Le Mont Rainier, Etats-Unis Le préféré des autochtones

Le Mont Rainier, Etats-Unis
Le préféré des autochtones

 

 

 

Dans l’état de Washington, blancs et Indiens partagent un égal respect pour ce volcan qui domine la chaîne des Cascades. A tel point que, devenue le symbole de toute une région. Sa silhouette majestueuse habille les logos publicitaires.
Majestueux et entouré des plus grands glaciers à l’exception faite de l’Alaska, le mont Rainier, le plus haut sommet de la chaîne des Cascades, culmine à 4 394 mètres au-dessus des eaux du Puget Sound.


Cette forme massive mais superbe a tellement ému l’écrivain John. Williams qu’il lui consacra en 1911 un livre intitulé « The Mointain That Was God » (la montagne qui était Dieu). Ce nom de baptême fini par être associé au Mont Rainier et, aujourd’hui certaines personnes croient qu’il s’agit d’une traduction d’un des noms donnés au volcan –Tahoma ou Tacoma – par les tribus locales.

 

Chez les tribus indiennes «  la montagne » a toujours inspiré une certaine révérence. Ainsi des Nisqually, Puyallip, Sqaxin Island, Muckleshoot, Yakama et Cowlitz, qui se sont partagés la région bien avant l’arrivée des européens. En 1870, quand le général Hazard Stevens et P.B. Van Trump se préparaient à en faire l’ascension, Sluiskin, leur guide Yakama, leur avait déconseillé de s’y aventurer : « Votre projet d’escalader Tacoma est une folie. Ceux qui le font n’en reviennent pas vivants. Un chef puissant vit au somme, dans un lac de feu. Il ne tolère aucune intrusion. Si vous y allez, vous mourrez et vos familles m’en voudront. N’y allez pas ! »
 
Le caprice d’une femme en colère.

 

De fait la splendeur du mont Rainier a fait de lui le lieu mythique des traditions des Indiens d’Amérique. Bien des légendes sont nées de sa taille saisissante. L’une d’elles raconte que la montagne était l’une des épouses d’un pic de la péninsule Olympique et se dressait autrefois de l’autre côté du Puget Sound. Après une dispute avec les autres femmes, elle partit s’installer sur l’extrême bord du bras de mer. Emplie de colère, elle enfla jusqu’à atteindre sa taille imposante actuelle. Selon d’autres récits, les sommets de la péninsule Olympique étaient si nombreux qu’ils forcèrent Rainier à se déplacer au-delà du bras de mer. Là, il devint si grand qu’il se métamorphosa en un monstre que le Great Changer (sorte de créateur) dut transformer en renard. Quand il le tua, le sang qui jaillit de son corps donna naissance aux cours d’eau qui s’écoulent aujourd’hui le long de ses flancs.


Les Nisqually, l’une des tribus pour qui le Rainier est toujours sacré, le nomment « Tacobet », traduit parfois par « Mère des rivières » . C’est que « la montagne », gardienne des terres, « perce les nuages suspendus dans le ciel pour toucher la main du grand Esprit », selon les paroles d’un chant traditionnel, « envoie la pluie [et] nourrit la rivière, la demeure [du] saumon … » Elle est nourricier et les indiens se rendent toujours sur les pentes du Rainier pour cueillir bais et herbes médicinales.


Le Rainier est aussi très présent dan la vie des habitants du Pacifique Nord-Ouest en général, y compris ceux qui viennent à Seattle et Tacoma. Il est devenu une Icône pour la région, un symbole fort auquel les gens s’identifient.


Le gouvernement général a, dès 1899, accordé au mont Rainier le statut de parc national, aujourd’hui un des plus anciens et des plus visités.
Edwin Bernbaum
*
*
Professeur à l’Université de Californie à Berkeley et directeur du Mountain Institute.

 

Extraits du reportage du Magazine Ulysse d’octobre 2007
www.ulyssemag.com

 

Le Mont Rainier

Le Mont Rainier, dans l’Etat de Washington, est l’un des volcans les plus majestueux de la chaîne des Cascades. Son point culminant, couvert de neiges, atteint 4391 mètres.

http://www.linternaute.com/imprimer/nature-animaux/nature/volcan/volcans-en-activite/mont-rainier.shtml

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cha%C3%AEne_des_Cascades

 

 

 

NISQUALLI ou NISQUALLY


Salish. Etat de Washington. Le chef Leschi, condamné à mort et pendu en 1858 pour le meurtre d’un soldat, a été innocenté en 2004 par un tribunal américain présidé par un juge de la Cour suprême.


