L'écho d'un peuple sort un court-métrage sur Youtube

May
May

le 21/10/2010 à 07:06

Publié le 20 Octobre 2010
Karine Régimbald

Image
Dollard des Ormeaux et quelques-uns de ses 16 compagnons de Ville-Marie et de leurs alliés algonquins et hurons qui ont tenu le fort au pied du Long-Sault devant des centaines de guerriers iroquois. (Photo: Courtoisie)


Après avoir livré une performance des plus enlevantes pour souligner le 24 septembre dernier au centre Lansdowne, les artisans de L’écho d’un peuple ont produit un court métrage pour commémorer le 350e anniversaire du combat du Long-Sault, aussi connu comme étant le sacrifice de Dollard Desormeaux et de ses seize compagnons.

Intitulée Je me souviens ? Le Combat du Long-Sault, le court-métrage tente de rappeler aux gens ce moment important de l'histoire qui s'est déroulé dans l'Est ontarien. Divisé en trois parties, il relate dans un premier temps le contexte de l'époque, soit de l'année 1660.

«D'abord, on essaie de voir pourquoi le combat en se glissant dans la peau des premiers colons de Ville-Marie. On se demande pourquoi Dollard Desormeaux a voulu monter une expédition. Ensuite, on va voir du côté des Hurons et des Iroquois. On voit d'ailleurs le côté doux d'une mère iroquoise, son côté humain», explique Félix Saint-Denis, le directeur artistique L'écho d'un peuple, en précisant que l'image des Iroquois n'est souvent pas associée à la douceur.

Dans la deuxième partie, le combat est mis en scène. «C'est comme une scène de films d'action, avec des explosions, mais sans le budget d'Hollywood et sans prétention», soutient M. Saint-Denis.

Dans un troisième temps, le court-métrage adopte davantage la formule documentaire pour se questionner sur la relation que la population entretient avec les autochtones aujourd'hui. «On soulève des questions encore pertinentes comme par exemple sur la reconnaissance des gens envers les autochtones», fait savoir M. Saint-Denis.

Selon lui, le combat du Long-Sault a été oublié. Il croit que la révolution tranquille y est pour quelque chose. «Dans les années 1960, on a jeté les prêtes en dehors des écoles et tous les livres d'histoire que les prêtres avaient écrits aussi.»

Une centaine d'année plus tôt, le chanoine Groulx avait fait de Dollard Desormeaux un héros catholique, rappelle-t-il à cet effet. D'après lui, le fait que la religion a mis Desormeaux sur un pied d'estale a contribué à le mettre aux oubliettes.

Le tournage de cette vidéo a principalement eu lieu au site du méga spectacle L’écho d’un peuple dans La Nation près de Casselman, à l’église St-Jacques à Embrun ainsi que sur la rive surplombant le site véritable du combat au pied du Long-Sault, aujourd’hui noyé par le barrage de Carillon.

http://www.expressottawa.ca/Culture/Festivals-et-evenements/2010-10-20/article-1862984/Lecho-dun-peuple-sort-un-court-metrage-sur-Youtube/1

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.