De Wendake aux Escoumins :La SOCAM porte la voix des Atikamekw et Montagnais

# 29/09/2009 à 19:35 May

de Véronique Demers
le 29 septembre 2009

[/i]

Image
[i]L’éveil du pouvoir, devant être présenté cet automne à l’Hôtel-musée des Premières nations. (Photos Véronique Demers)">
Bernard Hervieux dirige la SOCAM depuis ses débuts en 1983. Le directeur du réseau de radiodiffusion vient de produire le documentaire L’éveil du pouvoir, devant être présenté cet automne à l’Hôtel-musée des Premières nations. (Photos Véronique Demers)



La Société de communication atikamekw et montagnaise (SOCAM) a le vent dans les voiles. Le Réseau de radiodiffusion à Wendake reçoit des subventions d’Environnement Canada et de Patrimoine canadien pour ses projets visant à sensibiliser le public aux espèces en péril, transformer son site web à l’ère du 2.0 et donner de la visibilité aux artistes autochtones.

Environnement Canada verse 47 000$ au projet Mahikan (le loup), dont l’objectif est de mettre sur pied une série de 47 capsules de 30 minutes visant à sensibiliser les auditeurs sur les espèces en péril, plus précisément le carcajou, le caribou et l’aigle royal.

«C’est la première fois qu’Environnement Canada fait appel à un média de communication», informe Patrick Moar, l’un des participants au projet. Mahikan vise aussi à garder en mémoire la tradition.

«Une réalisatrice va se rendre à Shefferville pour prendre contact auprès des personnes âgées des communautés. On va faire appel à un pigiste pour recueillir les données pendant la semaine culturelle (la chasse). D’un autre côté, la SOCAM doit mettre des ressources équivalentes à la subvention», précise M. Moar.

Place à la relève musicale

Comptant 26 ans d’existence, la SOCAM procèdera à une refonte de son site web, après cinq ans de cogitation et d’élaboration de divers scénarios pour en bonifier le contenu. Patrimoine canadien verse 25 000$ afin d’ajouter sur le web des émissions en direct, en plus d’offrir de la visibilité à la relève musicale autochtone.
«Il n’y a pas de place pour diffuser la relève musicale. Mais avec le site web, on assiste à une révolution de la musique autochtone. Des artistes peu ou pas connus, contrairement à Florent Vollant et le rappeur Sam-I-Am, pourront vendre leurs chansons à la pièce», précise Bernard Hervieux, directeur de la SOCAM.

L’éveil du pouvoir

En plus d’être directeur de la SOCAM et animateur, Bernard Hervieux porte aussi le chapeau de producteur. M. Hervieux vient de produire L’éveil du pouvoir en collaboration avec Jean-Yves de Banville et Jean Huppé, un documentaire de René Sioui Labelle à saveur politique.
«Il est question entre autres des relations entre les premiers ministres et les autochtones à Ottawa pendant les années 1960 et du Collège autochtone dans le nord de Montréal qui a existé moins de deux ans. Ça va même jusqu’aux excuses de Harper», résume M. Hervieux. Le film, suivi d’un débat, devrait être projeté cet automne à l’Hôtel-musée premières nations.

Installée au village huron de Wendake, la SOCAM est une plateforme de diffusion qui dessert 14 communautés autochtones au Québec, dont 3 atikamekw et 11 montagnaises (incluant deux au Labrador).

Voir toutes les photos
http://www.quebechebdo.com/article-382003-De-Wendake-aux-Escoumins.html

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.