Le Potlatch

 

 

Potlatch : Le terme "potlatch" signifie "don" ou "donner" dans un contexte cérémoniel. Il désigne un ensemble de manifestations (fêtes, danses, discours, distributions ostentatoires de biens) ayant cours parmi les populations de pêcheurs - chasseurs - cueilleurs de la côte nord-ouest des Etats-Unis et du Canada. Organisées à l'occasion d'événements importants de la vie de l'individu et dans des contextes de rivalité entre chefs, ces cérémonies trouvent leur pleine expression dans la distribution de biens de prestige et de nourriture par un hôte à des invités formellement conviés en vue de la validation publique de prérogatives familiales. Le potlatch est le moyen par lequel un individu acquiert et maintient une influence politique et une position sociale au sein d'un système hiérarchique à rangs. Il ratifie à la fois le statut du donateur et celui du donataire. Le terme " potlatch " appartient à la langue chinook, mais est devenu un concept général en anthropologie qui sert à désigner toutes les formes de compétition politique menée à coups de dons et contre dons toujours plus importants. La pratique du potlatch fut interdite par le gouvernement canadien en 1884. Symbole passé de la résistance indienne et signe actuel de la "renaissance culturelle", le potlatch est devenu le support d'enjeux politiques nouveaux.
Extrait du Dictionnaire de l'ethnologie et de l'anthropologie, Paris, © PUF, collection Quadrige, 2000. Sous la direction de Pierre Bonte et Michel Izard (d'après la notice de Marie Mauzé).

 

Le terme «potlatch» fut emprunté à la fin du XIXe siècle, par l'intermédiaire de l'anglais, au nootka, langue d'un peuple autochtone du sud de l'île de Vancouver dans laquelle le mot patshatl signifie «don». Il désigne un processus de don suivi de contre-don, qui a suscité un vif intérêt des ethnologues dans un premier temps, bientôt suivis par les sociologues, les économistes et les

Philosophes. Interdite par les autorités canadiennes en 1884, cette pratique est redevenue aujourd'hui le signe d'une identité et d'une «renaissance culturelle»revendiquée par les populations autochtones

Avant 1884, le Potlatch jouait un rôle primordial dans la société Kwakwaka'wakw; c'était notre façon de vivre. Cette cérémonie permet de réunir les

familles pour donner des noms, annoncer des naissances, célébrer des mariages et pleurer la perte d'êtres chers. C'est également l'occasion pour

un Chef de transmettre ses droits et privilèges à son fils aîné.
http://www.umista.org/masks_story/fr/ht/potlatch02.html

 

 

On dit toujours que les humains sont égoïstes, mais saviez-vous qu'il existe des tribus amérindiennes de la Colombie Britannique dont les membres ont pour premier objectif dans vie de DONNER tout ce qu'ils peuvent? Le potlatch est la cérémonie au cours de laquelle ils donnent ainsi à qui mieux. Ça crée quelques ennuis, mais pas trop pourvu que ça reste dans la tribu. Parce qu'évidemment, si

l'ascenseur ne revient pas... les lendemains sont difficiles.

http://www.geocities.com/~newsociety/5071.html


L’histoire Kwakwaka'wakw
 Le potlatch était une occasion importante dans la vie du chef du clan et pour tous ceux qui y assistaient

 http://www.arte.tv/fr/Comprendre-le-monde/Journee-speciale---Claude-Levi-Strauss/Claude-Levi-Strauss-sur-ARTE/2322254,CmC=2311020.html

 

http://www.encyclopediefrancaise.com/Kwakwaka'wakw.html

 

 

 

Le gouvernement Canadien interdit l'organisation de potlatch en 1885, en partie parce qu'ils croyaient que ces cérémonies nuisaient à la croissance

économique du pays.
http://www.umista.org/masks_story/fr/ht/potlatch01.html


Le potlatch et le mât totémique chez les Haïda
http://www.virtualmuseum.ca/Exhibitions/Haida/java/francais/art/art2c1.html

 

Photo d'un danseur Haïda
http://www.virtualmuseum.ca/Exhibitions/Haida/java/francais/art/image_art101.html

Le Potlatch du commissaire chez les Yukon Le Potlatch du commissaire, tenu tous les ans en été, est une célébration de la culture autochtone du Yukon. Les potlatchs étaient tenus, dans le temps où nos aînés étaient enfants, pour célébrer la vie, les rites de passage et les personnes spéciales; c'était aussi une tradition pour rendre hommage aux personnes décédées. Le premier Potlatch annuel du commissaire a été tenu en 1998.