Qui était Blue Jacket (veste bleue)?

On ne connait pas grand chose de la Vie de Blue Jacket. En 1877, une histoire a été écrite comme quoi Blue Jacket était en fait un homme blanc, Son nom indien était Weyapiersenwah appelé Marmaduke Van Swearingen, qui avait été capturé et élevé par les Shawnee pendant la guerre révolutionnaire américaine. Un livre a été écrit par Allan Eckert et toujours connu dans l'Ohio, comme étant un drame qui  rend hommage à la vie du chef indien blanc, exécuté à Xenia, Ohio.

En dépit de la persistance de cette histoire, l'authenticité a été remise en question. Les historiens universitaires tel que le biographe John Sugden et le défunt  Francis Jennings qui ont examiné les livres de Eckert ont déclaré  que c'était pure fiction. En 2000, un test ADN sur les descendants de Blue Jacket et de Van Swearingen a confirmé que Blue Jacket n'était pas Van Swearingen. Selon Sugden rien n'indique qu'il n'était pas un Indien Shawnee de naissance.

 

Blue Jacket a participé à la guerre de Dunmore et à la guerre révolutionnaire américaine (alliée avec les Anglais), en  essayant toujours de maintenir les droits des  terres  shawnee. Avec la défaite britannique, les shawnee ont  perdu une aide précieuse en défendant le pays de l'Ohio. La lutte a continué pendant que le règlement blanc en Ohio s’amplifiait, et Blue Jacket  fut un chef de la résistance.

Le 3novembre 1791, une armée indienne menée par Blue Jacket et le  chef  Little Turtle Michikinikwa)  de Miami ont attaqué   une expédition américaine menée par Arthur St. Clair, gouverneur  du territoire du nord-ouest, le long du fleuve  Maumee et les ont battus. La bataille, connue sous le nom de défaite de St. Clair, était l'accomplissement couronnant  la carrière militaire de  Blue Jacket, et la défaite la plus grave jamais infligée aux les Etats-Unis par les  Native Américains, Une attaque de surprise  qui a tué presque 600 Américains et  en a blessé plus de 300..  On dit que la victoire de la bataille est du en majeure partie à Little Turtle. John Sugden argumente  du fait  de la notoriété et des faits de Little Tortue  dans les années postérieures
Le triomphe de Blue Jacket fut  de courte durée. Les Américains  alarmés par  la défaite de St Clair, et ont élevé une nouvelle armée, commandée par le Général Anthony Wayne, il a passé deux ans a former ses troupes avant de les envoyer combattre contre les indiens. Little Turtle
A senti que ses forces ne pourraient pas défaire l’armée américaine. Il a conseillé aux Indiens de faire la paix. Alors que les autres chefs étaient en désaccord,  Blue Jacket   a été choisie pour mener les Indiens dans la bataille.
 Le 20 Août  1794, la confédération de Blue Jacket  s'est opposée avec Wayne à la bataille de Fallen Timbers, juste au  sud  de Toledo (actuel), Ohio. L'armée de Blue Jacket a été battue, et il a été obligé de signer le Traité de Greenville  le 3 août 1795, cédant beaucoup de l'Ohio actuel aux Etats-Unis. En 1805, Blue Jacket a également signé le Traité de Fort Industry, abandonnant encore plus de l'Ohio. A la fin de sa vie Blue Jacket  a vu  les Tecumseh,  reprendre la bannière  pour se réapproprier  les terres des shawnee dans  l'Ohio.

Blue Jacket a des descendants  shawnee aujourd'hui.

 

Des avis partagés pensent que le fait qu’il était dit qu’il était Blanc  est du à la jalousie des hommes blancs suite au succès de la bataille jugeant qu’il ne pouvait avoir réussi  que  parce qu'ils (les indiens) étaient menés par un homme blanc.

 

livre
Blue Jacket: War Chief of the Shawnees (Illustrated)
By Allan W. Eckert

il n'existe qu'en anglais et on peut se le procurer sur Amazone

 

REV. CHARLES BLUEJACKET ARTICLE

 

 

 

 

