Le soixantième parallèle

Didier Leclair nous transporte dans le Nord canadien avec Le soixantième parallèle des Éditions du Vermillon

 

 

Déjà un an que Mark est agent de la Gendarmerie royale dans la petite communauté de Misty River, sur les rives du Grand lac des Esclaves. Il ressasse des épisodes de son enfance à Scarborough où il a été élevé par une mère blanche contestataire ; il tente surtout de comprendre pourquoi, avant même sa naissance, son père l’a abandonné pour retourner vivre en Jamaïque. À Misty River, au milieu des trafiquants de drogue, Mark découvre la misère des populations autochtones vivant dans des logements insalubres où la tuberculose et le suicide font des ravages chez les jeunes. Mark se plaît dans son travail qui lui donne l’impression de se rendre utile. Mais, derrière le semblant de solidarité qui règne entre collègues, il se rend compte que certains secrets ne lui ont pas été révélés, notamment en ce qui concerne l’affaire de cet agent tué, deux ans auparavant.

Didier Leclair jette, dans Le soixantième parallèle, une lumière révélatrice sur le Nord canadien, une lumière aux teintes boréales et aux reflets profondément humains.

Né à Montréal, Didier Leclair a passé son enfance et son adolescence en Afrique. L’écrivain vit à Toronto depuis la fin des années quatre-vingt. Il a remporté le prix Trillium 2001 pour son roman Toronto, je t’aime. Son deuxième roman, Ce pays qui est le mien, a été finaliste aux prix littéraires du Gouverneur général. Après un troisième roman, Un passage vers l’Occident, Le soixantième parallèle est l’ouvrage le plus récent de cet auteur.

Éditions du Vermillon, 328 pages

Trouvez ce livre chez votre libraire habituel ou commandez-le chez Livres, Disques, Etc. au www.livres-disques.ca