.

La régie de la santé Interior Health affirme que ses employés ont commencé à évacuer des patients de Kimberley, par précaution.
À écouter :

Besoin d’aide pour les sinistrés des feux de forêt

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 18/08/2018 à 07:15

Le centre d'accueil de Prince George pourrait bientôt manquer de place

Publié le vendredi 17 août 2018 à 19 h 59

Le district régional de Caribou a lancé un ordre d'évacuation jeudi soir pour 62 propriétés dans la région nord de Dean River, à l'ouest de Williams Lake, qui comprend le parc provincial Itcha Ilgachuz, au sud-ouest de Prince George.

Les feux au sud du lac François et au sud-ouest de Fort St. James ont aussi provoqué de nouveaux ordres d'évacuation dans la région.

Les habitants évacués qui ont quitté leur domicile pour Prince George pourraient toutefois ne plus trouver de place dans le centre de réception d'urgence de cette ville parce que, mercredi, le nombre de personnes évacuées enregistrées à Prince George se chiffrait à plus de 500. La Ville précise que son centre a presque atteint sa capacité maximale.

Cette dernière a d'ailleurs prolongé les heures d'ouverture de son centre d'accueil d'urgence pour le week-end afin de répondre à la demande croissante et a lancé une page web dans le but de fournir des informations.
On voit l'entrée du centre le soir avec 4 personnes devant.
Le centre de réception de Prince George, situé au 2187, boulevard Ospika, sera ouvert de 8 heures à 23 heures pendant le week-end. Photo : Twitter @CityofPG

La situation est confuse pour beaucoup de personnes évacuées, qui décrivent le manque de places auquel ils font face sur les réseaux sociaux. Les autorités de Prince George indiquent cependant que leur centre continue d'enregistrer les gens et qu’elle collabore avec d’autres municipalités du nord de la province pour proposer plus d’options d'hébergement.

Certaines personnes s'inscrivent à Prince George, mais se rendent ensuite à Williams Lake, selon Adam Davey, le planificateur d'urgence de Prince George.
Évacuation à Kimberley

Les résidents de 65 propriétés à l'ouest de Kimberley, dans le sud-est de la Colombie-Britannique, doivent également quitter les lieux après avoir reçu un ordre d'évacuation jeudi soir.

L'ensemble de la ville de Kimberley est quant à elle sous alerte d'évacuation depuis 23 h jeudi. Les habitants doivent être prêts à partir à la dernière minute à cause d'un feu de forêt à proximité. La ville compte environ 4500 habitants.
À lire aussi :

Déclencher un feu de forêt pourrait vous coûter un million de dollars

Le feu de Shovel Lake s’étend sur près de 700 kilomètres carrés

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 18/08/2018 à 07:17

Avertissement de feu de forêt extrême à Bulkley-Nechako

Publié le vendredi 17 août 2018 à 19 h 11

Le service des incendies de la Colombie-Britannique a diffusé un avertissement de feu extrême, mettant en garde les habitants du district régional de Bulkley-Nechako. L'avertissement est destiné aux communautés proches du feu du lac Shovel, le plus grand au pays, qui brûle à l'ouest de Prince George.

Les autorités craignent que l'incendie, qui s'étend sur plus de 80 000 hectares, soit près de sept fois la ville de Vancouver, ne se déplace vers la communauté de Fort St. James, qui représente la plus grande communauté en alerte d'évacuation à cause de ce feu.
À lire aussi :

Comment la fumée des feux de forêt nous affecte-t-elle?
La Colombie-Britannique décrète l’état d’urgence en raison des feux de forêt

Ressources naturelles Canada définit le comportement des incendies extrêmes comme étant de « forte intensité et à propagation rapide », et très difficile à contrôler.
Édifices patrimoniaux menacés

Rob MacDougall, le maire de Fort St. James, a déclaré que ces derniers jours ont été accablants pour sa communauté qui n'avait encore jamais été menacée de si près par les feux.

Le Lieu historique national du Fort-St. James abrite la plus grande collection de bâtiments en bois de l'époque de la traite des fourrures au Canada.

Certains de ces bâtiments ont environ 130 ans et constituent une partie essentielle de l'histoire du Canada.
Rob MacDougall, maire de Fort St. James

Les équipes de maintenance de Parcs Canada ont installé un système de gicleurs sur les toits des bâtiments qui mouillent le terrain pour éviter tout risque d'étincelles.
22 nouveaux feux jeudi

Vendredi, environ 560 feux faisaient rage en Colombie-Britannique, un nombre qui fluctue de minute en minute, selon le ministre des Forêts, des Terres et des Ressources naturelles, Doug Donaldson. Vingt-deux incendies se sont déclenchés jeudi.

Le porte-parole du Service de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique, Kevin Skrepnek, affirme que l'intervention contre les feux de forêt a coûté 242 millions de dollars à la province jusqu'à présent.

Le gouvernement s'est par ailleurs engagé à égaler les dons faits par des particuliers à la Croix-Rouge.
À écouter aussi :

Besoin d’aide pour les sinistrés des feux de forêt

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 18/08/2018 à 07:19

L’important travail des pompiers du ciel

Publié le vendredi 17 août 2018

téphane Monette, chef pilote d'avions-citernes au service aérien gouvernemental du Québec raconte le travail quotidien des équipages québécois pour éteindre les feux de forêt en Colombie-Britannique. Plus de 200 avions-citernes et hélicoptères bombardiers d'eau sont actuellement déployés dans le ciel de la province.

écouter
may49
may49
Modérateur

le 18/08/2018 à 07:27

La fumée des feux de forêt force les abeilles à s'adapter

Publié le vendredi 17 août 2018 à 16 h 56

a fumée flottant dans l'atmosphère manitobaine et provenant des feux de forêt n'est pas seulement gênante pour les humains. Les animaux, et notamment les abeilles, en ressentent aussi les effets. Ces insectes modifient leur comportement.

La fumée provenant de Colombie-Britannique et d’Alberta pourrait rester dans le ciel du Manitoba jusqu’à la fin du mois d’août. Les abeilles s’adaptent en conséquence. « Pour les abeilles, la fumée fait un peu l'effet d’une journée nuageuse », explique Chris Kirouac, apiculteur à Beeproject Apiaries. « Ça les force à rester dans la ruche plus qu’habituellement. »

Les abeilles récoltent alors moins de nectar, ce qui apporte moins de nourriture dans la ruche.

Les effets [sur les abeilles] dépendent de la durée de ce type de météo.
Chris Kirouac, apiculteur à Beeproject Apiaries

Dans le cas actuel, cela commence à faire « un peu long », poursuit l’apiculteur. « C’est comme pendant une semaine de pluie, et les abeilles ne travaillent pas quand il pleut. »
À lire aussi :

Un apiculteur manitobain se réjouit de l'élimination des pesticides à base de néonicotinoïde

Il est cependant difficile d’évaluer l’impact de la fumée. Ce qui est certain, en revanche, c’est que « pour le moment, elles ne vont pas sur les fleurs pour les polliniser et ne créent pas de miel ». Il reste qu’elles ne vont pas pour autant mourir de faim car, selon l’apiculteur, elles mangent ce qu’elles ont déjà créé au cours de l’été.

Les abeilles ont besoin de soleil et de chaleur pour travailler.
Chris Kirouac, apiculteur à Beeproject Apiaries

Le goût du miel n'est pas modifié

Par ailleurs, il est peu probable que le goût du miel soit modifié à cause de la fumée. « On ne connaît pas de cas où les effets de la fumée étaient assez importants pour changer le goût du miel », affirme Chris Kirouac.

Tous les miels mis sur le marché doivent être contrôlés par l’Agence canadienne d’inspection des aliments (ACIA), selon l’apiculteur. « On n’a jamais reçu de message [de l’ACIA] nous disant qu’il y avait un problème. »
Se préparer déjà pour l’hiver

Selon Chris Kirouac, la fin de la saison arrive bientôt. Il a fait très chaud, et les fleurs ont fleuri quelques semaines en avance par rapport aux années précédentes. L’apiculteur commence donc déjà à se préparer pour l’automne.

L’automne et l’hiver sont les saisons les plus dures pour les abeilles.
Chris Kirouac, apiculteur chez Beeproject Apiaries

« On surveille les maladies et on doit faire attention à ne pas enlever trop de miel et de pollen, pour les protéines. On doit s’assurer que les reines [sont en bonne forme] », conclut-il.

D’après une entrevue de Geneviève Murchison

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 19/08/2018 à 07:13

La fumée des forêts nuit à la qualité de l’air en Alberta

Publié le samedi 18 août 2018 à 20 h 43

Le centre-ville d'Edmonton est couvert de fumée, tout comme le reste de l'Alberta, en raison des feux qui ravagent les forêts de la Colombie-Britannique. Photo : Radio-Canada/Mélanie Morin

La fumée des feux de forêt de la Colombie-Britannique couvre presque tout le territoire albertain, réduisant la visibilité et faisant bondir l'indice de mauvaise qualité de l'air au-dessus du maximum de 10.

Pour une troisième journée, Environnement Canada note un risque très élevé pour la plupart des régions de la province.

Les enfants, les personnes âgées, de même que ceux qui ont des problèmes cardiorespiratoires sont invités à rester à l’intérieur et à éviter toute activité physique intense.
À lire aussi :

AlbertaSat veut combattre les feux de forêt depuis l’espace
Les feux de forêt continuent de polluer l’air en Saskatchewan

Des événements touchés

L'incertitude entourant le match opposant les Alouettes de Montréal aux Eskimos d'Edmonton a été rapidement dissipée par la Ligue canadienne de football samedi matin. La partie aura lieu comme prévu au stade du Commonwealth, malgré la fumée.

