L'APNQL appuie Femmes autochtones du Québec et veut un plan d'action national pour contrer la violence faite aux femmes des Premières Nations‏

  

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

 

L’Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador appuie Femmes Autochtones du Québec
et veut un plan d’action national
pour contrer la violence faite aux femmes des Premières Nations

 

Wendake, le 8 juillet 2011 - L’Assemblée des Premières Nations (APNQL) dénonce les ministres responsables de la Condition féminine de partout au Canada qui, au cours de leur réunion annuelle tenue cette semaine, ont choisi de reléguer au second plan les femmes des Premières Nations.

 

« Cette attitude est inqualifiable. En même temps, elle ne me surprend pas de la part de gouvernements qui s’accommodent très facilement de la violence vécue par nos populations, et en particulier nos femmes et nos filles », déclare Ghislain Picard, Chef de l’APNQL.

 

« Je demande aux premiers ministres des provinces et territoires, qui participeront sous peu au Conseil de la Fédération, ainsi qu’au premier ministre du Canada, de rappeler à l’ordre leurs ministres de la Condition féminine », insiste le Chef Picard. Les leaders autochtones tiendront une rencontre préliminaire avec les participants la veille du Conseil de la Fédération et le sujet est déjà à l’ordre du jour.

 

« Les Premières Nations font une priorité de la situation de leurs femmes et de leurs filles, trois fois plus exposées que les autres à la violence, conclut le Chef Picard. Le Canada et le Québec n’ont pas le choix, ils doivent prendre leurs responsabilités et appuyer nos efforts. »

 

À propos de l'APNQL

L'APNQL est l'organisme régional qui regroupe les 43 Chefs des Premières Nations du Québec et du Labrador. Pour information : www.apnql-afnql.com.

 

-30-

 

Source :           Éric Cardinal

                        Conseiller aux communications

                        Cellulaire : 514 258-2315

                        eric@cardinalcommunication.com

 

 

LE GRAND CERCLE DE NOS PREMIÈRES NATIONS – THE GREAT CIRCLE OF OUR FIRST NATIONS