«Ce sont des sen­ten­ces bon­bon" Jim­my Pa­pa­tie, mem­bre de Kit­ci­sa­kik

Doris Blackburn

Justice - Publié le 6 mai 2009 à 13:38

file2009-05-06133925
Pour l'an­cien chef de Kit­ci­sa­kik, les tri­bu­naux de­vraient fai­re fi de l'ori­gi­ne eth­ni­que d'une per­son­ne en im­po­sant une pei­ne.

Jim­my Pa­pa­tie, an­cien chef de Kit­ci­sa­kik et tou­jours mem­bre ac­tif de cet­te com­mu­nau­té, se dit ex­cé­dé des «sen­ten­ces bon­bon» im­po­sées aux mem­bres des Pre­miè­res na­tions. El­les nui­sent se­lon lui à la res­pon­sa­bi­li­sa­tion des Au­toch­to­nes en­vers les ac­tes cri­mi­nels qu'ils po­sent.

Jim­my Pa­pa­tie est ca­té­go­ri­que: nous som­mes tous égaux de­vant la loi et il a tenu à le fai­re sa­voir, par écrit, au pro­cu­reur en chef, Me John Tym­chyk, ain­si qu'à la pro­cu­reu­re en chef ad­join­te, Me Ma­rie-Clau­de Bé­lan­ger, le ma­tin même où la juge Lu­cille Cha­bot ren­dait sa pei­ne dans le dos­sier de Ré­jean Pa­pa­tie.

Dans sa let­tre, M. Pa­pa­tie con­tes­te no­tam­ment les prin­ci­pes de l'ar­rêt Gla­due de la Cour su­prê­me, qui en­joi­gnent les tri­bu­naux à adop­ter une mé­tho­de d'ana­ly­se dif­fé­ren­te ba­sée sur la jus­ti­ce ré­pa­ra­tri­ce et qui tien­nent en comp­te les va­leurs et les cou­tu­mes des com­mu­nau­tés au­toch­to­nes.

«Les tri­bu­naux ne de­vraient ja­mais te­nir comp­te de l'ori­gi­ne eth­ni­que de la per­son­ne. On ne di­mi­nue pas la sen­ten­ce par­ce que c'est un Au­toch­to­ne qui a con­nu une vie dif­fi­ci­le», pré­ci­se M. Pa­pa­tie dans sa let­tre.

Ce der­nier se dit in­di­gné par les «sen­ten­ces bon­bon» im­po­sées aux Au­toch­to­nes par­ce qu'ils sont Au­toch­to­nes. Ces pei­nes, aux di­res de M. Pa­pa­tie, vont à l'en­con­tre du tra­vail de re­cons­truc­tion so­cia­le en­tre­pris par sa com­mu­nau­té de­puis 1985.

«La com­mu­nau­té ani­ci­na­pe de Kit­ci­sa­kik a tou­jours mis l'em­pha­se sur la res­pon­sa­bi­li­té des mem­bres par des choix de vie se­lon les va­leurs qui a nous a ame­nés au chan­ge­ment so­cial. Nos lea­ders et nos ges­tion­nai­res ont tou­jours en­cou­ra­gé les mem­bres à se pren­dre en main», pré­ci­se-t-il.

Or, le dos­sier de Ré­jean Pa­pa­tie l'a fait sour­cillé car les pei­nes ré­cla­mées tant par la Cou­ron­ne (deux ans) que le mi­nis­tè­re pu­blic (sur­sis) ne sont nul­le­ment as­sez sé­vè­res à ses yeux.

«Au cours des an­nées de col­la­bo­ra­tion avec la jus­ti­ce, nous nous som­mes tou­jours sen­tis ap­puyés par des dé­ci­sions ren­dues par de nom­breux ju­ges qui ont sen­ten­cé nos mem­bres pour des ges­tes de na­ture cri­mi­nel­le. Le tri­bu­nal s'ap­prê­te à ren­dre une dé­ci­sion cru­cia­le pour la sen­ten­ce afin de sou­te­nir le tra­vail en­tre­pris à Kit­ci­sa­kik. Cet­te sen­ten­ce de­vrait être sé­vè­re dans la me­su­re où elle peut en­voyer un mes­sa­ge très clair aux gens qui con­dui­sent avec les fa­cul­tés af­fai­blies et qui cau­sent la mort», men­tion­ne-t-il.

Jim­my Pa­pa­tie con­si­dè­re la pei­ne de deux ans fer­me im­po­sée à Ré­jean Pa­pa­tie pas as­sez sé­vè­re. «Ré­jean ne s'est ja­mais com­plè­te­ment con­for­mé aux con­di­tions pen­dant les pro­cé­du­res et il a main­te­nu un com­por­te­ment qui ne re­con­nais­sait pas sa res­pon­sa­bi­li­té dans le dé­cès de son ne­veu. Et qu'est-ce que les gens vont se dire main­te­nant? Que la vie d'un Au­toch­to­ne ça ne vaut pas cher», a-t-il con­clu en en­tre­vue après la sen­ten­ce.
http://lechoabitibien.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=94585&id=364&classif=En%20manchettes