Le marathon d'Edmonton aura lui aussi lieu comme prévu dimanche. Les responsables de l'événement indiquent que l'amélioration prévue de la qualité de l'air vers un risque qualifié de « modéré » rend possible la tenue de la course.

Par ailleurs, la première journée Cyclo-défi contre le cancer, une campagne de financement au profit de la Fondation du cancer de l'Alberta, a été annulée en raison de la mauvaise qualité de l'air.

Les cyclistes, qui devaient circuler de Calgary à Sundre, ont été transportés par autobus dans l'espoir de prendre part à la seconde étape, en sens inverse, dimanche.
Amélioration dimanche

Environnement Canada prévoit heureusement que l’air sera plus respirable à compter de dimanche, où la Cote air santé devrait descendre entre 4 et 7, ce qui représente un risque de modéré à élevé.

L’exception sera Calgary, où l’indice de mauvaise qualité de l’air restera à 9, donc à risque très élevé.
Tout l’Ouest a du mal à respirer

Le vent a poussé la fumée plus à l’est, réduisant aussi la qualité de l’air en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario.

source
may49
may49
Modérateur

le 19/08/2018 à 07:16

AlbertaSat veut combattre les feux de forêt depuis l’espace

Publié le samedi 18 août 2018 à 4 h 34

Des étudiants d'Edmonton vont tester, cette fin de semaine, un nouveau prototype d'équipement satellite pour surveiller et combattre les incendies.

Le mérite de cette technologie prometteuse revient à AlbertaSat, un groupe d’une cinquantaine de diplômés et étudiants de l’Université de l’Alberta passionnés par la conception de nouvelles technologies spatiales.
À lire aussi :

Le premier satellite albertain enfin dans l'espace
NASA : un réseau de satellites à la recherche de feux de forêt

Pour son premier envol, prévu le dimanche 19 août à 4 h du matin, l’équipement, composé d’un ordinateur, d’une radio et d’un imageur multispectral intégré, va être attaché à un ballon scientifique spatial de la taille d’un immeuble de 35 étages. Il sera ensuite lâché pendant une dizaine d’heures dans la stratosphère, à 30 kilomètres du sol, depuis la rampe de lancement des ballons de l’Agence spatiale canadienne, à Timmins, en Ontario.

C'est un test crucial avant son lancement dans l'espace.

Il faut s’assurer que l’équipement ne va pas surchauffer, geler ou tomber en panne une fois là-haut.
Katelyn Ball, chef de projet adjoint d'AlbertaSat

« Cet environnement stratosphérique imite l’espace avec des températures et des pressions extrêmement basses, explique Katelyn Ball, étudiante en génie mécanique et chef de projet adjoint d'AlbertaSat. Son atmosphère limitée joue également un grand rôle dans la façon dont la chaleur est transférée dans le système. »
14 personnes posent pour une photo de groupe. Ceux de devant sont assis sur des chaises, les autres sont debout derrière.
Les membres de l'équipe AlbertaSat de l'Université de l'Alberta, en mai 2018 Photo : CBC
Surveillance

En vol, l’équipement d’imagerie par satellite de l’équipe transmettra régulièrement ses coordonnées à l’Agence spatiale canadienne, tout en recueillant des images du sol.
L’objectif est d'amasser un maximum d’images détaillées des paysages ravagés par les incendies de forêt.

Il va prendre des photos pour prédire et modérer les feux.
Katelyn Ball, chef de projet adjoint d'AlbertaSat

L'imageur multispectral serait, selon la scientifique, capable d'étudier ensuite le cycle de vie complet d'un incendie de forêt, de la propagation de la fumée aux effets de la cicatrisation du paysage.
Un ballon gonflable devant un coucher de soleil.
Un ballon stratosphérique lancé de Timmins, en Ontario, lors de la campagne Strato Science 2015 Photo : Agence spatiale canadienne

Katelyn Ball indique qu'AlbertaSat est déjà en contact avec le gouvernement de l'Alberta pour voir comment ces recherches pourraient améliorer la surveillance des risques de feux de forêt déjà effectuée par les organismes gouvernementaux.

lire la suite et voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 19/08/2018 à 07:19

Autres évacuations dans le nord de la C.-B.

Publié aujourd'hui à 1 h 21

Les feux de forêt forcent les autorités à lancer de nouveaux ordres d'évacuation dans le nord et le centre de la Colombie-Britannique.
Radio-Canada avec La Presse canadienne

Alors que la province est aux prises avec de nombreux feux de forêt, le district régional de Bulkley-Nechako étend à neuf le nombre d’ordres évacuations en vigueur sur son territoire.

Les incendies près des lacs Nadina, Shovel et Tesla sont les plus vastes de la province et s’étendent, ensemble, sur plus de 1640 kilomètres carrés.

La fumée qui se dégage de l’ensemble des brasiers de la province se répand vers l’est, faisant chuter la qualité de l’air en Colombie-Britannique, en Alberta, en Saskatchewan, au Manitoba et en Ontario.
Dernières nouvelles sur les feux de forêt

À lire aussi :

Déclencher un feu de forêt pourrait vous coûter 1 million de dollars
Quelle est l'influence des changements climatiques sur les feux de forêt?

lire la suite et voir la vidéo
may49
may49
Modérateur

le 19/08/2018 à 07:23

Les feux de forêt polluent l'air presque partout en Colombie-Britannique

Publié le samedi 18 août 2018 à 20 h 48

Les vents forts qui menaçaient d'attiser les gigantesques feux de forêt en Colombie-Britannique ne se sont pas matérialisés dans la nuit de vendredi à samedi. Cependant, Environnement Canada a lancé des avis sur la qualité de l'air pour la plupart des régions, mise à part l'île de Vancouver, la région côtière et le Grand Nord.

L’agence météorologique souligne les concentrations de particules fines provenant des nombreux feux de forêt qui sévissent dans la province et dans l’ouest des États-Unis.

Ces particules fines, aussi appelées PM2,5, sont 30 fois plus fines que diamètres d’un cheveu humain. Inhalées profondément, elles peuvent provoquer des pneumonies, des cancers du poumon et des accidents vasculaires cérébraux, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS).
Le soleil perce difficilement la fumée des feux de forêt à Kelowna
Le soleil perce difficilement la fumée des feux de forêt à Kelowna Photo : Radio-Canada/Brady Strachab

La concentration de particules fines dépend de la force du vent et de la caractéristique des feux de forêt, précise une porte-parole de BC Wildfire, Kyla Fraser. Néanmoins, dit-elle, un « dégagement considérable » de la pollution atmosphérique n’est pas envisagé avant plusieurs jours.

Aucune forte pluie n’est attendue cette semaine dans les régions touchées, d'après Environnement Canada.
Dernières nouvelles des feux de forêt

À lire aussi :

Les habitants de Kimberley sur le pied d'alerte

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 20/08/2018 à 07:20

La SOPFEU relève le niveau de risque pour l'Abitibi-Témiscamingue

La tordeuse s'attaque aux bourgeons des épinettes. Photo : Radio-Canada
Partager

Aller directement aux commentaires
0

La Société de protection des forêts contre le feu a de nouveau relevé le risque d'incendie pour la région de l'Abitibi-Témiscamingue.

Un texte de Lise Millette

L'agente à la prévention et à l’information à la SOPFEU, Isabelle Gariépy, dresse un portrait du Québec en précisant que certains secteurs sont plus à risque.

"Au Québec, nous avons des dangers très élevés en Abitibi, un peu plus au Nord et même au nord-ouest où les dangers sont extrêmes. Le beau temps, le vent qui s’ajoute et l’assèchement dans certains secteurs sont en cause. Souvent, une combinaison de tous ces facteurs peuvent faire varier les indices d'élevé à extrême alors il faut vraiment regarder les dangers quotidiennement parce que ça varie beaucoup".
À lire aussi:

Déclencher un feu de forêt pourrait vous coûter 1 million de dollars

La Colombie-Britannique décrète l’état d’urgence en raison des feux de forêt

En dépit de ce degré de dangerosité, il n'y a pas d'interdiction de faire des feux à ciel ouvert pour le moment.

"C’est beaucoup plus un état de vigilance. Nous ne sommes pas en interdiction en ce moment, mais une vigilance quotidienne doit être en vigueur", a précisé Mme Gariépy.

Depuis le début de la saison, la SOPFEU a répertorié 484 incendies cette année et 28 296 hectares de forêt ont été affectés jusqu'ici.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 20/08/2018 à 07:24

Plus de 560 feux de forêt toujours en activité

Colombie-Britannique,Week-end occupé pour les pompiers de la C.-B.
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Aucune amélioration ou dégradation notables de la situation des feux ne s'est produite ce week-end, alors que plus de 560 incendies consument les forêts de la Colombie-Britannique, indique BC Wildfire.

Dimanche, les brasiers les plus importants touchaient le corridor entre Smithers et Prince George, tant par leur ampleur que par leur intensité.

L’incendie le plus étendu de la province est celui de Shovel Lake, qui a brûlé près de 85 000 hectares à l’ouest de Prince George.

