Fabrication des Leggings ou Guêtres

Commentaires par Rick Obermeyer
et E. de M. (Peter) Thompson (déc. 1990)
Au 19ème siecle l’habillement des hommes   seminole 
Rédacteur Rick Obermeyer
 
"les guêtres qu'ils portent sont parfois teintes  en un brun acajou . Ils imbibent  la peau avec une infusion d'écorce de palétuvier. L'écorce est bouillie pendant plusieurs heures ; la peau est elles a immergé dans le liquide pendant  une demi-heure. Elle est alors sortie et séchée au soleil jusqu'à ce qu'elle soit simplement humide. Elle est alors immergée une deuxième fois pour environ une demi-heure,  puis  séché.
"la peau  qui n'a pas été teinte,  ne devient pas très dur et raide lorsqu’elle est humide à moins que soit continuellement travaillée  et soit manipulé avec précaution, mais ; les peaux qui ont la bière, tannées  avec l'écorce de palétuvier sont très peu affectées par la pluie, et font les guêtres et les mocassins très jolis." Cory, 1896
________________________________________
Le nom de Muscogee est "Hv`fv Tehkv" (guh de JOUR de fuh de P.R. HUH`), t signifiant literalement   la "jambe, le bord ou  l’entourage." Le nom de Mikasuki est "Hi-Yali`-Ti."

 

TISSU :


Le tissu utilisé était habituellement en  laine strouding (frappé). Le velours a été de temps en temps employé, mais était coûteux. Bien que presque tous les articles écrits font état de guêtres "rouges" portées par  les séminoles au 19eme siècle, nous savons des exemples que la laine bleue a été également employée. Les  Strongle ont été également fait en  noir et en vert. Il n'y a aucun article citant  des guêtres vertes, mais de la laine verte mêlée a été employée dans les bordures  des jarretières et des ceintures. Il s'avère que les chefs étaient particulièrement attachés  au rouge pour la  couleur  de leurs guêtres.
Les guêtres des hommes indiens du sud-est pourraient avoir eu les coutures devant ou sur les cotés. Osceola a montré   plusieurs images avec des guêtres avec des coutures latérales, mais  nous ne sommes pas sur de  l'exactitude de tous les détails (tels que fig. 284, Fundaburk, 1956, une lithographie pauvre de fig. plus précise 285 quelles expositions une couture avant). Il y a un représentation d'un séminole dans ce qui pourrait être des guêtres avec des cotés en tissu  (fig. 306, Funambule, 1958). Il pourrait être possible que quelques guêtres séminoles puissent être cousu sur le  côté, On est sûr  qu'une caractéristique des guêtres de laines  séminole est leur couture devant.
Les guêtres ont été souvent garnies de tissus de coton, avec des  rubans militaires, parementures ou  soie, et habituellement  le  beadwork est décoré  le long de la couture  et, rarement sur le  côté. Les modèles ornementaux séminoles sont la plupart du temps limités à des  zigzags, à la différence des conceptions plus raffinées et plus colorées des Creek.
Il y a seulement très peu d'exemples de guêtres décorées en  tissu. Les décorations sont des motifs très simples d'applique et/ou de beadwork de tissu en zigzag, beaucoup moins complexes que les motifs typiques des Creek  (comme  ceux vu en Galante, 1989). Le comte de Pourtales, un noble suisse, a rassemblé un ensemble de guêtres bleu foncé décoré de perles blanches en 1838 (fig. 16, Conn, 1979). Les guêtres que Micanopy étaient si fier de porter  dans la peinture 1838 de Catlin en laines rouges, décorées d’applique bleu marin ou  noire et de perles blanches. Une  photo  1850 de Billy Bowlegs montre qu’une décoration perlée blanche a été mise, mais l'image malheureusement  n'est pas assez bien préservée  pour les détails. dans une gravure 1858 de Billy Bowlegs (fig. 297, de Fundaburk, 1958), on retrouve la même conception  sur les guêtres portées par " Old Tallahassee " sur une photo très claire de lui ,environ en 1890. Les zig-zag sur lui semble avoir été faits avec des rangées de double-largeur de perles blanches.
Les guêtres de tissu ont été souvent fermées avec des boutons en laiton au 19ème siècle. les boutons étaient fonctionnels , la peinture  de George Catlin d'Osceola (fig. 286, de Fundaburk, 1958),  montre clairement les boutons avec leurs boutonnières. Il est possible que, plus tard, les boutons en laiton aient été simplement  des décorations  cousues sur les coutures.
Les guêtres de tissu ont  toujours  été complétées avec  des jarretières de laines tressées, habituellement avec des perles.
Les guêtres de tissu étaient comme collées à la jambe faisant une seconde peau aux séminoles.

