Le peuple Gwich'in

Les Gwich'in font partit des Indiens Athabascan. Ils ont vécu suivant un mode de vie traditionnel pendant des centaines de générations. Leurs ancêtres étaient des chasseurs cueilleurs nomades. Plus de 7 000 Gwich'in vivent aujourd'hui, répartis dans 15 villages isolés sur leur terre ancestrale à cheval sur la frontière qui sépare l'Alaska du Canada au dessus du cercle polaire. Le peuple Gwich'in dépend du caribou dans sa culture. Des histoires, des chansons et des danses lui sont consacrées. Le caribou leur fourni de la nourriture, de quoi faire des vêtements, des chaussures, des abris, des médicaments, des couvertures, permet la fabrication de traîneaux, d'outils…
Les bassins de la Rat river et de la Porcupine river représente le territoire des indiens Gwich'in. On trouve de nombreux camps de pêche et de chasse le long des cours d'eau, ainsi que des vestiges archéologiques.
La harde de caribous de la Porcupine migre à travers ce territoire que ce soit au printemps comme à l'automne.
Les caribous ont toujours représenté un apport important de nourriture pour les indiens Gwich'in. Les Gwich'in, qui estiment devoir en grande partie leur survie aux caribous. De nos jours, ceci est moins vrai, car les communautés indiennes sont ravitaillées soit par avion soit par la route.
Les Gwitch'in
continuent à chasser le caribou non seulement pour sa viande et sa peau mais aussi pour perpétuer leurs traditions.
Des chasseurs, qui viennent de tout le continent américain, contribuent ainsi à l'économie des communautés isolées de l'Alaska et du Yukon, tuent également des caribous. Ce type de chasse est maintenant réglementée et la population des cervidés ne chute plus comme par le passé. De nos jours, ces fluctuations sont dues aux variations climatiques, aux maladies ou au surpâturage.

 

Actualité


Il existe en Alaska une réserve nommée " Arctic National Wildlife Refuge ". Cette réserve se trouve être l'endroit où se trouve les caribous de la Porcupine en été. Et c'est à ce moment là que les femelle mettent bas. Mais il se pourrait que d'importantes choses s'y passent. Le sous-sol de cette région contient d'importantes réserves de pétrole. De très grandes compagnies telles que BP Amoco, Chevron, Axxon… veulent forer pour extraire ce pétrole. Au cours de ces dernières années, des recherches ont été mené. Elles se sont terminées en 1998. Il en résulte qu'il y a du pétrole sous la réserve et que les estimations sont de l'ordre de 6 mois de pétrole pour la consommation américaine. Cela voudrait dire que cette région fournirait 1 à 2 % des besoins des américains.
Le nouveau président des Etats-Unis envisage d'autoriser l'exploitation de cette réserve naturelle. Outre les risques de catastrophe écologique, la présence de l'homme et des pipelines traversant à nouveau toute l'Alaska menacent de perturber les caribous.
Les Gwitch'in s'opposent vigoureusement à l'ouverture de nouveaux puits de pétrole en Alaska. Ils se sentent menacés par ce projet, au même titre que les caribous le sont. La survie de leur culture dépend des caribous. La zone de mise-bas, devenue " Arctic National Wildlife Refuge " est considérées par eux comme des terres sacrées, a tel point que même en période de famine, ils n'allaient pas chasser sur ces terres. Dans la langue du peuple Gwich'in, ils décrivent ces terres de mises-bas comme " Vaidzaih Googii Vi Dehk'it Gwanlii " qui se traduit par " La terre sacrée où commence la vie ". Pour eux, la santé de la harde est également la leur.Il se trouve qu'il y a déjà un antécédent.
Dans les années 70, les Etats-Unis ont construit des puits de pétrole à Prudoe Bay au bord de l'océan arctique. Pour acheminer le pétrole, ils ont construit un pipeline qui traverse toute l'Alaska. Ceci se trouve sur le territoire de la harde de caribou de l'Arctique.
A cette époque on s'inquiéta beaucoup des effets de son installation, avec les risques de pollution et les nuisances occasionnées notamment par les motoneiges. Bien qu'il y ait eu quelques déplacements de zones de mise bas, les caribous ne semblent pas avoir été profondément affectés par les activités humaines. Les pipelines ont été surélevés pour permettre le passage des animaux, et les caribous ont montré qu'ils étaient capables de s'adapter à la présence des hommes et de leurs machines.
En revanche pour la harde de Porcupine, que se passera t-il ? Qu'adviendront-ils ?
La zone ou les caribous vêlent est plus petite. De plus elle est coincée entre :
au Nord l'océan arctique,
à l'Ouest, l'autre harde de caribous
à l'Est, le delta du Mackenzie.

