Les Susquehannock

 

A Susquehannock, from John Smith's
Generall Historie (1624).

Lieu de Vie

Sur la rivière Susquehanna  et ses affluents au fond  Nord de  la Baie de Chesapeake dans le Maryland à la Pennsylvanie dans New York  sud.

 

Population

Le nombre original est incertain, puisque les Européens visitaient rarement leurs villages. Les suppositions sur  leur population sont quelque part entre 5000 à 7000 en 1600 dans au moins cinq groupes tribaux. En 1700 il y avait seulement 300 Susquehannock. Leur déclin rapide continua jusqu'aux derniers 20  qui ont été massacrés par une foule de colons en 1763. On connait  cependant  des descendants parmi les Iroquois et Delaware. Oneida  le célèbre sachem (chef) pendant la Révolution américaine, Skenandoa, était un descendant Susquehanna de même que Logan, un chef Mingo de l'Ohio.
Une autre possibilité est qu’un certain nombres de  Susquehannock aient rejoint les Meherrin (Caroline du Nord) pendant les années 1670. Les Meherrin  ont été   absorbé par les Tuscarora et  une partie d’entre eux ont migré à New York en 1722. Actuellement, il devrait y avoir du sang Susquehannock parmi les membres des Delaware, Tuscarora, Oneida et les Seneca  d'Oklahoma.

Noms

Susquehannock semble avoir été un nom Algonquin signifiant "le peuple de la Rivière Boueuse" (Susquehanna). Indépendamment du nom  utilisé par eux et leur confédération (si en effet il y avait  une) a été perdu. Il y a plusieurs autres noms différents pour les Susquehannock qui étaient généralement utilisés par de premiers Européens. Les français les ont appelés Andaste du nom  Huron Andastoerrhonon. Les hollandais et les Suédois ont utilisé le nom de Delaware de Minqua la signification " furtifs" ou "déloyal." Finalement, ils ont fait une distinction entre les  Minqua Blanc (Susquehannock) et les  Minqua Noir qui ont vécu plus loin à l'ouest et faisait probablement partie des Érié. Des variations  étaient : Andastaka, Andasto, Atrakwer, Gandatogué, Mengwe, Menquay, Mincku et Minque. Les colons anglais de Virginie et du Maryland les ont appelés les Susquehannock, mais les Pennsylvaniens pendant les années 1700 ont préféré Conestoga tiré de Kanastoge (la zone du pole immergé), le nom de leur dernier village en Pennsylvanie. Les Powhatan de Virginie du nord les ont peut être   appelés les Pocoughtaonack ou Bocootawwanauke. Bien qu’il soit probable que ces peuples étaient Susquehannock, leur identité précise est incertaine.

Langue

Iroquian - censément semblable au Huron.

Sous-tribus

Le Susquehannock semble avoir été une confédération d'au moins cinq tribus avec plus de 20 villages. Malheureusement, les noms de tribus individuelles et des villages ont été perdus. Les noms associés au Susquehannock sont :
Akhrakuaeronon (Atrakwaeronnon), Akwinoshioni, Atquanachuke, Attaock, Carantouan, Cepowig, Junita (Ihonado), Kaiquariegehaga, Ohongeoguena (Ohongeeoquena), Oscalui, Quadroque, Sasquesahanough, Sconondihago (Seconondihago ou Skonedidehaga), Serosquacke, Takoulguehronnon, Tehaque, Tesinigh, Unquehiett, Usququhaga, Utchowig, le Wyoming et Wysox.

 

Culture

Presque complètement oublié aujourd'hui, les Susquehannock était une des tribus les plus formidables de la région de la moitié de l’Atlantique  au moment du contact européen. Ils ont dominé la grande région entre la Rivière Potomac en Virginie du nord à New York  sud.  On Connaît peu d'eux, puisqu’ ils ont vécu  à une certaine distance  de la côte à l'interieur  et les Européens ne visitaient pas souvent leurs villages avant qu'ils n'aient été désiminés par des épidémies et des guerres avec les Iroquois en 1675. Les Susquehannock ont été appelé nobles et héroïques. Ili ont aussi été décrits comme des ennemis agressifs, guerriers, impérialistes et endurcis, par les Iroquois. On pense qu’ils ont été  en guerre  avec les Mahican de la Vallée Hudson centrale. Quand il a  rencontré les Susquehannock en 1608, le Capitaine John Smith a été particulièrement impressionné par leur taille, leurs voix profondes et la variété de leurs armes. Leur taille devait être  exceptionnelle, puisque  les Suédois en ont aussi fait la remarque trente ans plus tard. 
 La guerre constante entre des tribus Iroquoises  a donné un avantage militaire aux Susquehannock sur leurs voisins Algonquins plus paisibles à l'est et au sud. En utilisant des canoës pour le transport, les guerriers Susquehannock  attaquaient par habitude les tribus Delaware le long de la Rivière Delawar, ils  ont voyagé en bas de la rivière  Susquehanna où ils ont terrorisé les Nanticoke, Conoy et Powhatan vivant sur la Baie de Chesapeake.


