Une notoriété toujours grandissante

May
May

le 11/10/2010 à 06:49

le 10 octobre 2010 à 21h43

Image
Gaston Bellemare, président du Festival international de la poésie.

PHOTO: SYLVAIN MAYER



Marie-Josée Montmigny
Le Nouvelliste


Après 10 jours au milieu du tourbillon de 400 activités, la fatigue n'altère pas leurs traits. Après 26 ans à la tête de l'événement, l'enthousiasme fait encore briller leurs yeux. Au terme du 26e Festival international de la poésie de Trois-Rivières, Maryse Baribeau et Gaston Bellemare parlent avec autant de fougue du rendez-vous qu'ils gèrent.

Des spectateurs émus aux larmes devant les vers récités en français et en innu par des poètes autochtones. Un poète irlandais qui découvre la plaque sur laquelle sont gravés ses mots au parc portuaire. Un homme arrivé de Saint-Jérôme en autobus, qui demande à Maryse Bellemare ce qu'il peut voir et entendre dans la journée pour l'optimiser.

Ce sont par ces images tirées des 10 jours du festival que son président et sa directrice générale dressent un bilan de l'événement et constatent à quel point d'année en année, il rejoint de plus en plus de gens. Les poètes sont déjà conquis, mais le public croît, venu cette année d'endroits comme la France, la Pologne, la Suisse, la Belgique ou les États-Unis.

«Il y a des gens qui viennent de partout. La notoriété du festival ne cesse de grandir. On sous-estime l'impact que le festival a sur la vie des gens. C'est un festival d'émotions», formule Maryse Baribeau.


Parmi les éléments incontournables, la directrice générale mentionne la popularité de la corde à poèmes au parc Champlain, comme un symbole du festival. «C'est devenu notre image de marque», confirme Gaston Bellemare, qui cite aussi le concept des poètes itinérants comme un item important dans la vie du festival.

«Il y avait 500 enfants, cette année, qui sont allés lire leurs poèmes dans des endroits inusités. Grandir avec la poésie sans que ce soit une abstraction ou une punition, c'est possible!» constate le président du festival.

Tenant à conserver le cachet intimiste du rendez-vous, les organisateurs du Festival international de la poésie de Trois-Rivières ont tout de même l'intention de gérer sa croissance. Sans augmenter sa durée, ils veulent investir dans les infrastructures et les équipements et améliorer les services d'accueil.

http://www.cyberpresse.ca/le-nouvelliste/201010/10/01-4331377-une-notoriete-toujours-grandissante.php

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.