Produits du phoque en Europe :Interdiction partielle en vue

May
May

le 03/03/2009 à 06:22

lundi 2 mars 2009

Image

Le comité du Parlement européen appuie une interdiction partielle des produits du phoque. Cette décision est une mauvaise nouvelle pour les milliers de chasseurs de phoques canadiens.

Les élus européens ont ainsi rejeté un projet de loi initial qui recommandait de strictes règles d'étiquetage plutôt qu'une interdiction partielle.

Un amendement prévoit des exceptions pour les produits du phoque fournis par les Inuits du Canada et du Groenland.

Pour être en vigueur, ce projet de loi devra être adopté par le Parlement européen dans son ensemble et par les gouvernements membres de l'Union européenne.

Les partisans de l'embargo espèrent que ces étapes soient franchies avant la fin du mois prochain. C'est toutefois loin d'être gagné, puisque certains pays d'Europe du Nord, dont le Danemark, la Suède et la Finlande, s'opposent à l'interdiction d'importation.

Impact important

Ottawa estime qu'une interdiction des produits du phoque entraînerait des pertes allant jusqu'à 13 millions de dollars par années pour les 6000 chasseurs canadiens.

Depuis les dernières semaines, les politiciens canadiens ont multiplié les rencontres pour convaincre les autorités européennes que la chasse aux phoques n'a rien d'inhumain. En vain.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, où l'on retrouve la majorité des chasseurs au pays, a déjà menacé l'Europe de sanctions économiques si elle décrétait l'interdiction.

Pour redorer son image, le Canada a adopté, à l'hiver dernier, de nouvelles règles sur la chasse au phoque. Notamment, les chasseurs ne peuvent plus frapper les bêtes de plus d'un an avec un gourdin ou un hakapik (bâton), à moins qu'elles n'aient été abattues avec une arme à feu. Ils doivent aussi prendre davantage de précautions pour s'assurer que l'animal est mort avant de le dépecer.

Le but avoué de ces modifications au règlement était de pouvoir déroger à une possible interdiction des produits du phoque par le Parlement européen.

La chasse au phoque est aussi pratiquée au Groenland, en Islande, en Namibie, en Norvège, en Russie, aux États-Unis, et au sein de l'Union européenne, en Suède, en Finlande et au Royaume-Uni.

Radio-Canada.ca avec
Presse canadienne

audio-vidéo

Pascal Poinlane fait le point sur la possibilité d'un embargo presque complet de l'UE sur les produits du phoque.

Le compte rendu de Manon Globensky

Les chasseurs de phoque de l'Atlantique ont peu d'espoir de continuer à vendre leurs produits en Europe, explique Marjorie Pedneault.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2009/03/02/001-phoque-parlement-decision.shtml
May
May

le 21/03/2009 à 05:42

Chasse aux phoques
Ottawa hausse les quotas

vendredi 20 mars 2009

Malgré la menace d'embargo européen sur les produits du phoque, Pêches et Océans Canada a augmenté les quotas de 55 000 prises en vue de l'ouverture de la saison de chasse 2009.

Un total de 338 200 phoques pourront donc être abattus cette année, dont un maximum de 8200 phoques à capuchon et 50 000 phoques gris. Le ministère fédéral estime que les populations de ces deux espèces jumelées aux troupeaux du Groenland totalisent 6,4 millions de phoques.

Environ 30 % du quota est accordé aux chasseurs du golfe du Saint-Laurent. La part restante, environ 70 %, est réservée aux chasseurs du Front, c'est-à-dire les eaux à l'est de Terre-Neuve-et-Labrador.

La ministre des Pêches et des Océans, Gail Shea, a indiqué vendredi soir, dans un communiqué, que les nouveaux quotas avaient été établis en consultant des scientifiques.

Le Fonds international pour la protection des animaux, un organisme représenté dans une quinzaine de pays, a dénoncé l'augmentation des quotas de chasse.

Le Parlement européen tiendra un vote au début d'avril, en séance plénière, sur un projet de loi visant à interdire la vente de tous les produits dérivés du phoque en Europe. Des organismes comme la Fondation Brigitte Bardot dénoncent la chasse au phoque depuis des années et la qualifient de massacre.

Radio-Canada.ca avec
Presse canadienne

articles

Produits du phoque : L'interdiction paraît inévitable

16 mars 2009

Phoque : La chasse divise les verts

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2009/03/20/004-chasse-phoque-quota.shtml
May
May

le 21/03/2009 à 05:59

Chasse aux phoques
Des politiciens prennent position



vendredi 20 mars 2009.





Alors que les députés du Parlement européen doivent se prononcer le 1er avril sur un projet de loi visant à interdire l'importation des produits dérivés de la chasse aux phoques, des politiciens du Québec et du Canada prennent position dans ce dossier ces jours-ci.

À Québec, une motion d'appui aux chasseurs présentée à l'Assemblée nationale par le député péquiste de la circonscription de Berthier, André Villeneuve, a été adoptée à l'unanimité. Ce dernier presse d'ailleurs le gouvernement Charest d'agir et de surseoir à la décision européenne.

« Il n'est jamais trop tard. Je pense qu'il y a un travail de fond qui n'a pas été fait par le gouvernement dans ce dossier-là. Là, il est minuit moins une et le gouvernement n'a pas fait ses devoirs », lance M. Villeneuve.

De son côté, le député libéral de la circonscription des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie, espère également que des actions seront prises. « C'est sûr qu'on va discuter d'abord avec M. Lessard parce que c'est le ministre responsable et voir comment ça peut s'actualiser assez rapidement ».

Image

Photo: PC/Andrew Vaughan
Elizabeth May. (archives)

Opposants


Depuis quelques jours, les opposants à la chasse aux phoques se font également entendre. Au début du mois de mars, le sénateur libéral Mac Harb a déposé un projet de loi visant à interdire la chasse aux phoques.

Rappelons que M. Harb est associé à l'International Fund for Animal Welfare, un organisme qui lutte contre la chasse aux phoques depuis plus de 20 ans.

Les libéraux fédéraux et les conservateurs ont néanmoins tenu à se dissocier du sénateur libéral. La tentative de M. Harb de faire adopter son projet de loi s'est d'ailleurs soldée par un échec.

De son côté, la chef du Parti vert du Canada, Élizabeth May, s'est également prononcée contre la chasse aux phoques. Elle demande à Ottawa de racheter les permis de chasseurs pour développer l'écotourisme.

Audio
Le débat sur la chasse aux phoques se poursuit, explique Lina Danis.


http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/03/20/006-chasse_phoques_politiciens.asp
May
May

le 23/03/2009 à 05:41

Chasse aux phoques
La saison s'ouvre lundi


lundi 23 mars 2009
La chasse aux phoques s'ouvre lundi à l'aube aux Îles-de-la-Madeleine. Pour souligner l'événement, l'Association des chasseurs de phoque de la région organisait un grand rassemblement dimanche après-midi.

Un hommage a notamment été rendu aux chasseurs morts en mer l'an dernier lors du naufrage de l'Acadien II. Une gerbe de fleurs a été jetée à l'eau en leur mémoire.

Vendredi, le ministère des Pêches et Océans Canada a augmenté les quotas de 55 000 prises, dont 30 % sont accordés aux chasseurs du golfe du Saint-Laurent.

Cette annonce a été décriée par des organismes de défense des animaux. Le Fonds international pour la protection des animaux, un organisme représenté dans une quinzaine de pays, a dénoncé l'augmentation des quotas de chasse.

Le président de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine, Denis Longuepée, défend la chasse qui constitue, entre autres, un apport économique important pour la région.

« Les abolitionnistes essayent de toutes les façons d'arriver à un boycottage. Présentement, aux Îles-de-la-Madeleine, on a six docteurs qui viennent de la Grèce. Ils sont ici pour faire des études sur les valves du coeur, qui seraient compatibles pour être transplantées sur des humains [...] C'est très très positif. Alors, je vois mal où il y aurait un embargo sur les produits dérivés du phoque, alors que prochainement on pourrait sauver des vies en Europe », soutient M. Longuepée.

Le président précise que la chasse est très bien réglementée et que « les façons d'abattage sont parfois meilleures que dans les abattoirs ».