Quelques milliers de personnes sont toujours le coup d’alertes d’évacuation.
À lire aussi :

Feux de forêt: la fumée perturbe le transport aérien
Feux de forêt : des communications « déficientes » nuisent aux Autochtones

Quelques faits en vrac

Au cinquième jour de l’état d’urgence provincial, on compte plus de 560 feux de forêt en Colombie-Britannique.
Des ordres d’évacuation touchent 2800 propriétés, alors que 11 300 autres sont sous alerte.
La fumée qui se dégage des brasiers a causé de nombreux retards et annulations de vols dans différents aéroports de la province.
Vendredi, la province a annoncé qu’elle doublerait les dons offerts par la population à la Croix-Rouge jusqu’à concurrence de 20 millions de dollars.
Les coûts liés à la lutte contre les feux de forêt a déjà coûté 242 millions de dollars à la province, selon BC Wildfire.
Plus d’une centaine de militaires ont été déployés pour soutenir les autorités provinciales.
Des avis de mauvaise qualité de l’air sont toujours en vigueur pour la plupart des secteurs de la province à cause de la grande quantité de fumée dégagée par les feux.
Les avis de mauvaise qualité de l’air touchant l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba ont été levés dimanche, le risque pour la santé étant maintenant évalué de faible à modéré.
La fumée qui se dégage des incendies est si abondante qu’elle a été aperçue par le satellite DSCOVR de la NASA, en orbite à plus de 1,6 million de kilomètres de la Terre.

Derniers développements

Avec les informations de Amos Heydari, Allison Dempster, Zahra Premji et la Presse canadienne

lire la suite

Publié aujourd'hui à 2 h 27
may49
may49
Modérateur

le 20/08/2018 à 07:28

Feux de forêt: la fumée perturbe le transport aérien

Publié aujourd'hui à 1 h 09

Un hydravion décolle du lac Fraser, en Colombie-Britannique, dans une épaisse fumée causée par les feux de forêt. Photo : David Luggi

Des vols ont été annulés, alors que d'autres ont été retardés dimanche dans différents aéroports à cause de la fumée qui se dégage des feux de forêt de la province.

L’aéroport international de Kelowna, l’aéroport régional de Penticton et l’aéroport West Kootenay de Castlegar ont vu plusieurs vols être annulés dimanche après-midi.

Selon le directeur à l’aéroport de Kelowna Sean Parker, la visibilité de moins d’un kilomètre rend les atterrissages dangereux pour les petits avions.

Je n’ai jamais vu d’aussi mauvaises conditions. C’est comme si on était dans le brouillard.
Sean Parker, directeur à l’aéroport international de Kelowna

À lire aussi :

L'air propre revient dans le sud du Manitoba
Feux de forêt : des communications « déficientes » nuisent aux Autochtones

Les passagers invités à s’informer

Dans un communiqué publié dimanche, Air Canada dit s’attendre à ce que ses vols en provenance et à destination de l’intérieur de la province continuent à être affectés par la fumée et la faible visibilité qu’elle engendre.

Les voyageurs qui prévoient se déplacer en avion sont invités à consulter les sites internet de leur aéroport de départ et de leur transporteur aérien pour connaître l’état de leurs vols.
La province toujours enfumée

Environnement Canada a placé pratiquement toute Colombie-Britannique sous une alerte de mauvaise qualité de l’air à cause de la fumée des feux répartis sur tout le territoire.
Une carte de la Colombie-Britannique sur laquelle les régions touchées par un avis de mauvaise qualité de l'air (soit presque toute la province) apparaissent en gris, alors que les quelques régions non touchées sont en blanc.
Un avis de mauvaise qualité de l'air a été émis pour pratiquement toute la Colombie-Britannique en raison de la fumée des feux de forêt. Photo : Environnement Canada

La Cote air santé, des régions de Vancouver, de la Vallée du Fraser et de l’Okanagan, ainsi que des alentours de Castlegar, Kamloops, Prince George, Quesnel, Whistler et Williams Lake est évaluée à 10 et plus, ce qui représente un « risque élevé » pour la santé, selon l’agence fédérale.

Les enfants, les personnes âgées et celles qui souffrent de problèmes cardio-vasculaires ou pulmonaires sont invités à rester à l’intérieur.

Il faudra encore quelques jours avant que la qualité de l’air s’améliore, prévient Environnement Canada.
Le saviez-vous?

La Cote air santé est indice de qualité de l’air conçu pour aider les Canadiens à prévoir leurs activités extérieures en évaluant les risques de la pollution atmosphérique pour la santé.

Elle a été établie et est régulièrement mise à jour par le gouvernement du Canada en collaboration avec les provinces et différents intervenants des domaines de la santé et de l’environnement.

La cote est mesurée sur une échelle de 1 à 10+, où 1 représente le risque le plus faible et 10+, le risque le plus élevé, selon l'échelle suivante:

1-3 - Risque faible;
4-6 - Risque modéré;
7-10 - Risque élevé;
10+ - Risque très élevé.

Avec les informations de Anis Heydari, Allison Dempster, Zahra Premji et la Presse canadienne

lire la suite et voir la carte
may49
may49
Modérateur

le 20/08/2018 à 07:30

Feux de forêt : des communications « déficientes » nuisent aux Autochtones

Publié le dimanche 19 août 2018 à 22 h 06

es chefs de Premières Nations de Colombie-Britannique dénoncent le morcellement des communications causé par les conflits de juridiction dans la lutte contre les feux de forêt.

Selon eux, l’information circule difficilement entre les districts régionaux, de juridiction provinciale, et leurs Nations, qui relèvent d’Ottawa.
À lire aussi :

Des Premières Nations demandent un plus grand rôle dans la lutte contre les feux en C.-B.
Ottawa intègre des Premières Nations de la Colombie-Britannique dans le Plan de protection des océans

Ordres d’évacuation au bout du fil

Miranda Louie, de la Nation Nadleh Whut’en, au centre de la province, indique que le district a appelé le chef Larry Nooski pour lui faire savoir que des ordres d’évacuation avaient été lancés.

Selon elle, il aurait dû participer à la réunion où les évacuations ont été décrétées plutôt que d’être informé par téléphone.

« On doit être assis à la table avec tous les autres, spécialement lorsqu’il est question de planification », soutient-elle.
Le district reconnaît les difficultés

Alors que les pompiers sont à pied d’oeuvre pour combattre les nombreux brasiers de la province, le président du district régional de Bulkley-Nechako, Bill Miller, reconnaît que les communications sont ardues.

« C’est difficile pour nous », dit-il, expliquant que « le système est déficient ».

« Nous devrions tous être assis à la même table, mais la seule façon dont on a réussi à faire quelque chose, c’est par ces appels téléphoniques », ajoute-t-il.

Ce n’est pas bien, pas la meilleure façon de faire les choses.
Bill Miller, président du district régional de Bulkley-Nechako

Responsabilités autochtones

Les conseils de bande sont responsables de lancer les alertes et les ordres d’évacuation pour les habitants de leurs réserves en coordination avec les autorités provinciales et celles du district, précise l’ancien ministre provincial des Relations avec les Autochtones et actuel député de Nechako Lakes, John Rustad.

Selon lui, le chef Nooski l’a appelé « en panic » lundi soir parce qu’il s’était rendu au camp culturel de la communauté où il n’a trouvé aucune mesure de sécurité malgré la présence d’un brasier à moins de trois kilomètres.
Le chef s’est alors assuré que personne ne restait sur place. Le feu y a, depuis, consumé quelques structures.
La province se défend

Les autorités provinciales ont entendu les inquiétudes des Premières Nations concernant les communications et tentent d’y répondre, indique par courriel la porte-parole du ministère des Forêts Dawn Makarowski.

Selon elle, l’évaluation des risques est faite en collaboration entre le service des incendies et les Autochtones.

« Les Premières Nations ont une grande connaissance des forêts. Nous travaillons à inclure leur sagesse et leur expérience dans notre approche et notre réponse aux feux de forêt », soutient-elle.

Le ministre provincial des Forêts, Doug Donaldson a indiqué vendredi qu’il avait déjà parlé au chef Nooski et qu’il devait le rencontrer.

« J’ai l’impression qu’ils sont bien inclus dans les communications maintenant », indique-t-il.
Derniers développements sur les feux de forêt en Colombie-Britannique

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 21/08/2018 à 07:07

Un feu de forêt contenu à West Vancouver

Publié aujourd'hui à 3 h 35

Un feu a éclaté lundi soir à West Vancouver. Photo : Twitter/W V Fire & Rescue
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Les pompiers ont évacué par précaution deux maisons de West Vancouver après le déclenchement d'un feu de forêt lundi soir près de Sunset Lane, entre l'autoroute 1 et le littoral. Les résidents ont pu rentrer chez eux rapidement.

Vingt-deux pompiers ont travaillé à contenir le feu, qui faisait environ 18 mètres par 36 mètres, selon le chef adjoint des pompiers de West Vancouver, Jeff Bush. Il avait préalablement décrit l'incendie comme « grand ».

Les gens qui empruntent Marine Drive peuvent s'attendre à des délais et il est conseillé d'éviter le secteur.

Cet incendie survient alors que les feux de forêt brûlent dans presque toutes les régions de la Colombie-Britannique.
À lire aussi :

Léger progrès dans la lutte contre les feux de forêt pour certains secteurs
Feu de forêt à West Vancouver

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 21/08/2018 à 07:09

La qualité de l’air pire à Vancouver qu’à Pékin

Publié aujourd'hui à 2 h 38

La qualité de l'air à Vancouver est fortement affectée par les feux de forêt qui font rage partout en Colombie-Britannique. Photo : Radio-Canada
Partager

Aller directement aux commentaires
0

La qualité de l'air à Vancouver est tellement mauvaise lundi que des villes connues pour leur haut taux de pollution atmosphérique, comme Pékin, ont un air plus respirable, selon aqcin.org, un site qui mesure la qualité de l'air dans le monde.