 

PEAU DE DAIM :


Les séminoles utilisaient les guêtres en peau de daim en protection   non seulement  pour se protéger de la nature, végétaux de  Floride, mais également contre les morsures et les piqûres d'insecte. La fabrication  était simple, mais elle était rustre et fonctionnelle, protégeant les jambes de la cheville à la mi-cuisse.
. Les guêtres de peau de daim étaient habituellement utilisés  au dessus des mocassins, mais étaient parfois repliées à l'intérieur. À la différence des guêtres de beaucoup d'autres tribus, elles ont  les découpes de la jambe presque  comme des  collants. Elles étaient ajustées avec précision.
Des guêtres de peau de daim semblent avoir été utilisées uniformément jusqu'à l'acceptation générale du pantalon. Bien qu'il n'y ait aucune  image, il est raisonnable de penser qu'elles ont été employées depuis le 18ème siècle. Cependant, le tablier bordé de la  jarretière, la caractéristique distinctive des guêtres en peau de daim des séminole, a pu ne pas avoir été commun jusqu’à le mi dix-neuvième siècle.
http://www.nativetech.org/seminole/leggings/index.php

 

Fabrication de Guêtres En Tissu
par Peter Thompson, Rick Obermeyer
et David Mott (mai 1991)

Matériaux requis :
- papier brun lourd  (sac d’épicerie ou papier d'emballage, craft), 24"pour le patron de la  mi-cuisse  -aiguilles, fil
- crayon ou stylo  - ciseaux et un petit couteau, les deux très pointus
- bon sens, et attention au détail, de la patience  - 1 yard tissu de laines de 54"à de 60"
- 4 à 5 yds.  De bordure large de 1"(bande simple, galon  et  en soie, satin ou militaire  - 1-1/2 yds. tissu  de coton de 44", si une doublure est désirée
- boutons en laiton de chaussure, ou petits boutons militaires  - perles blanches de 10/0 à 12/0 taille, si le beadwork est désiré

 

Les guêtres de tissu sont plus compliquées à faire que des guêtres de peau de daim, parce qu'elles exigent de la couture et du découpage plus soigneux. Ne comptez pas les finir  en un  jour, et  si vous ajoutez le beadwork  vous pouvez  multiplier le temps nécessaire pour finir une paire.

 

 

1) faites  vous aider par quelqu’un  pour faire le patron de la jambe. Mettez le papier  autour de votre jambe, fermez le papier en bas à l'avant de la jambe. Les guêtres va de la mi cuisse jusqu’au dessus des orteils (voir dessin). Continuez le long du dessus du pied à votre orteil moyen. Le modèle devra être confortable, mais pas serré, et le pli  du dos doit arriver au bas  de la jambe. Epinglez  à partir dessus du pied pour que la couture soit alignée.  Le bas du patron doit être a environ 1/2"à 1" du sol. NE PORTEZ PAS  de CHAUSSURES PENDANT CET AJUSTAGE DE PRÉCISION !

 

 

2) Enlever les épingles. Les trous d'épingle indiquent une directive pour découper le modèle, à  environ un loch. Si vous avez,  les jambes musclées, vous pouvez  mesurer votre circonférence supérieure de la  cuisse  en  vous accroupissant, et augmenter les mesures supérieures du modèle en conséquence. Au 19èmes siècles les  guêtres  avaient des  boutons en laiton, mais pas toutes, et pratiquement aucune  après la moitié du -dix-neuvième siècle. Si vous ne projetez pas d’ajouter des boutons,  à la cheville maintenez un espace supplémentaire d’un pouce quand vous couperez le patron.

3) Faites un essai en positionnant les épingles à ½ pouces du bord de coupe pour l’arrière de la jambe. Glissez votre jambe dans le patron et rajustez. Si vous envisagez d’ajouter des boutons ne vous inquiétez pas de ne pas pouvoir bouger le dos du pied. Mais faites en sorte que lorsque vous fléchissez la jambe  les boutons ne sautent pas une fois la guêtre finie (si trop serré).


4) une fois que vous êtes satisfait du patron, employez-le pour couper les deux guêtres (et recouvrements, si désiré). Coupez une petite entaille de 1/4 pouces au bord au niveau de la rotule

  

Si vous ajoutez un recouvrement,  vous devez sur la moitié inférieure faire un point provisoire afin que cela ne glisse pas.
 
