LES POCUMTUC

LES POCUMTUC
________________________________________

 Lieu de Vie

 

La Vallée de la Rivière  Connecticut au Massachusetts occidental  juste au sud de la frontière avec le Connecticut vers le nord , le Vermont au sud et le New Hampshire au sud-ouest.

Population

Peut-être bien 5000 en 1600, la population Pocumtuc a baissé rapidement  à cause des épidémies et des guerres avec les Iroquois et les anglais. Pour la plupart, les Pocumtuc ont été tué pendant la guerre du Roi Philip  (1675-76). Un groupe mélangé de 600 Pocumtuc et de réfugiés Nipmuc a été transféré au village Mahican à Schaghticook sur la Rivière Hudson (New York). D'autres sont allés au  nord chez les  Abenaki occidentaux (Sokoki) à Missisquoi ou à Odanak (st. François du Lac) au Québec. Avant 1758 les derniers groupes de Pocumtuc et Nipmuc à Schaghticook avaient quitté et rejoint leurs parents vivant avec les Sokoki. On peut assurer  sans risque  que les populations actuelles du Vermont Abenaki aux Etats-Unis, de st. François et Bcancour Abenaki au Canada ont des  descendants  Pocumtuc.

Langue

Algonquin. Dialecte  Mahican et Mattabesic.

 

Sous tribus

Pocumtuc Confédération :
Agawam (Agawome, Nayusset), Mayawaug, Nameroke, Nonotuck (Nonotuc), Norwottuck (Nalvotogy, Norwootuc), Pachasock, Pocumtuc (Pocomtook, Pocomtuc, Pocumtook, Pocutuc, Pokamtakuke), Scitico (Skittico, Squitkko), Squawkeag (Squaeg, Squakheag) (aussi considéré Nipmuc ou Abenaki occidentaux) et Woronoco (Waranoke, Woroanoke, Woronock, Woronoake)
Le Connecticut Mattabesic associé au Pocumtuc : Newashe (Nawaas), Peskantuk (Peskeomskut), Poquonock et Sicaog (Saukiog, Sukiang).
D'autres noms associés aux Pocumtuc :
Nawaas, Pangusset, Peskeomskut, Popuonock et Saukiog.

 

Culture

Comme d'autres  Algonquins de Nouvelle Angleterre, les Pocumtuc étaient des agriculteurs qui ont vécu dans  les secteurs agricoles les plus fertiles de la Nouvelle Angleterre. Leurs terres ont aussi abondés en gibier et pendant le printemps ils étaient capables de profiter des grandes migrations de poissons dans   le Connecticut et ses affluents. En plus  entre le nord et le sud le transport fourni par la Rivière  Connecticut (Quinnitukqut "la longue rivière"), les Pocumtuc ont créé   plusieurs itinéraires commerciaux Est-ouest importants, y compris la  Mohawk Trail(la voie  Mohawk), qui a relié les Indiens d'Amérique de l'intérieur avec ceux de la côte Atlantique. Dû aux guerres fréquentes  avec leur voisin Mohawk , la plupart de leurs plus grands villages ont été  fortifiés  pour leur protection ; les tribus Pocumtuc ont été politiquement organisées en une confédération libre. Bien que les Montagnes Berkshise  à l’ouest des villages Pocumtuc servirent pour la chasse, en 1630, elles furent inhabitées en raison de  guerres constantes.


 