Sur une échelle de 1 à 10+, la cote air santé pour la région métropolitaine de Vancouver a atteint le 10+ à plusieurs reprises dans la journée, ce qui implique un risque très élevé d’impact sur la santé.

En raison des feux de forêt, un nombre inhabituellement grand de particules fines se trouve dans l’air. Comme l’explique le professeur en épidémiologie à l’Université d’Ottawa Éric Lavigne, ce type de particules libérées dans l’air par les incendies est similaire à celles issues de la circulation automobile.

C’est l’une des principales causes de la pollution dans les villes chinoises comme Pékin.

On sait qu’à Pékin, il y a des niveaux extrêmement élevés. Ils sont aux prises avec des problèmes de pollution atmosphérique sur une base quotidienne.
Éric Lavigne, professeur d'épidémiologie, Université d'Ottawa

Selon le site aqcin.org qui compile les données de sources gouvernementales locales, il y avait une « bonne » qualité de l’air lundi à Pékin, contre une qualité de l’air « mauvaise » à l’aéroport de Vancouver.
À lire aussi :

La fumée des feux de forêt force l’annulation de deux triathlons dans l’Okanagan
La fumée des forêts nuit à la qualité de l’air en Alberta

Les dangers des particules fines

Les particules fines peuvent pénétrer à l’intérieur des poumons, et se retrouver dans la circulation sanguine, indique Éric Lavigne, ce qui peut causer l’inflammation du système respiratoire et, à court terme, des problèmes vasculaires.

« On retrouve des niveaux qui sont 30 fois plus élevés que la normale, explique Éric Lavigne, donc même les personnes en santé peuvent en ressentir les effets négatifs, même à court terme. »

C’est pourquoi ils doivent prendre les précautions d’usage, c’est-à-dire réduire autant que possible l’effort physique et trouver refuge à l’intérieur, dans des endroits bien ventilés.

Dans une entrevue accordée lundi à Phare Ouest, le résident de Kelowna Julien Picault affirmait avoir modifié ses activités, lui qui a de jeunes enfants, pour ne pas les exposer à ces particules qui flottent dans l’air.

Dans les parcs où les enfants jouent normalement à cette période de l’année, il n’y a plus personne
Julien Picault, résident de Kelowna

À lire aussi :

Les feux de forêt polluent l'air presque partout en Colombie-Britannique
Comment la fumée des feux de forêt nous affecte-t-elle?

Amélioration attendue mercredi

Selon Environnement Canada, des vents d’ouest, en provenance de l’océan Pacifique, rendront l’air plus respirable à partir de mercredi à Vancouver et dans la vallée du Fraser.

Mais le nombre de feux de forêt – près de 600 – éparpillés un peu partout dans la province rend une amélioration globale moins sûre.

« Le défi, c’est que peu importe d’où viennent les vents, il y a des feux dans toutes les directions », soutient Matt MacDonald, d’Environnement Canada.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 21/08/2018 à 07:12

Léger progrès dans la lutte contre les feux de forêt pour certains secteurs

Publié le lundi 20 août 2018 à 17 h 34

Les conditions météorologiques ont permis de faire de légers progrès dans la lutte contre les feux de forêt au courant de la fin de semaine, a indiqué le Service de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique. Les pompiers ont pu limiter la progression du feu de Shovel Lake, près de Prince George, et de celui de Meachen Creek, dans les Kootenays.

Une opération d'allumage planifiée a été effectuée par les équipes qui combattent les incendies dans le corridor entre Smithers et Prince George, dans le centre-nord de la province.

En brûlant les combustibles sur une distance de 6 kilomètres, entre le lac Stern et le ruisseau Ormond, les pompiers espèrent freiner la croissance du feu de Shovel Lake, qui s’étend sur près de 850 kilomètres carrés.

Cet incendie est actuellement le plus important de la Colombie-Britannique et a mené à plusieurs centaines d’ordres et d’alertes d’évacuation. Environ 2800 évacués sont enregistrés au Centre de soutien d’urgence de Prince George.

Dans les Kootenays, le Service de lutte contre les incendies soutient que des vents en provenance du nord-est et du nord-ouest ont repoussé le feu de Meachen Creek sur lui-même.

Les 4500 habitants de Kimberley sont sous alerte d’évacuation en raison de cet incendie. Ils doivent donc être prêts à quitter leur domicile à tout moment.

« La météo nous a beaucoup aidés en fin de semaine, et pas seulement les vents, indique le maire de la ville, Don McCormick. Le temps était plus frais et c’était beaucoup plus humide. »
À lire aussi :

Plus de 560 feux de forêt toujours en activité
Feux de forêt : des communications « déficientes » nuisent aux Autochtones

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 21/08/2018 à 07:13

La fumée des feux de forêt force l’annulation de deux triathlons dans l’Okanagan

Publié le lundi 20 août 2018 à 15 h 53

Le soleil perce difficilement la fumée des feux de forêt à Kelowna Photo : Radio-Canada/Brady Strachan
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Deux triathlons auxquels devaient participer des athlètes professionnels ont été annulés, dimanche, à Kelowna et à Penticton, en Colombie-Britannique, en raison de la fumée et de la mauvaise qualité de l'air.

Des athlètes en provenance de 19 pays étaient présents à Penticton pour participer au triathlon Super League, qui sert de qualification pour les championnats du monde. À la suite de l’annulation de la compétition, les organisateurs ont décidé que les 10 premiers athlètes féminins et masculins pourront prendre part au premier tour des championnats mondiaux, qui auront lieu au Royaume-Uni, en septembre.

Le triathlon de Kelowna devait quant à lui remplacer un championnat canadien annulé cette année.

Triathlon Canada a affirmé que l’annulation de ces manifestations serait prise en compte dans la sélection des athlètes pour les Jeux panaméricains.
Risque très élevé à travers la province

Selon l’échelle utilisée par Environnement Canada pour évaluer la qualité de l’air, le niveau de risque a été très élevé pendant toute la fin de semaine dans l’Okanagan et continue d’être inquiétant dans l’ensemble de la province.

Lundi matin, la cote « air santé » est à 10+, sur une échelle de 1 à 10+, pour le nord-ouest du Grand Vancouver, Squamish, Whistler, Nanaimo, l’est de la vallée du Fraser, l’Okanagan et Castlegar.
À lire aussi :

Comment la fumée des feux de forêt nous affecte-t-elle?
Plus de 560 feux de forêt toujours en activité
Feux de forêt: la fumée perturbe le transport aérien

Prince George, Kamloops, Williams Lake et Quesnel pourrait également atteindre le même niveau de risque au cours de la journée, d’après les prévisions.

Environnement Canada et les professionnels de la santé recommandent de rester à l’intérieur et d’éviter de faire des activités physiquement exigeantes à l’extérieur.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 21/08/2018 à 07:24

Des étudiants en foresterie partis aider à combattre les feux de forêts à travers le Canada

Publié aujourd'hui à 2 h 44

Trois étudiants du Collège de Technologie forestière des Maritimes de Fredericton affirment avoir gagné beaucoup d'expérience au cours de l'été en travaillant comme pompiers en Alberta et au Québec, alors que la saison a connu de nombreux feux de forêt.

Pour Joel Tremblay et Nichole Selk, toute expérience est bénéfique en tant qu’étudiants. Un de leurs pairs, Wesley Currie, est toujours sur le terrain, en train de combattre des incendies dans le nord de l’Alberta. Le programme d’étude de ces trois jeunes au Collège de Technologie forestière des Maritimes de Fredericton, comprend la gestion des feux de forêt.

Nichole Selk assure même être déçue de devoir refuser une offre pour aller combattre les feux en Colombie-Britannique parce que l’année scolaire recommence bientôt.

Il y a quelque chose de tellement satisfaisant dans le fait d’aider d’autres personnes et d’autres communautés.
Nichole Selk, étudiante en foresterie

Il ne faudrait pas pour autant croire que le travail est facile, assure Joel Tremblay, qui rappelle qu’un pompier doit porter son propre équipement, qui peut peser jusqu’à 120 livres.

"Ça devient très lourd quand tu le portes 16 heures par jour durant quelques semaines", lance l'étudiant.

Chaque feu qu’ils ont aidé à combattre leur a apporté une expérience unique, concluent-ils
28 pompiers du Nouveau-Brunswick en Colombie-Britannique

Près d’une trentaine de pompiers du Nouveau-Brunswick sont présentement en Colombie-Britannique pour aider à combattre les 545 feux de forêt dévastateurs qui sévissent présentement sur la côte ouest du Canada.

Quatre chefs d'équipes sont parties en fin de semaine vers Merritt alors que 20 pompiers néo-brunswickois sont déjà à Wild Goose Lakes. Quatre superviseurs de division sont quant à eux près de Shovel Lake.

À lire aussi :

La Colombie-Britannique décrète l’état d’urgence en raison des feux de forêt

lire la suite et voir la carte
may49
may49
Modérateur

le 22/08/2018 à 06:38

Feux de forêt : Justin Trudeau rencontrera des évacués à Prince George

Publié aujourd'hui à 3 h 03

Le premier ministre Justin Trudeau se rendra jeudi matin à Prince George en Colombie-Britannique pour rencontrer des personnes évacuées en raison des immenses feux de forêt. Il l'a annoncé en compagnie de son homologue provincial, John Horgan, qu'il rencontrait à Nanaimo mardi.

« Évidemment, nos pensées sont avec les premiers répondants, les pompiers et les résidents qui luttent contre les feux de forêt qui font rage partout dans la province », a-t-il déclaré.

Justin Trudeau se trouve à Nanaimo en compagnie de son cabinet, qu'il a remanié en juillet.

