Le Travaille des piquants de Porc Epics chez Les Amérindiens (2)

 

Techniques du Tressage de Multiquill
par Nancy Fonicello

 Le tressage multiple (le mettre en anglais)  est le terme généralement employé pour décrire un type de quillwork qui a l'aspect du "tissage" avec beaucoup de piquants. C'était une technique utilisée intensivement parmi les personnes du fleuve supérieur du Missouri dans les périodes historiques et  vu  dans les peintures d’artistes comme Karl Bodmer et  Paul Kane qui ont voyagé  dans l'ouest au 1800's. Cette technique de quillwork à l’air  plus compliquée qu'elle l’est réellement une des plus rapide à exécuter une fois que la technique de base  maîtrisées. Elle emploie la technique simple des bandes ou du zigzag, la seule différence étant que beaucoup de piquants sont utilisées pour ce travail t au lieu  d’un ou deux à la fois.
Je
vous recommande de revoir la technique du zig zag et des simples bandes avant de commencer cette technique. 


Tresses multiples quillwork sur un headstall de cheval fait par Nancy
 
Peut-être la partie  la plus difficile le quillwork tressé multiple  est le commencement et la fin ! À première vue  vous avez l’impression de devoir travailler  avec 10 ou 12 piquants  tous en même temps, mais en réalité, vous pouvez seulement coudre en bas un piquant  à la fois. Les instructions suivantes vous montreront comment commencer un morceau de tresse multiple :
 
ÉTAPE UNE :

 


Déterminez d'abord comment  vous voulez que votre bande soit - ceci déterminera pour la plupart le nombre de piquants  que vous devrez employer  afin de remplir l’espace. Évidemment  plus large est  votre bande,  plus  vous aurez besoin  de piquants.
Quand vous  commencez, vous ne pouvez pas  rendre vos bandes plus larges que le plus long piquant. Quand vous  serez plus habile, vous apprendrez à piquer  de nouveaux piquants au milieu du travail, mais pour maintenant, nous ajouterons juste des piquants sur l'un ou l'autre bord.
Dans mon exemple Il a été dessiné un secteur d’environ 1.25 pouce de large. Je sais par expérience que c'est une bonne taille pour une tresse de dix piquants.
Comme dans les techniques précédentes, employez un stylo fin  pour tracer vos lignes sur un morceau de cuir. J'ai tracé une ligne courte au centre de ma bande pour montrer où je commence à piquer.

ÉTAPE DEUX :

Trouvez le centre de votre bande  juste à  droite, faire une boucle avec un fil et faire le point en bas d'un piquant  aplati. Vous devez  choisir les plus longs piquants que vous pouvez trouver pour ce type de travail - plus le piquant  est long mieux c’est, vous devez faire une piqûre lorsque vous croisez le travail ! Ne pliez pas le piquants  laissez-les vers le haut   comme montré.

ÉTAPE TROIS

Ajoutez maintenant les piquants un par un le long du bord supérieur de votre ligne que vous avez tracé  (de gauche vers la droite), en aplatissant les piquants mais en  laissant  droit au dessus du travail.
Continuez jusqu'à ce que vous atteigniez un côté de votre bande (ici j'ai ajouté 4 piquants), puis ajoutez un piquant de plus sur la ligne descendante, juste comme vous faisiez au dessus. Notification comment ce piquant se dirige à 90 degrés des piquants précédents. Ce piquant marque le commencement de votre bande  proprement dit, et aide à faire un coin propre.

ÉTAPE QUATRE Jusqu'ici nous avions travaillé avec juste un fil. Maintenant il est temps d'ajouter une aiguille et un fil différents, cette fois juste à la gauche des tous premiers piquants que vous avez piqué vers le bas.
 
Ne soyez pas perturbé du fait que votre travail commence à ressembler à un porc-épic  hérissé ! Une fois que nous commencerons à plier des piquants vers le bas, ils se rangeront tous.
 
Ajoutez un nouveau piquant juste à la gauche de l'autre, en gardant vos points sur la ligne que vous avez tracée avant. J'ai utilisé un piquant  blanc pour illustrer là  où j'ajoute un nouveau piquant. Normalement ces piquants doivent être de la même couleur que ceux avec lequel vous  avez commencé votre bande.

ÉTAPE CINQ :

.Avec vos aiguilles et fils, pliez vers le  bas  chaque autre piquant,  en démarrant  à  droite de la nouveau piquant (blanc). Si les piquants sont devenues raides, les mouiller  légèrement avec vos bouts de doigt  ce qui devrait  les aider à  ramollir. Si vous avez  aplati vos piquants correctement au commencement, vous ne devriez pas avoir de problème pour les plier maintenant.

