Anishnabe Nomades Pédaler pour sa réalité

 

Un groupe de huit autochtones du Lac Simon et de Kitcisakik tentera de relever un défi à la fois physique et mental d’ici la fin de l’été en parcourant le Canada à vélo, de l’Abitibi à Vancouver.

 

 

 

 

cest les Anishnabe Nomade !!! Evelyne Papatie, Denis Wabanonik, Vince Papatie, Thayra Penosway, Martin Gunn, Allison Thomas, Ryan Pien et Helena Cheezo


@Evelyne Papatie, Denis Wabanonik, Vince Papatie, Thayra Penosway, Martin Gunn, Allison Thomas, Ryan Pien et Helena Cheezo
Description
Le groupe Anishnabe Nomades est composé de sept personnes qui veulent reprendre les rênes de la vie de jeunes adultes autochtones. Le défi est de taille : conscientiser et sensibiliser la jeunesse autochtone à travers le pays aux abus de drogues et d’alcool. Ils se sont attribué le mandat de parcourir, à vélo, le Canada et de rencontrer diverses communautés autochtones pour la poursuite de ce défi. Tous les membres du groupe ont la philosophie que les contacts culturels accrus entre les diverses communautés autochtones du Canada sont le moyen par excellence pour l’échange constructif dans un objectif d’apprentissage et de transfert de connaissances.

The group Anishnabe Nomads is composed of seven persons who want to take the reins the lives of young Aboriginal adults. The challenge is daunting: to raise awareness and educate Aboriginal youth across the country to abuse drugs and alcohol. They gave themselves a mandate to travel, whit bike, Canada and meet with various communities for the pursuit of this challenge. All members of the group's philosophy that cultural contacts increased between the various Aboriginal communities in Canada are the best means to constructive discussions in a learning goal and knowledge transfer.
(lire moins)
Adresse électronique
anishnaben@gmail.com
Téléphone
819-355-3249

 

Pédaler pour sa réalité

Huit jeunes membres de la communauté Anishnabe de Lac-Simon, âgés dans la jeune vingtaine pour la plupart, sont partis mardi matin (14 juin) pour un voyage en vélo qui les amènera à travers le Canada des Premières Nations jusqu’à Vancouver. Une façon pour ces jeunes de passer un message et d’apprendre à connaître leurs cousins d’ailleurs au pays.

 

«Je suis vraiment fier d’eux, affirme Kevin John Papatie, conseiller de Lac-Simon et parrain des jeunes cyclistes. Ils vont aller dans les autres communautés parler des problèmes sociaux qu’ils vivent ici: drogue, alcool, pédophilie, suicide. Ces problématiques sont communes à d’autres nations à travers le Canada.»

 

L’identité

 

Le voyage Lac-Simon-Vancouver devrait durer trois mois, à raison de 60 à 70 km par jour. Les cyclistes seront accueillis sur leur route par les communautés autochtones, avec lesquelles ils échangeront. «Oui, on veut sensibiliser les gens que l’on va croiser aux méfaits de la drogue, de l’alcool et de la violence, mais aussi de montrer qu’il y a d’autres voies», de dire l’un des cyclistes, Denis Wabanonik, qui fera le périple avec son conjoint, Vince Papatie. «Au fond, ce projet, c’est aussi pour me retrouver face à moi-même, pour me prouve rque je peux faire quelque chose de ma vie», souligne Vince, qui avoue avoir été un grand consommateur.

 

Pour ce couple, le périple est aussi une façon d’honorer leurs traditions. Ils avouent que la partie n’est pas gagnée d’avance. «On fait un peu comme nos ancêtres, qui étaient nomades, affirme Vince Papatie (Le groupe, d’ailleurs, porte le nom d’Anishnabe Nomades). En même temps, nous sommes conscients que nous aurons à vivre tous les huit ensemble pendant trois mois. Ça va demander de la force de caractère et beaucoup d’entrade.

 

La quête de l’identité Anishnabe est très importante dans ce voyage, estime Kevin John Papatie. «Plusieurs nations autochtones de l’ouest du Canada croyaient que nous n’existions pas, que nous étions éteints. Ces jeunes vont grandir en tant que personnes, mais aussi en tant qu’Anishnabek.»

 

Tradition et technologie

 

Si les traditions seront à l’avant-scène de cette aventure, la technologie sera aussi fort utile. «On pourra les suivre quotidiennement sur Facebook et Twitter, affirme Alexis Wawanoloath, directeur de la Commission Kijîtowin. Nous allons monter des pages à cet effet sur les deux plate-formes.»

 

Premier arrêt pour les cyclistes: Kitcisakik, dans la réserve faunique Lavérendrye. D’ici le 21 juin, ils devraient avoir atteint Ottawa, à temps pour le Grand Pow Wow. Pour le retour, ils partiront de Vancouver en avion jusqu’à Montréal, et Autobus Maheux les transportera jusqu’à Val-d’Or. «Ces jeunes sont la preuve que quand on se prend en mains, il est possible d’accomplir de grandes choses», de conclure Alexis Wawanoloath.

 

toute l'aventure sur Facebook  ouverte à tous

: http://www.facebook.com/home.php?sk=group_201243539913156&ap=1

voir aussi sur le forum "Actualité"

http://www.lebatondeparole.com/forum-lire-348341.html

 Pour mieux comprendre le voyage qu'ont entrepris ces 7 jeunes Autochtones courageux veuillez trouver ci-dessous la carte que m’a remis Monsieur Alexis Wawanoloath que je remercie vivement.

Trajet du Lac Simon à Vancouver