Bluejacket, le grand chef de guerre Shawnee et son petit-fils, le curé Charles Bluejacket,  dont la mémoire est amplement perpétués dans la ville de Shawnee, où le dernier   Bluejacket fut  chef dans les années 1860.
A Shawnee, une école primaire, une rue, une tour des personnes âgées  et, maintenant, à une sculpture publique   a laquelle  a été  donné le nom de  "Bluejacket". Des historiens locaux ont raconté à des générations d'écoliers  l’histoire  étonnante : comment Bluejacket  était un Blanc, capturé par les Shawnee lorsqu’il était un adolescent portant une veste bleue pendant la Guerre Révolutionnaire et surnommé - Marmaduke Van Swearingen.
Mais c'est probablement  de la fiction, dit Charles Goslin, l'artiste historique Shawnee qui a sculpté la nouvelle  statut , image du curé Bluejacket faisant la lecture  à deux enfants qui se trouve maintenant  au coin de  Johnson Drive et Cody à Shawnee..
Goslin était longtemps resté  en dehors des discussions  sur les origines  du curé Bluejacket, croyant que, indépendamment  si son grand-père était blanc ou rouge, il était un grand homme qui  méritait d'être immortalisé dans le bronze.
Mais l'artiste a commencé à être convaincu par les incrédules de l’histoire  Bluejacket-aka-Marmaduke après la lecture d'un livre intitulé "Blue Jacket : Guerrier  Shawnees" par John Sugden, récemment.
"La chose dans le livre de Sugden qui m'a vraiment convaincu que le Chef Bluejacket était un Indien – n’ai pas le fait  qu'il avait une mère française - mais qu'il devait avoir un interprète à toutes les signatures de traité,"  dit Goslin. "Maintenant, s'il avait été un garçon de 17 ans quand il a été capturé par le Shawnees, je doute qu'il ait eu besoin d'un interprète."
Robert Van Trees, un auteur historique de l'Ohio, a d'abord commencé à mettre en doute l'histoire du chef indien Shawnee blanc en 1986, en faisant des recherches  sur son arbre généalogique propre. Pendant sa recherche, Van Trees a commencé à remarquer des contradictions dans l’histoire, qui avait été incluse dans Allan W. Les romans historiques largement lus d'Eckert "le Frontiersman" (1967) et "Blue Jacket, Chef de Guerre du Shawnees" (1969).
L'histoire a aussi été empruntée pour W.L. Le spectacle extérieur de Mundell, "Blue Jacket," qui est présenté  chaque année à Xenia, l'Ohio. (Voir le site http://bluejacketdrama.com/firstfrontier/artists/ ) Et comme les livres d'Eckert, on raconte  que le Chef Blue Jacket tue son frère , Charles Van Swearingen, disparu de puis longtemps pendant  la rencontre désastreuse de St Clair  avec les Indiens le 4 novembre 1791, dans  l'Ohio.
Traquer le mythe
Mais selon Van Trees, ses recherches de rapports  militaires aux Archives nationales ont révélé qu'un Capitaine Van (son prénom) Swearingen, pas Charles, avait été tué dans l'action à st.Clair lors de  La défaite.
En outre, Van Trees a dit, la « Bible » de John Swearingen indique que Marmaduke Van Swearingen est né le 2 janvier 1763, il aurait eu  seulement 10 ans pendant la visite  du missionnaire David Jone dans  la Ville de Blue Jacket le 11 janvier 1773, dans l’Ohio.
Il est difficile  de croire qu'un garçon blanc enlevé aurait pu devenir un chef indien dans sa propre  ville à l'âge de 10 ans, dit  Van Trees. Et il est également dur à avaler le fait que Daniel Boone, qui a capturé Bluejacket pendant un raid de vol de chevaux au Kentucky en 1788, n'aurait pas  dit  que c’était un homme blanc, en effet l'historien Donna Spencer l’a contesté.
Finalement, Van Trees  dit, qu’il il a appris que le mythe de Bluejacket étant un Blanc a été crée avec Thomas Jefferson Larsh, le petit-fils de la soeur de Marmaduke Swearingen, Sarah.
  Cela viendrai de ce garçon, Larsh  qui avait entendu des histoires sur la capture de Marmaduke par les Indiens et qui  plus tard, intrigué par le mode de vie indien, et qui  a aidé  beaucoup d'Indiens, y compris le curé Charles Bluejacket.
Larsh a même donné  deux noms Indien à ses  filles et  nommé son fils Bluejacket, Van Trees a-t-il dit. Et au court de ses conversations avec le curé Bluejacket,  a-il ajouté, Larsh a apparemment conclu qu'il  aurait pu être un de ses parents.
Après tout, le grand-oncle de Larsh  Marmaduke avait été capturé par des Indiens Shawnee et le curé Bluejacket était  blanc, comme il était le petit-fils de la deuxième femme du chef Bluejacket, une femme française nommée Clearwater Baby ( prononcez Baubee).
Malheureusement, Van Trees  dit, que Larsh a non seulement adopté cette conclusion, mais qu’il l’a écrit  dans une lettre a un  rédacteur et envoyé à deux journaux de l'Ohio en 1877 et les informations qu' elles contenaient  ont été mis dans des documents de la Société Historique  et on fait leur chemin  dans l'État de Kansas ,   en  1915 par   Ed Blair's   Rédacteur  d'Histoire du Comté Johnson
Cependant, l'historien indien Carlyle Hinshaw a mentionné la controverse écrite par Van Trees,  a cherché à bloquer la nouvelle édition des livres d'Eckert, comme "une publication universitaire plutôt idiote."
Goslin a tendance à être d'accord, étant  sous l'influence de sa longue association avec des Indiens américains.
"Ce que j'ai trouvé de mes amis indiens modernes est qu'ils sont non raciste," a expliqué Goslin. "Ils n'ont pas de problème avec les Noirs ou les Blancs. Ils sont plus intéressés par ce que l'homme est."
Un grand homme