« Il faut à un moment donné mettre de côté les émotions sur la chasse aux phoques », ajoute-t-il.

Rappelons que le Parlement européen tiendra un vote au début d'avril, en séance plénière, sur un projet de loi visant à interdire la vente de tous les produits dérivés du phoque en Europe.



Denis Longuépée parle de l'ouverture de la chasse aux phoques aux Îles-de-la-M. et de la controverse qui l'entoure.



Hyperliens

Ottawa hausse les quotas
20 mars 2009


http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/03/22/001-chasse-phoques-madeleine.asp
May
May

le 24/03/2009 à 05:52

Chasse aux phoques
Des valves pour la médecine

lundi 23 mars 2009




Après un an de travaux en laboratoire, cinq chirurgiens cardiaques européens sont présentement de passage aux Îles-de-la-Madeleine pour prélever des trachées et des valves de coeur de phoque dans le but de poursuivre leur recherche et ainsi préparer des essais cliniques chez l'être humain.

En Grèce, les recherches se poursuivent depuis un an à ce sujet. Andréas Agathos, chirurgien cardiaque, remplace régulièrement les valves du coeur de ses patients à Athènes par des valves mécaniques ou biologiques provenant de vaches ou de porcs.

Depuis un an, il a essayé en laboratoire d'implanter des valves de phoques sur 25 rats et porcs. Les résultats sont impressionnants, avance-t-il. « Les résultats sont magnifiques. Il n'y a pas de calcification des tissus. C'est une percée médicale et c'est complètement nouveau! », lance M. Agathos.

Chaque année, 340 000 implantations de valves cardiaques sont effectuées dans le monde. Si la qualité de vie des patients peut être améliorée grâce à des valves de coeur de phoques, plusieurs embargos pourraient être levés, croit-on du côté des scientifiques.

Quoi qu'il en soit, le président des Produits marins Tamasu, Bernard Guimond, veut être prêt lorsque le moment sera venu. M. Guimond, dont l'entreprise transforme les peaux et l'huile de phoque, travaille déjà à l'élaboration d'un protocole médical rigoureux pour que les futurs prélèvements soient faits aux Îles-de-la-Madeleine.

Les chirurgiens cardiaques européens de passage aux Îles-de-la-Madeleine espèrent pouvoir procéder à des essais cliniques chez l'être humain en 2010.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/03/23/007-valve_coeur_phoques_science.asp
May
May

le 24/03/2009 à 05:54

Chasse aux phoques
Les chasseurs ont pris la mer


lundi 23 mars 2009

La chasse aux phoques vient de s'ouvrir aux Îles-de-la-Madeleine. Pour souligner l'événement, l'Association des chasseurs de phoque de la région organisait un grand rassemblement dimanche après-midi.

Un hommage a notamment été rendu aux chasseurs morts en mer l'an dernier lors du naufrage de l'Acadien II. Une gerbe de fleurs a été jetée à l'eau en leur mémoire.

Vendredi, le ministère des Pêches et Océans Canada a augmenté les quotas de 55 000 prises, dont 30 % sont accordés aux chasseurs du golfe du Saint-Laurent.

Cette annonce a été décriée par des organismes de défense des animaux. Le Fonds international pour la protection des animaux, un organisme représenté dans une quinzaine de pays, a dénoncé l'augmentation des quotas de chasse.

Le président de l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine, Denis Longuepée, défend la chasse qui constitue, entre autres, un apport économique important pour la région.

« Les abolitionnistes essayent de toutes les façons d'arriver à un boycottage. Présentement, aux Îles-de-la-Madeleine, on a six docteurs qui viennent de la Grèce. Ils sont ici pour faire des études sur les valves du coeur, qui seraient compatibles pour être transplantées sur des humains. [...] C'est très très positif. Alors, je vois mal où il y aurait un embargo sur les produits dérivés du phoque, alors que prochainement on pourrait sauver des vies en Europe », soutient M. Longuepée.

Le président précise que la chasse est très bien réglementée et que « les façons d'abattage sont parfois meilleures que dans les abattoirs ».

« Il faut à un moment donné mettre de côté les émotions sur la chasse aux phoques », ajoute-t-il.

Rappelons que le Parlement européen tiendra un vote au début d'avril, en séance plénière, sur un projet de loi visant à interdire la vente de tous les produits dérivés du phoque en Europe.

Audio et vidéo

Michel Viens s'entretient avec Sophie Desautels de l'ouverture de la chasse aux phoques.

Michel Viens s'entretient avec Maxence Bilodeau de la perception européenne de la chasse aux phoques.

Denis Longuépée, président de l'Association des chasseurs de phoques, parle de l'ouverture de la chasse aux phoques aux Îles-de-la-M. et de la controverse qui l'entoure.

Line Danis rapporte l'hommage rendu aux chasseurs morts en mer l'an dernier lors du naufrage de l'Acadien II.



Hyperliens

Ottawa hausse les quotas
20 mars 2009

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/03/22/001-chasse-phoques-madeleine.asp
May
May

le 25/03/2009 à 07:30

24 Mars 2009

Les chasseurs madelinots ont capturé 10 000 phoques en mi-journée, mardi

ILES-DE-LA-MADELEINE - Les chasseurs des Iles-de-la-Madeleine sont allés aux glaces à bord de bateaux, sur des motoneiges et des véhicules tout-terrain et ont capturé plus de 10 000 phoques, mardi. Pendant ce temps, les intempéries empêchaient les opposants à la chasse de les filmer et photographier au travail.

Selon Phil Jenkins, porte-parole du ministère des Pêches et Océans, plus de 18 bateaux ont été dénombrés dans le secteur. Une cinquantaine d'autres chasseurs ont amené leur véhicule directement sur les glaces, que le courant avait poussées tout contre la terre ferme.



M. Jenkins a déclaré qu'entre l'ouverture de la chasse, tôt lundi, et la mi-journée, mardi, environ 10 000 bêtes avaient été capturées dans l'archipel, soit plus de la moitié du quota total de 15 000 têtes. Selon lui, il était fort possible que le quota ait été atteint d'ici la fin de la journée. La chasse va bon train, a-t-il affirmé depuis son bureau de Charlottetown, ajoutant qu'aucun problème n'avait été signalé.




Cependant, Wayne Dickson, un chasseur des Iles qui se trouvait sur les glaces, a déclaré mardi en entrevue téléphonique que les conditions étaient beaucoup plus difficiles que la veille, alors que son bateau avait abattu 238 phoques.




Les vents forts et la poudrerie empêchaient d'ailleurs les membres des groupes abolitionnistes du Fonds international pour la protection des animaux et Humane Society of Canada de décoller de Charlottetown pour se rendre sur les glaces en avion et en hélicoptère.




Rebecca Aldworth, de la Humane Society, a soutenu que le fait que les chasseurs continuent à abattre des phoques par mauvais temps démontre que la chasse est "en soi inhumaine". Avec la houle, les coups de vents, la faible visibilité, la pluie verglaçante et le brouillard, il est pratiquement impossible pour eux de s'assurer qu'ils abattent les bêtes sans cruauté, a-t-elle avancé. La plupart des chasseurs de l'archipel se servent d'un hakapik, un bâton muni d'un percuteur en métal, pour tuer sur le coup l'animal en lui frappant le crâne.




Pêches et Océans a émis une vingtaine de permis d'observation à des journalistes et membres des groupes opposés à la chasse.




La chasse des Madelinots est la première de la côte Est. Cette année, le nombre total de prises allouées pour l'ensemble de la chasse commerciale est de 338 200 animaux, soit 55 000 de plus que l'an dernier.




La hausse des quotas a été annoncée vendredi par la ministre fédérale des Pêches et Océans Gail Shea, en dépit de l'opposition internationale à la chasse annuelle et des efforts en vue d'anéantir le marché déjà limité des peaux de phoque. Un comité du Parlement européen a récemment appuyé un projet de loi susceptible de conduire à l'interdiction de toute importation de produits du phoque en Union européenne.