5) la bordure des guêtres  est rouges, bleu marine ou noire (les peintures de Catlin d'Osceola et Mlcanopy), ou bleu royal (gravure de McKenney-Hall d'Osceola), ou blanc (gravure de McKenney-Hall de Tukosee Mathla). La bordure des guêtres bleu marin est mélangée avec du   noir  (Pourtale) en bas devant et du rouge  autour en bas. Il y a un croquis d'un 19ème siècle des  séminoles de l'Oklahoma qui indique également une bordure blanche autour du pied, des guêtres noires ou bleu marin (une paire bleue très saisissante de black/navy) avec du jaune en bas devant et du rouge autour du pied. 

Coupez une pointe en une extrémité de votre bordure comme le coin  d'une enveloppe. Pliez en bas de l'extrémité triangulaire sur ce qui sera l'intérieur de la bordure (voir le 5-A). Pliez le à moitié en long (5-B), l'endroit à un coin supérieur du  leggings, et épinglez-le sur  l'endroit. Les épingles doivent  être à un ou deux pouces de distantes (5-C), afin que   le pli de la bordure s'adapte  contre le bord du tissu. La couture devra être faite avec des petits points de 1/8"(5-D) qui traverseront  TOUTES LES couches du tissu et de la bordure. Naturellement, enlevez les  épingles au fur et à mesure. Vos points doivent  être serrés mais pas trop. Quand vous atteignez l'entaille marquant la rotule, laissez une épingle  derrière dans la bordure comme marqueur.
6) si la région de l'orteil doit être arrondie, vous devez froncer la bordure pendant que vous cousez avec des points très petits (6-A). Si vous préférez une leggings pointue, vous devez plier, replier, et piquer le tissu en trop  (6-B, 6-C). 

Quand vous avez  tout cousu et que vous arrivez à votre pont de départ replier le bout vers l’intérieur  (6-D).
7) une fois que vous avez cousu  les deux guêtres, il est temps de couper des boutonnières si vous voulez rajouter des boutons. Tandis que la taille du trou est dictée par la taille du bouton, il est très important de ne pas les faire  trop grandes. Le plus généralement ont utilise des boutons en laiton de chaussure 1/4"à 1/2" de diamètre  arrondi dessus. Il n'est pas impossible que de petits boutons militaires est été  utilisé. Utilisez un X-Acto ou tout autre couteau avec une pointe pointue très fine. Pour déterminer la taille des coupes à faire, perforez un morceau de chute, et passez  un bouton par  la fente comme pour boutonner votre chemise. Rappelez-vous, vous ne devez pas avoir un   trou trop grand ou le bouton glissera  à travers, ou trop petit parce que vous ne pourrez pas  glisser le bouton  dedans.
Selon les peintures de Catlin, les boutonnières d'Osceola étaient sur la moitié droite des deux  guêtres. Les boutonnières de Micanopy étaient sur la moitié intérieure de ses guêtres. La gravure de McKenney-Hall d'Osceola montre des boutonnières sur les moitiés intérieures de ses guêtres, de même que la gravure de Tukosee Mathla.
En commençant à l'orteil, utilisez les épingles pour marquer à 1-1/2 "aux 2" d’espaces pour placer les boutonnières. Arrêtez  à 1"à de 2" de la rotule.  (7-B). Une fois fait, vous devriez avoir  (7-C). Piquez les bords  des boutonnière avec un whipstitch au point noué de chainstitch/, et attachez également chaque extrémité avec deux ou trois points arrières serrés (7-D). 

8) maintenant appliquez le beadwork. Perler le long à l'intérieur et extérieur de la bordure  sauf que l'intérieur de la bordure n'était pas perlé si des boutons étaient mis dessus. Le 10/0 à 12/0 des perles étaient toujours blanches, de même appliquez des zigzags perlés au-dessus du secteur supérieur de  la cheville. Les motifs  séminole étaient très limités dans les modèles et la couleur comparés à des conceptions florales, géométriques, et zoomorphique beaucoup plus raffinées des Creek, dont certaines sont illustrées ici. Pour des techniques de beadwork  à deux aiguille, perles de   couleurs sont possibles." Ajouter le beadwork peut prendre  des jours ou des  mois.  Un Beadwork peut être ajouté à la fin mais  il est  beaucoup plus facile de travailler dessus si on l'ajoute à ce stade (8). 
 