C’est la première fois qu’il rencontre le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, depuis l’annonce de l’achat du pipeline Trans Mountain par le gouvernement fédéral.
À lire aussi :

Feux de forêt : ce pourrait être la nouvelle norme, s'inquiète John Horgan
Trans Mountain : le fédéral est maintenant responsable, selon John Horgan

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 22/08/2018 à 06:53

Les militaires prêtent main-forte aux pompiers

Publié le mardi 21 août 2018

Les forces armées canadiennes sont actuellement sur le terrain pour aider les pompiers à combattre les feux de forêt en Colombie-Britannique. La lieutenante de vaisseau Melissa Kia, officière des affaires publiques des Forces Maritimes Pacifique, explique le travail des militaires et la coordination des équipes.

écouter
may49
may49
Modérateur

le 22/08/2018 à 06:55

Feux de forêt : ce pourrait être la nouvelle norme, s'inquiète John Horgan

Publié le mardi 21 août 2018 à 21 h 36 Mis à jour à 5 h 11

La Colombie-Britannique doit être mieux préparée pour lutter contre les incendies de forêt, selon le premier ministre de la province, John Horgan, qui visite mardi les zones touchées par les feux dans le centre-nord de la province en compagnie du ministre de la Défense nationale, Harjit Sajjan.

Les deux politiciens se sont adressés aux médias, à Prince George, en fin de matinée, avant de se rendre dans le secteur de Burns Lake.
La nouvelle norme

John Horgan indique que les forêts de la Colombie-Britannique sont « exceptionnellement sèches ».

« Je ne veux accuser personne, mais à travers les décennies, nous n’avons pas bien nettoyé nos forêts, dit-il. Il y a trop de carburant pour les feux qui est laissé derrière et nous devons nous attaquer à cela. »

Le premier ministre se dit inquiet que les feux de forêt qui ravagent la province soient devenus la nouvelle norme. La situation actuelle témoigne, selon lui, des « ravages des changements climatiques ».
À lire aussi :

Les militaires prêtent main-forte aux pompiers
Feux de forêt : la journée s'annonce difficile dans le secteur de Burns Lake

Après les incendies historiques de l’été 2017, un rapport contenant 108 recommandations a été présenté à la province, le 10 mai dernier. Les auteurs du document ont, entre autres, souligné l’importance de la communication avec les Premières Nations.

Selon John Horgan, le gouvernement a répondu à environ la moitié de ces recommandations, mais certaines mesures n’ont pas eu le succès espéré.

Dans certains secteurs où nous croyions avoir amélioré la communication entre les districts régionaux, les communautés autochtones et le gouvernement provincial, les gens sont revenus aux pratiques qu’ils comprennent et qu’ils connaissent depuis longtemps, plutôt que d’utiliser les nouvelles techniques suggérées dans le rapport.
John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

Le premier ministre affirme que son gouvernement a été obligé de suspendre l’étude du rapport, afin de se concentrer sur la lutte contre les feux de forêt. « Dès que la pluie arrive, nous allons nous préparer pour l’an prochain », affirme John Horgan.
Dépassement budgétaire

Comme en 2017, les dépenses du Service de lutte contre les incendies de la Colombie-Britannique ont dépassé le montant prévu dans le budget provincial cet été. Une situation qui se répète année après année, selon John Horgan.

« Manifestement, la façon traditionnelle d’établir les budgets pour la saison des feux est risible, affirme-t-il. Ce n’est pas quelque chose qui est nouveau cette année, cela dure depuis 30 ans. On établit un montant , on l'écrit dans les livres et on espère que tout ira pour le mieux. »

Le premier ministre assure toutefois que, peu importe les sommes prévues au budget, des fonds sont disponibles pour répondre aux besoins.

lire la suite et voir la vidéo
may49
may49
Modérateur

le 22/08/2018 à 07:03

Feux de forêt en Ontario : les renforts de l’extérieur repartent chez eux

Publié aujourd'hui à 2 h 55

Tous les pompiers venus du Mexique, des États-Unis et d'ailleurs au Canada pour combattre les feux de forêt en Ontario étaient retournés dans leur pays ou province mardi.

Ces pompiers ont aidé leurs collègues ontariens à combattre plusieurs des 1100 feux qui ont été allumés depuis le début de l'année.

Les pompiers ontariens ont encore à leur disposition de l’équipement prêté par d’autres provinces.

Le ministère des Richesses naturelles et des Forêts (MRNF) continue de surveiller de près la situation dans le Nord-Ouest où 16 nouveaux incendies ont été allumés mardi, pour un total de 71 feux actifs.

Le risque d’incendie est extrême dans les secteurs de Kenora, Fort Frances et Dryden.
Une pluie bénéfique dans le Nord-Est

Selon Isabelle Chénard, porte-parole du MRNF, le feu Parry Sound 33 devrait recevoir environ 20 mm de pluie mardi et mercredi.

Mme Chénard précise que les précipitations ne tomberont pas nécessairement sur toute la zone du feu : "La pluie réduit le potentiel d’incendie, mais pas de façon uniforme. Cela reste quand même une bonne nouvelle".

a région compte 35 feux actifs, dont seulement 1 qui est non maîtrisé.

Le ministre Jeff Yurek a affirmé que les ressources de la province pourront être mises à contribution dans l’ouest du pays maintenant que la situation s’est améliorée dans le Nord-Est.

Depuis le début de la saison, les feux ont brûlé 246 096 hectares de forêts dans la province.

C’est presque le triple de l’an dernier à la même date, alors que 86 783 hectares avaient été consumés par les flammes.
Les différentes catégories de feux de forêt

Non maîtrisé : lorsqu’un nouveau feu de forêt apparaît, il est immédiatement classé comme « non maîtrisé » par le MRNF, jusqu’à ce que des mesures d’extinction soient mises en œuvre. Il demeure non maîtrisé s’il ne semble pas ralentir sa progression en dépit des efforts d’extinction.
Contenu : un incendie de forêt non maîtrisé est rétrogradé à « contenu » lorsque, compte tenu des efforts déployés pour l’éteindre et des prévisions météorologiques, il n’est pas susceptible de s’étendre davantage. Le périmètre de l’incendie est complètement circonscrit avec des boyaux d’arrosage.
Maîtrisé : décrit un incendie de forêt dont l’expansion a été complètement freinée.
Éteint : un feu de forêt est déclaré « éteint » lorsque les pompiers parviennent à y mettre fin.

voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 23/08/2018 à 07:09

Moins de fumée dans l’air, mais peu de répit pour les pompiers dans les jours à venir

Publié le mercredi 22 août 2018 à 23 h 25

Au cours des prochains jours, les conditions météo devraient chasser la fumée qui nuit à la qualité de l'air dans une grande partie de la Colombie-Britannique. Les faibles précipitations attendues dans certaines régions risquent toutefois d'être insuffisantes pour mener à de réels progrès dans la lutte contre les feux de forêt.

« Dans les deux prochains jours, on va finalement être soulagé de cette mauvaise qualité de l’air avec laquelle on a vécu dans les dernières semaines », indique le météorologue d’Environnement Canada Philippe-Alain Bergeron.

Pour l’instant, le niveau de risque pour la santé demeure élevé ou très élevé dans plusieurs régions de la province, d’après la Cote air santé d’Environnement Canada.
Plusieurs immeubles vus de loin et de haut, dont le stade Rogers, enveloppés de fumée, on ne voit pas du tout les montagnes au-delà de la ville.
La fumée des feux de forêt nuit à la qualité de l'air à Vancouver et dans plusieurs régions de la Colombie-Britannique. Photo : Radio-Canada

Le vent devrait pousser l’air en provenance de l’océan pacifique vers l’intérieur de la province et, ainsi, repousser la fumée, explique Philippe-Alain Bergeron.

« Ce sera une amélioration progressive, soutient-il. Dès cette nuit pour la côte ouest de l’île de Vancouver et ça va ensuite progresser jusqu’à Victoria et finalement jusqu’à Vancouver dans la journée de jeudi. »

Dans l’intérieur de la Colombie-Britannique, la qualité de l’air pourrait continuer de se détériorer dans les prochains jours, mais l’air provenant de l’océan devrait éventuellement atteindre le secteur, selon le météorologue.
D’autres résidences évacuées dans le nord de la province

Mercredi matin, le District régional de Bulkley-Nechako a étendu un ordre d’évacuation lié au feu de forêt du lac Torkelsen, au nord-ouest de Burns Lake.

Le District régional de Cariboo a également lancé de nouveaux ordres d’évacuation pour les secteurs du lac Whitton et du lac Gotchen.

De plus, les résidents de Lower Post, à la frontière nord la province, ont eux aussi dû quitter leurs résidences mardi soir. Ils ont été accueillis par les habitants du village de Watson Lake, au Yukon.
À lire aussi :

Feux de forêt : ce pourrait être la nouvelle norme, s'inquiète John Horgan
Feux de forêt : Justin Trudeau rencontrera des évacués à Prince George

Environ 560 feux de forêt continuent de brûler à travers la Colombie-Britannique, dont 56 sont considérés comme importants par le service de lutte aux feux de forêt de la province, en raison de leur taille ou de leur proximité avec des communautés.
De la pluie, mais pas assez

De la pluie est attendue en Colombie-Britannique dans la prochaine semaine, mais d’après les prévisions des météorologues.

« Pour l’instant, on ne parle pas encore de pluie généralisée, ce qui est ce qu’on espérerait idéalement pour faire beaucoup de progrès et pour éteindre les feux », dit Philippe-Alain Bergeron.