ÉTAPE SIX :

Pliez le nouveau piquant (le blanc dans cette illustration) vers le bas au-dessus des piquants orange que vous avez pliés vers le bas dans le point précédent. Cousez ce nouveau piquant vers le bas  en suivant la ligne  du bon côté, juste comme  si vous faisiez le point  zigzag (c.-à-d. le pli est vers vous). Notez que ce piquant couvre maintenant les trois piquants orange que vous avez pliés vers le bas dans l'étape précédente

ÉTAPE SEPT :




J'ai montré  deux étapes. D'abord  le pli des deux piquants oranges (ces vous aviez laissé le collage vers le haut dans l'étape six) vers le bas au-dessus  du piquant  blanc  que vous  avez piqué vers le bas. Soulevez maintenant vers le haut les piquants qui étaient sous cette piquant blanc, les plier ver le  haut et à l'écart. Avec les piquant alternant en haut et en bas, cette étape ressemble à de la vannerie.

Deuxièmement
, ajoutez un autre piquant  juste à la gauche du nouveau,  comme vous le faisiez avant. J'emploie  un autre blanc dans mon illustration.
 
 
 
 
 
ÉTAPE HUIT :

Pliez le nouveau piquant  vers le bas comme avant, au-dessus des piquants orange déjà pliés, le piquant vers le bas suivant la ligne et du bon coté.
 
Félicitations ! Maintenant vous savez à faites le tressage de Multiquill ! Mais il y a quelques 'étapes en plus .... 
 

ETAPE NEUF :

Continuez d'ajouter de nouveaux piquants  vers la gauche au dessus de la bande, en tissant les autres piquants  au-dessus et au  dessous  comme montré. 
 
 ÉTAPE DIX 

Deux étapes supplémentaires : Lorsque vous atteignez le coin gauche de votre bande, ajoutez un piquant descendant  sur le côté. Ici, le piquant  est  blanc en le faisant aller   du bon côté. Votre fil  gauche sera perpendiculaire à la ligne supérieure
 
Votre piqûre  faite dans de nouveau piquant   il est temps de faire le   tressage !ci dessus cousez en bas  le prochain piquant dans l'armure et continuez en avant. Ici, mon prochain piquant  est orange. Notez que c'est le tout premier piquant  que vous avez cousu vers le bas ! 


Ci dessus, l'exécution de votre bande de muliquill est simplement une question d'ajouter de nouveaux piquants   un par un et de les tisser car vous  ajoutez aux piquants qui sont déjà installés
Les piqûres pour  les nouveaux piquants peuvent être fait sur l'un ou l'autre côté du travail. Vous pouvez créer de nouveaux modèles  en apportant  de nouvelles couleurs d'un côté ou de l'autre,  faire des diamants et d'autres modèles.
C'est une image d'une bande  différente que j'ai commencée.   J’ai changé le modèle en ajoutant les piquants  rouges à gauches et blancs à droite.

 

VOIR LES EXPLICATIONS EN IMAGES

http://www.nativetech.org/quill/plait.html

 

Préparation des piquants de porc-épic
par Tara Prindle


Un piquant de porc-épic est  gros comme un cheveu qui a une carapace dure et brillante alors que l’intérieur est tendre. Un porc-épic possède  naturellement des piquants de différentes formes et tailles. Les piquants utilisés pour la broderie, le loomwork, sont celles qui se trouvent autour de la tête et des flancs de l’animal. La plupart des piquants  sont  longs de 2 1/2 à 3 pouces.

L’artisan assortit habituellement les piquants en quatre classes. Traditionnellement les piquants sont maintenus dans des poches faites à partir des réservoirs souples. Les piquants de la queue grands et bruts  sont utilisés pour de grandes  parties  remplies des broderies, ou pour envelopper les manches   des pipes ou les franges. De plus longs piquants   tirées du dos du porc-épic sont excellents pour le  quillwork. Les piquants du cou  sont idéals pour la broderie. Les piquants les plus minces  des cotés  des porcs-épics se gonflent et  sont les meilleures pour le quilling.

