LE MUSEE DE LA CIVILISATION RAPATRIE UNE IMPORTANTE COLLECTION D'OBJETS AMERINDIENS D'ART COMMERCIALISE DES 18E ET 19E SIECLES

May
May

le 27/05/2009 à 08:58

QUÉBEC, le 26 mai /CNW Telbec/ - Gardien des collections nationales, le
Musée de la civilisation a acquis et rapatrié l'une des plus importantes
collections d'objets amérindiens d'art commercialisé (Tourist Art) des 18e et
19e siècles. La directrice du Musée de la civilisation, madame Claire Simard,
a levé le voile, en conférence de presse, sur quelques objets majeurs de cette
collection exceptionnelle, en présence du président de la Fondation du Musée
de la civilisation, monsieur Marc-André Langevin. Cette collection a été
achetée avec l'aide d'une subvention des biens culturels mobiliers accordée
par le ministère du Patrimoine canadien en vertu de la Loi sur l'exportation
et l'importation de biens culturels et d'une contribution financière de la
Fondation du Musée de la civilisation.
«Le bien culturel patrimonial mérite d'être rapatrié. Pour le Musée de la
civilisation, il s'avérait important de le faire dans le cas de cette
collection. En tant qu'institution nationale, le Musée est en mesure de rendre
facilement accessible ces biens culturels à ses clientèles et à ses
collaborateurs habituels, en particulier les nations autochtones concernées,
les chercheurs, le public scolaire, le public visiteur régional, national et
international. D'ailleurs, à travers le réseau muséal national et
international, nos collections amérindiennes voyagent beaucoup et nous
entendons continuer à le faire, a déclaré la directrice générale du Musée de
la civilisation, madame Claire Simard. Enfin, l'acquisition de cette
collection permet au Musée de la civilisation de combler certaines lacunes de
sa collection, en terme de représentativité culturelle des premières nations
comme les Hurons-Wendat, les Malécites, les Miqm'ag, les Abénakis et les
Mohawks», a conclu madame Simard.

La collection

Constituée de 230 objets amérindiens d'art commercialisé d'origines
Huronne-Wendat, Miqm'ag, Abénakis, Malécites, Algonquine et Mohawk, cette
collection a été amassée au fil des ans par un antiquaire et collectionneur
américain, M. Frank Bergevin, de la ville d'Alexandria Bay dans l'Etat de
New-York. Monsieur Bergevin est également d'origine mohawk. Certains objets
proviennent du Niagara Falls Museum où des oeuvres ont été exposées en 1860.
D'autres sont issus de la Mark J. Sykes Collection de Londres
(Grande-Bretagne), de la Richard Green Collection de Birmingham
(Grande-Bretagne) ou de la Gerry Biron Collection du Vermont (Etats-Unis).
D'autres objets, enfin, ont appartenu à une grande famille britannique ayant
travaillé au Canada au 19e siècle. Cette collection constitue l'un des corpus
d'objets les plus importants témoignant de l'activité d'art commercialisé chez
les autochtones des Terres boisées du Nord-Est du pays.

Un peu d'histoire

L'histoire des objets amérindiens d'art commercialisé est fort
intéressante. Les objets acquis par le Musée témoignent d'une certaine façon
de l'histoire coloniale britannique au Bas-Canada et au Canada-Uni. Ils
expriment, également, un aspect méconnu de l'histoire économique liée aux
amérindiens du Québec. La vente d'objets artisanaux amérindiens aux époques
victorienne et édouardienne est courante tant sur les marchés locaux,
régionaux, nationaux et internationaux. Les grossistes coordonnent souvent
leurs ventes et leurs commandes par la publication de catalogues.
Les objets de cette collection témoignent tantôt d'un événement ou d'un
lieu (pelote à épingles caughnawaga). D'autres sont des souvenirs exotiques
(appliques murales en pattes d'orignal ou paniers à effigie pour cartes de
visite), des cadeaux marquant un passage diplomatique (petit canot avec
figurines, maquette de tipi), des objets utilitaires (vide-poches, paniers à
oeufs) ou des objets de coquetterie rehaussés à l'amérindienne (sacs
d'apparat, boîtes à mouchoirs, boîtes à gants).
D'ailleurs, l'un des objets majeurs de cette collection est un magnifique
éventail à plumes de l'époque victorienne avec son boîtier identifié au
marchand : Renfrew & Marcou, Hatters & Furriers, de la rue Buade à Québec.


http://communiques.gouv.qc.ca/gouvqc/communiques/GPQF/Mai2009/26/c7604.html
May
May

le 28/05/2009 à 06:58

Image
Mocassins, louches, avirons se trouvent parmi les 230 pièces réunies.

Le Soleil, Laetitia Deconinck


Richard Boisvert
Le Soleil


(Québec) Le Musée de la civilisation a exceptionnellement donné accès aux représentants des médias à sa réserve du boulevard Hamel, hier, afin de leur faire admirer un lot d'objets amérindiens des XVIIIe et XIXe siècles nouvellement acquis aux États-Unis. Il semble qu'en rapatriant ce trésor, l'institution comble les lacunes de sa propre collection tout en l'enrichissant de plusieurs petites merveilles patrimoniales.

Image
Un éventail confectionné à Jeune-Lorette (Wendake ? nation huronne-wendat) en 1860 pour la compagnie Renfrew & Marcou, Hatters & Furriers.


Les 230 pièces, la plupart en excellent état, ont été réunies au cours des années par le collectionneur et antiquaire états-unien Frank Bergevin. On y trouve des couteaux «croches», ainsi nommés en raison de leur forme arrondie, des louches, des avirons, des mocassins, des boîtes à gants, des étuis de toutes sortes, autant de témoins de l'histoire coloniale britannique que de traces de l'activité économique des Amérindiens sur l'actuel?territoire?du Québec.

L'objet le plus intéressant, selon la conservatrice Marie-Paule Robitaille, serait un chic éventail à plumes avec broderies en poils d'orignal sur support d'écorce de bouleau confectionné à Wendake et qu'on trouve dans son papier de soie et sa boîte d'origine. Sur le couvercle, on peut lire «Renfrew & Marcou, Hatters & Furriers, 20 Buade Street, Quebec». Comme le souligne Mme Robitaille, «la collection montre la force insoupçonnée d'une industrie et l'ampleur des activités de commercialisation» auxquelles se consacraient les Hurons-Wendat, les Malécites, les Micmacs, les Abénakis et les Mohawks.

Le coût de cette acquisition qualifiée de majeure s'élève à 131 820 $. Le ministère du Patrimoine canadien a accordé une subvention de 76 820 $ au projet. La Fondation du Musée de la civilisation et son Fonds d'acquisition se sont chargés du reste de la facture.


Cette collection vient s'ajouter aux quelque 5300 objets et oeuvres d'art autochtones que possède le Musée de la civilisation. «Au-delà de sa qualité, elle vient combler les lacunes de notre propre collection en termes de représentativité culturelle des Premières Nations», a fait valoir la directrice générale du Musée de la civilisation, Claire Simard.

Les nouvelles pièces seront présentées au public dès que la thématique d'une exposition permettra de les y intégrer. Une exposition sur la guerre de sept ans dont l'ouverture est prévue le 10 juin donnera déjà l'occasion de mettre en valeur un aviron abénakis très ancien.

http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/expositions/200905/26/01-860110-le-musee-de-la-civilisation-fait-lacquisition-dune-importante-collection-dobjets-amerindiens.php

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.