« Nous nous attendons à de légères précipitations dispersées à travers certains secteurs de la province, mais certainement pas assez de pluie pour donner un réel répit », affirme Ryan Turcot du service de lutte aux feux de forêt de la Colombie-Britannique.
La Cote air santé

La Cote air santé est un instrument conçu pour évaluer les risques de la pollution atmosphérique pour la santé.

Elle a été établie et est régulièrement mise à jour par le gouvernement du Canada en collaboration avec les provinces et différents intervenants des domaines de la santé et de l’environnement.

La cote est mesurée sur une échelle de 1 à 10+, où 1 représente le risque le plus faible et 10+, le risque le plus élevé, selon l’échelle suivante:

1-3 - Risque faible;
4-6 - Risque modéré;
7-10 - Risque élevé;
10+ - Risque très élevé.

Source: Environnement Canada

lire la suite et voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 24/08/2018 à 06:55

Les Français enfumés par le Canada

Publié le jeudi 23 août 2018 à 22 h 05

es habitants de l'ouest de la France ont vu leur ciel se voiler dimanche à cause des feux de forêt qui sévissent en Colombie-Britannique. La fumée s'est, en effet, déplacée en masse vers l'Europe.

Un texte de Mathilde Monteyne

Les médias et les météorologues français se sont intéressés au Canada, cette fin de semaine, alors que la fumée en provenance de la Colombie-Britannique atteignait les Pays de la Loire ainsi que l’est de la Bretagne et la Normandie.

Le journal Ouest-France a ainsi mentionné un « ciel voilé », dimanche, du fait des incendies qui ont déjà ravagé « l’équivalent d’un ou deux départements français ».
Une carte de l'Europe montre un rai de fumée au-dessus d'un bout de l'Espagne du Nord-Ouest et sur l'ouest de la France et la Belgique.
Trajectoire de la fumée le 19 août en France Photo : Copernicus Atmosphere Monitoring Service

Samuel Desmarchais, un géographe français passionné de météorologie, mentionne « une teinte bleu-gris du ciel », le 19 août. Il explique que les particules de fumées en Colombie-Britannique ont parcouru plus de 8000 km au-dessus de l’océan Atlantique, pour atteindre le continent européen.
Comment cela se fait-il?

D’après Samuel Desmarchais, c’est le résultat des courants-jets, qui sont des vents de haute altitude pouvant souffler à plusieurs centaines de kilomètres/heure et qui parcourent la planète d’ouest en est. « L’Europe se situant à l’est du continent américain, elle est parfois destinataire de la pollution en provenance de celui-ci », dit-il.

Il ajoute que c’est le même processus qui joue lors des éruptions volcaniques dont les cendres peuvent faire plusieurs fois le tour de la Terre.

De tels événements intercontinentaux nous rappellent que nous sommes tous solidaires de notre atmosphère.
Samuel Desmarchais, géographe français

Natalie Hasell, météorologue de sensibilisation aux alertes pour Environnement Canada à Winnipeg, confirme qu’il ne s’agit pas d’un phénomène exceptionnel.

Elle explique que, pendant la saison des feux de forêt ou de végétation, le Canada a déjà reçu de la fumée provenant de l’Alaska ou de Russie. De même, on a déjà vu, lors de tempêtes, le sable du Sahara atterrir sur la côte de l’Amérique du Sud.
À lire aussi :

Les feux de forêt polluent l'air presque partout en Colombie-Britannique
Plus de 560 feux de forêt toujours en activité
La Colombie-Britannique décrète l’état d’urgence en raison des feux de forêt

Quant à savoir si la fumée va persister, tout dépend, dit-elle, de la stabilité dans l’atmosphère et de la circulation de l’air. « Si on a une zone qui est plutôt stable, où il n’y a pas beaucoup de mélanges, il n’y a aucune raison que cette fumée s’arrête », explique-t-elle.

En ce qui concerne le Manitoba, elle affirme que, « aussi longtemps que la source de fumée continue d’exister -- et on n’a pas beaucoup de pluie dans les prévisions des prochains jours pour la Colombie-Britannique --, la situation ne va probablement pas s’améliorer énormément ».

Elle s’attend donc à ce que l’on observe plusieurs journées de fumée, sous un ciel peu clair.

lire la suite et voir la carte
may49
may49
Modérateur

le 24/08/2018 à 06:59

Trois maisons de Lower Post emportées par les flammes

Publié aujourd'hui à 0 h 33

Les personnes évacuées du petit village de Lower Post, à la frontière de la Colombie-Britannique et du Yukon, ont appris mercredi soir que trois maisons avaient été la proie des flammes.

Le feu de forêt causé par la foudre les a délogés de leur domicile mardi et le chef adjoint Fred Lutz, en survolant le village mercredi, a dénombré trois maisons ravagées.
carte montrant l'emplacement de l'incendie à la frontière du Yukon et de la Colombie-Britannique
L'incendie du ruisseau Lutz découvert samedi a atteint jeudi matin 6000 hectares et est considéré comme non maîtrisé. Photo : BC Wildfire Service

L’incendie du ruisseau Lutz brûle sur 6000 hectares à environ cinq kilomètres du village de Lower Post. Les autorités de la Colombie-Britannique indiquent sur leur site web que les 33 pompiers ont dû être éloignés de la ligne de feu tôt jeudi matin en raison de l’intensité du brasier.

À lire aussi :

Moins de fumée dans l’air, mais peu de répit pour les pompiers dans les jours à venir
Un feu de forêt grossit dans le sud-est du Yukon

Walter Carlick, du conseil Daylu Dena, affirme que 120 à 150 personnes ont été relogées, la plupart chez des amis ou de la famille, à Watson Lake, à quelque 20 kilomètres du village.

« Les gens s’entraident là où ils le peuvent », dit-il. « Nous avons également les services d’urgence de la Colombie-Britannique qui travaillent avec nous pour s’organiser, trouver de l’hébergement. »

Le centre récréatif de Watson Lake a été désigné comme centre d’hébergement d'urgence, mais mercredi, seuls quatre lits étaient occupés. La salle toutefois accueille les sessions d’information publique des autorités.
Brasier intense
ciel enflammé derrière les maisons
Les résidents de Lower Post ont dû quitter le village mardi alors que le feu du ruisseau Lutz s'approchait dangereusement. Photo : Danni Carpenter

Kris Johnson, de la Section de la gestion des feux de forêt du Yukon, a expliqué lors de la session d’information de mercredi soir que la situation était comme de se trouver « dans une fournaise ».
Kris Johnson dans son uniforme au micro
Kris Johnson, de la Section de la gestion des feux de forêt du Yukon, a expliqué aux sinistrés que le brasier était si intense que c'était comme de se trouver « dans une fournaise ». Photo : Radio-Canada/Philippe Morin

« Je me sentais comme si je marchais dans un stationnement et que des mégots de cigarettes me tombaient dessus tellement il y avait d’étincelles. »

Des systèmes d’arrosage ont été installés pour protéger les maisons du village, mais avec des vents forts qui pourraient s’intensifier jeudi, les résidents demeurent inquiets après l’annonce de la perte de trois résidences.
un homme écoute
Les évacués de Lower Post ont obtenu mercredi soir les dernières informations sur le feu de forêt. Photo : Radio-Canada/Philippe Morin

« Il y a de quoi être inquiet, Seigneur! », affirme Charles Pete, qui a quitté le village mardi aussitôt l’avis des autorités lancé. « Il y a beaucoup de choses dans notre maison [...] Ça brûlait fort, c’était très chaud. »

Les autorités estiment que l’ordre d’évacuation demeurera en vigueur pour une autre semaine environ.

Tony Falco, directeur adjoint du centre des feux du Nord-Ouest, affirme que sans le travail des pompiers, il y aurait eu beaucoup plus de pertes. « Ils sont restés le plus longtemps possible et ont fait tout ce qu’ils pouvaient avec ce qu’ils avaient. »

Avec les informations de Philippe Morin, CBC News

lire la suite voir la carte et les photos
may49
may49
Modérateur

le 24/08/2018 à 07:10

Les feux de forêt accélèrent la fonte du pergélisol

Publié le mercredi 22 août 2018 à 19 h 26

es incendies des 30 dernières années pourraient être responsables de près du quart de la fonte du pergélisol observée dans les tourbières en Alberta et dans les Territoires du Nord-Ouest.

Selon une étude de l'Université de l'Alberta, les feux auraient aussi triplé le rythme des fontes soudaines du pergélisol, qui sont souvent considérées comme irréversibles.

Notre climat devient trop chaud. Ces écosystèmes sont en quelque sorte transformés définitivement.
Carolyn Gibson, chercheuse spécialisée dans le pergélisol

La chercheuse Carolyn Gibson, l’auteure principale de l’article paru dans la revue Nature Communications, étudie désormais en doctorat à l’Université de Guelph.

Elle a participé à des recherches sur les tourbières du nord de l’Alberta et de la région de Fort Simpson, dans les Territoires du Nord-Ouest, pour sa maîtrise à l’Université de l’Alberta.
Portrait de la chercheuse Carolyn Gibson depuis les airs, au-dessus d'une région boisée de la région de Fort Simpson, T.N.O.
La chercheuse Carolyn Gibson a participé à des observations dans les Territoires du Nord-Ouest et le nord de l'Alberta. Photo : Carolyn Gibson

Les autres chercheurs et elle concluent que l’effet des feux de forêt s’étale sur plusieurs années et que le pergélisol continue de se dégrader, même si les arbres repoussent.
À lire aussi :

Les feux de forêt seront de plus en plus nombreux
Les bâtiments du nord face au dégel

La fonte du pergélisol libère des quantités importantes de carbone, ce qui contribue aux changements climatiques.

