Une lourde perte pour Kitcisak

Philippe Doherty

Général - Publié le 5 février 2010

Cécile Morissette travaillait auprès des jeunes de Kitcisakik. (photo: courtoisie)

Avec le décès de Cécile Morissette, 61 ans de Val-d'Or, survenu le 27 janvier dernier, entre Sullivan et Vassan dans un accident de la route, la communauté de Kitcisakik a perdu une alliée de longue date. Mme Morissette faisait partie des foyers scolaires qui accueillent depuis des années les jeunes algonquins de Kitcisakik qui viennent étudier à Val-d'Or.

«Il est important de reconnaître son implication. La fonction de foyer d'accueil demande une grande implication. Elle a joué un grand rôle dans l'éduction des enfants qui ont été hébergés chez-elle», exprime Raymond Lauzon, directeur de l'Éducation pour la communauté de Kitcisakik.

Selon ce que révèle M. Lauzon, Mme Morissette agissait à titre de foyer scolaire depuis plus de 15 ans. «Une étroite complicité et un lien de confiance très fort s'était établi entre elle et la communauté. Après tout, elle hébergeait dix mois par année des jeunes de Kitcisakik. Elle a donc vu passer chez-elle presque deux générations de jeunes autochtones. Sa perte est un dur coup», insiste-t-il.

Actuellement, Val-d'Or compte une quinzaine de foyers scolaires. Avant l'implantation de l'école primaire à Kitcisakik, ce nombre a déjà dépassé la trentaine. «Elle faisait partie de la première vague de foyers scolaires à avoir vu le jour à Val-d'Or au début des années 1990. De plus, Mme Morissette avait la possibilité de devenir famille d'accueil en cas de besoin, ce qui était un gros plus», précise M. Lauzon.

http://lechoabitibien.canoe.ca/webapp/sitepages/content.asp?contentid=128314&id=296&classif=Derni%C3%A8re%20heure