Par Steve Macleod, LA PRESSE CANADIENNE

http://www.corusnouvelles.com/2009/NOUVELLES/NATIONAL/03/24/les.chasseurs.madelinots.ont.2949983/index.html
May
May

le 29/03/2009 à 06:20

Est du QuébecChasse aux phoques
Les Européens demeurent inflexibles


samedi 28 mars 2009

Image
Bottes en peau de phoque


Le conseil des ministres du Parlement européen a voté vendredi à Bruxelles pour un embargo total des produits de la chasse aux phoques. Plus précisément, 18 pays sur 27 ont approuvé l'embargo.

L'Institut de la fourrure du Canada et l'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine ont réagi en demandant une rencontre urgente avec le premier ministre du Canada, Steven Harper. Ils lui demandent d'intervenir personnellement auprès de ses collègues européens.

Selon l'institut, le Canada pourrait proposer la création de normes internationales pour l'abattage des phoques qui rassureraient les Européens sur les méthodes utilisées. De telles normes permettraient aussi au Canada de gérer la croissance du troupeau de phoques estimé à plus de 5 millions et demi d'animaux.

Le vote final des députés du Parlement européen est maintenant prévu pour le 22 avril.

audio-vidéo
Line Danis explique que les chasseurs de phoques sont de plus en plus inquiets de perdre leur gagne-pain.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/03/28/002-phoque_union_europe_n.asp
May
May

le 02/04/2009 à 07:26

Le Parlement européen reporte son vote sur la chasse aux phoques

Image
Un pêcheur de phoques aux Îles de la Madeleine.

le 01 avril 2009

La Presse Canadienne
Ottawa


Le vote du Parlement européen sur un projet de loi visant à interdire la vente de tous les produits dérivés du phoque en Europe, qui devait avoir lieu ce jeudi, a été reporté.

Un porte-parole du parlement de Bruxelles a indiqué mercredi que le vote était maintenant prévu pour le 22 avril. Mais le porte-parole de la délégation de la Commission européenne au Canada, Roy Christensen, a quant a lui soutenu que le vote devrait plutôt avoir lieu entre le 4 et le 7 mai.

Le mois dernier, un comité parlementaire européen a appuyé un projet de loi qui pourrait éventuellement mener à une interdiction de l'importation des produits du phoque dans les 27 pays de l'Union.

Ce projet de loi prévoit cependant une exception pour les produits provenant de la chasse pratiquée par les populations inuites du Canada pour des fins «culturelles, éducationnelles et cérémoniales».


Des représentants du gouvernement canadien ont estimé qu'une interdiction européenne pourrait diminuer de moitié la valeur annuelle de la chasse sur la côte est, qui est actuellement évaluée à 13 millions $.
http://www.cyberpresse.ca/international/europe/200904/01/01-842550-le-parlement-europeen-reporte-son-vote-sur-la-chasse-aux-phoques.php
May
May

le 02/04/2009 à 07:28

Produits du phoque: un embargo partiel en vue

Image
Photo: Reuters


le 02 mars 2009

Karine Fortin
La Presse Canadienne
Ottawa


Un comité du Parlement européen a voté lundi en faveur d'une proposition visant à imposer un embargo partiel des produits du phoque en provenance de pays où on en fait la chasse, parmi lesquels figure le Canada.
Ces parlementaires ont rejeté un premier projet de proposition recommandant de strictes règles d'étiquetage, préférant plutôt une interdiction partielle de l'importation des produits dont les peaux et l'huile, entre autres.

Un amendement prévoit cependant des exceptions pour les produits du phoque fournis par les Inuits du Canada et du Groenland.

Avant d'être en vigueur, cette interdiction devra toutefois être approuvée par le Parlement européen dans son ensemble et par les gouvernements membres de l'Union européenne. Les partisans de l'embargo espèrent que ces étapes seront franchies avant la fin du mois prochain.


D'après Denis Longuépée, de l'Association des chasseurs de phoque des Iles-de-la-Madeleine, il est toutefois possible qu'aucune décision finale ne soit prise avant juin. Les conséquences sur le commerce pourraient néanmoins être immédiates.

M. Longuépée s'est dit d'autant plus déçu du résultat du vote que le Canada a récemment fait beaucoup d'efforts pour démystifier la chasse au loup-marin en Europe.

La chasse aux blanchons a cessé il y a plus de 20 ans et les chasseurs sont désormais formés par des vétérinaires qui leur enseignent comment abattre les animaux en les faisant souffrir le moins possible. «On est prêts à changer, mais avec le vote de ce matin, on dirait qu'on recule», a-t-il déclaré en entrevue à La Presse Canadienne.

Le Canada et le Groenland ont prévenu l'Union européenne qu'ils ont l'intention de contester l'embargo devant les instances internationales du commerce. Le Danemark, la Suède et la Finlande, ont eux aussi manifesté leur opposition à l'interdiction d'importation de produits du phoque dans les 27 pays de l'Union européenne.

La ministre fédérale des Pêches et des Océans, Gail Shea, a récemment multiplié les rencontres avec les parlementaires européens pour les convaincre que la chasse aux phoques se faisait sans cruauté. Elle a promis lundi de garder le cap et de défendre les chasseurs «jusqu'à l'Organisation mondiale du commerce» s'il le fallait.

Le député bloquiste de la Gaspésie et des Iles, Reynald Blais, croit cependant que le vote de l'UE devrait inciter Ottawa à modifier rapidement sa stratégie de relations publiques pour s'adresser directement à la population européenne. «Ce n'est pas uniquement par des séances d'information à l'ambassade qu'on va réussir. Il faut un plan d'action beaucoup plus musclé», a-t-il insisté.

Ottawa estime que la décision de l'Union européenne pourrait avoir une influence considérable sur le secteur de la chasse aux phoques, qui pourrait perdre annuellement jusqu'à 13 millions $ et affecter 6000 pêcheurs au Canada, dont près d'un millier aux Iles.

Au cours des trois dernières années, le quota des prises de phoques a oscillé entre 270 000 et 335 000 par an.

http://www.cyberpresse.ca/international/europe/200903/02/01-832499-produits-du-phoque-un-embargo-partiel-en-vue.php
May
May

le 07/04/2009 à 06:05

Chasse aux phoques

Trois fois moins pour les peaux


lundi 6 avril 2009

Image
Chapska en peau de phoque (archives

Les chasseurs de phoques de la Basse-Côte-Nord sont très pessimistes à quelques jours du début de la saison. Ils craignent que leurs revenus soient très bas.

Les acheteurs de Terre-Neuve-et-Labrador ont laissé entendre qu'ils offriront seulement 15 $ par peau de phoque, comparativement à une moyenne de 45 $ l'an dernier.

C'est un désastre. Il n'y a pas d'autre mot pour le dire, c'est un désastre.

— Le directeur de l'Association des pêcheurs de la Basse-Côte-Nord, Paul Nadeau.

L'Association des pêcheurs de la région compte négocier de meilleurs prix de vente cette semaine. Si l'organisme n'y arrive pas, les chasseurs pourraient être moins nombreux à prendre la mer lors de l'ouverture de la saison, mercredi.

D'ailleurs, les quotas pour la chasse aux phoques en Basse-Côte-Nord ce printemps ont été haussés de 25 % comparativement à l'an dernier. Quelque 8000 bêtes peuvent être abattues.

L'Association des pêcheurs de la région prédit toutefois que si les prix de vente des peaux ne sont pas révisés, moins de phoques que l'an dernier seront chassés en Basse-Côte-Nord. Au printemps 2008, quelque 2200 phoques ont été tués par les chasseurs de la région.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/04/06/003-prix-peaux-phoques_n.asp
May
May

le 09/04/2009 à 07:13

Chasse aux phoques

La glace et des prix dérisoires


mercredi 8 avril 2009

La saison de la chasse aux phoques s'est ouverte mercredi en Basse-Côte-Nord.

Les chasseurs de la région ont toutefois préféré rester à quai. D'après la direction régionale de Pêches et Océans, l'épaisseur des glaces à proximité des côtes dans le détroit de Belle-Isle et le prix dérisoire offert pour les peaux de phoque ne motivent pas les chasseurs à sortir en mer.

Le mauvais temps annoncé pour les prochains jours en Basse-Côte-Nord ne favorise pas non plus le début de la chasse.