Le sol devient aussi plus instable, ce qui dégrade les routes et provoque des fissures dans les bâtiments, explique Carolyn Gibson. L’habitat du caribou devrait aussi se réduire.

Mieux comprendre la fonte du pergélisol permettra de prendre de meilleures décisions pour la construction des infrastructures et de réfléchir à des stratégies pour s’adapter, espère la chercheuse.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 24/08/2018 à 07:19

L'incendie Parry Sound 33 est maintenant maîtrisé

Publié le jeudi 23 août 2018 à 18 h 41 Mis à jour le 23 août 2018 à 20 h 52

L'incendie Parry Sound 33 est maintenant maîtrisé. C'est ce qu'a confirmé le bureau sudburois du ministère des Richesses naturelles et des Forets.

Depuis 10 h jeudi, cet incendie que les autorités ont mis plus d’un mois à contenir est maintenant passé dans la catégorie des feux maîtrisés, ce qui veut dire que son expansion est complètement freinée.

Cet incendie a consumé 11 362 hectares de végétation.

Il avait forcé l’évacuation d’une Première Nation et de campeurs, en plus de mettre en état d’alerte d’évacuation la municipalité de Rivière des Français.

Ça fait du bien, mais ça ne change pas l'idée que le temps est encore bien sec partout et qu'il pourrait y avoir un autre feu qui reparte.
Claude Bouffard, maire de Rivière des Français

Photos de la rue principale avec et sans fumée.
C’est la fumée qui avait incité les autorités à lancer une alerte d’évacuation pour certains secteurs de la municipalité de Rivière des Français au plus fort de l’incendie Parry Sound 33. Photo : Radio-Canada/Justine Cohendet/Francis Ferland

La municipalité autorisera les feux de camp dès minuit, mais elle ne donnera pas de permis de brûlage jusqu’à ce qu’il pleuve suffisamment.

Au plus fort de la crise, l’incendie Parry Sound 33 avait nécessité près de 300 pompiers de partout au pays et même du Mexique.

lire la suite et voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 24/08/2018 à 07:40

Incendies en C-B: les Autochtones ne doivent plus être désavantagés, dit Trudeau

Laura Kane, La Presse canadienne 23 août 2018

PRINCE GEORGE, C.-B. — Le premier ministre Justin Trudeau s’est engagé à combler les écarts entre les communautés autochtones et les municipalités dans la lutte contre les incendies de forêt, jeudi, après avoir rencontré des dirigeants locaux confrontés à des flammes périlleuses en Colombie-Britannique.

M. Trudeau a reconnu l’existence d’un fossé entre les ressources des municipalités, qui travaillent avec le gouvernement provincial sur les incendies de forêt, et les réserves des Premières Nations, qui sont de compétence fédérale.

«Les municipalités obtiennent des ressources des provinces, mais lorsque la communauté autochtone voisine se tourne vers la province en disant: « Bon, nous avons besoin de ressources », (la réponse est) « Bon, vous êtes une responsabilité fédérale »», a-t-il souligné.

«Nous devons éclaircir ces canaux et veiller à ce que les gens obtiennent ce dont ils ont besoin, qu’ils appartiennent à une communauté autochtone ou à une communauté non autochtone», a ajouté le premier ministre.

M. Trudeau a pris congé de la réunion du cabinet fédéral qui se tenait mercredi et jeudi à Nanaimo, sur l’île de Vancouver, pour se rendre à Prince George, dans le centre de la province, afin de rencontrer les personnes qui travaillent pour maîtriser certains des 563 incendies de forêt qui ont ravagé plus de 6000 kilomètres carrés de territoire.

Le premier ministre a notamment rencontré le responsable des services contre les incendies Tom Reinboldt, le maire Lyn Hall et un membre de la législature locale, John Rustad, dans la caserne des pompiers de la localité, avant de serrer la main de membres de l’équipe sous un ciel enfumé.

La Colombie-Britannique a déclaré l’état d’urgence sur les incendies de forêt pour la deuxième fois en autant d’années et M. Trudeau a affirmé qu’il était important de réunir tous les ordres de gouvernement pour s’adapter à la «nouvelle réalité» des phénomènes météorologiques extrêmes.

Les choses se sont améliorées depuis l’année dernière, mais il reste encore du travail à faire pour que les communautés autochtones soient également protégées des incendies de forêt, a dit M. Trudeau.

«Nous devons nous assurer que les gens soient en sécurité et que les maisons et les moyens de subsistance soient protégés. Nous travaillons beaucoup là-dessus et nous continuerons à le faire. Nous avons apporté d’importantes améliorations, mais (…) il reste encore beaucoup à faire», a admis M. Trudeau.

Coordonner les efforts

Le premier ministre a chargé plusieurs ministres de son cabinet de coordonner les efforts de soutien, de rétablissement et de reconstruction, alors que les deux ordres de gouvernement travaillent de concert pour aider les victimes.

M. Trudeau a affirmé que ses pensées allaient à ceux qui ont perdu leur maison dans les flammes. Plus de 40 structures ont été détruites à Telegraph Creek, dans le nord de la Colombie-Britannique, dont 21 sur le territoire de Tahltan.

«Ce que font les Canadiens, c’est de se défendre mutuellement en période de difficultés. Nous sommes tous navrés de la situation extraordinairement difficile que vivent les gens», a-t-il déclaré.

«Les gens vivent dans ces communautés depuis des générations, depuis des millénaires dans le cas des communautés des Premières Nations, et leur attachement est profond. Il est extrêmement difficile d’observer votre gagne-pain et peut-être l’avenir de vos enfants partir en fumée», a ajouté M. Trudeau.

Le grand chef Ed John, du Sommet des Premières Nations, a dit avoir rencontré le premier ministre tôt jeudi et avoir transmis le message que les groupes autochtones sont surchargés par les incendies de forêt et qu’ils s’attendent à ce que la situation s’aggrave avec le changement climatique.

Bien que les Premières Nations ne constituent que cinq pour cent de la population, elles représentent 50 pour cent ou plus des personnes évacuées pour tous les types d’évacuations, a souligné M. John.

Le grand chef a réclamé un fonds fédéral de 200 millions $ pour aider les 203 communautés autochtones de la province à élaborer des plans de gestion des urgences, à former du personnel et à acheter de l’équipement au cours des quatre prochaines années. Le premier ministre semblait ouvert à en discuter, a dit M. John.

La carte de risques d’incendies de forêt publiée par le gouvernement de la Colombie-Britannique indique une cote de danger extrême ou élevée dans pratiquement toute la province. Les prévisions météorologiques prévoient toutefois un temps plus frais et de possibles averses possibles, mais il pourrait aussi y avoir des éclairs avec la pluie.

source
may49
may49
Modérateur

le 25/08/2018 à 07:34

Le parc national des Lacs-Waterton fermé à cause d’un incendie

Publié le vendredi 24 août 2018 à 15 h 31 Mis à jour le 24 août 2018 à 20 h 32

La plus grande partie du parc national des Lacs-Waterton, dans le sud de l'Alberta, est fermée en raison d'un incendie, annonce Parcs Canada, qui invite les personnes présentes à se tenir prêtes à l'évacuer.

Le feu qui n’est pas maîtrisé se trouvait au sud de la frontière avec les États-Unis vendredi matin, à environ cinq kilomètres au sud de la localité de Waterton.

Le directeur du parc Ifan Thomas a interdit l’accès à tout le parc, à l’exception du village de Waterton et des routes 5 et 6 qui permettent l’accès au parc.

Le système d’alerte de la province de l’Alberta invite à éviter la région.
À lire aussi :

C.-B. : Trois maisons de Lower Post emportées par les flammes
Après le feu, la faune est de retour à Waterton

Les responsables préviennent que « le préavis pourrait être court » si une évacuation obligatoire devenait nécessaire.

En attendant, ils ont fermé tous les chemins de randonnée et évacué les terrains de camping dans l’arrière-pays.

Le feu a été repéré jeudi après-midi et a rapidement grandi en raison du vent. Vendredi matin, il s’étendait sur environ 700 hectares.

Des hélicoptères sont mobilisés pour ralentir la progression des flammes.

En septembre dernier, un ordre d’évacuation obligatoire avait été en vigueur pendant deux semaines en raison de l’incendie Kenow, qui avait ravagé une partie du parc. Cinq résidences proches du parc et le centre d’information ont été détruits.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 25/08/2018 à 07:38

Des pompiers de l’Est-du-Québec dépêchés en Colombie-Britannique

Publié le vendredi 24 août 2018 à 20 h 18

Des pompiers de la Société de protection des forêts contre le feu (SOPFEU) de la Côte-Nord, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie prêteront main-forte à la Colombie-Britannique qui est aux prises avec des centaines d'incendies de forêt.

La base de la Société de protection des forêts contre le feu de Baie-Comeau dépêche huit pompiers forestiers dans l’Ouest canadien pour deux semaines, alors que celles du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie en envoient six.

Les pompiers forestiers des régions de l'Est-du-Québec font partie des 42 pompiers du Québec qui se sont envolés mercredi et vendredi pour aller aider leurs collègues de la Colombie-Britannique à combattre les importants feux de forêt dans cette province.
Des bandes oranges au sol et vertes dans le ciel étoilé dans une région montagneuse.
La lueur des feux de forêt fait concurrence à celle des aurores boréales près de Fraser Lake, un village situé à 150 km à l'ouest de Prince George, dans le nord de la Colombie-Britannique. Photo : David Luggi

L’incendie le plus étendu de la province est celui de Shovel Lake, qui a brûlé près de 91 000 hectares à l’ouest de Prince George.

