Ernest Dominique : Aness artiste peintre

Ernest Dominique : Aness artiste peintre

 

 

 

 

Un autre peintre qui a exposé au carroussel du Louvre en même temps que Menutan

Ernest Dominique, il est né de parent montagnais à Schefferville en 19645, au sein de la communauté de Matimekos. Comme tous les jeunes Montagnais  de sa communauté, il a fait des études secondaires à Schefferville. Ses œuvres provoquent une réflexion chez les amateurs. L’environnement, les modes de vie traditionnels, l’adaptation à la modernité et les problèmes sociaux inhérents à sa culture sont omniprésents. Ses tableaux se caractérisent par une force d’expression remarquable, surtout sur ces visages, tirés de son imagination mais empruntés au milieu innu qui l’a vu grandir, toujours beaux mais souvent marqués de cicatrices. Ils racontent l’angoisse et la violence qui affectent les communautés alors que d’autres reflètent l’espoir et le profond humanisme qui animent leur auteur.
 
 Ernest Dominique est membre de l’Institut des arts figuratifs du Québec (I.A.F.), du Regroupement des artistes en arts visuels du Québec (RAAV) et de La Mastria.  Il a participé à de nombreuses expositions solos et de groupes au Québec, au Canada, aux Etats-Unis et en France. Ses œuvres font partie de collections privées et publiques.

 

À quinze ans, il quitte le foyer et, pendant huit ans, habite successivement à Jonquière, Chicoutimi, Québec et Sept-Iles, des villes où il poursuit ses études et prend des cours d'arts plastiques. Sous l'influence de l'artiste sept îlienne Johanne Roussy, il apprend à dominer la technique et à mettre les formes et les couleurs au service de sa propre expression. C'est une période " d'œuvres noires ", propice à exorciser les peurs qui l'habitent depuis l'enfance.

En 1993, il entreprend une véritable métamorphose qui l'amène à adopter la peinture à l'acrylique. Sa série de tableaux « Animaux fétiches »- le loup est son préféré -, qui renvoie aux préoccupations environnementales de l'artiste, ses fresques illustrant des scènes de vie traditionnelle, ainsi que ses visages de jeunes, de femmes et de guerriers amérindiens ont fait sensation auprès du public et établi sa réputation. Ses créations, exécutées avec une précision quasi photographique et un souci du moindre détail, révèlent chez lui des qualités picturales tout à fait uniques.

Ernest Dominique compte déjà une production impressionnante et variée. Il a participé à des expositions prestigieuses au Canada, aux États-Unis et en France. Ses toiles, signées du pseudonyme Aness, à la mémoire de sa grand-mère, expriment une vision forte de la vie des Autochtones et de leur culture ancestrale. Son œuvre constitue un témoignage nécessaire en ce XXI siècle.

SmartMedia is developed by The SmartFactory (http://www.smartfactory.ca), a division of InBox Solutions (http://www.inboxsolutions.net)

À l'école du réalisme

Étoile montante parmi les artistes de la communauté autochtone, Ernest Dominique, qui signe ses tableaux sous le pseudonyme Aness, se passionne pour la peinture depuis sa plus tendre enfance. À la fois portraitiste et peintre animalier de grand talent, Aness nous offre une production vraiment impressionnante pour un artiste dans la jeune trentaine.

À ce jour, il a participé à un grand nombre d'expositions collectives prestigieuses, notamment aux États-Unis et en France. Il s'est aussi fait remarquer par la réalisation d'œuvres monumentales dans la réserve de Matimekosh, par la création de lithographies et l'illustration de couvertures d'œuvres littéraires.

Comme portraitiste, Aness se distingue par le profond réalisme de son coup de pinceau. Bien au-delà de la beauté plastique de ses visages d’enfants, de jeunes femmes, de vieillards ou de guerriers autochtones, c'est toute la douleur d'un peuple tragiquement marqué par l'histoire qu'il exprime.
Cliquer ici pour la suite de ce texte

Cliquer ici pour des photos de son œuvre

 


Ernest Dominique: clip vidéo

 

Après ses études secondaires à Schefferville, Ernest Dominique (Aness) a senti le besoin d'exprimer ses valeurs et de mieux connaître la culture de sa nation. Autodidacte, son parcours est celui de plusieurs artistes autochtones qui se cherchent longtemps avant de trouver leur voie. C'est un peu ce qu'il a raconté à Évelyne Saint-Onge lors d'une entrevue réalisée en 2001.

http://www.innuaitun.com/modules/smartmedia/folder.php?categoryid=2&folderid=15


 

Une caméra qui effleure doucement le monde, un feu qui crépite, le temps suspendu: Pipiteu, les cendres blanches.
''À travers les réflexions sur l'histoire de son peuple, le peintre de renom Ernest Aness Dominique nous dévoile sa démarche artistique: au-delà de l'art, il y a l'histoire, au-delà de l'histoire, il y a l'espoir.'' À savourer.

http://www.youtube.com/watch?v=LNr65wrUZbM&list=PL78EA7D1D26CA5C7B&feature=player_detailpage


 

Date de dernière mise à jour : 29/11/2012