Deux nouvelles venues au Jardin des sculptures de Bécancour

May
May

le 17/03/2010 à 07:59


Publié le 11 Mars 2010
Marylène Le Houillier

Image
Jean-Charles Tremblay, artiste-concepteur, Bernard Ross, directeur général du conseil de bande de Wôlinak, Henri Boudreau, président de la Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour, ainsi que Gaëlle Bonraisin, artiste-conceptrice, nous présentent fièrement les maquettes des œuvres.


Dans les prochains mois, deux nouvelles sculptures seront érigées dans le Jardin de sculptures de Bécancour, situé sur les terrains du bureau d'information touristique, tout juste à la sortie du Pont Laviolette.

La première sculpture à être dévoilée sera l'œuvre de Jean-Charles Tremblay, étudiant au département des Arts à l'Université du Québec à Trois-Rivières. Celle-ci sera financée par la communauté abénakise de Wôlinak. L'oeuvre représentera une immense tortue, nommée «Tolba», soit sa traduction en langue abénakise, en symbole de la sagesse et de la persévérance qu'elle projette de par sa longévité.



L'auteur de l'œuvre dit s'être inspiré d'un poème autochtone pour sa conception et a tenu à spécifier que la tortue aura les continents gravés sur le dos. «L'Amérique à travers le monde a souvent été dépeinte comme l'île de la grande tortue, elle est l'emblème de la terre-mère qui a su surmonter les épreuves et s'adapter aux changements», a expliqué Bernard Ross, directeur général du Conseil de bande des Abénakis de Wôlinak.



D'une longueur de 5 pieds, elle sera taillée dans un bloc de stéatite de cinq tonnes. La sculpture devrait être finalisée en quelque 10 semaines et elle sera dévoilée au mois de juin.



La deuxième sculpture représentera de façon plus abstraite le développement industriel de Bécancour. Celle-ci sera aussi conçue par une étudiante en arts de l'UQTR, soit Gaëlle Bonraisin. Elle fera la superposition de deux plaques d'aluminium sur lesquelles elle réalisera le montage de plaques de bois sur des tiges. Les plaques seront tirées d'un immense tronc de tremble de 40 pieds de long qui était à l'origine en bordure de la "Petite Floride". « L'important pour moi sera de conserver les anneaux de croissance dans l'arbre, afin de bien imager l'essor économique de la région dans le temps », explique-t-elle.



Ainsi, les petites plaques seront disposées de façon à évoquer les industries en bordure des berges du fleuve St-Laurent, aussi représenté dans la sculpture comme étant un vecteur dans le développement du parc. Le tout sera d'une dimension de 6 pieds de largeur et de 9 pieds de longueur. La sculpture, nommée «Transformation», sera financée par la Société du Parc industriel et portuaire de Bécancour. Elle sera dévoilée à la fin de l'été 2010. À noter que les deux étudiants choisis pour leur concept et la réalisation de leur œuvre recevront 5000$ chacun.



Maurice Richard, maire de Bécancour, explique que la Ville veut faire de cet endroit un lieu qui offre davantage que de l'information touristique. « Nous voulons que les gens, en s'y arrêtant, prennent le temps s'assoir sur les bancs près d'une fontaine, regardent plus attentivement la carte touristique de la région, puis qu'ils décident de visiter nos attraits pour peut-être même y profiter de l'hébergement. Ils auront même la possibilité de faire la vidange de leur motorisé, par exemple. Bref, je perçois cette halte comme un lieu d'accueil pour toute la Rive-Sud », ambitionne-t-il.

http://www.lecourriersud.com/Culture/2010-03-12/article-902180/Deux-nouvelles-venues-au-Jardin-des-sculptures-de-Becancour/1

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.