Les Susquehannock ont vécu dans un certain nombre de grands  villages, fortifiés (peut-être bien 20)  étirés le long de la Rivière Susquehanna et ses affluents à travers la Pennsylvanie dans New York du sud. Sur qu’elle distance se sont ils étendus, jusqu’où, du Susquehanna et des fleuves de Juanita, c’est peu clair.
 Ils étaient, cependant, allés assez loin puisqu’ils  étaient des alliés et des associés pour le négoce de l'Érié à l'Ohio du nord et avec les Huron et Neutrals de l'Ontario du sud.  On Connaît peu de leur organisation politique et sociale, mais on peut  supposer  sans risque  qu'elle était semblable aux Iroquois qui vivaient juste au nord d'eux dans le fin fond de l'Etat New York. Il y aurait eu plusieurs tribus individuelles. Les clans étaient presque certainement matrilinéaires (descendance  assurée par la mère) et la Tortue, le Renard et le Loup ont été mentionnés comme des noms possibles. Comme d'autres tribus Iroquoises, les Susquehannock cultivaient. Au printemps, ils plantaient du maïs, des haricots et la courge dans les champs près de leurs villages. Après avoir semé, beaucoup se déplaçaient  vers le sud  pour l'été sur des  sites provisoires sur la Baie de Chesapeake pour pêcher et ramasser des coquillages retournant à l'automne pour  la moisson et la chasse.

Histoire

Puisque les Susquehannock avait apparemment été  bons amis avec les Huron  avant  , il est possible qu'ils aient migré dans  la Vallée Susquehanna au nord. Les sites des village les premiers identifiés comme Susquehannock ont été localisés sur la Rivière Susquehanna supérieure et datent environ  de 1550, mais ils avaient probablement occupé la région pendant au moins 400 ans avant cela. Bien qu'ils aient infligé une défaite importante aux   Mohawk  avant  1600, les guerres avec les Iroquois ont  obligé en 1570  les Susquehannock  à  aller plus bas dans la vallée de Susquehanna. Aguerris pendant des  années de guerre constantes, ils ont écrasé les tribus Algonquines le long des rivages de  la Baie de Chesapeake et ont commencé à étendre leur contrôle vers le sud. Le premier contact européen avec le Susquehannock fut en1608 quand le Capitaine John Smith (de Jamestown)   explora le bout  nord de la Baie de Chesapeake. Cette rencontre fut assez amicale, mais Smith  était méfiant à cause de leur réputation et effrayé par leur taille. Des rapports postérieurs les ont décrits comme des géants.
Les Powhatan ont également connu le Susquehannock (qui ils ont appelé des cannibales) suite à une expérience douloureuse, et quand les anglais sont arrivés la première fois en   Virginie, les Powhatan ont placé leurs villages bien à l’intérieurs pour se  protéger contre les guerres des Susquehannock qui se sont étendue jusqu ‘au  littoral  grace aux  canoës
Une raison pour laquelle  les Powhatan ne se sont pas complètement opposés aux  anglais  est le fait  qu'ils ont assuré leur protection, mais les Susquehannock attaquaient toujours les villages des Potomac (Powhatan) en Virginie nordique pendant  l'année1610.
Attirés par le commerce des fourrures d'autres Européens sont venus au nouveau monde au cours du 1600 siècle.
Henry Hudson a exploré le Delaware et le fleuve de Hudson en 1609 pour Dutch East India Company, et en 1614 les Néerlandais avaient établi un comptoir commercial sur le fleuve  Hudson et commerçait avec les Delaware sur la partie inférieur du fleuve Delaware
 En allant De la colonie française au  Québec sur le fleuve St Laurent, Étienne Brulé a visité les villages  Huron  de Georgian Bay en 1611

