Dossier Autochtones communautés désemparées

Dossier  Autochtones communautés désemparées

 

 

Un an après l'évacuation de la communauté autochtone de Kashechewan, en Ontario, le représentant spécial du gouvernement fédéral, Alan Pope, recommandait, en novembre dernier, le déménagement de la réserve près de Timmins. À cause de la contamination de l'eau par la bactérie E. coli, plus d'un millier de personnes avaient souffert, en octobre 2005, de diverses infections de la peau et de maladies, exacerbées par les fortes doses de chlore qu'on a dû déverser dans l'eau potable pour la désinfecter.

Les habitants de la réserve devaient déjà faire bouillir leur eau depuis plus de deux ans. Selon les leaders autochtones, la station d'épuration connaissait des problèmes chroniques depuis son installation, dix ans auparavant, car elle a été aménagée en aval d'un bassin de stabilisation des eaux usées. Par ailleurs, les crues printanières ont forcé l'évacuation de la réserve en 2005 et en 2006.

Ancien ministre du Cabinet de l'Ontario détenant une vaste expérience auprès des Premières nations du Nord de la province, Alan Pope avait reçu le mandat, le 6 juin 2006, de présenter au ministre des Affaires indiennes et du Nord un plan pour améliorer, de façon durable et à long terme, la vie des résidents de Kashechewan. Il a estimé que la proximité d'un centre régional d'importance offrait le meilleur avenir possible aux autochtones: infrastructures existantes, possibilités d'emplois et d'éducation pour les jeunes.

Le déménagement de réserves autochtones est-il une solution aux problèmes récurrents qui les affligent?

Dans une série de reportages, les journalistes Mathieu Rompré, Sébastien Perron et Gino Harel dressent les portraits de trois communautés autochtones et jettent un éclairage nuancé sur cette difficile question.

Lire la suite du dossier sur :

http://www.radio-canada.ca/actualite/desautels/2007/01/19/001-autochtones_accueil.asp