Histoire

La compétition entre les Mohawk et les  Mahican pour le contrôle du secteur montagneux entre l’ Hudson et les Rivières du Connecticut ont existé pendant de nombreuses années avant l'arrivée des Européens. Lié avec les Mahican par une langue commune et  dialecte, les Pocumtuc ont été impliqué dans ce conflit comme  alliés des Mahican. Un incident  dans cette guerre est arrivé en  1606, quand une grande partie des guerriers  Mohawk ont attaqué le fort Pocumtuc près de Deerfield,  Massachusetts. L'arrivée de commerçants de fourrure hollandais sur la Rivière Hudson en1610 a  aggravé la situation. Avec les deux parties désirant négocier, les hollandais ont arrangé une trêve entre les Mahican et les Mohawk, mais la guerre a repris quelques années plus tard  et   le commerce a été de nouveau impossible. Il a fallu 7 ans aux  hollandais  pour arranger une autre trêve, mais la paix  à peine signée les Mohawk ayant appris que les hollandais et les Mahican essayaient d’ouvrir le commerce dans st. Lawrence Valley avec les Algonkin et les Huron et Furieux de cette tentative de  contourner le commerce avec leurs ennemis, les Mohawk ont attaqué les Mahican en1624.
 Les Pocumtuc et les Sokoki (Abenaki Occidentaux) ont été entraînés  dans cette guerre comme  alliés des Mahican, mais en 1628 les Mohawk ont battu les  Mahicans et les  ont repoussés  à l'est de la Rivière Hudson. Établi comme les hollandais  en dominant et  négociant associé, les Mohawk ont  alors tourné leur attention vers les alliés des Mahican et ont attaqué les villages Sokoki pendant l'année suivante. Les Pocumtuc, cependant, ont été épargné quelque peu, puisqu’ ils étaient protégés par les villages Mahican placés le long de la Vallée supérieure  Housatonic  dans les Montagnes du  Berkshire dans le Massachusetts occidental.  Si bien qu’en  (1630), les Pocumtuc étaient relativement isolé d’un contact direct avec les Européens. Une épidémie de variole  à travers la Nouvelle Angleterre en 1633-35 fit au moins 500 victimes parmi les Pocumtuc. Car en  1633, des  commerçants anglais avait commencé à faire le voyage  de Plymouth et Boston par la terre et avaient atteint la Rivière du Connecticut. Leur premier poste de commerce permanent a été établi juste au sud de la terre des Pocumtuc près de Windsor,  Connecticut. Cet emplacement servait  pour le commerce de toutes les fourrures voyageant dans le bas du Connecticut pour les hollandais sur la rivière inférieure.
Ayant eu  le monopole pendant plusieurs années pour le commerce le long de la Rivière  Connecticut, les hollandais ont été supplantés  par de nouveaux concurrents  et  ils ont répondu en fortifiant leur poste de commerce à Hartford. Les anglais ont résisté avec leurs forts propres à Saybrook près de l’embouchure de la rivière et les hollandais ont été isolés. Bien qu'opposé aux Pequots, des  arrangements  ont suivi et les anglais ont commencé à occuper la Vallée du Connecticut. En juillet 1636, les Agawam ont vendu la premiere parcelle de terre   Pocumtuc aux anglais et John Pynchon a construit un poste de commerce près de leur village à Springfield,  Massachusetts. Pendant l’année 1637 les Pequots ont été ruinés pendant une guerre avec l'anglais. Les accords ont avancé rapidement sans opposition dans le Connecticut  et aidé par les anglais, les Mohegan et leur sachem (chef) Uncas sont  devenus  la tribu dominante dans le secteur.  Uncas s'est bientôt avéré comme plus ambitieux et agressif que les Pequots. Alarmé par la puissance soudaine des Mohegan, les Pocumtuc on fait  alliance en 1640 avec les Narragansett et les Tunxis (Mattabesic) pour s'opposer à eux. L'alliance, cependant, eut peu d'effet. Après que les Mohegan eurent battus les Narragansett lors d’une bataille  à Shetucket en 1643, plusieurs des tribus Mattabesic dans le Connecticut occidental se sont retrouvés sous le contrôle des Mohegan  et ont été forcé de payer tribut.
