Francis Pegahmagabow (1888 - 1952)

Francis Pegahmagabow (1888 - 1952)


Un soldat exceptionnel
Francis Pegahmagabow est né en 1888 à Parry Island, en Ontario. Orphelin à 3 ans, il est élevé dans la tradition ojibwée dans la réserve de sa mère. Peu instruit, il grandit dans la pauvreté des réserves indiennes.

Un tireur d'élite
En 1914, il saisit l'occasion de se faire un avenir: il s'engage à titre de volontaire dans les Forces armées canadiennes. En février 1915, il est au front. On le surnomme « Peggy ». Fort de l'héritage guerrier de ses ancêtres, brave, patient et remarquable éclaireur, il participe à des combats acharnés.

La bataille de Passchendaele
Francis Pegahmagabow est blessé à la jambe, mais dès qu'il est remis de sa blessure, on le renvoie au front en Belgique où il fait preuve d'audace, s'illustre lors de très durs combats et mérite une première médaille de bravoure. Il est un des rares Canadiens à s'enrôler, en 1914, et à combattre jusqu'à la fin de la guerre. Il est décoré de deux autres médailles.

Un militant des droits des autochtones
De retour au Canada en 1919, invalide, le caporal s'engage dans la milice au sein du régiment Algonquin. Il devient chef de bande de Parry Sound et, plus tard, membre du conseil. Francis Pegahmagabow participe au mouvement pour l'autodétermination institué par la Confédération des Six-Nations et prend part à la fondation de la Ligue des Indiens, en 1920.

Tenace et courageux
Francis Pegahmagabow s'est marié et a eu six enfants. Il a vécu de l'agriculture, a travaillé comme guide et a même été gardien d'une usine de munitions pendant la Deuxième Guerre mondiale. La pauvreté des Indiens et les injustices à leur égard l'affligent. Il reprend du service comme militant en 1943 au cours du congrès de la Confrérie des Indiens du Canada. Sa détermination a fait avancer lentement, mais sûrement la cause des droits des Indiens jusqu'après son décès.

Francis Pegahmagabow est mort le 5 août 1952. Il a été honoré en 2003 lors du dévoilement d'une plaque commémorative à Parry Sound, en Ontario.

« Le gouvernement semble certain qu'un Indien ne vaut pas un sou, pas un mot, pas même une personne, mais constitue un assez bon matériel de guerre [...] je me sens triste pour mon peuple et mes compagnons d'armes. »

- Francis Pegahmagabow

Invité en deuxième heure :

Thibault Martin, professeur de sociologie à l'Université du Québec en Outaouais et spécialiste des militaires autochtones.

Références : bibliographie et hyperliens

Pegahmagabow: Legendary Warrior, Forgotten Hero, par Adrian Hayes, Editions Fox Meadow Books, Ontario, 2003.

Chemin des âmes, par Joseph Boyden, coll. Terres d'Amérique, Éditions Albin Michel, 2006.

• « Politique sur commande: Les effets des commissions d'enquête sur la philosophie publique et la politique indienne au Canada, 1828-1996 », par Michel Lavoie, revue Recherches amérindiennes au Québec, Vol. XXXVII. No 1, 2007.

 

vous pouvez consulter la vidéo sur le site ainsi qu'un très bon dossier sur les "De remarquables Oubliés" de Radio Canada