Le vieil homme coyote: Modoc

Une question qui m’avait été posée par Olivier

 

 

Bonjour à tous,

Je suis nouveau dans ce groupe!

 

Je suis conteur (amateur), et je me prépare à conter un conte de la création blackfoot "Comment les hommes en sont venus à vivre avec les femmes"...

 

C'est pourquoi je suis à la recherches d'informations très diverses.

 

Je voudrai présentement savoir si l'objet représenté sur l'image de la page principale du groupe est bien un bâton de parole... Ou bien est-ce un hochet ???

 

Olivier

Ou même une simple plume, d'après ce que j'ai pu lire !

 

Et maintenant une question un peu plus... difficile...

 

Voilà ce que j'ai compris sur Vieil Homme Coyote. Pourriez-vous me corriger si je fais erreur ?

 

Vieil Homme Coyote est présent dans de nombreux récits de la création.

Il a de très grands pouvoirs, mais comme nous, humains, il apprend, il n'est pas parfait et commet quelquefois des erreurs.

C'est lui qui a créé tout ce qui nous entoure, de façon délibérée mais aussi quelquefois par maladresse...

 

Mais d'où vient-il ? Et surtout quel est le rapport qui le lie avec son petit frère coyote (l'animal) ? A-t-il un jour été un véritable coyote ?

 

Je dois avouer que je n'ai pas grand chose

 

Le vieil homme coyote: Modoc

Le coyote est la rapidité et pour les sioux, l’araignée représente un des personnages mythiques des plus importants le fripon divin, le trickster, Homme-Coyote ou Homme-Araignée (Iktomi : araignée en lakota)

 

Il y a des histoires qui parlent de personnages, Coyote par exemple, qui portent le sacré au grand jour et fait les choses de travers.  Dans ces histoires, les personnages paient toujours


Plus au sud, Coyote joue le rôle de jongleur, celui réservé à Carcajou au Nord. On confirme que la distraction et l’imprévoyance, l’amateurisme et l’étourderie de Coyote, expliquent toutes les misères du monde. Car le Coyote est extrêmement brouillon. Il gâche tout ce que le Créateur a pu faire de bon à l’origine. Où l’on voit que les animaux ne sont pas de simples bêtes sauvages, mais bien plutôt des symboles en chair et en os de tout ce monde qui nous dépasse mais qui, en même temps, nous habite de part en part. De l’Aigle jusqu’au Corbeau, du Saumon jusqu’à l’Écureuil, du Jaguar au Serpent, de l’Ours au Carcajou, du Lynx jusqu’au Geai, il n’est jusqu’à la Mouche qui ne soit invité à la table des légendes.

Les Iroquoiens viennent du sud et dans leurs mythes de la Création, cette idée de gâchis revient souvent. Dans le monde idéal et parfait de l’origine (le paradis terrestre des Iroquoiens) les rivières coulaient dans les deux sens, si bien que l’on pouvait les descendre à l’aller comme au retour. Ce qui est une grande idée. Mais le joueur de tour a bousillé cette perfection seulement en y touchant. Depuis que le jongleur s’est mêlé des rivières, il faut ramer et remonter, c’est-à-dire en arracher. L’humain n’est pas en faute, ni en cause. Ce sont des personnages mythiques qui se situent entre le Principe de tout et la vie de tous les jours, des médiums en quelque sorte, qui interviennent dans le plan des dieux.

 

Un livre :

Et Coyote créa le monde. Mythes et légendes des Indiens d'Amérique du Nord. Tome II. Richard ERDOES et A. ORTIZ (dir.). Coll. "Terre indienne", Albin Michel, Paris, 2000. Jean-Claude Muller 98

L´Oiseau-Tonnerre et autres histoires
Richard Erdoes - Alfonso Ortiz

 

Un conte

Premier Homme ordonna à la marmotte
De
rester sous terre,

Parce qu'elle avait apporté
La rage de dent dans le monde.


Puis il envoya les êtres ailés
Dans les cieux et sur les montagnes
Pour qu'ils y bâtissent leurs nids.


Il demanda aux lézards
De construire leurs maisons
Dans les falaises et les rochers.


Les castors et les loutres
Furent envoyés dans les rivières et les mers.


Ensuite, il appela le loup et lui dit :
Tu as volé, ce n'est pas bien.
Tu seras en conséquence : le Grand Vagabond.
Tu erreras de long en large
À la surface de la Terre.


Il appela le serpent et lui dit
Qu'il allait recevoir un sac médecine,
Mais que, puisqu'il n'avait aucun endroit
Pour l'attacher,
On l'introduirait dans sa bouche.


Ensuite Premier Homme appela
Celui qui avait dérobé les deux bébés
Du Monstre des Eaux et lui dit
Que son nom était : Coyote.
Mais Coyote fut furieux de ce nom
Et s'exclama : " Un nom pareil " !
Il déclara qu'il ne le porterait pas
Et préférait s'en aller.

Alors Premier Homme dut le calmer
Et lui donner un autre nom,
Il l'appela : Première Colère.

 

Après cela, Coyote se sentit mieux,
On lui avait donné un grand nom,
Du moins le pensait-il
Et il s'éloigna heureux
Parce qu'on lui avait dit que
Quoi qu'il arrive sur Terre,
Il en serait le premier informé.

On le retrouve sur les peintures de sables

"Peinture sur sable racontant le mythe de la création décrit la terre recouverte par les eaux. A côté du lieu d'émergence sont représentés les quatre Mondes successifs. Grâce au grand Roseau issu du troisième Monde (l'ovale jaune à gauche), les dieux émergèrent. A côté du roseau, Coyote et Lune tenant de la main le symbole d'un nuage et de l'autre main le symbole de l'astre lunaire. A l'opposé, Blaireau, le premier animal à sortir, représenté à côté de Soleil reconnaissable parce qu'habillé de noir et de bleu et tenant en main l'astre solaire. Autour de la Terre, on voit les quatre Montagnes mythiques (les ovales situés autour du grand carré bleu) situées aux confins de l'Univers"
http://alor.univ-montp3.fr/eurides/frameset4.htm