Le cinéma qui roule, Wapikoni, démarre sa tournée

may49
may49
Modérateur

le 26/06/2018 à 06:59

Publié le lundi 25 juin 2018 à 18 h 12

La dernière fois que le Wapikoni mobile s'est rendu à Mashteuiatsh était en 2006. Photo : Radio-Canada/Émélie Rivard-Boudreau
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Wapikoni mobile amorce sa grande tournée estivale le 26 juin en partance des provinces maritimes. Après le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, le cinéma qui roule fera son entrée au Québec.

Avec les informations de Lise Millette

Le porte-parole, Géronimo Inutik, voit dans ce projet une possibilité de rapprochements, entre autochtones et allochtones, et une manière de reprendre un dialogue.

La collection de courts-métrages réunis par Wapikoni compte des centaines de titres. Ces productions ont voyagé, même au-delà des frontières du Québec dans des festivals comme Sundance, le Marché du film de Cannes ou encore, plus près de nous, le Festival international de Films de Toronto.

Le cinéma qui roule n’a pas encore défini toutes ses escales. Les communautés peuvent encore ajouter leur territoire comme lieu de projection et d’échanges.
La directrice générale du Wapikoni, Odile Joannette, membre de la Première Nation innue de Pessamit, voit cette caravane comme une manière de faire rayonner l’identité, mais aussi de jeter un pont entre les cultures. Un point de vue que partage aussi Géronimo Inutik.

Ce n’est pas que des projections de films. Souvent, on peut soulever des questions politiques complexes. Ce sont des approches très poétiques, il y a de la musique là-dedans. C’est très riche
Géronimo Inutik, projectionniste et porte-parole pour Wapikoni

Un avant-goût en images de la collection de Wapikoni mobile est présentée sur la bande annonce de la saison 2018.

La dernière fois que le Wapikoni mobile s'est rendu à Mashteuiatsh était en 2006. Photo : Radio-Canada/Émélie Rivard-Boudreau
Partager

Aller directement aux commentaires
0

Wapikoni mobile amorce sa grande tournée estivale le 26 juin en partance des provinces maritimes. Après le Nouveau-Brunswick, la Nouvelle-Écosse et l'Île-du-Prince-Édouard, le cinéma qui roule fera son entrée au Québec.

Avec les informations de Lise Millette

Le porte-parole, Géronimo Inutik, voit dans ce projet une possibilité de rapprochements, entre autochtones et allochtones, et une manière de reprendre un dialogue.

La collection de courts-métrages réunis par Wapikoni compte des centaines de titres. Ces productions ont voyagé, même au-delà des frontières du Québec dans des festivals comme Sundance, le Marché du film de Cannes ou encore, plus près de nous, le Festival international de Films de Toronto.

Le cinéma qui roule n’a pas encore défini toutes ses escales. Les communautés peuvent encore ajouter leur territoire comme lieu de projection et d’échanges.
La directrice générale du Wapikoni, Odile Joannette, membre de la Première Nation innue de Pessamit, voit cette caravane comme une manière de faire rayonner l’identité, mais aussi de jeter un pont entre les cultures. Un point de vue que partage aussi Géronimo Inutik.

Ce n’est pas que des projections de films. Souvent, on peut soulever des questions politiques complexes. Ce sont des approches très poétiques, il y a de la musique là-dedans. C’est très riche
Géronimo Inutik, projectionniste et porte-parole pour Wapikoni

Un avant-goût en images de la collection de Wapikoni mobile est présentée sur la bande annonce de la saison 2018.

Bande annonce Wapikoni: le cinéma qui roule 2018 from Wapikoni mobile on Vimeo.

Lors de ses arrêts, Wapikoni propose différents programmes : grand public, adolescent et jeunesse qui sont invités à venir découvrir les œuvres de réalisateurs autochtones de la relève.

L’itinéraire de la tournée 2018 du cinéma qui roule peut être suivi sur la page Facebook de Wapikoni.

voir la vidéo

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.