Blanc ou rouge, Goslin a ajouté, le curé Charles Bluejacket était un grand homme.
Né au Michigan en 1816, Charles Bluejacket est venu dans ce secteur en 1832, à l'âge de 16 ans. Avant les années 1860, il avait servi d’interprète et de chef pour la tribu,  ministre des Indien à la Méthodiste Shawnee Mission et  capitaine de l’Union Civil War.
 Goslin dit. " Il était un pont entre les cultures. Apparemment, le peuple blanc l'a  aimé autant que les Indiens. Un de ses derniers actes avant de mourir  fut  de revenir ici de l'Oklahoma dans les années 1890, quand il était un très vieil homme et localiser la tombe du Prophète pour la société historique locale à Kansas City, Kan."
Le Prophète, ou Tenskatawa et son frère, Tecumseh, étaient des chefs Shawnee célèbres qui ont mené une tentative vaine  pendant la première partie du 19ème siècle pour construire une confédération indienne pour arrêter l'envahissement américain dans la Vallée de l'Ohio.
Ceci ayant  échoué, le gouvernement a exhorté les Shawnee dans la signature d'un traité  en 1825 qui leurs a enlevés  1.6 millions d'acres à l'ouest du Missouri. Et en 1854, Charles Bluejacket a servi d’interprète pour une autre signature d'un traité, qui a réduit les pays indiens ici à 200,000 acres.
 Vous vous Demandez pourquoi les Shawnee  ont accepté une telle mauvaise affaire, Goslin  dit qu'ils n'avaient aucun choix face au  rouleau compresseur blanc qui se dirigeait vers eux.
"Avant l'Ohio, les Indiens avaient (outwhited) les Blancs,"  dit-il. "Les Shawnee qui étaient  venus, n'étaient pas des sauvages portant des plumes. Ils ont porté des vêtements occidentaux. Ils étaient de bons fermiers. Ils avaient  des vergers et des granges et des moulins dans l'Ohio et leurs voisins blancs ont dit, ' Hé, ces Indiens ne méritent pas tout ce cela. Nous le méritons. '"
Ainsi, avec Andrew Jackson poursuivant une politique de déplacement  des indiens et le missionnaire  Baptiste Isaac McCoy prêchant le Kansas comme sans alcool Canaan pour les Indiens, les Shawnee et d'autres tribus ont été contraints d’aller vers l'ouest. Et en 1854,  le territoire du Kansas a été ouvert aux colons blancs, il était clair que le temps  des déplacements  s'approchait de nouveau.
Le curé Bluejacket a continué à se battre pour son peuple. Par exemple, il a voyagé à Washington,  dans le district fédéral de Columbia, faire pression en faveur des réformes pour empêcher des Indiens, comme ceux qui ont vendu la plupart des terres aux  Mission  pour un gallon de whisky, d'être escroqués de leur terre. Mais en 1870,  presque tout les Shawnee avaient quitté ce secteur, Charles Bluejacket s'est déplacé en Oklahoma, dans une ville qui  a été nommée en son honneur.
Avant qu'il ne soit parti, Goslin  dit, Bluejacket avait élevé une famille de 23 enfants, peut-être la moitié d'entre eux adopté. Et la chose qui a impressionné le plus  Goslin  c’est de la façon dont il a traité ses enfants
Un bon père
"S'il y avait  un type qui pouvait justifier de dire, ' Hé, je n'ai pas le temps; vous vous occupez des gosses, ' c’était lui," dit Goslin. "Mais selon les historiens, il a pris du temps chaque soir pour lire, conseiller et écouter les enfants. Il construisait une base pour l'avenir et c'est un défi pour nous aujourd'hui."
Goslin, un ancien artiste  qui est bien connu pour ses peintures murales historiques à Shawnee, Merriam et les hôtels de ville de   Mission, a peint Charles Bluejacket plusieurs fois. Et il l’a  à l’occasion sculptée, quoiqu'il n'ait pas sculpté beaucoup depuis l'achèvement de ses études à l'Institut d'Art de Kansas-City en 1953.
L'idée de placer une statue du curé Bluejacket dans le parc de la ville à la jonction  de Johnson et Cody a été envisagée  il y a environ 16 ans. À ce moment-là, le Conseil municipal Shawnee a passé un accord en faveur du projet et  a demandé à Goslin de fournir un croquis. Mais le projet n'a pas été financé à ce moment-là.
Alors, il y a deux ou trois ans, le Parc de  Shawnee  et le Directeur des loisirs  Neil Holman a pris le croquis du mur de la mairie,  a garanti le financement  avec l'aide du Conseil des Arts Shawnee et a appelé Goslin  qui était à la retraite.
La sculpture finale, intitulée "Bluejacket Prenant du temps," a pris forme dans une grange de Shawnee  appartenant au fils de Goslin, Steve Goslin, qui a mit des fenêtres dans la grange et  une protection concrète pour le projet, a ensuite construit la structure sous-jacente utilisant du contre-plaqué, des tiges d'acier et  de la mousse d'isolation.
Goslin a alors sculpté les personnages  "presque deux fois la taille réelle " dans l'argile et le Bronze  l’a moulé  et une fois fini   elle a été livré à son site dans le  parc il y a environ trois semaines.
La base de bronze de la sculpture est ornée de symboles - incluant une tortue, un serpent et des traces animales diverses - qui représente les clans différents  Shawnee. Et l'encerclement de la sculpture est un anneau de pierre naturelle qui inclura une fontaine toujours en construction. On espère que   la fontaine et  l'aménagement paysager environnant sera achevé à temps pour une cérémonie de dédicace, probablement en octobre.
"Je pense que c'est grand,"  l'artiste Bill Philyaw, qui vit à deux ou trois blocs de la sculpture, a dit en visitant le parc la semaine dernière. "Le seul problème est qu’il y a tant de personnes qui ne connaissent pas l'histoire derrière cela."