9) pour  l'assemblée, pliez les leggings en long, en réunissant les bords aussi bien que possible. En utilisant un fil très solide, piquez ensemble la section marquée par les épingles  à la rotule,  à environ six pouces des leggings supérieurs. Piquer  le long du bord intérieur du ruban de bordure (9-A). Renforcez chaque extrémité avec les points supplémentaires, et  le dos  en double point  au-dessus sur toute la  longueur. Marquez l’emplacement du bouton et des boutonnières sur le  côté des leggings. Les guêtres de Micanopy semblent avoir eu les boutons attachés à l'intérieur de leggings de sorte que la bordure d'un côté ait été collée contre la bordure de l'autre côté, comme dans la partie cousue de la cuisse. La gravure de Tukosee Mathla et la gravure et les peintures d'Osceola montrent une bordure latérale recouvrant l'autre côté, ainsi les boutons doivent avoir été cousus sur l'extérieur de leggings. 

10) attachez sur ½ yards de chaque du coin supérieur des leggings, pour être sur  qu'ils soient  en parallèle avec  les leggings avant (10-A et 10-B). Pénétrez toutes les couches de tissu  comme montré. C’est  nécessaire. Ce sont les sangles pour attacher les guêtres dans votre ceinture de breechcloth.
11) beaucoup de guêtres ont eu des sangles (étriers) pour un usage plus  confortable. Mettez dessus les leggings, attachez-les  à votre ceinture, et boutonnez au moins le pied et la cheville. Marquez la partie la plus élevée de votre voûte de cou-de-pied sur l'intérieur de la bordure. Attachez une extrémité de la bordure de surplus à cette marque sur l'intérieur des leggings. Parfois, une chute de peau de daim a été employée pour ceci. Mettez le dos des  leggings dessus comme devant, tirez la courroie autour du pied, et de la marque où il rencontre l'autre côté des leggings. Enlevez  les leggings, tournez-les à l’endroit, et piquez la sangle  à l’intérieur comme indiqué. Tournez le  du bon côté en dehors, il devrait ressembler à (10-D).
David Mott recommande des sangles parce  cela permet d’avoir des guêtres bien tendues. Il coud un étain, un os, ou un bouton de perle sur les deux endroits À L'INTÉRIEUR des leggings où la sangle est  attaché. Sa sangle  est fixé à un 1/2"de la bande de 5" à de 7"de la peau de daim avec une fente longitudinale dans chaque extrémité  des boutons autour de l'extérieur du mocassin. 
 

Fabrication  de Guêtres en  Peau de daim
par Peter Thompson, Rick Obermeyer
et David Mott (mai 1991)

Rédacteur De ~ De Rick Obermeyer

________________________________________
La peau de daim était le plastique des Indiens du sud-est : bon marché, aisément disponible, et jetable. Le modèle illustré ici représente sa forme relativement sans changement depuis le 18ème siècle

Creek/Southeastern au début du 20ème de siècle, ayant été  décrit chez  les choctaw,  creeks , et  cherokee.

Les séminole plus conservateur ont maintenu l'utilisation des guêtres de peau de daim longtemps après que les autres les aient abandonnées. D'ailleurs, l'utilisation continue chez  les séminoles et  a été renforcée dans les lieux marécageux du sud de la Floride, où les guêtres de tissu n'auraient pas  longtemps survécu.
Chaque leggings exige une pleine peau, et un tiers est nécessaire pour les tabliers de franges, si désiré. Une couleur brune ou rouille foncée est marginalement acceptable, parce que les guêtres plus foncées des seminole  résultaient  du tabagisme ou  de teinture d’ecorce . La littérature  a parfois rapporté des guêtres rouges en raison de la disponibilité du colorant rouge, ou de la cochenille.
En
général, une peau est 24 par 30 pouces est assez grande. La taille généralement plus petite des cerfs de  Floride a pu  occasionnellement  en exigé quatre  pour faire deux guêtres. 
 

1)  coupez un modèle en papier d'emballage. Enroulez le papier autour de votre jambe. Le bas devra se reposer sur le dessus de votre pied ; le haut devra venir  à la mi-cuisse, ou à au moins 3 pouces ou plus au-dessus de votre rotule. Les guêtres de  peau de daim des  séminoles  ne sont pas aussi haute que celles des Indiens des plaines. Vous pouvez vous accroupir pour vous assurer  que les guêtres  s’ajuste bien une fois la  cuisse fléchie

qu’il en soit ainsi lorsque vous epinglez  autour de votre jambe. Mettez  des   épingles  en faisant tout particulière attention à la cheville, le genou, et la partie la plus épaisse du mollet .
 
2)Dépliez . Vous aurez un grand rectangle avec des trous d'épingle marquant deux lignes de rétrécissement.