Les porcs-épics sont  lent et avancent lourdement  et ne se déplacent pas vite. Ils sont facilement capturés par les chasseurs, et  souvent écrasés sur les routes. Bien que quelques états  les protègent c'est la manière la plus facile pour qu'un artisan  obtienne les piquants. Les piquants doivent (soigneusement) être enlevés à mains nues. Des gants en cuir ou en caoutchouc peuvent être employés mais ils tendent à s’accrocher aux piquants. Si des pinces sont utilisées, les piquants  peuvent être endommagés ayant pour résultat  de causer des problèmes pour les teindre. Les piquants se retirent plus facilement  si on laisse la carcasse du porc épic 2 jours  suspendu dehors et moins s’il fait très chaud.

 De longs poils  sont tirés d'abord, et  il ne faut  éviter d’enlever la peau avec les piquants. Pour nettoyer les piquants , enlevez  la peau  et les restes de chair  puis trempez les piquants  dans de  l'eau savonneuse chaude et rincer recommencer plusieurs fois cette  opération j’jusqu’a ce que le piquant  ai pris une  couleur blanche lumineuse . Cette opération permet d’enlever l’huile des piquants. Si les piquants  viennent d'un porc-épic  malade il peut être nécessaire de les imbiber pendant quelques minutes dans une solution très douce d'eau et de le blanchir. Mais sachez que l'agent de blanchiment peut endommager les piquants, les rendant fragiles et susceptibles de se fendre. Après le nettoyage, placez les  piquants  dehors pour les sécher.
http://www.nativetech.org/quill/prepare.html

 

 

Colorants  naturels  pour des piquants  de porc-épic
par Tara Prindle
________________________________________

Des colorants commerciaux sont souvent employés aujourd'hui pour colorer les piquants, ces colorants sont faciles à obtenir et encore plus facile à employer. Pourquoi des recettes naturelles  de colorant ne sont pas employées, c’est peut-être parce la connaissance en a été perdue ou par paresse. La qualité d'un nombre infini de colorants naturels  traditionnellement employés par  les Natives ne laisse rien à envié! Les couleurs vibrantes et diverses des produits naturels sont encore très  recherchés aujourd’hui, mais leurs recettes ne sont plus connues que par un près petit nombre. Connaître simplement les ingrédients employés pour produire une couleur n'est pas suffisant, autant de recettes de colorant  exigent des détails des périodes et des températures ou addition d'un ingrédient à un moment bien précis et chaque fois différent. 

Piquants teints  dans la cuisinedes racines rouges (bloodroot) et de la cochenille.
-- la photo et la description  par Nancy Fonicello 

 

Additifs
En plus des agents de coloration des colorants, des additifs sont souvent ajoutés aux colorants pour éclaircir ou pour éclairer, approfondir, ou rendre  mat une couleur. Selon la recette  et  l'effet désiré, des additifs  peuvent être employés avant, pendant ou après le bain de teinture. Les additifs acides comme des corinthes ou des groseilles à maquereau (même vinaigre) peuvent aider à rendre des couleurs  permanentes. Des couleurs plus profondes peuvent être réalisées en ajoutant la racine (femelle) de dock. D'autres additifs naturels incluent le bouleau, le chêne (particulièrement chêne tinctorial imbibé dans l'eau  pendant 2 ans), les oxydes de fer (hématite de la terre), et les cendres de bois dur (ou écorce de cèdre).

Les additifs  disponibles dans le commerce modernes incluent le  sulfate de fer s/Coppreas (ton de gris), l'étain (éclaire), le chrome (tons de marron foncé), le vitriol de cuivre de sulfate/bleu (tons verts), l'alun (tons jaunes) et la crème du tartre (des tons plus profonds). Rendez-vous compte que quelques additifs  sont toxiques et le plus grand soin doit être pris  pour les employer  (vapeurs dangereuses)
Si les piquants sont laissés sans surveillance pendant la cuisson les piquants peuvent devenir mous, fragiles ou peuvent même se dissoudre. Après les piquants sont sortis des bains (parfois rincé en eau froide) et mis à sécher à l’air libre. Les piquants  sont frotté avec des huiles animales après qu'elles aient été teintes pour mieux être conservés ainsi ils ne se dessèchent pas et ne deviennent pas fragiles.
http://www.nativetech.org/quill/dyes.html

Cannette Entourant du cuir vert
 par Nancy Fonicello

http://www.nativetech.org/quill/wrap.html

 

Décoration de piquants de porc-épic sur l'écorce de bouleau

 

 