Il n'y a donc pas d'alternative…

 

Cet appel fut transmis le 15 septembre 2001, 4 jours après l'attaque du World's Trade Center, voilà pourquoi il parle de Manhattan.

 

http://usgohome.free.fr/actualite/arvol_looking_horse.htm

 

Je regrette que l'on ne donne pas plus de précisions quand on met un article, cela remettrait les faits dans le véritable contexte

 

Les Black Hills

 

Les Black Hills sont pour les Lakota "le Cœur de Tout ce qui Est" ou, comme le disait un Ancien, "les Black Hills sont le cœur de notre pays et le pays de notre cœur";

l'ouest, les contreforts des Montagnes Rocheuses donnent naissance aux Black Hills, un ensemble de petites montagnes recouvertes d'épaisses forêts de pins. Cette région, sacrée pour les Sioux, abrite d'immenses troupeaux de bisons et on y trouve l'une des plus grande mine d'or des USA. Que vous soyez passionné par la nature, les randonnées, les promenades à cheval ou un amateur des sports d'hiver, vous aimerez le parc national de la forêt des Black Hills. Les randonneurs et cavaliers découvriront les nombreuses espèces animales et végétales comme les coyotes, bisons et autres petites bêtes et pourront profiter des superbes formations géologiques de la grotte de Jewel. A l'est des Black Hills, vous trouverez le célèbre Mont Rushmore où les portraits de 4 présidents sont taillés dans le granit, et la Bear Butte, lieux très important dans les croyances indiennes.

http://www.uniterre.com/r_destinations/usa/etats/dakotasud/index_dakotas.htm


livre
DANS LES
MONTAGNES ROCHEUSES
Baron Edmond de Mandat-Grancey

Récit d'un voyage aux Black-Hills en 1883

 

 .


LE MASSACRE DE WOUNDED KNEE
... 31 janvier 1876, tous les Indiens qui n'auront pas quitté les Black Hills pour rejoindre ... Sitting
Bull souhaite réunir toutes les tribus alliées des Dakota. ...



photos des montagnes Sacrées
  Nous voici dans le Dakota du Sud, au coeur des Black Hills, montagnes sacrées pour les Indiens, pour voir la célèbre et gigantesque oeuvre du sculpteur Gutzon Borglum (tout le monde n'a pas la chance d'avoir des parents d'origine danoise) sur le Mont Rushmore.
Il aura fallu plus de quinze ans et des centaines de travailleurs (mineurs reconvertis en sculpteurs durant la grande dépression des années 30) pour faire émerger  de la roche en 1941 les visages respectifs de George Washington, Thomas Jefferson, Theodore Roosevelt et Abraham Lincoln. Le soir , les visages sont illuminés (nous avons été accueillis par un gentil "bouc des montagnes") et un ranger fait un speech à la gloire des Etats-Unis et encourage les visiteurs à rendre leur pays meilleur, après que ces derniers aient entonné en choeur l'hymne national, la main sur la poitrine. Ici, c'est courant -ils font ca même dans les rodéos ! -,  mais le tout fait un spectacle assez intriguant pour l'observateur étranger.   Mt Rushmore, SD
(2000 05 28)
A quelques kilomètres à peine du Mont Rushmore, se trouve le projet colossal du chef indien Henri Standing Bear et du sculpteur Korczak Ziolkowski (tout le monde n'a pas la chance d'avoir des parents polonais) :

http://echabani.free.fr/usa/week4/week4.html

 

18/04/2004

Moi, Arvol Looking Horse, Chef des Nations Lakota, Dakota et
Nakota, je vous demande d'écouter le point de vue d'un Indien, suite
à ce qui vient de se passer en Amérique, à Manhattan, que notre
peuple appelle ''l'île de la Tortue''.

Au cours des six dernières années, mon travail s'est concentré sur
l'unification de la communauté mondiale. Un message reçu durant l'une
de nos cérémonies sacrées, m'amène à vous demander d'établir une
Journée mondiale de Paix et de Prière le 21 juin, pour unir
spirituellement nos propres manières de croire en notre Créateur.
Nous avions été avertis de ce qui vient de se passer par les messages
qui nous ont été transmis depuis les Anciennes Prophéties jusqu'à nos
jours. Un nouveau message vient de nous être donné, pour que nous
puissions apporter un espoir et une lumière en ces temps
épouvantables.

