Norval Morisseau (peintre Amérindien)

Norval Morrisseau est le premier artiste des Premières Nations à avoir droit à une exposition individuelle au Musée des beaux-arts du Canada (MBAC).(voir actualité)

Mais qui est Norval Morisseau ?

C’est Jacques Rousseau, botaniste, ethnologue, géographe passionné, nordiste qui a découvert les talents d'artiste de Norval Morisseau, un amérindien obijwé. Morisseau est né à "Sand Point Réserve" proche  de Beardmore en Ontario le 14 mars, 1932. Il est l’aîné de 7 garçons. Il a été élevé par ses grands-parents. Il a fini seulement la 4e année à l'école. Il s'est marié et a eu 6 enfants.  En 1962 Norval a  donné sa peinture à une galerie de Toronto. Norval Morisseau est un des artistes le plus renommé au Canada. Sa renommé est arrivée dans les années 60 en tant que protégé de Jack Pollock, propriétaire de la Toronto artist-gallery  et il reçu la prestigieuse médaille  de l’Ordre du Canada.  Il a été élu à l’académie Royale des arts du Canada et expose partout aussi bien au Canada qu’en France. Sa peinture est profondément inspirée de la peinture des hommes médecine et cela bien avant qu’il soit devenu populaire.
Sa  mauvaise santé du à la tuberculose pendant son enfance et son alcoolisme on fait les grands titres dans les années 90.
 Selon la galerie N.S. « Réclamer l'Histoire est En premier une apparence de l'art de contemporain des artistes des Premières Nations et  la façon dont  ils empruntent à  leur propre histoire pour créer des oeuvres d'art qui  vont  des thèmes de la politique au mystique »

 

Etude d’une de ses peintures

 

 

 

Sans titre (chaman) constitue l'une des premières explorations de Morrisseau sur le thème du chamanisme. La figure, qui tient une baguette sacrée, porte divers objets associés à Midewiwin : une couverture, un collier de perles, des brassards, un sac de guérisseur et un capuchon en voie de métamorphose. Morrisseau peint souvent des coiffes qui se transforment en animal et figurent peut-être des symboles de clans ou des totems. Lui-même chaman, Morisseau a choisi de transmettre les enseignements anishnabes sous une forme visuelle afin de les rendre plus accessibles.
Sans titre (chaman) atteste un emploi ancien de couleurs plus saturées. La représentation « radiographique » demeure limitée, et l'on note l'absence de ces lignes de « puissance » qui apparaîtront plus tard avec tant de force. Cette peinture s'inscrit dans la lente évolution de l'utilisation des couleurs de Morrisseau, dont les premières œuvres sur écorce de bouleau ou contreplaqué, presque monochromes, présentent un fond vierge. Ainsi, le grain du bois ou du bouleau, non peint, se trouve-t-il intégré à l'esthétique générale. Œuvre de transition, Sans titre (chaman) se situe entre les teintes terreuses des premières peintures et les champs de couleurs intenses particulièrement éclatants, évoquant le néon des tableaux plus récents. Plus Morrisseau attache d'importance à la couleur, plus la totalité de la surface de l'œuvre devient un moyen d'expression, les sujets ainsi que les fonds offrant les teintes les plus vibrantes. Ces couleurs vives harmonieusement combinées renvoient directement à ses convictions spirituelles, au point qu'elles en deviennent investies de vertus curatives.
http://cybermuse.gallery.ca/cybermuse/enthusiast/acquisitions/2000-2001/morrisseau_text_f.jsp

Norval Morrisseau, the Picasso of First Nations artist

Ces tableaux
http://www.eastudiosjasper.com/by_artist/morrisseau/by_morrisseau.html

 

http://www.mattingandframing.net/na/NorvalMorisseauBirdFamily.1star_jpg.html