Le travail de piquants  sur l'écorce est un art antique, comme étant  le plus vieux   cousue probablement  en broderie de piquants,  traditions américaines indigènes datant  de milliers d'années. La décoration de piquants de porc-épic sur l'écorce  n’est pas aussi connu que la broderie sur le cuir  et comparé à la broderie cousue sur le cuir, il prend moins du temps mais est évidemment beaucoup plus facile à apprendre. Aucun aiguille ou fil, ni de  couture, n'est nécessaire pour attacher des piquants  de porc-épic à l'écorce de bouleau

SIÈGE de CHAISE et BROCHURE - MICMAC [Verger 1984]
Les indigènes à travers l'Amérique du nord ont fait une multitude d’articles en pliant et en cousant ensemble de divers types d'écorces d'arbre comme l'hickory, le cèdre, l'orme, la cendre, le chêne et d'autres. Dans les régions boisées orientales où le bouleau (papyrifera de bétula) se développe, les indigènes ont traditionnellement fait toutes sortes de choses à partir de cette écorce flexible comprenant  des paniers, plats, des ustensiles, et même des éventails  et des bandeaux. Pas tous les articles d'écorce étaient faits à partir du bouleau, et n’étaient pas tous décorés de piquants  de porc-épic.  Les articles usuels  sont rarement décorées de piquants  seul  Des boîtes, des bandeaux et des eventails spéciaux étaient  décorés de piquants de porc-épic.
 

ÉTAPES DE BASIC
INSERTION D'un PIQUANT DANS  L'ÉCORCE

Tout comme une agrafe, l'une ou l'autre extrémité de chaque piquant  traverse l'écorce. Des perforations sont faites avec une alêne (de préférence une alêne avec une pointe triangulaire)  aligné deux par deux (modèle représenté) les points sont marqués au crayon. L'extrémité pointue  du piquant sert d’aiguille  pour  passer le piquant dans l’écorce. La nature de l'écorce du bouleau tient le piquant  en place,  les piquants  précédemment imbibées raidissent quant ils  sèchent. Après que chaque piquants soit enfilé par  paire dans les trous les extrémités sont pliées à l'arrière et cousu dessus pour cacher et protéger les extrémités des piquants. Si les trous dans l'écorce sont  assez petits, et tiennent les piquants, les ouvriers experts  couperont d'un coup de ciseaux les extrémités  sur le derrière de l'écorce de bouleau. Les modèles réalisés  de cette façon est surtout utilisé pour les éventails. 
 

BOÎTE RONDE AVEC UN MODÈLE DE CHEVRON
ET PIQUANTS  TISSÉES AUTOUR DU COUVERCLE
- MICMAC [ Bock 1978 ]
Bien que la décoration des piquants soit connue  de tous les groupes d'Américains indigènes vivant dans  la région ou il y a des  porc-épic, quelques groupes d'indigènes orientaux des régions boisées sont  bien connus pour la décoration sur l'écorce de bouleau. "Le Iroquois, par exemple,  en ont fait peu alors que les Micmac faisaient de très belles boites.  Les Ottawa et les ojibwa sont devenus tout à fait compétents, et la plupart des boîtes  viennent aujourd'hui de ces  groupes  tels que les ojibwa dans les réserves  canadiennes." (Schneider 1972).Les plus connues   sont les articles  faits par les micmac, le Passamaquoddy, le Penobscot, le Beothuk, ojibwa, et Ottawa vivant dans les régions de la Nouvelle Angleterre, des Great Lakes, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve, du Nouveau Brunswick, de l'Ontario et d'autres régions de l'Amérique du nord orientale [ verger 1984 ].
http://www.nativetech.org/quill/quillbark/

Comment faire un bracelet de piquants de porc-épic

 

Des colliers  et les bracelets de cannette de porc-épic sont faits de la même manière

1. Choisissez des piquants  et des perles de couleur pour faire le bracelet ci-dessous
2. Pour un bracelet de trois rangées, coupez 9 piquants de ¾ de pouce environ.
[Vous pouvez  couper tout le bout foncé pointu du piquant, ou incorporez une partie de ces extrémités foncées au modèle de votre conception.]
3. Coupez quatre bandes de cuir  de ½ X des bandes de 1/8 pouces pour les lanières entre et aux extrémités des trois ensembles de piquants et de perles.
4. Employez 2 yards  de fils doubles et noues aux extrémités enfilées sur une aiguille.
5. Passez l'aiguille et enfilez  la première lanière de cuir, avec 3 perles,  un piquant, puis  3 perles supplémentaires, par  lanière. Continuez d’enfiler des perles et des piquants jusqu'à ce que vous soyez arrivé à la dernière lanière. Vous avez fini la première rangée.
6. Passez l'aiguille en arrière par la même lanière  dans la direction opposée. Enfilez les perles, les piquants et les lieras dans le même ordre jusqu'à ce que vous atteigniez la même lanière que vous avez commencée pour accomplir la deuxième rangée.
7. Enfilez la troisième rangée de même manière que pour les premières et deuxièmes rangées - à la fin de la troisième rangée, nouez la lanière sur l'extérieur de la dernière lanière.
8. Pour attacher le bracelet à votre poignet, une lanière  séparée des  deux, et attacher chaque lanière à l'une ou l'autre extrémité du bracelet, autour des entretoises en cuir, en utilisant des nœuds de clove-hitch knots  comme montré.

