Pourquoi la fête de Christophe Colomb fracture l'Amérique

may49
may49
Modérateur

le 11/10/2017 à 06:53

10/10/17 17h04

Par
Vincent Bilem
Columbus Day (ou "Jour de Christophe Colomb" en français) est peu connu en France. Célébrée le deuxième lundi d’octobre, cette fête met à l'honneur le célèbre navigateur. La dernière édition en date s’est déroulée hier, lundi 9 octobre, non sans heurts. Explications.

Aux États-Unis, où les tensions raciales ne sont pas résorbées et où les Amérindiens sont toujours parqués dans des réserves, Columbus Day est une institution. Un néophyte qui jetterait un œil aux festivités n’y verrait que la célébration bon enfant de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb (en 1492). Parmi les nombreuses réjouissances prévues: exaltation du patriotisme, parades géantes, exposition de reliques du XVe siècle.

Mais ce succédané de 4 Juillet, la fête nationale, ne fait plus recette. Célébrer l’arrivée des colons espagnols, et avec elle son cortège génocidaire, fait mauvais genre. A tel point que certains États refusent purement et simplement de célébrer cette journée.

n melting-pot de fiertés nationales

Comme le rappelait John Oliver dans son late-show, il y a trois ans, la fête est loin de faire consensus. Vide de sens, à l’instar du Vendredi Noir, la fête l’est d’autant plus lorsque l’on sait que les Amériques ont été “découvertes” en premier par les peuples amérindiens, sans oublier les Vikings, qui ont atteint les côtes du nord du continent entre 800 et 1300. Bien avant que Christophe Colomb ne pose le pied aux Bahamas.

Columbus Day (ou "Jour de Christophe Colomb" en français) est peu connu en France. Célébrée le deuxième lundi d’octobre, cette fête met à l'honneur le célèbre navigateur. La dernière édition en date s’est déroulée hier, lundi 9 octobre, non sans heurts. Explications.

Aux États-Unis, où les tensions raciales ne sont pas résorbées et où les Amérindiens sont toujours parqués dans des réserves, Columbus Day est une institution. Un néophyte qui jetterait un œil aux festivités n’y verrait que la célébration bon enfant de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb (en 1492). Parmi les nombreuses réjouissances prévues: exaltation du patriotisme, parades géantes, exposition de reliques du XVe siècle.

Mais ce succédané de 4 Juillet, la fête nationale, ne fait plus recette. Célébrer l’arrivée des colons espagnols, et avec elle son cortège génocidaire, fait mauvais genre. A tel point que certains États refusent purement et simplement de célébrer cette journée.
Advertisement .
Naya, le futur de la pop française
Contenu partenaire

Dans le cadre d'une collaboration entre Levi's et les Inrocks : découvrez notre rencontre avec Naya, jeune auteure, compositrice et interprète qui nous parle son rapport à la musique, au style et au denim.

Un melting-pot de fiertés nationales

Comme le rappelait John Oliver dans son late-show, il y a trois ans, la fête est loin de faire consensus. Vide de sens, à l’instar du Vendredi Noir, la fête l’est d’autant plus lorsque l’on sait que les Amériques ont été “découvertes” en premier par les peuples amérindiens, sans oublier les Vikings, qui ont atteint les côtes du nord du continent entre 800 et 1300. Bien avant que Christophe Colomb ne pose le pied aux Bahamas.

"Columbus Day" - Comment on peut encore fêter ça?

À l’intersection de plusieurs célébrations communautaires, Columbus Day constitue un jour de fête au-delà du cercle états-unien. Les multiples origines du navigateur, né à Gênes en Italie mais se mettant au service de l’Espagne, permettent à plusieurs communautés de revendiquer son héritage. Dans les pays d’Amérique latine et en Espagne, on fête le "Jour de la Race" ou encore la "fête de l’Hispanité". Aux États-Unis, le défilé permet surtout à la puissante communauté italienne de se donner à voir, notamment lors du célèbre défilé de New York sur la Cinquième avenue. Loin de l’image d’une commémoration unificatrice, "Columbus Day" porte en son sein les fractures communautaires.

Initiée en 1892 par le président de l’époque, Benjamin Harrison, à l’occasion des 400 ans de la découverte de l’Amérique, ce n’est qu’en 1934, sous la présidence de Franklin Roosevelt, que la fête s’institutionnalise et devient un jour férié. En 2017, alors que le débat sur l’appropriation culturelle fait rage outre-Atlantique et que la question de l’ethnocide des Amérindiens ne cesse de raviver les tensions, "Le Jour de Christophe Colomb" apparaît de plus en plus comme une fête désuète. D’autant que les critiques ne datent pas d’hier. Le révérend R. S. MacArthur considère par exemple l'explorateur comme étant “cruel, et coupable de nombreux crimes”, et ce, dès 1893, comme le rapporte le New York Times.

La fête triste

Austin, Las Vegas et une cinquantaine d’autres villes ont fait le choix de rebaptiser le jour férié en "Journée des peuples indigènes" (Indigenous People Day). La fête se veut ainsi plus respectueuse. Mais dans un contexte de méfiance envers les figures du passé, certains ont opté pour une solution plus radicale. Tandis que les monuments confédérés sont peu à peu déboulonnés, les progressistes entendent entraîner dans leur sillage la chute des statues de Christophe Colomb. Plusieurs statues du navigateur ont été vandalisées. La célèbre statue de Columbus Circle est désormais gardée quotidiennement par la police.

Le maire de New York (Bill de Blasio), en marge des violences à Charlottesville, avait promis de nommer une commission chargée de statuer sur sort des monuments controversés. Prudente, cette commission rendra son verdict début décembre. Bien après les élections municipales. Moins prudent, Donald Trump n’a pas manqué d’encenser la fête récriée. Un "événement qui a indéniablement et fondamentalement changé le cours de l'histoire humaine et ouvert la voie au développement de notre grande nation", selon lui. Oubliant par là même de mentionner le génocide amérindien ou encore l’esclavagisme perpétré par les colons.

Mais ces controverses n’ont pas empêché, hier, 35 000 personnes de défiler traditionnellement dans les rues de New York. Avec la bénédiction de Bill de Blasio.

voir la vidéo sur le site

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.