Comprendre la profondeur de ce message implique la reconnaissance de
l'importance des sites sacrés. Il est indispensable que vous
réalisiez comment fonctionne le lien entre ce qui se passe
aujourd'hui et les massacres qui se produisent continuellement sur
nos Amériques comme sur les autres terres.

J'ai pris conscience de l'importance des sites sacrés à l'âge de 12
ans, lorsque Bison Blanc m'a remis son calumet et transmis ses
enseignements. Notre peuple s'efforce de protéger les sites sacrés
depuis l'origine des temps. Il est nécessaire de bien comprendre leur
utilité; cela va bien au-delà d'une question de monuments construits
par des hommes. Notre peuple a construit jadis des objets et des
sanctuaires pour identifier les sites sacrés et se lier à leurs
pouvoirs. Nous savons depuis bien longtemps que ce qui est important
se trouve à l'intérieur des sites, dessous.

Ces endroits sacrés ont été profanés au cours des siècles, puis
détruits pendant les décennies passées, ce qui nous a amenés
aujourd'hui à cette situation catastrophique. Regardez autour de
vous! Notre Mère la Terre est vraiment malade de ces viols répétés,
et nous sommes sur le point de détruire les conditions de survie de
nos enfants et des futurs enfants de nos enfants.

Nous avons notre propre sanctuaire dans les collines sacrées du Sud
Dakota. Son nom est ''Coeur de tout ce qui est''. Nos ancêtres ont
essayé de le protéger comme ils ont pu de ces viols continuels. Il
leur était impossible de voir ce site depuis un satellite dans le
ciel, mais maintenant que la technologie moderne permet d'obtenir des
images, nous voyons qu'il a la forme d'un coeur, et lorsque les images =

sont rapidement transmises, il ressemble à un coeur qui bat.

De même, les Dineh ont toujours essayé de protéger Big Mountain,
l'appelant ''le Foie'', et nous souffrons des extractions de charbon
qui épuisent ce site et des procédés toxiques utilisés pour
s'approprier son énergie.

Les Aborigènes, eux aussi, ont prévenu de l'effet désastreux du
réchauffement climatique sur Corral Reefs, qu'ils considèrent comme
l'épurateur du sang de la Terre. Or, on est en train d'empoisonner ce
sang.

Quant aux Indiens d'Amazonie, ils nous expliquent depuis toujours que
leur forêt est le poumon de la planète et qu'elle a besoin d'une
protection. Mais nous voyons le gouvernement brésilien continuer à
approuver la destruction massive de cette forêt.

Le peuple Gwich'in, lui, avait baptisé les plaines côtières de
l'Arctic National Wild Life Refuge : ''Là où commence la Vie'' ; or
les Gwich'in subissent les effets dévastateurs d'un forage pétrolier
au beau milieu de ce sanctuaire. Ces plaines côtières sont le lieu
d'où proviennent de nombreuses nations animales. Et le sort des
Gwich'in est lié à celui de ces nations animales.

Comme ces destructions se poursuivent à travers le monde entier, et
que l'humanité s'avère incapable de comprendre la nécessité de
l'équilibre de la vie, nous allons inévitablement subir un grand choc
en retour.

Les Messagers de nos peuples préviennent que ces destructions
causeront un désastre mondial. Nos peuples connaissent l'importance
des sites sacrés pour notre Mère la Terre. Ce sont ses chakras. Ils
savent que leur préservation est indispensable à la survie des
générations futures. C'est la subsistance même de nos peuples qui est
en train d'être détruite.

Jusqu'à ce que nous acceptions de nous tourner vers d'autres formes
d'énergie sans danger pour les nations qui vivent sur la Terre, les
malheurs continueront à nous accabler.

Nos ancêtres avaient prédit qu'un jour, l'eau serait à vendre. À
l'époque, cela était difficile à croire, car l'eau était encore
abondante, pure, pleine d'énergie, de vitalité et d'esprit.
Aujourd'hui, nous devons acheter l'eau, une eau dont tous les
nutriments les plus précieux ont été enlevés. C'est une eau vide ! Un
jour, l'eau deviendra comme l'or, trop chère pour nous l'offrir. Il
deviendra impossible de trouver une eau saine.

