Icônes nordiques Sur une note d'espoir

# 17/01/2010 à 07:52 May

Vincent Guilbault

L'Œil Régional - 16 janvier 2010

Culture > Expositions

Image

Katie Vibert, imprégnée de son coin de pays nordique, présentera ses sculptures à la Maison des cultures amérindiennes, jusqu'au 7 mars. Le contexte sociogéographique, les échanges avec les Premières nations et un questionnement sur les valeurs de la multiethnicité teintent les œuvres de cette sculpteure de Sept-Iles.


Image

Avec Icônes nordiques, l'artiste offre une leçon d'histoire sur la culture des Montagnais et des pionniers qui ont façonné les contrées nordiques du Québec. Par ses œuvres à grand déploiement (certaines atteignent plusieurs mètres), Mme Vibert se penche sur l'importance de l'inclusion, du partage avec les autres nations et sur l'ouverture.

Image

La conclusion de son œuvre est une porte ouverte, une note sur l'espoir. Celle, utopique, d'une harmonisation entre les peuples et sur le partage des richesses entre les Premières Nations et la culture blanche.

Image

Un parcours nordique

Originaire de la Côte-Nord, Katie Vibert enseigne au cégep de Sept-Iles, où elle a cofondé le département des arts. En plus de partager ses connaissances avec ses élèves, Mme Vibert est aussi sculpteure depuis 1980.

Bachelière en sculpture du mouvement, elle utilise le médium pour déployer «sa grande énergie, son dynamisme et son besoin de bouger», convient-elle. C'est aussi pourquoi elle se spécialise dans les sculptures grands formats.

Après un long exode de son coin de pays pour ses études, Mme Vibet est ensuite retournée dans sa contrée natale. Ce retour a influencé sa démarche artistique à tous les égards.

Tout d'abord dans l'aspect nordique des sculptures. Ses œuvres sont immenses, construites à partir de l'aluminium, métal historiquement relié au nord. On y trouve des traces de pierres typiquement nordiques et la présence de silice pour illustrer l'industrialisation, par exemple. La lumière joue aussi un rôle important, grâce au jeu des textures.

Mais la nordicité se trouve aussi dans l'aspect artistique du travail. Le contexte sociogéographique est présent dans son travail. L'œuvre Icônes nordiques, par exemple, est composé de 12 sculptures racontant, par son iconographie, l'histoire du Nord. «On retrouve les aspects sacrés des Montagnais (la nation amérindienne la plus populeuse du Québec), mais aussi l'importance de la chasse et de la pêche. Les autres sculptures soulignent le travail des bâtisseurs nomades, ces familles immigrées provenant du monde entier et venues habiter le Nord québécois pour des raisons économiques.

Les œuvres font aussi référence à la présence des compagnies américaines, à la naissance des villes et des barrages. L'œuvre se termine par une ouverture positive sur le partage et sur le traité entre les deux peuples qui reste à être signé et respecté. «Un rêve politique. Le rêve d'une nouvelle alliance», espère l'artiste.

Icônes nordiques, une exposition caractérisée «par un grand silence, mais un silence qui parle», observe la sculpteure. Une exposition grand format d'où se dégage la force, la puissance, mais aussi l'inclusion, la multiethnicité, la tolérance, le partage, la curiosité et l'interdépendance des peuples.

Du 1er au février au 7 mars, à la Maison des cultures amérindienne, située au 510, montée des Trente, à Mont-Saint-Hilaire.

http://monteregieweb.com/Ma_Vallee/main+fr+01_300+Sur_une_note_d_espoir.html?ArticleID=622327&JournalID=28

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.