PUYALLUP
Salish

http://pagesperso-orange.fr/compilhistoire/amerindiens.htm

 

 

 la tribu Squaxin Island  (également Squaxin, Squaxon) est une tribu amérindienne dans l'ouest de l'État de Washington aux États-Unis.  La tribu Squaxin Island est constitué de plusieurs  sous tribus : les Noo - Seh - Chatl, Steh Chass, Squi - Aitl, Sawamish / T'Peeksin, Heh - Sa - Wa - Mish, Squawksin et S'Hotle - Ma - Mish.  La tribu vit le long de plusieurs criques du sud de Puget Sound.


 La langue des  Squaxin Island appartient à la famille des langues amerindiennes  Salishan .  La tribu se déplaçaient sur leur réserve à l'époque moderne Mason County, Washington, en 1855.  La Tribu Squaxin Island fut l'une des premières tribus amérindiennes aux États-Unis pour entrer dans le Projet  d'autonomie avec le gouvernement fédéral.


Squaxin Island Indian Reserve 


 Le Squaxin Island réserve indienne est dans le sud-est du comté de Mason, Washington.  La plupart de la  réserve est composée de Squaxin Island, mais il ya également une petite partie de 26,13 hectares à Kamilche, en plus de deux parcelles hors réserve terres proches Kamilche, ainsi que d'un terrain de 6,03 hectares à  Pickering Passage Squaxin Island et d'un terrain de 35,93 hectares, sur Harstine Island, à  Peale Passage.  La surface totale du territoire, y compris hors  réserve  est de  6,942 km ² (2,68 mi carrés, soit 1715,46 ha).   La population résidente totale de 405 personnes (2000 de recensement), 383 vivaient hors réserve , au sud-est de Kamilche et 22 vivaient sur Harstine Island,, tandis que la majeure partie de la réserve , Squaxin Island, était inhabitée.
http://en.wikipedia.org/wiki/Squaxin_Island_Tribe

 

MUCKLESHOOT INDIAN tribu


http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.muckleshoot.nsn.us/&sa=X&oi=translate&resnum=3&ct=result&prev=/search%3Fq%3DMuckleshoot%26hl%3Dfr%26sa%3DX

 

Les Muckleshoot sont une tribu amérindienne descendant de la population de Coast Salish  du Pacifique Nord-Ouest.  Traditionnellement, les Muckleshoots vivent le long des rives orientales de l'État de Washington dans la region de   'Puget Sound  et le cours d'eau adjacents de la Cascade Range.  Ils parlent le Whulshootseed (X p ə lšucid), une forme de Lushootseed locales; Les  Muckleshoots aujourd'hui ne parlent plus leur langue ancestrale, mais certains de la tribu ont un programme actif pour sa préservation et sa réanimation.  La plupart des Muckleshoots vivent maintenant sur ou à proximité de la reserve sur l'15,871 km ² (6,128 mi carrés)  réerve Muckleshoot , entre le White et Green  rivières au sud-est de la ville d'Auburn.  Avec une population de plus de 3000, le Muckleshoots sont l'un des plus grands groupes Native American dans l'État de Washington.  Les 2000 recensement signalé une population résidente de 3606 sur la réserve foncière, bien que plus de 61% d'entre eux étaient des Caucasiens, et de 28,65%  seul patrimoine amérindien.  La ville de Auburn s'étend sur une bonne partie de la réserve, et comprend 72,6% de la population de la réserve.


 Bien qu'ils soient qualifiés de chasseurs, les  pêcheurs au saumon ont été les piliers  de la vie traditionnels Muckleshoot .  Le Saumon était péché et soignés, et très souvent échangés avec les autres peuples le long de la côte et l'intérieur des terres. le saumon etait traité avec beaucoup de révérence,  ce qui continue jusqu'à ce jour.  Dans les Première Cérémonie du  Saumon, qui est encore observée, la communauté tout entière partage la chair  puis rejette ses restes à la rivière où il a été capturé, de sorte qu'il puisse  informer les autres poissons de la manière dont il a été reçu.