Pendant ce temps, des tentatives par des commerçants anglais pour séduire les Mohawk   en  leur  vendant des armes à feu (interdit selon la loi anglaise vers la fin 1665)  a   forcé les hollandais de changer complètement leur politique  et  d’offrir des quantités illimitées d'armes à feu et des munitions  à crédit aux Iroquois. Dans ce processus, les Mahican furent aussi  bien armé et le résultat fut une escalade  dans la violence dans la guerre des Natives. Puisque tous les deux étaient les alliés des hollandais, les Mahican et les Mohawk "ont enterré la hache de guerre " et en 1642 coopéraient à un tel degré qu'ils envoyaient des guerriers communs  contre les Montagnais (alliés français) sur le fleuve  St.Lawrence.
. Ils   harcelaient aussi les tribus du Wappinger (Munsee Delaware dans le bas de Hudson Valley). Ensuite des groupes de Wappinger  furent déplacés près des  hollandais pour leur protection,  car 80 soldats d’entre eux avaient été massacrés à Pavonia (Jersey City). Les Wappinger ont exercé des représailles et la Guerre Wappinger (1643-45) s’est rapidement étendue pour inclure les autres Delaware au New Jersey et à l’ouest de Long Island. Certains des groupes occidentaux  Metoac de Long Island ont été aussi impliqués. Pour faire face, les Néerlandais ont fait appel aux Mahican et Mohawk. Même les colons anglais du Connecticut ont aidé le hollandais et en1645 les Delaware ont  été vaincu avec de lourdes pertes. Plusieurs ont été absorbés par les Mahican, mais quelques groupes se sont déplacés vers le nord pour rejoindre les Pocumtuc.
La violence augmentait dans la guerre  des natifs, elle a culminé pendant l'hiver  1648-49 quand  les Iroquois alliés des Hollandais ont  envahi la Confédération Huron et ont effrayé  les colonies françaises et anglaises. Pendant que d'autres Iroquois éliminaient systématiquement leurs rivaux restants dans les Great Lakes, les Mohawk ont détruits les villages  Pocumtuc et de Sokoki en 1650.
. Les Mahican devenait de ce fait impliqué avec  les Iroquois.
Du fait que leurs échanges de fourrure  et  que  leurs règlements soient menacés, les Français ont encouragé une alliance  entre Algonquin du Pocumtuc, Sokoni, Pennacook et Mahican afin de résister aux Iroquois.
Bien que, la Nouvelle Angleterre fut plus soupçonneuse que les Français et les Néerlandais  a demandé à les rejoindre, ne souhaitant pas offenser les Iroquois, diminués. La nouvelle alliance réussie à stopper les attaques des Mohawk, mais le soulagement fut seulement provisoire, puisque les Mohawk se concentrèrent sur leur guerre contre les Susquehannock en Pennsylvanie.
Quand ce conflit fut terminé  en1655, les Mohawk ont retourné leur fureur contre leurs ennemis Algonquins à l'est. Encouragé par les hollandais, les Mahican en1658 ont fait une paix séparée d’avec les Mohawk et se sont retirés de l'alliance quittant  Pocumtuc, Sokoki et Pennacook pour se battre avec les Mohawk.
Ils ont également eu des problèmes avec les Mohegan pour la défense de leurs alliés de Mattabesic dans le Connecticut.  Pendant l'hiver de 1658-59, il y eu une guerre brève pendant laquelle le Chef Onapequin des Pocomtuc mena un raid punitif contre les villages Mohegan. La guerre avec les Mohawk, s'est rapidement étendue à travers la Nouvelle Angleterre occidentale et du nord. En 1660 elle avait atteint les Abenaki dans le Maine qui ont été attaqués par les Mohawk parce qu'ils aidaient les Sokoki et les Montagnais. Le Penobscot a été pillé en1662 pour la même raison. En attendant, les Iroquois avaient découvert que les Mahican étaient en train de les duper en essayant de nouveau d'arranger le commerce entre les hollandais, Sokoki et Algonkin. Quand les Mahican ont été attaqué et qu’ils eurent reculé lors d’un combat en 1662, les Iroquois étaient en guerre avec pratiquement chaque tribu Algonquine en Nouvelle Angleterre (seules exceptions : Wampanoag, Nauset, Narragansett, Niantic et Mohegan).