En fait, le capitaine d'un seul bateau de la Basse-Côte-Nord a informé Pêches et Océans, mardi, de la possibilité qu'il sorte en mer pour le début de la saison de chasse aux phoques.

article

Trois fois moins pour les peaux

6 avril 2009
http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/04/08/005-phoques-mercredi_n.asp
May
May

le 11/04/2009 à 06:23

Chasse au phoque

Guerre à la désinformation


jeudi 9 avril

Les chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine dénoncent la désinformation diffusée par le Fonds international pour la protection des animaux, l'IFAW.

L'organisme allègue que la chasse est subventionnée par Québec et qu'Ottawa décide des quotas en fonction de la valeur marchande des produits du phoque. Il affirme dans un communiqué que le prix de 30 $ pour chaque peau de phoque payé aux chasseurs des Îles-de-la-Madeleine au début du mois était subventionné par Québec.

Le vice-président de Tamasu, Paul Boudreau, qui a acheté 20 000 de ces peaux, affirme que ces allégations sont fausses: « C'est complètement faux, pareil comme la majorité des informations qui sont sorties par IFAW. Là, on peut le démentir complètement ». Tamasu a bénéficié d'une subvention de 80 000 $ qui lui a notamment permis de poursuivre ses recherches sur les valves de coeur des phoques.

L'IFAW affirme aussi que Pêches et Océans Canada décide du quota autorisé en fonction des marchés, ce que les autorités du ministère nient. Ces dernières soutiennent que la viabilité du troupeau est au coeur de toutes les décisions.

Le président de l'association des chasseurs des Îles, Denis Longuépée, dénonce ces tactiques utilisées par l'IFAW. Il précise que des membres de l'organisme sont allés filmer la chasse au large des Îles, mais qu'ils n'ont pu trouver aucune infraction dans les méthodes d'abattage. « Ils coupent le film, alors on voit des carcasses, on voit du sang sur la banquise. Là, ils disent [qu'il y a] un massacre et ils mettent des photos d'auparavant. C'est leur façon à eux d'essayer de toujours tricher. Pour changer l'opinion publique, c'est leur façon de faire », dit M. Longuépée. Avant de prendre position pour ou contre la chasse au phoque, ajoute-t-il, les citoyens devraient s'informer correctement
http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/04/09/006-desinformation_IFAW_n.asp
May
May

le 12/04/2009 à 06:38

Nouvelle-Écosse

Macabre découverte sur une plage


samedi 11 avril 2009
Image

Des Néo-Écossais ont fait une macabre découverte en marchant jeudi sur la plage Conrad, située à 40 minutes d'Halifax.

Ils ont trouvé au moins 25 phoques morts gisant sur le sable. La plupart d'entre eux ont été décapités et certains ont des trous dans le pelage.

Les autorités ne savent pas encore comment ils ont été tués. Le directeur régional du ministère de Pêches et Océans, Leslie Burke, affirme qu'à ce temps-ci de l'année, il est possible que des glaces, qui se seraient détachées, aient blessé mortellement les phoques.

Les autorités mènent une enquête sur cette découverte. Les résultats devaient être connus la semaine prochaine.

audio-vidéo
Marc-Antoine Ruest explique les circonstances entourant la découverte des cadavres de phoques.

Les raisons qui pourraient expliquer la mort de cette vingtaine de phoques avec le pathologiste de la faune P.-Y. Daoust.

http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2009/04/11/001-NE-phoques-morts-plage_n.shtml
May
May

le 15/04/2009 à 06:55

Québec Chasse aux phoques

La menace d'une courte saison

mardi 14 avril 2009

Image
Chasse au phoque (archives)



L'Association des pêcheurs de la Basse-Côte-Nord s'oppose à toute décision de Pêches et Océans Canada pour mettre fin à la saison de chasse aux phoques. Ottawa évalue la possibilité de réduire la période de chasse en raison du faible nombre de prises.

En fait, le mauvais temps empêche les pêcheurs de la Basse-Côte-Nord de sortir en mer. Les prix offerts pour les peaux, environ 15 $ l'unité, sont aussi dissuasifs.

Le directeur de l'Association, Paul Nadeau, croit qu'une fin prématurée de la saison aurait des conséquences néfastes pour les prochaines années. Il craint que des chasseurs de la région ne voient leur quota diminuer à l'avenir.

M. Nadeau précise que les vents de 30 km/h venant du nord-ouest qui sont prévus au cours des prochains jours devraient permettre de dégager les glaces de la côte et, ainsi, permettre aux chasseurs de sortir en mer.

Le quota de chasse de la Côte-Nord pour la saison 2009 est fixé à près de 7800 phoques. La direction régionale de Pêches et Océans Canada rapporte que seulement 13 bêtes ont été abattues en Basse-Côte-Nord depuis l'ouverture de la chasse, mercredi dernier.

article
Chasse au phoque

12 avril 2009

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/04/14/007-chasse-mardi_n.asp
May
May

le 19/04/2009 à 07:12

Phoques

La croisade de Terre-Neuve-et-Labrador


samedi 18 avril 2009

Radio-Canada a appris que le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador a entrepris une série de rencontres à Ottawa, avec les ambassadeurs de nombreux pays européens, pour leur demander de ne pas précipiter leur décision dans le dossier des produits dérivés du phoque.

Le gouvernement terre-neuvien tente ainsi de retarder le vote de l'Union européenne, qui vise à interdire l'importation de tous les produits. Le vote est prévu au début mai à Bruxelles. Cette étape devrait être un pas de plus vers l'interdiction complète de tous les produits du phoque.

Dans les derniers jours, le ministre des Affaires intergouvernementales de Terre-Neuve-et-Labrador, Dave Denine, a rencontré, les ambassadeurs d'une dizaine de pays européens, dont le Portugal, la Lettonie, l'Irlande et la Slovaquie.

Le ministre cherche de nouveaux alliés pour défendre la chasse aux phoques. Il a aussi rencontré l'ambassadeur de la République tchèque, pays qui préside l'Union européenne jusqu'au premier juillet.

M. Denine affirme avoir eu une oreille attentive de la part de nombreux ambassadeurs.

Pendant ce temps à Bruxelles, le clan des pays contre la chasse aux phoques accentue son offensive à quelques semaines du vote.

Dans une lettre du président français Nicolas Sarkozy envoyée à la Fondation Brigitte Bardot, et dont Radio-Canada a obtenu copie, la France dit « amplifier son effort diplomatique pour obtenir le vote définitif de ce texte ».

articles
L'interdiction paraît inévitable

16 mars 2009

Interdiction partielle en vue

2 mars 2009

audio-vidéo
Julien Lafille fait le point dans ce dossier.

http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2009/04/18/001-TNL-phoques-produits_n.shtml
May
May

le 24/04/2009 à 06:16

Chasse aux phoques

Pourquoi pas une Déclaration universelle?

jeudi 23 avril 2009

Image
Photo: La Presse Canadienne /Andrew Vaughan


La sénatrice libérale Céline Hervieux-Payette poursuit son combat en faveur de la chasse aux phoques.

Tandis que le Parlement européen s'apprête à voter l'interdiction des importations des produits dérivés du phoque dans l'Union, la sénatrice libérale propose une Déclaration universelle sur le prélèvement éthique du phoque.


Céline Hervieux-Payette

Mme Hervieux-Payette croit que les parlementaires européens sont « victimes de désinformation ». Elle propose donc une approche qui protège les populations de phoques, mais qui permet aussi aux chasseurs de poursuivre leur activité.

Ce document deviendra, selon elle, « un outil majeur de protection du phoque, se basant autant sur les connaissances scientifiques les plus modernes, sur les positions de grandes conventions et organisations (tel le WWF) qui protègent la biodiversité et l'environnement, que sur les connaissances écologiques traditionnelles des populations autochtones ».

Nous proposons à l'Europe d'élaborer ensemble des principes éthiques universels.

Image

Céline Hervieux-Payette

La Déclaration universelle sera acheminée aux pays qui pratiquent la chasse aux phoques (Danemark, Finlande, Islande, Norvège, Russie, Suède) pour obtenir leur adhésion. Puis, cette Charte fera l'objet d'une campagne de mobilisation.

Une délégation déposera ensuite cette Déclaration universelle au Parlement européen, à Bruxelles, ainsi qu'aux Nations unies, à New York. La Déclation universelle a été mise en ligne sur Internet, jeudi matin, et une pétition invite la population à souscrire au document.

