Les Mohawk en avant -scène

May
May

le 08/03/2009 à 07:14

Valérie Girard

Le Reflet - 7 mars 2009

Culture > Littérature

DELSON - La communauté mohawk de Kahnawake est souvent citée dans l'essai d'Éric Cardinal.

Évidemment, le livre De Kébec à Québec, Cinq siècles d'échanges entre nous n'est pas sans rappeler la Crise d'Oka de 1990. On se souviendra que les Mohawks de Kahnawake avaient bloqué l'accès au pont Mercier en guise de solidarité envers leurs confrères de Kanesatake. Ces derniers contestaient la décision de la municipalité voisine, Oka, d'agrandir le terrain de golf municipal sur des terres qui faisaient l'objet de revendications territoriales.

Cet évènement a grandement marqué l'histoire des relations entre Autochtones et Québécois. Le fossé de l'incompréhension entre les deux peuples n'avait encore jamais été aussi grand, rappelle M. Cardinal dans son ouvrage.

«Pour les Premières nations, cet épisode triste de l'histoire doit servir de leçon sur l'importance de reconnaître les droits des Autochtones. Pour les Québécois, cette crise renforce l'idée que les Autochtones sont des illégaux, refusant de respecter les lois du Québec, et qu'il est nécessaire d'adopter des politiques sévères pour enrayer le ''problème indien''», est-il écrit.

L'auteur revient aussi sur la série d'ententes conclues entre la communauté mohawk et le gouvernement québécois à la fin des années 1990. L'une d'entre elles, certainement la plus contestée par le peuple québécois, portait sur la «fiscalité des services et des biens de consommation». Par cette entente, les Mohawks de Kanhawake peuvent depuis profiter d'une exemption de taxes sur les biens qu'ils achètent en dehors de leur communauté, notamment à Montréal.

Enfin, l'auteur revient également sur la question des revendications particulières de Kahnawake. Il rappelle que les Mohawks cherchent à être compensés pour la perte des terres de l'ancienne seigneurie du Sault-Saint-Louis. Ce territoire, qui englobe les municipalités comprises entre Châteauguay et La Prairie, avait été concédé aux Jésuites à la fin du XVIIe siècle pour l'usage exclusif des Mohawks. Or, la majorité des terres ont été cédées à des colons, si bien que la communauté de Kahnawake ne représente que 25 % du territoire d'origine de la seigneurie. n

http://monteregieweb.com/Ma_Vallee/main+fr+01_300+Les_Mohawks_a_l_avantscene.html?ArticleID=568817&JournalID=27

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.