Le contingent de la base de Baie-Comeau comprend quatre pompiers forestiers de Baie-Comeau, deux de Sept-Îles et autant de Havre-Saint-Pierre.

Au cours de l'été, la SOPFEU a aussi envoyé des équipes en Saskatchewan et en Ontario.

D’après les informations de Pierre Roberge.

voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 25/08/2018 à 07:40

La fumée demeure un défi pour les pompiers en C.-B.

Publié le vendredi 24 août 2018 à 22 h 28

Les températures diminuent en Colombie-Britannique, ce qui apporte un certain soulagement aux équipes qui luttent contre les feux de forêt. Malgré tout, les pompiers demeurent très occupés, avec près de 560 incendies qui continue de brûler à travers la province.

« On commence à remarquer un changement dans les conditions météorologiques », souligne Kyla Fraser, du Service des feux de forêt de la Colombie-Britannique.

L’air est plus frais et il risque d’y avoir des averses, ce qui va certainement aider la situation.
Kyla Fraser, agente d'information du Service des feux de forêt de la Colombie-Britannique

Selon Environnement Canada, les légères précipitations attendues au cours de la fin de semaine ne seront toutefois pas suffisantes pour apporter une vraie amélioration.

De plus, la fumée qui recouvre toujours certaines parties du territoire demeure un défi de taille, indique Kyla Fraser. « C’est difficile de déterminer l’étendue des feux et de déceler les nouveaux incendies, explique-t-elle. Et en ce qui concerne le soutien aérien, certains appareils sont cloués au sol à cause de la fumée. »
Images satellites de la Colombie-Britannique, où on voit de gros nuages gris.
Des images captées par satellite permettent de voir d'imposants nuages de fumée au-dessus de la Colombie-Britannique. Photo : Deimos Imaging, an UrtheCast Company

Pour le moment, 59 feux sont considérés comme des incendies d’importance à travers la province.

Avec une superficie de près de 1200 kilomètres carrés, le feu de forêt du lac Alkali, au sud de Williams Lake, est désormais le plus imposant.
À lire aussi :

L'air marin chasse la fumée des feux de forêt en C.-B.
Trois maisons de Lower Post emportées par les flammes
Moins de fumée dans l’air, mais peu de répit pour les pompiers dans les jours à venir

lire la suite et voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 25/08/2018 à 07:42

L'air marin chasse la fumée des feux de forêt en C.-B.

Publié le vendredi 24 août 2018 à 16 h 53

Après plusieurs semaines où la qualité de l'air était basse dans la plus grande partie de la province à cause de la fumée des feux de forêt, les Britannos-Colombiens peuvent enfin jouir d'un dégagement de l'air, excepté dans l'Okanagan et dans la région de Prince George.

Le vent frais qui souffle de la mer vers la province fait passer le niveau de risque « très élevé » de 10+, à un risque modéré, voir faible dans le sud-ouest de la province.

Selon le bulletin publié par Environnement Canada, vendredi matin, l’indice de la qualité de l’air dans le Grand Vancouver, dans la vallée du Fraser et dans la région de Whistler est modéré vendredi.

La qualité de l’air devrait continuer de s'améliorer dans ces régions au courant de la soirée pour atteindre un niveau de risque faible samedi.

Le vent provenant de l’océan touche également l’île de Vancouver, où les prévisions de vendredi et des jours à venir sont bonnes sur l'ensemble de l’île.
À lire aussi :

Moins de fumée dans l’air, mais peu de répit pour les pompiers dans les jours à venir
Les Français enfumés par le Canada

Néanmoins, ces bonnes nouvelles ne concernent pas les régions durement touchées par les feux.

Les indices de la qualité de l’air sont encore très élevés dans l’Okanagan et dans la région de Cariboo Chilcotin, où les évacués tentent de passer un maximum de temps à l'intérieur par mesure de précaution.

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 25/08/2018 à 07:53

Les Maritimes enfumées par les feux dans l'ouest du Canada

Publié le vendredi 24 août 2018 à 21 h 09

Environnement Canada a publié un bulletin spécial sur la qualité de l'air dans les trois provinces des Maritimes vendredi. Le ciel brumeux dans plusieurs régions est dû à un panache de fumée provenant des feux dans l'ouest du Canada.

Des centaines d'incendies de forêt sévissent depuis plusieurs semaines en Colombie-Britannique. La province a même décrété l’état d’urgence le 15 août dernier.

Ces feux ont des conséquences importantes sur la qualité de l’air dans l’ouest du pays. En quelques semaines, certaines villes comme Vancouver, Kelowna et Calgary se sont hissées au sommet du palmarès des villes de la planète ayant la pire qualité de l'air.
Vue sur une ville avec des bâtisses qu'on ne voit à peine en raison de la fumée.
La ville de Calgary est recouverte d'un épais nuage de fumée mercredi matin. Photo : Justin Pennell

Il semble que cette fumée se déplace, puisque Environnement Canada a oublié un bulletin spécial pour les provinces des Maritimes.

"Un panache de fumée provenant de feux dans l'ouest du Canada se déplace à haute altitude sur les Maritimes aujourd'hui, donnant un ciel brumeux et un soleil rougeâtre", peut-on y lire. "La fumée ne devrait pas atteindre le sol ni affecter la qualité de l'air dans notre région. Le panache de fumée s'éloignera vers l'est [vendredi] soir et [durant] la nuit."
À lire aussi :

Fumée et feux de forêt : des effets à long terme sur la santé?
La Colombie-Britannique décrète l’état d’urgence en raison des feux de forêt

lire la suite et voir les photos
may49
may49
Modérateur

le 25/08/2018 à 07:58

La fumée de retour dans le sud-est du Manitoba

Publié le vendredi 24 août 2018 à 14 h 36

Le ciel dans le sud-ouest du Manitoba, notamment à Winnipeg, sera voilé vendredi par la fumée provenant de feux de forêt. Photo : Radio-Canada/Trevor Brine
Partager

Aller directement aux commentaires
0

La fumée est de retour depuis jeudi soir dans le sud-est du Manitoba, mais devrait laisser place à un ciel dégagé pour la fin de semaine.

Selon Environnement Canada, un front froid a poussé, en direction du sud-ouest, la fumée des feux de forêt qui touchent actuellement le territoire entre Bissett, au Manitoba, et Red Lake, en Ontario.

La fumée et la forte odeur qui planent notamment au-dessus de Winnipeg, de Portage-la-Prairie, de Brandon, de Selkirk, de la vallée de la rivière Rouge, de Lac du Bonnet, de Beauséjour, de Morden, de Winkler, de Sainte-Rose-du-Lac et du Whiteshell pourraient se dissiper légèrement au cours de la journée et devraient disparaître vendredi soir ainsi que durant la nuit lorsque les vents changeront de direction.

Des personnes pourraient présenter une toux, une irritation de la gorge, des maux de tête ou un essoufflement accru.

Les personnes souffrant de maladies pulmonaires, ainsi que les enfants et les personnes âgées, sont le plus à risque de ressentir les effets.
À lire aussi :

Les Français enfumés par le Canada
L'air propre revient dans le sud du Manitoba

lire la suite
may49
may49
Modérateur

le 26/08/2018 à 07:17

Le parc national des Lacs-Waterton toujours menacé, mais l’incendie est stable

Publié aujourd'hui à 0 h 05

La fumée produite par les feux de forêt couvre le parc national des Lacs-Waterton, alors qu'un incendie à quelques kilomètres au sud de la frontière canado-américaine force Parcs Canada à fermer le parc. Photo : Radio-Canada/Anis Heydari
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Le parc national des Lacs-Waterton demeure fermé alors qu'un feu de forêt le menace à sept kilomètres au sud de la frontière canado-américaine, indiquent les autorités.

L’ennui, précise Environnement Canada, c’est qu’il a plu sur tout le sud de la province la nuit dernière, sauf aux alentours du parc.

La plupart des précipitations de la nuit dernière sont tombées au nord du parc des Lacs-Waterton.
Alysa Pederson, météorologue à Environnement Canada

À lire aussi :

Les Français enfumés par le Canada
Fumée et feux de forêt : des effets à long terme sur la santé?
Feux de forêt : les refuges pour animaux évacués débordent

Tributaire de la météo

Il est aussi difficile de savoir si les précipitations en provenance de la Colombie-Britannique samedi toucheront le parc puisque les déplacements de celles-ci dépendent des vents d’ouest, indique la météorologue Alysa Pederson, d’Environnement Canada.

Si elle se fait attendre samedi, la pluie pourrait être de la partie dimanche, confirme Mme Pederson.
Ça brûle, à 7 kilomètres de la frontière

Le feu de 770 hectares dans le parc national Glacier, aux États-Unis, donne du fil à retordre aux pompiers.

Des rafales ont empêché les sapeurs américains d’arroser le brasier vendredi, selon l’agent d’information John Stoesser, de Parc Canada.

Le parc des Lacs-Waterton reste donc fermé et les résidents des alentours doivent se tenir prêts à évacuer à une heure d’avis.
Le feu au sud, la fumée à l’ouest

Alors que le feu menace au sud, la fumée produite par les incendies en Colombie-Britannique force Environnement Canada à émettre un avis de mauvaise qualité de l’air pour le sud-ouest de l’Alberta.

Les personnes âgées, les enfants et les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires ou pulmonaires sont invités à rester à l’intérieur et à s’abstenir d’activité physique extrême.

lire la suite

Pages : 1 2

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.