Le temps du tambour de Marco (Métis)

Bonjour à tous(tes),

 

Je vous partage le texte que j'ai écrit sur les tambours et j'ai inclus la préface de mon Ami Raymond Cyr.

Le temps du tambour

PRÉFACE

Le bûcheron de métier, dans le vacarme de sa scie à chaîne, entend pourtant le craquement meurtrier d'une branche. Il sait qu'une branche de diamètre inférieur à celui d'un poignet qui tombe depuis le faîte d'un arbre peut le faire passer de vie à trépas alors qu'il est penché sur son travail. Depuis si longtemps, il a appris à discriminer d'entre certains bruits. Un chef d'orchestre, lui, sait toujours quel instrument de son orchestre ne rend pas la juste mesure. Et ces pauvres ongulés de nos bois ne peuvent faire taire ces battements sourds et nerveux venant du coeur et portant jusqu'à l'oreille de celui qui a grandi dans la nature et la chasse. Et en chacun de ces trois cas, l'on reconnaîtra une disposition d'esprit acquise où le détail devient surdimensionné, la plus grande des réalités. Ainsi peut-il en aller du son du tambour.

Sur une note très positive, faisant taire le stress par un esprit d'harmonie, mon ami Marco parle ici du tambour lorsqu'il prend toute
la place.

Raymond Cyr

Métis

Les tambours et leurs effets sur notre vie spirituelle

Permettez-moi d'affirmer aussi souvent qu'acceptable qu'il n'y a pas de rites spirituels. Les rites sont la reproduction de gestes, une copie sur quelqu'un d'autre. La spiritualité est une expression profonde de soi (pas d'un autre par ses gestes répétés). Or, la spiritualité ne s'apprend pas. La spiritualité est l'aboutissement en éternelle croissance de son soi profond. Elle ne se transmet pas. Et les rites ne mèneront jamais à la spiritualité. Ils ne sont même pas accessoires. Nul besoin véritable. À chacun sa façon de faire. Disons que les rites ne sont pas des indicateurs routiers qui mènent au Grand Esprit. Par contre, la soumission des sens (le non dirigisme des sens) est nécessaire à l'élévation de l'âme. Pour ce faire, l'on commence par éliminer ce qui est extérieur à soi tel on le fait avant de plonger vers le sommeil (une conscience non dirigée). Je parle d'une détente éveillée mais profonde. Considérons qu'en allant vers le sommeil, l'esprit semble plonger dans un entonnoir virtuel tant l'élimination de l'accessoire et du secondaire est rapide jusqu'à l'oubli du dernier objet de notre pensée avant de nous endormir. Entre le sommeil et la quête spirituelle, il y a des similitudes. Ainsi, il y a l'abandon : celui vers les rêves et celui vers le Grand Esprit en plongeant en soi.



Le tambour bat et les ondes font d'abord vibrer la surface du corps et les tympans. En se dégageant progressivement du soi (en se laissant aller) l'on entre dans un univers tel on le ferait par les portes du sommeil. L'ouverture spirituelle se crée. L'intérieur profond se manifeste alors consciemment chez l'adulte. De niveau en niveau, l'on dépasse le physique par l'Esprit de la Terre (nous au quotidien) et l'on rencontre l'Esprit Créateur qui unit les humains pour ensuite, au delà, accéder aux sphères du Grand Esprit. Il y a à ce moment un détachement total de soi. L'on ne peut qu'être témoin, ce détail de l'univers qui observe l'ensemble tout en étant l'ensemble. Et le détail se surdimensionne à l'échelle de l'univers pour revenir à soi, renouvelé.



Les enfants sont tout naturellement capables de détachement très profond et rapide. Ils sont très sensibles et réceptifs. Ils n'ont pas encore érigé de barrières tels les interdits de la société ou ne sont pas sclérosés par ces religions qui ne sont que rituels et barricades à l'Esprit.

Le tambour n'est pas un objet de culte. Le tambour est un instrument. Celui de tous les âges. Il symbolise la grande famille où les âges et les temps sont absents. Je voudrais vous en parler un peu.



J'étais dans une fête chez des amis avec mon plus jeune fils qui était très turbulent. Et le tambour s'est mis à battre en proposant une réponse calme à l'hyperactivité de mon garçon. Le geste était intentionnel. Le rythme était maîtrisé, insistant, prenant,profond. L'enfant turbulent s'est assis. Une paix imbiba progressivement l'atmosphère. Les adultes recevaient les vibrations et communiquaient leurs intérieurs inductivement. Mon fils qui n'était plus survolté s'abandonnait. Le sommeil le gagna. Je n'en fus pas surpris. Mais je me fis cette observation que jamais je n'avais valorisé le tambour publiquement croyant que tout Métis savait. Et j'ai réalisé à ce moment que c'était un préconçu.

intérieurs inductivement. Mon fils qui n'était plus survolté s'abandonnait. Le sommeil le gagna. Je n'en fus pas surpris. Mais je me fis cette observation que jamais je n'avais valorisé le tambour publiquement croyant que tout Métis savait. Et j'ai réalisé à ce moment que c'était un préconçu.



La pratique du tambour n'est pas un rite ni le tambour un objet rituel. C'est un moyen qui porte ses effets lorsque la main s'y exerce devant l'Esprit. Le son est porteur et aide à ressentir des choses, le subtil de la Vie.

Il
y a des rythmes du tambour qui nous aident à nous dégager de soi pour si justement revenir à l'écoute de nous-même ou, en groupe, réaliser une communauté d'esprits. Que se soit sur un petit tambour ou un gros tambour de groupe, l'effet se fait ressentir. L'on peut vraiment entrer par le sentier de "l'oubli du soi formel de l'évasion du social appris" dans une autre dimension de notre être, celle du soi véritable et unique. Le tambour joué au rythme de l'âme est bénéfique. Essayez seul ou ajustez votre son au groupe de tambours, battez votre mesure et cherchez l'unisson de vos mains avec celles des autres sur les grands tambours, ravivez les Esprits conquérants de la Vie (Les Esprits obscurs sont incontournablement à proscrire!). Personne n'est "joueur". C'est l'amour qui permet aux rythmes d'unir les nouveaux et les Anciens. Laissez-vous porter par ce son et, qui sait, peut-être entonnerez vous des chants... dans votre langue (...il y a longtemps que les catholiques ne parlent plus le latin, eux...) qui ajouteront une dimension au rythme du tambour.

Alors à vos tambours, amis Métis!


Marco
Métis et fier de l'être.
marco_metis@hotmail.com