Pas d'unanimité chez les libéraux

La position de Mme Hervieux-Payette va complètement à l'encontre de celle de son collègue Mac Harb, un autre sénateur libéral qui, lui, s'oppose toujours vigoureusement à la chasse aux phoques au Canada.

Mardi, M. Harb appuyait publiquement le mouvement animaliste Human Society pour demander à l'Union européenne de bannir les produits canadiens du phoque. Il demande au gouvernement de racheter les permis de chasse, mais ajoute qu'il a davantage confiance en ses homologues européens.

Si les libéraux fédéraux n'ont pas de position unanime, il semble bien que les parlementaires européens connaissent aussi quelques difficultés à rallier leurs membres à une position commune.

Le Parlement européen a reporté au mois prochain son vote sur l'interdiction des importations de produits dérivés du phoque. Les institutions européennes s'entendent sur l'interdiction des importations de ces produits pour protester contre les méthodes d'abattage canadiennes. Mais comme les populations de phoques menacent les stocks de poisson, elles doivent être régulées. Les élus ne s'entendent pas sur la commercialisation des produits de cette chasse.

Le Canada est le principal pays où l'on chasse le phoque, avec un quota de 338 000 bêtes cette année. La Norvège, elle, peut abattre 47 000 phoques adultes en 2009. La population totale de phoques est estimée à 8 millions dans l'Atlantique Nord.

Radio-Canada.ca avec
Presse canadienne

Hyperlien externe

* Radio-Canada n'est aucunement responsable du contenu des sites externes

Déclaration universelle sur le prélèvement éthique du phoque

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2009/04/23/002-Phoques-Hervieux-Payette.shtml
May
May

le 26/04/2009 à 05:48

Chasse aux phoques
Un appui par la chanson


samedi 25 avril 2009
Image
Le sénateur Jean Lapointe. (archives)




À la suggestion de la sénatrice Céline Hervieux-Payette, le sénateur et chanteur Jean Lapointe consacrera une chanson aux chasseurs de phoques sur son prochain album.

L'initiative vise ainsi à faire contrepoids aux groupes de pression exigeant la fin de la chasse aux phoques dans l'est du pays.

Mme Hervieux-Payette estime que la chanson intitulée La chasse aux phoques représente un cadeau pour les chasseurs des Îles-de-la-Madeleine, de Terre-Neuve-et-Labrador et du Grand Nord, de même que pour tous Canadiens.

Selon la sénatrice libérale, la chanson de Jean Lapointe sera également diffusée en Europe.

Le lancement du prochain album de Jean Lapointe, intitulé L'eau, est prévu mardi prochain.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/04/25/004-jean_lapointe_chanson_phoques.asp


may
may

le 02/05/2009 à 06:11

Phoques

Un appel à la population

vendredi 1 mai 2009

Image

Photo: La Presse Canadienne /Andrew Vaughan


L'Association des chasseurs de phoques des Îles-de-la-Madeleine appelle la population à signer une pétition en ligne en appui à la Déclaration universelle sur le prélèvement éthique du phoque, proposée par la sénatrice libérale Céline Hervieux-Payette.

Dans cette déclaration, la sénatrice recommande l'élaboration d'un code d'éthique, qui protège les populations de phoques, tout en permettant aux chasseurs de poursuivre leurs activités.

Selon Mme Hervieux-Payette, ce document deviendra « un outil majeur de protection du phoque, se basant autant sur les connaissances scientifiques les plus modernes, sur les positions de grandes conventions et organisations (tel le WWF) qui protègent la biodiversité et l'environnement, que sur les connaissances écologiques traditionnelles des populations autochtones ».

La Déclaration universelle sera acheminée au Danemark, à la Suède et à la Finlande, ainsi qu'aux autres pays européens qui pratiquent la chasse aux loups-marins.

Par la suite, une délégation déposera la Déclaration universelle au Parlement européen ainsi qu'aux Nations unies.

[b]article

Pourquoi pas une Déclaration universelle?

Nouvelle du 23 avril 2009

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/05/01/004-phoque-petition-internet_n.asp
May
May

le 02/05/2009 à 06:33

Europe
Le report du vote sur les produits du phoque est improbable


Associated Press (AP) Fannie Olivier
01/05/2009 17h56


Alors que l'Europe doit se prononcer dans à peine quelques jours sur l'interdiction des produits de la chasse aux phoques sur son territoire, la sénatrice Céline Hervieux-Payette prie les députés de l'autre côté de l'Atlantique de mettre le sujet controversé sur la glace. Un report du vote paraît cependant franchement improbable compte tenu de toutes les étapes que le projet de règlement a déjà franchies.

La sénatrice Hervieux-Payette a envoyé cette semaine à tous les parlementaires européens un courriel leur demandant de remettre à plus tard le vote sur les produits dérivés du phoque qui doit avoir lieu mercredi à Strasbourg.

Celle qui défend les droits des chasseurs de phoques souhaite que l'Europe prenne connaissance de la «Déclaration universelle sur le prélèvement éthique du phoque» dont elle s'est fait la porte-parole. Le texte fait la promotion de l'équilibre entre la protection des populations de phoques et la poursuite de cette activité pratiquée notamment au Canada depuis des générations.

Mais Cezary Lewanowicz, attaché de presse responsable du marché intérieur au Parlement européen, croit qu'il est extrêmement improbable que le vote soit reporté compte tenu de tout le chemin qu'il a déjà parcouru sur le plan procédural.

«Franchement, ce serait un miracle», a-t-il lancé en entrevue téléphonique de Bruxelles, aujourd'hui.

Un accord entre le Conseil des ministres et le Parlement européen a été trouvé la semaine dernière sur ce sujet, ce qui est généralement loin d'être facile à obtenir, a-t-il expliqué.

«Quand on l'a, on ne va pas le mettre à la poubelle», a-t-il noté.

M. Lewanowicz a rappelé que les élections européennes auront lieu en juin et que, par conséquent, il était peu probable que le vote soit remis à plus tard.

«Si l'on retardait maintenant, ce ne serait pas d'un mois ou deux, mais peut-être d'un an. On n'accepterait jamais de faire ça puisque tout est prêt et peut être adopté la semaine prochaine», a-t-il souligné.

Le sujet doit être débattu au Parlement européen aussi tôt que mardi et les parlementaires devront voter sur la proposition de règlement mercredi.

Le Canada, qui pratique la chasse aux phoques comme d'autres pays nordiques tels que la Russie et le Danemark, souffrirait d'un éventuel embargo européen puisque l'économie de plusieurs communautés est intimement liée à cette pratique.

L'interdiction qui doit être votée est globale.

«Les députés estiment que la chasse au phoque commerciale est par nature cruelle parce qu'il n'est pas possible d'appliquer efficacement et systématiquement, sur le terrain, des méthodes d'abattage sans cruauté dans l'environnement où cette chasse se déroule», peut-on lire dans la proposition mise en ligne sur le site Internet du Parlement européen.

Toute commercialisation ou importation des produits du loup marin pourrait être bannie, à quelques exceptions près. Ainsi, les produits de la «chasse de subsistance» pratiquée par les peuples amérindiens et inuits pourraient faire l'objet d'échanges commerciaux à titre d'exception.

L'importation commerciale serait bannie sur le territoire des 27 pays de l'UE, mais l'importation «personnelle», par exemple par un touriste qui ramènerait en souvenir des bottes en peaux de phoques après un voyage aux Iles-de-la-Madeleine, serait acceptée.

Enfin, la chasse pratiquée pour préserver les stocks de poissons serait tolérée, mais aucun profit ne pourrait être tiré de l'exploitation des phoques chassés à cet effet.

Malgré tout, Céline Hervieux-Payette ne croit pas que ce vote constitue nécessairement l'arrêt de mort de l'exportation du phoque vers l'Europe puisqu'il restera encore l'étape de la mise en oeuvre des politiques par chacun des pays européens. De plus, le Canada a déjà prévenu qu'il envisageait contester l'embargo devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

«Je veux que l'on ouvre la porte au dialogue», a-t-elle fait valoir de Vancouver, où elle participait au congrès du Parti libéral du Canada.

