Le Calumet

Le Calumet est un instrument de prière et l'objet le plus mystique chez la
plupart des nations indiennes. Nous l'appelons la pipe entre nous. Il existe
le calumet de guerre pour la passation des pouvoirs au chef de guerre lors
des anciennes cérémonies. Il y a la pipe du conseil lors des réunions, gage
de respect lors des échanges d'idées. La pipe de médecine utiliser dans le
Metatshan ou la tente à suet. Puis, finalement la pipe de paix qui envoie un
message de pureté de parole entre les individus.
Pour comprendre le sens de la pipe, il faut être dans la dimension
spirituelle autochtone. Le tabac est l'herbe de médecine (Mushkiki
Midewiwinoo) pour être en communion avec le grand esprit (Tsi Manitoo) ou
le créateur (Tchi Nuwaskum). Le tabac par sa fumer va être le véhicule de la
prière par l'entremise de l'outil qu'est la pipe. La pipe est fait de roche
et de bois. La mère terre (femelle) est représenté par la roche rouge et
aussi grise dans ma région natale. Le fut de bois (Mâle) ou bien aussi
nommé le corps de bois représente la parti de la forêt, le prolongement de
l'esprit de l'homme par l'essence du frêne blanc ou gras (Bois sacrée).
Toute la conception autochtone est basé sur l'équilibre des forces  des
éléments (eau-Nebes, terre-Aki, air-Awan, feu-Skoday) et le cycle des
quatre points cardinaux représenter par quatre animaux sacré (Ours, Tortue,
aigle, Loup). La pipe est l'instrument qui va permettre au homme d'utiliser
le (feu) purificateur à transmettre un message (fumé - air) au créateur
par le biais de la mère terre (Roche rouge) via la bouche (eau) du
demandeur d'être écouter. Chaque point cardinal va être pris à témoin
lors de la cérémonie et permettre le respect des engagements ou des prières.
On appelle cela cette dimension spirituelle dans la langue Abénaquis ou
l'algonquin,  Kiwayda ou O'cercle sacrée.
Le tabac et la pipe suivent l'individu toute sa vie jusqu'à la mort de celui
ci.

Le roi de France avait offert des pipes de guerre en forme de hache trouée
d'un coeur comme cadeau au chef de guerre lors des victoires communes des
Nottawes (Guerriers) et des soldats des régiments français. Cela a été bien
accepté par les chefs de l’époque et d'une bonne stratégie militaire des
seigneurs Français.

Nous avons trouvé des pipes de 7 000 ans ici dans ma ville et je possède une
veille pipe de plusieurs siècles aussi.

 

O'wlinanawalmizi! Bien à vous!
                                                   Yannick Mercier

Les Pipes et le Tabac  chez les amerindiens

 

Les Amérindiens fumaient la pipe en des occasions très spéciales : lorsqu’ils demandaient l’aide des esprits pour faire la guerre, signer la paix ou faire tomber la pluie, avant de partir à la chasse ou de conclure un marché. Ces magnifiques objets demandaient des semaines de travail. Pour que les puissances surnaturelles* se manifestent, le tuyau en bois creux et le fourneau** taillé dans de la pierre, de l’argile ou du bois devaient être réunis selon un rite particulier. Autrefois, on fumait la pipe lors des assemblées, ou powwows, pour la guérison des malades, au combat ou à la prise de gibier

 

Elle était très importante, comme le témoigne cette parole d’indien: “Cette pipe, c’est nous. Le tuyau est notre colonne vertébrale, le fourneau notre tête.”

 

chez les sioux
Avant de partir en expédition les indiens fumaient le calumet. Ces longues pipes étaient sacrées et souvent décorées avec soin. Les indiens fumaient un mélange de tabac et d'herbes aromatiques. Le fait de fumer permettait de créer une harmonie avec les éléments spirituels. La fumée symbolisant la prière, le cadeau ou la demande d'aide du Grand Esprit


Le tabac
Quand Jacques Cartier débarque sur l'île de Montréal, en 1535, les Hurons l'accueillent en lui offrant une étrange plante. Ils en sucent la fumée dans un grand tube et la renvoient par le nez. Ça pique ! L'explorateur français n'apprécie pas cette première bouffée de tabac. Il constate tout de même que les Indiens y attachent une grande valeur. Ils récoltent la plante en grandes quantités au cours de l'été et la font sécher à l'air libre. Ils prétendent que cette herbe les garde au chaud et en santé. Et depuis qu'ils se sont aperçus qu'un fumeur peut marcher cinq ou six jours sans manger, ils ne voyagent plus sans elle, surtout lorsque le gibier se fait rare.

L'habitude de fumer est d'origine incertaine. Archéologue à l'Université de Montréal, Normand Clermont a découvert à Sillery des pipes tubulaires vieilles de 3 000 ans. « Ces pipes d'argile ou de pierre contiennent des restes de matière calcinée », dit-il. À l'époque, les premiers habitants du Québec fumaient « toutes sortes de plantes et d'écorces séchées, du kinnekinnick, ce qui veut dire "mélange" en langue amérindienne ». Il faut attendre l'an 1000 pour que le vrai tabac se répande dans toute l'Amérique du Nord, une plante tropicale qui poussait à l'origine seulement en Amérique centrale. Les Amérindiens fumaient lors de rituels religieux, de rencontres sociales ou tout simplement pour le plaisir.