Algonquins de Kitcisakik: Pierre Corbeil se range du côté fédéral

C’est plutôt consternant de voir le ministre Corbeil se ranger du côté du fédéral sur la question de l’aménagement d’un nouveau village. Alors que la communauté avait opté depuis longtemps pour un site sur les rives du lac Barker, à quelques kilomètres du site actuel, voilà que le fédéral remet en cause ce choix et, encore une fois, retourne à la case départ.

En commission parlementaire, cette semaine, le député de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations avec les Premières nations, Camil Bouchard s’est indigné de la situation inacceptable dans laquelle se retrouvent les Algonquins de Kitcisakik.

En effet, Camil Bouchard a rappelé au ministre des Affaires autochtones Pierre Corbeil deux de ses engagements électoraux : l’électrification d’un nouveau village et la construction de locaux scolaires supplémentaires. Le ministre n’a pas seulement refusé de se prononcer sur les échéanciers, mais il a étonnamment approuvé la volte-face du gouvernement fédéral au sujet de l’emplacement du nouveau village.

« C’est plutôt consternant de voir le ministre Corbeil se ranger du côté du fédéral sur la question de l’aménagement d’un nouveau village. Alors que la communauté avait opté depuis longtemps pour un site sur les rives du lac Barker, à quelques kilomètres du site actuel, voilà que le fédéral remet en cause ce choix et, encore une fois, retourne à la case départ », a fait savoir Camil Bouchard.

Loin des yeux de la communauté de Kitcisakik, le ministre Corbeil a même osé affirmer que le fédéral fait preuve de flexibilité, puisqu’il serait prêt à étudier deux autres sites de son choix. Pourtant, en 2004, à la demande de la communauté, le gouvernement de Jean Charest avait libéré des terres et désigné une zone d’usage sur les rives du lac Barker pour l’établissement de ce nouveau village.

« Le ministre invoque maintenant le risque d’isolement et les coûts associés à la démarche pour reculer. C’est comme s’il nous disait que la décision gouvernementale de 2004 avait été prise sur le coin d’une table, sans considération des coûts. Est-ce le cas ? », se demande le député de Vachon.

Changer de site et revoir les budgets à la hausse, les libéraux connaissent ça !

Camil Bouchard condamne aussi cette attitude qui frôle le chantage. « C’est sans doute la même flexibilité fédérale qui tient en otage depuis des années cette communauté qui refuse l’enfermement dans une réserve et la même flexibilité fédérale qui use de chantage honteux pour la faire entrer dans le rang : de l’eau et de l’électricité contre un statut de dépendance dans une réserve », s’est indigné Camil Bouchard.

http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/05/09-algonquins-de-kitcisakik-pierre-corbeil-se-range-du-cote-federal.qc