«Les députés sont victimes de pressions et de campagne de salissage en règle. Ceux qui en paient le prix sont les Canadiens», a-t-elle déploré.

Terre-Neuve-et-Labrador, où près de 6000 personnes pratiquent la chasse saisonnière au loup marin, a été le premier gouvernement à donner officiellement son appui à la Déclaration.




http://www.canoe.com/infos/international/archives/2009/05/20090501-175650.html
May
May

le 06/05/2009 à 06:09

Produits du phoque

Réactions en région


le mardi 5 mai 2009

Image

Photo: La Presse Canadienne /Andrew Vaughan


Les députés de l'Union européenne ont adopté mardi une loi interdisant la mise en marché de produits dérivés du phoque. Le vote du Parlement devrait être entériné par les gouvernements de l'Union européenne dans quelques semaines. L'interdiction devrait être en vigueur avant la prochaine saison de la chasse aux phoques.

Selon le président de l'entreprise des Îles-de-la-Madeleine Tamasu, Bernard Guimont, le règlement crée un dangereux précédent sans être une catastrophe. Il estime que cette décision lance un message protectionniste qui pourrait se retourner contre l'Union européenne.

M. Guimont, dont l'entreprise transforme les produits du phoque, était à Strasbourg en compagnie d'une délégation d'Inuits et de Terre-Neuviens pour entendre le résultat du vote de l'Union européenne.

Le président précise que l'Europe constitue 5 % du marché des produits du phoque. Il mentionne également que le règlement permet que les produits continuent de transiter par l'Europe pour atteindre l'Asie et la Russie.

Toutefois, M. Guimont admet que la loi est contraignante, car il y avait des possibilités de marché en Europe. À son avis, la bataille n'est pas encore terminée. Il souhaite que le Canada porte la cause devant l'Organisation mondiale du commerce.

De plus, des négociations sur les échanges Canada-Europe s'ouvrent prochainement, et M. Guimont demande au Canada de faire sentir que le protectionniste peut se jouer dans les deux sens.

« Il y a un sommet demain qui a lieu à Prague, où il y a une négociation sur un accord de libre-échange éventuel entre le Canada et l'Europe. Alors, je pense que le Canada va devoir amener les Européens à être conscients du geste qu'ils viennent de poser », affirme M. Guimont.

Les animalistes, qui mènent la bataille depuis quatre décennies, se réjouissent de cette décision. Le Fonds international pour la protection des animaux, l'IFAW, applaudit l'adoption du règlement. L'IFAW soutient par ailleurs que le Canada est maintenant isolé sur la scène mondiale dans le dossier de la chasse commerciale aux phoques.

La Basse-Côte-Nord réagit

Le directeur de l'Association des pêcheurs de la Basse-Côte-Nord, Paul Nadeau, s'interroge sur les efforts déployés par le Canada pour défendre la chasse aux phoques.

Il se dit très préoccupé par la décision de l'Union européenne de fermer ses marchés aux peaux et produits dérivés du phoque.

Malgré le vote des parlementaires, M. Nadeau préconise le dialogue entre l'industrie et l'Union européenne. Il indique qu'il faut tenter de trouver des compromis, d'innover dans le dossier et d'essayer de voir au-delà de la décision rendue.

Actuellement, on compte 200 détenteurs de permis pour la chasse aux phoques sur la Basse-Côte-Nord.

article
Pas de produits du phoque

Nouvelle du 5 mai 2009

audio-vidéo
Réjean Sirois a recueilli les réactions régionales.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/05/05/005-phoque-UE-reactions_n.asp

voir le dossier complet :

Chasse au phoque : désastre écologique ou économique?
Depuis la diffusion d'un film à Radio-Canada en 1964, la chasse au phoque soulève des passions et des questions.»

http://archives.radio-canada.ca/environnement/ecologie/dossiers/1023/
May
May

le 06/05/2009 à 06:18

UE - Embargo sur les produits du phoque

Tollé au Canada

le mardi 5 mai 2009

Plus de peaux ni de produits dérivés du phoque sur les marchés européens. La décision a été votée mardi par 550 voix contre 49 par les députés européens, et 41 abstentions.

Le règlement interdit toute commercialisation ou importation des produits du phoque dans les 27 pays membres de l'Union européenne dès 2010. Une dérogation est cependant prévue pour les produits du phoque issus de la chasse traditionnelle menée par les Inuits et d'autres communautés autochtones qui s'adonnent à cette activité pour leur subsistance.

Neuf pays européens, soit la Belgique, les Pays-Bas, le Luxembourg, l'Italie, l'Autriche, l'Allemagne, la France, la Slovénie et la République tchèque, ont déjà interdit ou annoncé leur intention d'interdire l'importation et la commercialisation des peaux et produits dérivés du phoque.

Produits dérivés du phoque:

-Les peaux utilisées pour fabriquer sacs, chapeaux et gants;
-les viandes;
-l'huile;
-les organes et les graisses;
-les produits pharmaceutiques présentés comme suppléments d'acide gras oméga 3.


La part des échanges entre l'Union européenne (UE) et le Canada provenant des produits dérivés du phoque représente 6,6 millions de dollars, alors que le montant global des échanges est de 39 milliards de dollars.

Le Canada et la Norvège ont déjà annoncé qu'ils allaient contester cette interdiction devant l'Organisation mondiale du commerce (OMC). L'embargo de l'UE s'ajoute aux embargos décrétés par les États-Unis et le Mexique, deux des principaux partenaires commerciaux du Canada.

La décision de l'Union européenne survient alors que le premier ministre Stephen Harper est arrivé à Prague pour participer au lancement des négociations sur un partenariat économique avec l'UE.

Ottawa prêt à saisir l'OMC

« Si l'UE impose une interdiction sur les produits du phoque, celle-ci doit comporter une exemption pour tout pays, comme le Canada, où il existe des lignes de conduite strictes visant des pratiques de chasse au phoque sans cruauté et durables », a déclaré le ministre fédéral du Commerce international, Stockwell Day.

Image
Stockwell Day

« Si aucune exemption acceptable n'est intégrée, le Canada contestera l'interdiction devant l'Organisme mondial du commerce (sic) », a ajouté M. Day.

Ottawa compte par ailleurs poursuivre ses efforts pour « contrer la campagne de désinformation menée par des groupes de pression professionnels engagés contre la chasse au phoque ».

Pour sa part, la ministre fédérale des Pêches et Océans, Gail Shea, a souligné que cet embargo aurait « des effets dévastateurs pour des milliers de familles canadiennes des collectivités côtières, qui tirent de 25 à 35 % de leurs revenus annuels de la chasse au phoque ». Elle a ajouté que les impacts risquent d'être d'autant plus graves en cette période économique difficile.

Québec: l'Assemblée nationale condamne

Au Québec, à l'exception d'Amir Khadir, tous les députés de l'Assemblée nationale ont condamné, dans une motion, l'embargo européen sur les produits du phoque canadiens. Ils ont aussi demandé à Ottawa de contester cette décision devant l'OMC.

Le ministre de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation, Laurent Lessard, a indiqué que cet embargo risque de priver les chasseurs des Îles-de-la-Madeleine de 30 % leurs revenus.

Selon lui, la décision des parlementaires européens est basée sur le prétexte « fallacieux » de l'abattage inhumain des bêtes. « Il faut que le rationnel retrouve sa place dans le débat. Si ça continue, ils vont nous empêcher de pêcher à la ligne », a ironisé le ministre Lessard.

Seul le député de Québec solidaire s'est abstenu de voter pour la motion, estimant que son parti ne reconnaît pas l'OMC comme cadre de résolution des conflits commerciaux. Il a toutefois précisé qu'il ne partageait pas le malaise européen face à cette chasse.

Déception et inquiétude

« Le Canada n'a d'autre choix que de réagir très fermement cette fois-ci », a déclaré Mary Simon, présidente de l'Inuit Tapiriit Kanatami, principale organisation inuite canadienne. Tout en se déclarant « atterrée », elle a demandé à Stephen Harper de tenir son engagement de porter l'affaire devant l'OMC.