Attaquer les nations, utiliser leurs ressources et mettre en œuvre
cette destruction au nom de la paix n'est pas la bonne réponse !
Cette réponse a été donnée, comme une suite logique au programme de
colonisation de nos terres, de notre eau et de notre nourriture. Les
conséquences de ce programme affectent maintenant la façon de penser
de l'ensemble de l'humanité. Une ''maladie de l'esprit'' s'est peu à
peu mise en place ; elle touche la plupart des leaders mondiaux et de
nombreux membres de notre communauté mondiale, et leur fait penser
qu'une solution de représailles et la destruction de certains peuples
ramènera la paix sur la Terre.

Dans nos Prophéties, il est dit que nous sommes maintenant à la
croisée des chemins : soit nous nous unissons d'une manière
spirituelle en tant que Peuple de la Terre, soit nous ferons face au
chaos, aux désastres, aux maladies et nous verrons des larmes couler
dans les yeux de nos enfants.

Il est triste de constater qu'il aura fallu attendre un désastre
comme celui que nous venons de subir pour nous unir spirituellement,
mais nous ne devrions pas entacher cette unité de colère ni de soif
de représailles.
Nous sommes la seule espèce habitant cette planète qui continue à
détruire sa propre source de subsistance. Par soif de pouvoir et de
domination, nous sommes prêts à utiliser les armes les plus
abominables et à déclencher de nouvelles guerres, mais les dommages
provoqués par cette attitude sont devenus irréversibles, au point que
notre Mère, la Terre, est tellement fatiguée qu'elle ne pourra plus
supporter d'autres impacts de guerre.

Je vous demande de vous joindre à notre effort. Notre objectif est
que les peuples de tous les continents - peu importe leurs croyances -
se réunissent sur leurs sites sacrés en ce moment béni qu'est le
solstice d'été, le 21 juin, pour prier, méditer et communier les uns
avec les autres, afin de favoriser une levée d'énergie pour soigner
notre Mère, la Terre, et atteindre une conscience universelle, car ce
n'est qu'ainsi que la Paix peut revenir.

Chaque jour qui passe nous amène inexorablement au grand Jour de la
Réconciliation. Je
demande à tous les peuples de la Terre de
commencer un effort, et je demande que chacun d'entre nous fasse un
effort quotidien, pour se réveiller dans la gratitude du nouveau jour
qui nous est accordé et remercier pour la nourriture sacrée que notre
Mère, la Terre, continue à nous offrir, au prix d'un terrible
sacrifice, afin que l'énergie de guérison puisse être guidée et
toucher nos âmes et nos esprits.

Le nouveau millénaire qui vient de commencer amènera soit une Ère
d'harmonie soit la fin de la vie telle que nous la connaissons
aujourd'hui.

Famines, guerres et déchets toxiques ont été le lot du progrès et du
développement qui ont accompagné le dernier millénaire. En tant que
gardiens de la Terre Mère, il nous incombe maintenant la
responsabilité de renverser cet ordre de destruction.

Nous en sommes arrivés au point de l'extrême urgence. La destinée des
futures générations est entre nos mains. Nous restons libres de
choisir l'une des deux voies qui se présentent devant nous : la voie
positive ou la voie négative, la voie spirituelle ou la voie
matérialiste. C'est notre propre choix, à nous tous et à chacun
d'entre nous.

Vous êtes celui qui doit choisir. Vous seul, et seulement vous, êtes
en mesure de faire ce choix. Le choix que vous ferez sera celui de
marcher avec honneur ou de déshonorer vos ancêtres. Vous ne pouvez
plus échapper aux conséquences de votre propre décision. De votre
décision dépend le destin du monde entier.

Vous devez choisir. Vous ne pouvez l'éviter. Chacun d'entre nous a
été placé ici et maintenant pour décider personnellement de l'avenir
de l'humanité.

Pensez-vous que le Créateur ait pu créer des personnes superflues
dans une période où existe un danger aussi terrible ? Sachez que vous-
même êtes essentiel à ce monde. Vous devez le croire ! Comprenez la
bénédiction en même temps que le poids que cela implique.

Vous êtes vous-même désespérément nécessaire pour sauver l'âme de ce
monde. Pensez-vous être ici pour une autre raison ? Dans le cercle
sacré de la vie, il n'y a ni commencement ni fin, et nous y sommes
tous reliés ! ''

Arvol Looking Horse
Chief of the Lakota, Dakota and Nakota nations

 

 

 Voir aussi le dossier  sur le site:

Gwich’in contre Washington