DIAGRAMME POUR FAIRE Un BRACELET de piquants
________________________________________

 voir sur le site

 

Comment faire des boucles d'oreille de piquants de porc-épic

Il y a un nombre infini de modèles de boucles d'oreille qui combinent des piquants de porc-épic et des perles de verre. Certains sont simples à faire, alors que d'autres combinent le beadwork plus compliqués à faire.
Quatre genres simples de boucles d'oreille  sont montrés ci-dessous : les deux premiers modèles emploient seulement une aiguille et des piquants et les perles enfilés. Tandis que les deux autres modèles emploient des lanières  en cuir pour les piquants  et les perles  qui pendent. Ces boucles sont faites  à part pour ensuite être suspendu aux boucles.

 

 

DIAGRAMME POUR LA FABRICATION DE QUATRE MODÈLES DES BOUCLES D'OREILLE

http://www.nativetech.org/quill/thread/index.html

pour terminer  voilà une très belle histoire
 

                                               La fin du monde
Histoire  Lakota par Jenny Leading Cloud (White River, Rosebud reservation, SD)
to Richard Erdoes in 1967. Typed from Erdoes and Ortiz, American Indian Myths and Legends




Quelque part à un endroit où la prairie  le Maka Sicha et  le Badlands, se  rassemblent, il y a une caverne cachée.  Pendant un long, long temps  elle n’a pu être  trouvée. Même maintenant, avec toutes les routes, les voitures et les touristes, personne n’a découvert cette caverne. Dedans vit une femme si vieille que son visage ressemble à une noix  ratatinée. Elle est habillée en peau,  comme  avant que l'homme blanc soit venu. Elle s'était assise là pendant mille années ou plus, travaillant à  sa longue  robe  de buffle. Elle fabrique les bandes à partir de piquants de porc-épic  teints,  à la manière des  ancêtres  avant que les commerçants blancs aient apporté leurs perles de verre à ce continent de la tortue.  Un chien noir énorme  Shunka Sapa repose prés d’elle, léchant ses pattes en l’observant  tout le temps. Les yeux  de la vielle femme n'errent jamais et ses dents  sont plates, comme des petits chicots, elle les a employés pour aplatir tant de piquants de porc-épic.
Pendant tout le temps que  la vieille femme  se repose ou  travaille à sa bande, un feu énorme est maintenu. Elle a allumé ce feu il y a mille années ou plus et l'a maintenu vivant depuis. Au-dessus du feu  un grand pot de terre est accroché, de ceux que  les peuples indiens utilisés  avant que l'homme blanc soit venu avec ses bouilloires en fer. À l'intérieur du pot, le wojapi bout et bouillonne. Le  Wojapi est un  potage de baie, bon, sucré et rouge. Ce potage   bout depuis  longtemps dans le pot, depuis que le feu est allumé.


De temps en temps  la vieille femme  se lève pour remuer le wojapi dans l’énorme  pot de terre. Elle est si vieille et si faible que cela prend un moment pour se lever et pour boitiller jusqu’au feu.  Pendant qu’elle est tournée, Shunka Sapa, le chien noir énorme commence à  défaire les piquants  de porc-épic. De cette façon elle n’avance jamais  et son quillwork  n’est jamais fini. Les  Sioux  disait  que si la vieille femme finissait sa bande, au moment même  ou le dernier piquant serait posé  cela serait la fin du monde.

J'ai trouvé cette histoire sur l'Internet au URL : http://www.users.interport.net/~garde d'enfants/text/shunkasapa.html. Le lien  a disparu. J'avais imprimé cette histoire pour la  lire lors d’un de mes ateliers de  quillworking, . Si n'importe qui peut trouver l'url/source original pour cette histoire, je remplacerai ceci avec le lien approprié. ~thanks

 

http://www.nativetech.org/quill/shunkasapa.html

 

traduit de l'anglais