Au sujet de la dérogation prévue pour la chasse traditionnelle des Inuits, Mme Simon a estimé que cela n'aiderait pas les communautés inuites, car les marchés pour ce produit auront été détruits. « Comme les chefs inuits l'ont souligné à travers l'Arctique, quand on détruit un marché pour un groupe, il est détruit pour tous », a ajouté Mary Simon.

Joël Arseneau, maire des Îles-de-la-Madeleine, a déploré la décision de l'Union européenne. Il a indiqué que cette interdiction représentait un défi pour l'industrie, qui devra trouver d'autres marchés. M. Arseneau a déclaré qu'il ne pouvait pas, dans l'immédiat, chiffrer l'impact économique de cette décision. Le maire des Îles-de-la-Madeleine a précisé que des entreprises ont déjà commencé à explorer d'autres secteurs, comme ceux de la médecine et de la pharmacie.

Selon la sénatrice libérale Céline Hervieux-Payette, la campagne menée par le Canada pour prévenir l'interdiction européenne a été menée « en retard et n'était pas assez vigoureuse ». Mme Hervieux-Payette croit que les députés européens ont été influencés par des campagnes de communication très efficaces. Les députés « ont cédé au chantage » des lobbies, selon elle.

Même si elle croit que le Canada doit déposer une plainte au niveau de l'OMC, Mme Hervieux-Payette est convaincue que la procédure de règlement prendra plusieurs années et les compensations, dans le cas où elles seraient accordées au Canada, seraient dérisoires en comparaison avec les pertes subies.

Les lobbys sont satisfaits

Brigitte Bardot, l'ancienne actrice française reconvertie à la cause animale, a été très émue de cette décision, qui est l'aboutissement d'un « combat sans répit de 32 ans ». « Je suis dans cet état un peu magique, sur un petit nuage, un peu comme si l'on était atteint d'une maladie incurable et qu'on vous annonçait tout à coup que, par miracle, vous êtes guérie », a-t-elle déclaré.

L'organisation Humane Society International s'est réjouie de la décision de l'UE, qualifiée d'historique. « Cette interdiction marque le début de la fin du massacre des phoques au Canada, un massacre que le monde entier réprouve », a déclaré Rebecca Aldworth, directrice de Humane Society International/Canada.

Dès lundi, un phoque géant avait été gonflé devant l'entrée du Parlement européen par les militants du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW). Et un écran diffusait des images de chasseurs glissant sur la banquise à la poursuite de jeunes phoques assommés d'un coup de massue et éventrés alors qu'ils étaient encore vivants.

Le Canada au premier rang

Au Canada, le quota de phoques tués est de 338 000 phoques pour 2009. Et il y a environ 6000 chasseurs de phoque au pays. La Norvège a de son côté autorisé l'abattage de 47 000 phoques adultes cette année.

Selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), près de 750 000 phoques d'au moins 15 espèces sont abattus et dépecés chaque année à des fins commerciales. Le Canada, le Groenland et la Namibie comptent pour environ 60 % de la totalité des phoques abattus en 2006.

Radio-Canada.ca avec
Presse canadienne et Agence France Press

En profondeur
- Sommet Canada-Union européenne

-Le Canada et l'Union européenne se réunissent à Prague pour discuter de la libération de leurs échanges commerciaux.

-Chasse au phoque : désastre écologique ou économique?

Depuis la diffusion d'un film à Radio-Canada en 1964, la chasse au phoque soulève des passions et des questions.

audio-vidéo

-L'entrevue avec Christophe Marie, porte-parole de la Fondation Brigitte Bardot

-L'entrevue avec Bernard Guimond, président de Produits du loup-marin Tamasu

-Daniel Thibeault résume les réactions à Ottawa.

-Manon Globensky est à Prague à la veille de la rencontre Canada-Union européenne.
-Le Canada prépare sa réplique explique Julien Lafille.

-Le ministre Christian Paradis réagit à la décision européenne.
-Le reportage de Maxence Bilodeau sur la campagne qui a mené au boycott européen.
-Le maire des Îles-de-la-Madeleine, Joël Arseneault, réagit à l'interdiction de la vente de produits du phoque en Europe.

-Réactions de Richard Vigneault, vice-président de l'Association des chasseurs de loups-marins des Îles-de-la-Madeleine

-Réactions de la sénatrice libérale Céline Hervieux-Payette à l'interdiction de la vente de produits du phoque en Europe.

Autre hyperlien
Sur le Web suit cette affaire.

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/05/05/002-UE-Phoque-interdit.shtml
May
May

le 08/05/2009 à 17:59

b]Produits du phoque

Députés sous pression[/b]
vendredi 8 mai 2009

Des députés européens soutiennent que le vote interdisant la vente des produits du phoque dans l'Union européenne a été manipulé. Le règlement a été adopté mardi par 550 voix contre 49, et 41 abstentions.

Ce vote est survenu seulement un mois avant les élections européennes. La députée de l'est de la France, Véronique Mathieu, a voté contre ce règlement. Elle soutient que si le vote avait eu lieu après les élections, le résultat aurait été tout autre.

« Bien entendu, il aurait été complètement différent. Le vote se serait passé déjà dans le calme. On aurait eu une pression de la part de certaines associations écolos extrémistes qui aurait été tout à fait différente. Nous avons été la proie de certaines ONG, tant par voie de mail, que par voie téléphonique. Nous avons été parfois menacés dans notre vote, et même au sein du Parlement, je dois le dire, certains ont voté sous la pression », affirme Véronique Mathieu.

Martin Callanan, député de la Grande-Bretagne, défend la chasse au phoque, mais lors du vote, il a opté pour l'abstention. Il explique que se mettre à dos les groupes de défense des animaux, c'est courir le risque de perdre des appuis électoraux.

Le vice-président du Parlement européen, le Français Gérard Onesta, a voté pour le règlement. Il dément les manoeuvres d'intimidation. « Je pourrais dire que je suis moi-même traumatisé par le lobby pro-chasse du phoque. Faut pas exagérer non plus », dit-il.

Plusieurs députés européens encouragent maintenant le Canada à porter sa cause devant l'Organisation mondiale du commerce.

audio-vidéo
Julien Lafille rapporte que des députés européens se sont sentis menacés lors du vote sur l'interdiction des produits du phoque.


Lire les commentaires sur le site

http://www.radio-canada.ca/regions/atlantique/2009/05/08/001-ATL-votephoqueUE_n.shtml

May
May

le 21/05/2009 à 07:06

Boycottage des produits dérivés du phoque
Le gouvernement conservateur doit lancer une vaste campagne d’information


La décision du Parlement européen est totalement contreproductive et aura des effets dévastateurs sur toute la communauté des Îles-de-la-Madeleine. Tant les chasseurs que les écologistes et les politiciens québécois s’entendent pour dire qu’il faut agir sans tarder et accélérer les représentations auprès des pays européens en vue de contrer la désinformation de certains groupes écologistes activistes.
Dans la foulée de la décision de l’Union européenne d’interdire toute commercialisation ou importation des produits du phoque, le porte-parole du Bloc Québécois en matière de pêches et océans et député de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, Raynald Blais, a réagi en réclamant que le gouvernement conservateur mette en œuvre immédiatement une vaste campagne d’information visant à donner l’heure juste aux Européens sur cette industrie bien encadrée.

« La décision du Parlement européen est totalement contreproductive et aura des effets dévastateurs sur toute la communauté des Îles-de-la-Madeleine. Tant les chasseurs que les écologistes et les politiciens québécois s’entendent pour dire qu’il faut agir sans tarder et accélérer les représentations auprès des pays européens en vue de contrer la désinformation de certains groupes écologistes activistes. À cet effet, le Bloc Québécois a fait adopter à l’unanimité en mars dernier une motion au Comité permanent des pêches et des océans. Le gouvernement fédéral doit maintenant en prendre acte et mettre en place les mesures qui s’imposent », a déclaré Raynald Blais.

« La priorité doit être d’informer nos partenaires européens de la réalité de la chasse au loup-marin et de mettre un terme au sensationnalisme qui affecte gravement et injustement cette industrie basée sur des pratiques légales et dénuées de cruauté. Des populations entières comptent sur les revenus de cette activité commerciale pour vivre et le boycottage décrété par l’Union européenne entraînera pour elles de lourdes conséquences », a poursuivi le député de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine.
Des vêtements en peau de phoque pour les athlètes olympiques?