Bien fourni en armes à feu et  munitions par des commerçants anglais et français (qui ont fait de bons profits dans le processus), les Algonquin  ont d’abord jugé les leurs. Lors  de ces raids, des guerriers Algonquins et Mohawk ont voyagé dans les deux directions le long de  Mohawk Trail (un itinéraire commercial des temps plus paisibles). Les guerriers  Squawkeag ont attaqué les villages Mohawk orientaux en 1663, mais à ce moment-là les Mahican était parti de Hudson Valley vers la Rivière Housatonic dans le Massachusetts occidental. À l'été  1663, les Pocumtuc recurent  le coup fatal et demandèrent aux hollandais d'arranger la paix. Cet effort  s' avéra  stérile. Cependant  en décembre une  grand partie des guerriers  Mohawk et  Seneca  attaquèrent le village principal Pocumtuc  à Fort Hill (Deerfield, Massachusetts). . L'attaque  échoua contre les Iroquois et ils perdirent plus de 200 guerriers ; les Pocumtuc furent à court d'hommes. Les Pennacook et Sokoki ont  alors envoyé des renforts, mais au printemps  1664, les Pocumtuc ont abandonnée Fort Hill.
Les Pocumtuc voulait toujours la paix et se sont  rapprochés des Mohawk. Abasourdi par leurs pertes en décembre, les Mohawk ont accepté, mais les alliés des Pocumtuc ont  décidés de continuer à se battre esssayant de  maintenir les Pocumtuc dans la guerre, les ambassadeurs Mohawk ont été assassinés en juin alors qu’ils étaient en route pour une  réunion avec les Pocumtuc. Après une attaque des Sokoki et des Mahican sur les villages  Mohawk, la paix est devenue impossible.
. Quand les Mohawk ont  repris leurs attaques, les Pocumtuc ont été forcé d'abandonner la plupart de la Vallée du Connecticut dans le Massachusetts. Squawkeag a survécu comme un village mixe : Pocumtuc, Sokoki et Nipmuc, mais les autres Pocumtuc furent forcé de chercher refuge au  sud à Agawam et Norwottuck ou à l'est avec les Pennacook. Entre temps, les anglais avait pris New York aux hollandais et avait peu après signé un traité  commercial et d’amitié avec les Mohawk.  N’ayant plus de possibilité de faire la guerre aux anglais, les Iroquois ont quitté l’est à la poursuite des Sokoki , Pocumtuc ,Pennacook  . Les Mohawk ont même fait un raid sur les villages des Pennacook près de Boston pendant l’année  1665. En même temps les commerçants de la Nouvelle Angleterre ont abandonné les Algonquin et se sont déplacés à  l'ouest en Albany pour négocier avec les Iroquois.
L'arrivée de 1200 soldats français au Canada et leurs attaques sur les villages Mohawk pendant l'hiver de 1665-66 a apporté un certain soulagement, mais  ont contraint par la même façon à ce que les Iroquois demandent de l’aide aux anglais, les français ont donc poussé les Iroquois dans une alliance avec les anglais. Leur traité de commerce et d'amitié  fut changé en alliance militaire, les Mohawk ont repris leur guerre contre la Nouvelle Angleterre Algonquine. Pendant l'été  1666, les Mohawk ont fait des raids sur les Pennacook, Sokoki et Kennebec, mais en 1668 les Mohawk ont conduit les Pennacook du New Hampshire, dans leurs terres  au alentours des villages Abenaki en Maine du sud. Les Algonquin ont  essayé d’exercer des représailles et une partie des guerriers Algonquins de Nouvelle Angleterre mené par le chef  Massachuset ont attaqué un village Mohawk en 1669.  Lorsqu’en 1670 les combats se terminèrent les  Mohawk avaient éliminé la plupart des tribus  Algonquines de Nouvelle Angleterre occidentale.
Pendant ce temps, les anglais s’étaient déplacés lentement vers le haut de  la Rivière  Connecticut dans le Massachusetts occidental et sur les terres Pocumtuc. Malgré la guerre, les terres près de Springfield avaient été achetés au Pocumtuc et furent répartis par un accord en 1653. Leur refus de rejoindre l'alliance Algonquine Patronnée  par les  français en 1650 s'était avéré être une sage  décision  pour les anglais et par reconnaissance, les Iroquois  évitèrent prudemment les  anglais et les postes de négoces pendant les combats. Ils ont aussi apprécié que les anglais abandonnent leur commerce et appuient   les Algonquins après 1664.

