Kitcisakik: 400 citoyens vivent dans des conditions de vie digne du tiers-monde

Kitcisakik: 400 citoyens vivent dans des conditions de vie digne du tiers-monde

Le PQ sonne l’alarme et demande l’intervention urgente du premier ministre du Québec

 

Ces femmes, hommes et enfants passeront vraisemblablement un autre hiver sans eau potable, sans électricité et sans toilettes attenantes, dans des maisons mal isolées, surchauffées et toxiques parce que le ministre responsable des Affaires autochtones, Pierre Corbeil, fait preuve d’indolence et d’irresponsabilité

Le député de Vachon et porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations avec les Premières Nations, Camil Bouchard, sonne l’alarme et demande l’intervention urgente du premier ministre du Québec, Jean Charest, afin de remédier dès maintenant aux conditions de vie inacceptables des 400 citoyens de Kitcisakik, près de Val d’Or. Ces femmes, hommes et enfants passeront vraisemblablement un autre hiver sans eau potable, sans électricité et sans toilettes attenantes, dans des maisons mal isolées, surchauffées et toxiques parce que le ministre responsable des Affaires autochtones, Pierre Corbeil, fait preuve d’indolence et d’irresponsabilité.

« Le gouvernement libéral est irresponsable. Son inaction envers cette communauté aura rendu nécessaire l’intervention d’une ONG internationale, Architectes de l’urgence, présente dans plusieurs pays du tiers-monde. Quand c’est une ONG des pays du tiers‑monde qui fait le travail du ministre, il faut se questionner sur le rôle du ministre et son sens des responsabilités. Je serais très gêné à sa place. Mais au-delà de ces considérations, il y a 400 vies humaines qui se retrouvent dans une situation précaire. Comme le ministre Corbeil néglige de prendre ses responsabilités, l’intervention urgente du premier ministre devient nécessaire », a déclaré Camil Bouchard.

« Peut-on imaginer un seul instant qu’un gouvernement aurait pu faire preuve d’autant d’indolence et d’irresponsabilité lors du déluge du Saguenay ou lors de la crise du verglas?, a illustré M. Bouchard. Poser la question, c’est y répondre. Pourquoi le gouvernement libéral tolère-t-il un état de fait alors qu’il s’en désolait il y a trois ans à Mashteuiatsh ? », a questionné le député de Vachon.

Le porte-parole du Parti Québécois a rappelé les déclarations du ministre Pierre Corbeil en mai dernier :

« Kitcisakik, c’est la communauté autochtone au Québec qui est la plus démunie. On est plus en mode camping à l’année que village. J’en ai fait une de mes priorités. […] … c’est une priorité absolue ».
– Pierre Corbeil, Assemblée nationale, 4 mai 2009

Lors de la dernière campagne électorale, le ministre, alors candidat, s’engageait à connecter la communauté au réseau d’Hydro-Québec, en attendant un nouvel emplacement pour ce village que le fédéral tarde indûment à proposer à la communauté. « La campagne électorale a eu lieu l’an dernier et depuis, rien, zéro, aucun poteau de planté. C’est à se demander ce qui motive ou ne motive pas le ministre », a poursuivi Camil Bouchard.

« Je défie, et le premier ministre Charest, et le ministre Corbeil, de se présenter devant la population de Kitcisakik et de prétendre que le Québec est le paradis des familles, comme ils se plaisent à le répéter. Le gouvernement fédéral se traîne les pieds dans ce dossier depuis des années et le ministre Corbeil préfère le défendre. Pendant ce temps, des familles vivent dans des conditions inhumaines. Ce sont des citoyens qui méritent un traitement décent, comme tout le monde », a conclu Camil Bouchard.

http://www.ameriquebec.net/actualites/2009/10/16-kitcisakik-400-citoyens-vivent-dans-des-conditions-de-vie-digne-du-tiers-monde.qc