« Avec les prochains Jeux olympiques d’hiver qui seront présentés à Vancouver en 2010, le gouvernement a la chance de poser des gestes concrets en vue de faire la promotion des produits dérivés du loup-marin. En effet, nous déposerons aujourd’hui une motion visant à étudier la possibilité d’en intégrer aux vêtements des athlètes olympiques canadiens et nous souhaitons que le gouvernement conservateur sera prêt à agir pour sauver cette industrie dont dépendent plusieurs familles de ma circonscription », a conclu Raynald Blais.

Voici le texte de la motion qui a été il y a quelques jours la Chambre des communes :

Que, de l’avis de la Chambre, le gouvernement devrait profiter de la tribune qui lui sera offerte par les Jeux Olympiques Vancouver 2010 pour faire la promotion des produits dérivés du loup-marin, notamment en étudiant la possibilité d’en intégrer aux vêtements des athlètes olympiques canadiens.

http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/05/20-boycottage-des-produits-derives-du-phoque.qc
May
May

le 21/05/2009 à 23:52

Chasse au phoque
Une saison désastreuse

jeudi 21 mai 2009

Image
Photo: La Presse Canadienne /Andrew Vaughan

(archives)


La saison de la chasse au phoque a été désastreuse sur la Côte-Nord. Sur un quota autorisé de 7900 bêtes, seulement 300 ont été tuées.

Lors du début de la chasse commerciale, le 8 avril dernier, la demande pour les peaux était pratiquement inexistante en Basse-Côte-Nord. Au plus, trois ou quatre chasseurs ont tué 140 phoques.

De leur côté, les chasseurs dans la région des Escoumins ont abattu 160 phoques au début de l'année.

« Il n'y avait pas d'acheteur présent en Basse-Côte-Nord. Du côté de Terre-Neuve, il y a quelques chasseurs qui pouvaient y aller, mais ça prenait une entente avec un acheteur au préalable », indique Martin Saint-Gelais, directeur régional de Pêches et Océans Canada.

De plus, le prix offert par les acheteurs pour les peaux de phoque était dérisoire, souligne Paul Nadeau, directeur de l'Association des pêcheurs de la Basse-Côte-Nord. « C'était à la pièce pratiquement, puis le prix qui était avancé, c'était un prix d'une quinzaine de dollars. Puis ça, c'était le prix maximal. »

Malgré une saison désastreuse et l'embargo de l'Union européenne sur les peaux et les produits dérivés du phoque, Pêches et Océans maintient le cap. « C'est un casse-tête qui est assez compliqué. Nous, bien, on va tout faire pour favoriser que cette activité-là demeure », précise M. Saint-Gelais.

audio-vidéo
Pierre Roberge explique que la saison de la chasse a été désastreuse.

http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2009/05/21/005-chasse-phoque-d%C3%A9sastre.shtml
May
May

le 28/05/2009 à 08:57

Chasse au phoque

Michaëlle Jean en rajoute
mercredi 27 mai 2009
Image
Photo: La Presse Canadienne /Sean Kilpatrick

Michaëlle Jean a mangé un morceau de coeur de phoque, lundi soir


La gouverneure générale du Canada Michaëlle Jean, qui a soulevé une controverse, lundi, en mangeant un petit morceau de coeur de phoque(http://www.radio-canada.ca/nouvelles/Politique/2009/05/26/003-Michaelle-Jean-phoque.shtml), risque de faire de nouvelles vagues. Mercredi soir, elle a accepté l'invitation d'Inuits du Nunavut de participer à une partie de chasse au phoque.

Mme Jean s'est dite très consciente du contexte dans lequel elle pose ces gestes. Elle a ajouté qu'elle voulait donner son appui à la culture et au mode de vie de plusieurs communautés canadiennes de l'Arctique et des régions côtières de l'est du pays. La chasse au phoque, dit-elle, est vitale pour ces communautés. Elle se fait de façon responsable et respectueuse.

La dégustation du coeur de phoque, lundi soir, avait soulevé l'ire de certains groupes de défense des droits des animaux. Ceux-ci estimaient que la gouverneure générale n'aidait en rien la cause de la chasse commerciale au phoque. Ils soutenaient en outre que la chasse traditionnelle pratiquée par des communautés inuites et la chasse commerciale sont différentes.

De son côté, le gouvernement Harper a salué le geste de Michaëlle Jean.

Rappelons que Parlement européen a adopté, au début mai, un embargo(http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/05/05/002-UE-Phoque-interdit.shtml) sur les produits du phoque, qui entrera en vigueur dès que les gouvernements européens auront donné leur aval. Une dérogation est cependant prévue pour les produits du phoque issus de la chasse traditionnelle menée par les Inuits et d'autres communautés autochtones qui s'adonnent à cette activité pour leur subsistance.

Radio-Canada.ca avec
Presse canadienne

Section spéciale

Chasse au phoque : désastre écologique ou économique?

Depuis la diffusion d'un film à Radio-Canada en 1964, la chasse au phoque soulève des passions et des questions.

audio-vidéo

La gouverneure générale accepte l'invitation d'Inuits d'aller à la chasse au phoque, comme l'explique E. Latraverse

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/National/2009/05/27/004-jean-chasse-phoque.shtml
May
May

le 30/05/2009 à 07:51

Autochtones L'ombre du phoque
samedi 30 et du dimanche 31 mai 2009
Marie-Andrée Chouinard

Le phoque canadien est source infinie d'images percutantes. Après les lamentations de Brigitte Bardot, puis la campagne de Paul McCartney gémissant sur des glaces terre-neuviennes devant le minois mignon d'un blanchon, la gouverneure générale a volé la vedette lundi, lors d'un festin populaire au Nunavut, en dégustant un morceau de coeur de phoque cru.
Michaëlle Jean n'a pas innocemment tailladé la chair de l'animal. Elle a sciemment goûté l'une des parties les plus prisées par les Inuits, le coeur. «C'est un geste qui fait partie d'un mode de vie», a-t-elle expliqué, hardie et sensée, honorant là une tradition et une culture, soutenant cette chasse traditionnelle aussi pratiquée par des Blancs. «Si on ne comprend pas cela, on passe complètement à côté de la réalité.»

Couvert d'opprobre par le Parlement européen, qui vient de bannir le commerce des produits dérivés du phoque, le Canada se retrouve donc -- encore! -- au centre d'un souffle... de phoque.

La fonction de Mme Jean la fait trotter ainsi de par le monde, saluant les us et coutumes des peuples qu'elle rencontre. En avril dernier, invitée par la Norvège, elle y fut sensibilisée aux réalités du peuple same, population indigène de Laponie. De passage maintenant dans le Grand Nord canadien, elle a critiqué le bilan canadien en éducation dans l'Arctique et proposé de miser sur l'enseignement supérieur.

Son idée d'une université du Nord, à la manière de celle de Tromso, en Norvège, ne correspond sans doute pas à une priorité lorsqu'on sait que les populations de cette zone souffrent les conséquences sociales d'une extrême pauvreté.

Mais le discours de la gouverneure générale, malheureusement éclipsé par un morceau de chair saignant, s'accordait parfaitement avec les critiques formulées par Amnistie Internationale à l'endroit du Canada, dans son rapport 2009 sur La Situation des droits humains dans le monde, tout juste publié.

Les Amériques y sont directement pointées: «[...] les peuples autochtones des Amériques souffrent depuis longtemps de marginalisation et de discrimination. Laissés pour compte lors de l'adoption de décisions concernant leurs terres, leurs vies et leurs moyens d'existence, ils sont touchés de manière disproportionnée par la pauvreté [...].»

Le Canada y est accusé de laisser traîner les conflits portant sur les droits à la terre et aux ressources. Le rapport s'inquiète aussi d'iniquités dans le financement des agences de protection des enfants autochtones.

Cette analyse, passée dans l'ombre du phoque, montre clairement que face à ses populations autochtones, le Canada néglige de cruciales questions de droits humains. Il semblerait que la balance, cette semaine, ait plutôt penché en faveur du droit des animaux.

http://www.ledevoir.com/2009/05/30/252778.html

Répondre à ce message

Vous n'êtes pas autorisé à poster un message sur le forum.