La trappe : une pratique qui suscite toujours les passions

May
May

le 07/11/2010 à 07:52

Publié le 5 Novembre 2010

Saint-Côme a récemment accueilli des trappeurs de la région venus témoigner de leur savoir.



Image
De gauche à droite, Domingo Cisneros, Denis Beaudry, Gilles Clément et Marc-Olivier Beaudry. Photo Jean-Pierre Rivest


Organisée par le Centre du Patrimoine Vivant de Lanaudière, en collaboration avec la bibliothèque de Saint-Côme, l’activité mettait en lumière la trappe : un savoir-faire encore pratiqué par certains passionnés et transmis de génération en génération.



Marc-Olivier Beaudry, jeune trappeur de 19 ans, est le témoin de cette transmission. Suivant les traces de son père dès sa petite enfance, la trappe est devenue, pour lui, une réelle passion : «J’peux pas comprendre pourquoi j’aime ça de même, c’est plus fort que moi…Tous les soirs j’arrivais de l’école, je traversais mon terrain en courant pour m’en aller sur le bord de la rivière faire ma tournée.»



Il faut dire que dans cette famille de Beaudry, les trappeurs sont assez nombreux. Trappeur chevronné, Denis Beaudry est de cette lignée et compte plusieurs années d’expérience dans le domaine. En plus d’enseigner cette pratique, il en témoigne auprès de groupes européens et un peu partout dans la région et ailleurs. Son rapport avec les animaux en est un de respect et d’équilibre qu’il sait très bien transmettre.



Au cours de la journée, Domingo Cisneros, autochtone d’origine mexicaine, a lui aussi présenté un témoignage sur sa relation à la trappe et la manière dont il l’exerce. Artiste en arts visuels, ce dernier combine la trappe à sa pratique culturelle et artistique.



Le Centre du Patrimoine Vivant de Lanaudière diffusait également le documentaire « Sur la piste d’un trappeur », réalisé en 2004, par Michel Bériault, réalisateur de profession et mettant en vedette Gilles « Bottine » Clément, tous les deux de Saint-Côme.



Ce documentaire est le reflet d’une transmission d’un savoir de moins en moins valorisé dans la société. La trappe n’est plus une manière de se nourrir ou de gagner sa vie, elle est plutôt le reflet d’une passion inconditionnelle et bien ancrée chez ceux qui la pratiquent.



L’activité avait commencé en avant-midi avec la conteuse lanaudoise Murielle Larochelle et s’est terminée en fin d’après-midi au son de la musique des aînés de la région (Roland Aumont, Jacques Larochelle, Rogatien Venne, Gaston Jetté, Valmont Coutu).



Pour plus d’information sur l’organisme, consulter le www.stcomelanaudiere.ca sous l’onglet Culture ou rejoindre l’équipe au 450-883-1633.

http://www.laction.com/Actualites/MRC-Matawinie/2010-11-05/article-1926929/La-trappe-%3A-une-pratique-qui-suscite-toujours-les-passions/1

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.