Pendant les années 1660 une immigration de Puritains en Nouvelle Angleterre se sont installés dans la vallée  presque déserte du Connecticut
. De nouveaux règlements sont alors  apparu à Westfield, Northampton, Hadley, Hatfield, Deerfield et Northfield. Les Mohawks, qui n'avaient   aucune intention d'occuper le secteur, ne firent aucune  objection, mais venait chaque année pour demander tribut aux petits groupes de Pocumtuc qui était resté dans la Vallée du Connecticut.
Comme les Mohawk étaient prêt à écraser n'importe quel soulèvement Algonquin, cela du être difficile  pour les Pocumtuc de payer leur tribut et d’observer en même temps les anglais, qui les avait trahis en prenant  leurs terres. Ce ne fut pas une  surprise  si pendant la guerre du  Roi Philip War$ (1675-76),  de nombreux  Pocumtuc rejoignirent  Philip et les Wampanoag contre les colons anglais. Après une série d'attaques dans le Massachusetts du sud-est, Philip a échappé aux soldats anglais envoyés après lui en juillet et s’est déplacé à l'ouest du pays Nipmuc pour continuer la guerre dans la Vallée du Connecticut. Aidé par les Nipmuc mené par Sagamore Sam et les Pocumtuc de Sancumachu, les guerriers de Philip ont attaqué Northfield et Deerfield en septembre, tandis que 700  Pocumtuc de Sancumachu étaient  anéantis par un détachement  de soldats anglais près de Hadley. Les attaques  se sont déplacés vers le  sud  et ont frappé les colonies et les fermes à Westfield, Northampton et Springfield. Même  les Agawam, qui étaient toujours en bon terme avec les anglais et leur avait vendu des terres, avaient rejoint Philip. A l'arrivée de l’hiver, les anglais sur la défensive se sont confinés dans leurs forts.
 Avec l'abondance d'armes à feu et le nombre de guerrier, la défaite de Philip a été causée par un problème qui les a tourmenté pendant toutes les guerres entre les Indiens d'Amérique et les Européens - l'incapacité de nourrir  une armée pendant une période prolongée.  Ce fut le cas pour Philippe l’hiver  à Hoosick, New York,  et l’a obligé à demander de l’aide aux  Iroquois.
 Non seulement  elle fut refusée, mais  sous les  recommandations du gouverneur de New York, les Mohawk sont entré en guerre au côté des anglais. Forcé de quitter New York, Philip s'est déplacé à Squawkeag et a rassemblé de nombreux guerriers. Incapable d'attendre le début des temps plus chaud pour reprendre son offensive, Philip a lancé une série de raids partout dans la Nouvelle Angleterre en février 1676. En mars les  Pocumtuc de Sancumachu l’ont rejoint avec les Narragansett pour attaquer Northfield, mais la faim s'avéra être un ennemi plus grand que les anglais. En mai les anglais ont attaqué un camp de pêche près de Turner's Falls   et ont tué plus de 400 des disciples de Philip incluant Sancumachu.
Toujours sans alimentation, l'alliance s’est effondrée. Philip et les Wampanoag sont retournés dans le  Massachusetts du sud-est, mais ont été pourchassés jusqu'à ce que Philip ait été finalement pris au piège dans un marais et tué en août. Les anglais et Mohawk, s’en prirent aux alliés   de Philip et brûlèrent les champs de blé à Squawkeag en novembre. C’est pour cette raison que  les Pocumtuc ont cessé de subsister. Avec les Mohawk  beaucoup d'entre eux ont rejoint les Sokoki et reculé avec eux  dans le nord   dans leurs villages à Missisquoi, Cowass et st. François au Québec. Bien que quelques petites bandes soient restées le long de la Rivière du Connecticut jusqu'à dans les années 1800, la plupart des autres  Pocumtuc ont  abandonné leurs terres et se sont  déplacés vers  l'ouest et se sont  installés avec les Mahican dans la Vallée Housatonic et acceptèrent l'offre du sanctuaire à Schaghticoke du gouverneur de New York. Mélangé avec les  Nipmuc et d'autres réfugiés de la Nouvelle Angleterre, l'identification tribale dans la population mélangée de ce village sur l’ Hudson est rapidement devenue impossible et les anglais  les ont considéré  comme River Indians ou Schaghticokes. Un certain nombre  de Pocumtuc, Sokoki et Nipmuc, cependant, sont resté aux alentours de Squawkeag après la guerre à faire plusieurs ventes très douteuses de terre aux l'anglais en 1678, 1686 et 1687.
Bien que forcé de quitter le Massachusetts, les Pocumtuc continuèrent, comme ceux du Sokoki et de st. François, a se battre avec les anglais et en 1677, un chef de guerre Norwottuck nommé Ashpelon a mené une série de raids contre Deerfield et Hatfield. La vrai raison était  la vengeance   du aux  guerres  du Roi William (1689-97) et la Reine Anne  (1701-13) entre la Grande-Bretagne et la France,  ces attaques contre   st. François et les  Abenaki a semé la mort et la destruction partout dans la Nouvelle Angleterre. Les Pocumtuc et les réfugiés Nipmuc à Schaghticoke,  se sont trouvés dans une position neutre    fidélité  suspecte aux anglais, alors qu’ils étaient méprisés par leurs parents se battant contre les français. Ils furent obligé de choisir et durent partir, il y avait des exodes réguliers au Canada de Schaghticoke jusqu'aux 60 derniers encore pour le nord avec  avec une partie des guerriers de st. François en 1757. 
Un des Pocumtuc de Schaghticoke qui était  parti avant était un Woroanoke nommé  Grey Lock (Serrure grise). Après la jonction des Sokoki à Missisquoi, il est devenu un leader  craint et respecté. Pendant la Guerre de Grey Lock (1723-27), les raids  de son village caché près de Missisquoi ont terrorisé une grande partie  de la Nouvelle Angleterre occidentale. Les anglais étaient incapables de  tuer où  capturer Grey Lock  ils ne pouvaient arrêter non plus les attaques menées par ce Pocumtuc dangereux et insaisissable. Des années plus tard, cependant, ils ont nommé la montagne la plus haute du Massachusetts comme lui.