Goslin,  dit qu’une  borne explicative   peut être installé près de la sculpture, Il c’est intéressé a l'histoire locale après son  installation  à Shawnee avec sa femme, artiste comme lui,  Liz Goslin, en 1955.
Quelques années plus tard, Goslin a appris que la vieille maison en pierre  à Shawnee près  de   Mission parc, Parkway et Nieman, où  l’aiguilleur Dick Williams avait l'habitude de diriger  des voyageurs vers  Santa Fe ,   devait être démolie pour faire la place à un parking pour une épicerie.
Goslin a obtenu des propriétaires du magasin, Albert et Dick Van Lerberg, d’obtenir  les matériaux de la démolition et des volontaires ont numéroté les pierres de la vieille maison, les ont démontés et  stockés dans le Parc Mission  de  Shawnee. Quoique la maison du wagonmaster n'ait jamais été reconstituée, Goslin a dit, qu’il s’était intéressé à  l'histoire locale lorsqu’il essaya de sauver ce point de repère historique 
Par la suite, Goslin a dépeint l'histoire du pays sur des douzaines de toiles, y compris des peintures murales au the National Frontier Trails Center à Indépendance, Mo. Et le Bateau à vapeur  au Musée de l'Arabie à Kansas-City, Mo.
"Et récemment le Service de Parcs national m'a utilisé  pour Santa Fe et  Oregon Trail  des sites interprétatifs,"  dit Goslin.
Goslin a aussi peint beaucoup de reconstitutions d'histoire indienne américaine - une passion qu'il a acquise d'un grand-père à Columbia, Mo.,
"Nous avions  l'habitude d'être assis sous le porche à la maison de mon Grand-père Ollie Goslin," s'est rappelé Goslin, "et pendant les  nuits chaudes d'été il nous racontait  des histoires très simples de notre famille - comment son grand-père a été capturé par des Indiens a  Santa Fe Trail."
Après la vie avec les Comanche pendant deux ou trois ans, Goslin  dit,  que son arrière-grand-père est retourné à la ferme de sa famille dans le Comté Boone, Mo., ramenant avec lui un ami indien, qui n’était  pas  un membre de la tribu de Comanche  mais qui  avait vécu avec eux.
Fin de l'histoire
Mais vous n'avez pas encore entendu "la fin de l'histoire,"  dit Goslin.
Il y a environ 20 ans, il a lu une histoire  sur un journal  d'un fabricant de flûte indienne nommé Lester Goslin, qui a vécu sur la réserve Kickapoo dans le Kansas.
En roulant vers  la réserve pour rencontrer le fabricant de flûte, Goslin a demandé à l'Indien comment il s'était  procuré son nom de famille.
Le fabricant de flûte lui a dit qu'il avait eu un ancêtre qui avait été ami avec un Blanc gentil,  il avait vécu avec l'homme un peu de temps et avaient ensuite pris son nom de famille comme un nom d'honneur  lorsqu’ils s’étaient séparés.
Quand j'ai entendu cela, j’ai eu des frissons dans le dos " dit Goslin.

This page last revised July 21, 2005.

.traduit de l’anglais