 Avec un approvisionnement apparemment sans fin de nourriture, les Muckleshoots pouvaient se livrer à divers métiers, dont le tissage, la sculpture sur bois, vannerie .  Un complexe de la structure sociale a également vu le jour, composé d'une noblesse, de classe moyenne, et les esclaves, capturés en général  dans les autres tribus.


La vie des Muckleshoot a radicalement changé à la suite des premières rencontres avec les  européens et américains et les explorateurs.  Faute d’ immunité aux maladies des nouveaux arrivants , la population a été décimée au milieu du XIX e siècle.  En même temps, les relations amicales avec les colons américains a commencé à se dégrader avec les Blancs pour les  terres.  Dans une ultime tentative pour endiguer la vague de la colonisation blanche, les Muckleshoots s'allient avec d'autres populations locales pendant  le Puget Sound Indian War (1855-1856).  Après leur défaite, ils ont été forcés à vivre dans  une petite réserve, où ils ont été absorbé par  le reste des autres tribus, ce qui augmente leur nombre légèrement.
 Les tensions  s’est légèrement atténuée,, en particulier dans le sillage de la croissance démographique rapide de la région.  Dans les années 1960 et 1970, les Muckleshoots engagés dans une série de protestations, destinés à protéger leur écosystème fragile.  Connu sous le nom de la "Guerre des poissons", ces protestations ont  tenté de préserver les droits de pêche dans les rivières en partie dans la réserve.  Le gouvernement fédéral a finalement concédé aux protestations avec la Boldt Decision, qui a désigné le Muckleshoots comme co-gestionnaires du bassin du  comté de King , avec un contrôle sur la pêche et la chasse dans leur "habituel et Habitués" lieu historiques de pêche et de chasse.


 Bien que cette amélioration de la situation économique de la tribu, les Muckleshoots ont rapidement été contraints de composer avec une forte diminution de la population de saumons à cause des effets de l'urbanisation et l'industrialisation sur l'environnement.  Bien qu'ils continuent à se battre pour la préservation du saumon , les Muckleshoot  ont aussi trouvé d'autres sites afin d'améliorer leur situation financière.  Profitant de la proximité de Seattle et d'autres centres urbains, ils ont ouvert casino and bingo parlor in Auburn, Washington et Muckleshoot Indian Casino. Les revenus ont également été utilisés pour racheter les terres près de la réserve pour le bénéfice des générations futures.


 La Muckleshoot Constitution, adoptée en 1936 et ratifiée en 1941, a déterminé que la tribu seraient régies par un Muckleshoot Conseil tribal de neuf membres élus.  Ce Conseil fait l'objet, à son tour, d'un avocat général, composé de tous les membres de la tribu.
http://en.wikipedia.org/wiki/Muckleshoot

 

Yakama


http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://en.wikipedia.org/wiki/Muckleshoot&sa=X&oi=translate&resnum=5&ct=result&prev=/search%3Fq%3DMuckleshoot%26hl%3Dfr%26sa%3DX


 La nation des Yakamas vit dans l'état de Washington au nord-ouest des États-Unis. Leur réserve s'étend sur 5 260 Km², le long de la rivière Yakima. Aujourd'hui, la nation Yakama est gouvernée par un conseil tribal composé des représentants de 14 tributs et clans.
http://fr.wikipedia.org/wiki/Yakama

 

 

Cowlitz tribu indienne


http://translate.google.com/translate?hl=fr&sl=en&u=http://www.cowlitz.org/&sa=X&oi=translate&resnum=3&ct=result&prev=/search%3Fq%3DCowlitz%26hl%3Dfr%26sa%3DG


Les Cowlitz sont un groupe éthnique d'Amérindiens de la région occidentale de l'état de Washington aux États-Unis. La tribu des Cowlitz est séparée en deux groupes: les Taidnapams et les Kawlics.


Le langage originel de la tribu appartenait aux langues salish qui est courant dans la région du nord-ouest américain. Par la suite, les Taidnapams ont adopté la langue Sahaptin à l'est de la chaîne des Cascades.


Le premier blanc à avoir rencontré les Cowlitz fut le québecois Simon Plamondon. Il maria la fille du chef indien Scanewea.


http://fr.wikipedia.org/wiki/Cowlitz_(tribu)