Vous avez le choix :
 A Combien  voulez-vous que les  coutures  des guêtres soient ? Ceux-ci peuvent être si étroits quant à soient pouces presque inexistants et ou deux à trois de large au dessus et à l'élargissement encore plus conséquent vers le bas .
  A quelle largeur voulez-vous que les guêtres s'adaptent ? Vous pouvez maintenir le contour  marqué par des trous d'épingle, ou vous pouvez les arrondir ou laisser droite  jusqu'à la cheville .
En utilisant votre modèle, marquez la peau de daim en conséquence. Employez  de la craie ou du charbon de bois, pas de stylo ou de crayon pour faire vos marques.
 
3) coupez la peau de daim. Poinçonnez des paires de trous avec une alêne (référez-vous à la section '"mocassin" pour les renseignements  sur les alênes et  le poinçonnage). Les trous  environ 1/8"à 1/4" de  distance, et les paires environ 1-1/2 "à 2" à part (voir les photos).
Coupez les lanières. La longueur change de 8"à 12", mais toutes les lanières sur une paire de guêtres doivent être de  la même longueur.
4) Enfilez les lanières par les trous, une lanière pour chaque paire de trous,  en les attachant du dos des guêtres vers le devant. Les extrémités s’accrochent en bas à l'avant. N’oubliez pas  d’inverser les guêtres pour la gauche et la  droite !
Les Seminoles  fermaient  les guêtres en attachant les lanières ensemble. Si vos guêtres ne sont pas trop serrées vous pouvez les  attachées avec un carré noué. Si vos guêtres sont moyennement  serrées, vous pouvez  faire des noeuds dans les extrémités de vos lanières ainsi elles ne glissent pas accidentellement par les trous, et attachez les lanières chaque fois que vous mettez  les guêtres (l'arc est facultatif). Toutes les lanieres  doivent etre  équilibrées .5) les bretelles sont des fourchettes faites à partir d'un morceau de peau de daim cette  fourchette a deux à trois doigts qui sont de 3"à 4" longs. Les doigts peuvent alterner de chaque côté ou, généralement, se diviser ainsi tous les doigts d'une fourchette s’adaptent à un côté simple.  un exemple  une fourchette simple sur le devant  des legging, mais deux fourchettes ont  un usage plus confortable. Chaque fourchette peuvent  être des courroies séparées attachées ensemble, ou soit deux parts une courroie simple. La longue courroie est simplement fixée à la ceinture de breechcloth, avec une boucle permanente (illustrée) ou un noeud  (l'accroc de clou de girofle est recommandé au-dessus d'un noeud carré).  (voir dessin )

6) à  fin du 19me siecle  guêtres de peau de daim des seminole  ont  pratiquement toujours eu une jaretiere  frangée. La zone frangée   devait  encercler complètement la jambe juste au-dessus du mollet  et au-dessous du genou. La frange peut  être de 6"à 12"  de long. Les illustrations montrent la fabrication  d'une seule pièce et en deux pièces. Le tablier devait être coupé en long , pour être  plus resistant  (voir la section de "mocassin" pour l'explication).

Il y a plusieurs manières existent pour fermer la jarretière :
A) Des trous  ont pu être mis dans les pans de côté EN DEHORS de la ligne des lanière, et le tablier de frange attaché à l'intérieur des pans. Les extrémités s’ accrochent entre les cotés des pans..
B) Des trous   peuvent  être mis dans  les legging juste À L'INTÉRIEUR de la laniere , et le tablier de frange attaché avec un arc devant les  leggings. Les extrémités s’accrochent vers le bas parmi les extrémités des lanières. Cette méthode tient  bien les legging  sans faire de plis sur les pans .
C) Le bois de Darry explique  comment poinçonner un trou dans un coin supérieur du tablier de jarretière, et enfiler l'extrémité des lanières par le tablier arrière vers l’avant, et la jarretière,  puis tenu fortement en coupant cette section comme  une cale. Cette méthode n'est pas recommandée à moins que vous ayez  l’habitude de  travailler la peau de daim.
7) une autre option adaptée aux besoins des client. les bords des pans ont été presque toujours laissés droits, mais certains étaient  en dents de scie  passé jusqu’’au genou (société historique de comté de Martin, Stuart ; Association historique de la Floride méridionale, Miami ; Musée de la Floride d'histoire naturelle, Gainesville). Il y a même un exemple  qui est frangé (musée de Denver d'histoire naturelle).
http://www.nativetech.org/seminole/leggings/index.php  (en anglais)

Pour ceux qui comprennent l'anglais des articles très interressants ayant rapport aux leggins

 

http://www.nativetech.org/seminole/index.php

 

May