Premières Nations mentionnées dans cette Histoire Pocumtuc :

Abenaki
Mahican
Metoac
Narragansett
Niantic
Nipmuc
Wampanoag

liens pour les Nations mentionnées dans l'Histoire des Pocumtuc «en anglais ».

Traduit de l’anglais

http://www.american-native-art.com/publication/wampanoag/wampanoag3.html

La bataille de Bloody Brook (du ruisseau sanglant) (1675)
 

Sous  la pression croissante des colons pour l'extension de leurs territoires, les tribus indiennes  Wampanoag, Anawon,  Tuspaquin,  Nipmuc, et d Pocumtuc se sont liés ensemble sous la conduite du Roi Phillip, chef des Wampanoags. En juin, 1675 un Wampanoag a été tué par des anglais à Swansea, et  la guerre du Roi Philip a alors commencée. Les Wampanoag  tendirent des embuscades aux colonnes anglais à Swansea. D'autres incursions ont eu lieu  près de Taunton, de Tiverton, et de Dartmouth. En attirant de pratiquement chaque tribu de Nouvelle Angleterre, des guerriers ,Philip a commandé plus de 1.000 guerriers.
Les anglais ont rassemblé une armée à Plymouth en juillet et ont marché sur le village de Phillip à Mount Hope (près de Bristol,  Rhode Island) brûlant chaque   village  Wampanoag sur sa route. Philip est arrivé à l'ouest dans le pays des Nipmuc du Massachusetts central. De là   à l'ouest, la guerre a alors repris  un rythme bien plus furieux. Les Brookfield et les Worcester pillés par les Nipmuc et se sont liés avec les Pocumtuc pour  les attaquer dans River Valley au Connecticut. Après le raid de Northfield, le reste des forces du capitaine Beers ont tendu une embuscade  au sud de la ville et plus de la moitié  ont été tués. Trois survivants ont été capturés et furent brûlés à un  pieu.
En septembre, les villes de Deerfield et de Hadley ont été attaquées forçant le colon à abandonner leurs maisons et le fort dans Deerfield. Faisant face à un hiver sans nourriture, 80 soldats sous les ordres du   capitaine Thomas Lothrop ont été expédiés avec 18 éclaireurs pour aller cueillir des récoltes abandonnées près de Hadley. Tous c’est bien passé jusqu'au voyage du retour, quand l'expédition a repéré quelques raisins le long de la piste au sud de Deerfield. Plusieurs des hommes ont rangés leurs fusils et ont commencé à cueillir les raisins. Alors l'expédition a été pise en embuscade par 700 Indiens  Pocumtuc. Seulement sept ou huit se sont échappés. D’autres  anglais avec 60 guerriers  Mogegan sont  arrivée trop tard et ont trouvé seulement sept survivants. Soixante quatre ont été enterrés dans une tombe.
 

Traduit de l’anglais
http://home.earthlink.net/~bbodwell/treepg/Battleof.htm