.
En 1615 Etienne  Brulé a exploré le secteur au sud des terres Huron. En traversant la Rivière Niagara, il a atteint les villages Susquehannock sur la Rivière Susquehanna supérieure, où il a découvert que les Susquehannock était plus que désireux de s'allier avec les français et Huron dans leur guerre contre les Iroquois. Des relations amicales avec le Susquehannock étaient précieuses pour les  français, non seulement pour le commerce, mais parce qu'ils ont pris au piège les Iroquois entre deux ennemis puissants. Malheureusement, la nouvelle alliance a alarmé des commerçants hollandais sur la Rivière Hudson et ils ont activement soutenu les Mohawk en 1615 contre les Susquehannock. Bien qu'ils soient relativement peu  nombreux  et  isolé par leur emplacement intérieur, les Susquehannock ont  réussi à devenir des associé de commerce important avec tous les pouvoirs d'Européen  qui rivalisaient  - Un résultat   inégalé par les  autres tribus.
Aussi handicapé par leur situation à l’intérieur, les Iroquois ont  d'abord dû lutter avec la puissante confédération Mahican  pour négocier avec les hollandais cela a pris  quatre années de guerre (1624-28) avant que les Mohawk ne puissent devenir des associés pour le commerce avec les hollandais dans la Vallée Hudson. Les Susquehannock, cependant, étaient plus aisé  contre le nombre - mais paisibles et  désorganisés – que  les tribus Delaware  qui ont négocié avec les hollandais  plus bas sur le Delaware. Début 1626, les Susquehannock ont  attaqué les Delaware et en 1630 avaient forcé beaucoup d'entre eux d’aller vers le sud du Delaware ou à travers la rivière dans le New Jersey. Les hollandais ont  accepté le résultat, mais quand ils ont commencé à négocier avec les Susquehannock, ils ont eu le plaisir de découvrir  que les Susquehannock (des chasseurs et les trappeurs habiles) avaient plus de fourrures que les Delaware. Au moment où les Suédois ont créés leurs premières colonies sur la Rivière Delaware en 1638, les Delaware étaient entièrement soumis aux Susquehannock et ils ont eu besoin de la permission des "Minqua" pour signer n'importe quels traités.
En attendant, au sud de la  Virginie, les colons anglais en 1625 avaient battu les Powhatan, la seule confédération Algonquine assez forte pour avoir défié les Susquehannock. Il a fallu une autre guerre (1644-46) aux anglais pour complètement écraser les Powhatan et prendre le contrôle de  la Virginie orientale, donc ils eurent peu de temps pour s'intéresser aux Susquehannock.  Il est Incontesté,que les Susquehannock ont étendu leur domination du  sud  du Susquehanna à la Rivière Potomac et ont revendiqué le secteur  comme territoire de  chasse, Ils n'ont rien demandé aux tribus qui vivaient là. Pour rester, les Patuxent et Conoy (Piscataway) sur le rivage occidental du Chesapeake ont été forcés de s'allier avec les anglais de Virginie en  1628. Cette alliance n'a jamais été  validée ,
Puisque le Susquehannock ont habituellement laissé aux résidants, tant qu’ils ne les défiaient pas le droit de chasser. Les anglais de Virginia  se sont  bientôt  intéressés au commerce des fourrures avec les Susquehannock et William Claiborne a établi un poste de commerce sur Kent Island dans la Baie de Chesapeake supérieure en 1631. Les Susquehannock étaient à ce moment-là capable de négocier avec les français du Canada (par les Hurons), les hollandais sur la Baie  Delaware et les anglais en  Virginie.
Le rapport commercial  avec les anglais est devenu de plus en plus tendu après le commencement  d’évangélisation  du Maryland par des Catholiques anglais  en 1634. Pour des raisons évidentes, les Conoy et Patuxent ont accueilli les nouveaux colons et une mission de Jésuite a été ouverte cette année là dans leur village à Piscataway. La réaction des Susquehannock ne fut pas amicale, particulièrement quand les missions ont commencé à  se déplacer  en haut du côté occidental de la Baie de Chesapeake, du Fort st. George sur la Rivière de st. Marie.  Avec Un désir mutuel de négocier  les anglais et Susquehannock  ne firent pas une    guerre  ouverte  mais pour peu de temps, l'empiétement grandissant  a finalement mené à une série d'incidents et des confrontations, y compris des guerres avec les Conoy et Wicomese. En 1642 le gouverneur du Maryland avait déclaré que les Susquehannock était les ennemis de la colonie et devaient  être tué à vue. Les tentatives de  paix en  1644 ont échoué et le commerce des Susquehannock avec les anglais a temporairement  été interrompu. En 1645 les Susquehannock ont arrêté   leurs hostilités avec le Maryland et ont signé un traité cédant leurs revendications dans le Maryland entre le Choptank et les Rivières Patuxent.
Les Susquehannock ont à peine remarqué l'interruption brève du commerce avec les anglais. En 1638 Peter Minuit, un ancien gouverneur hollandais de New Amsterdam  emmena les Suédois au fleuve inférieur  Delaware (réclamé par les hollandais). Minuit acheta les terres des Delaware et établi Ft. Christina  pour le commerce et bloquer  l’accès à la vallée  Delaware aux  hollandais. Il faut noter que les Delaware avaient  la permission de vendre et deux représentants "Mingua" servirent pour la signature de leur traité avec les Suédois. Le commerce avec les anglais ralentit entre 1640 et 1645, les Suédois compensèrent. Les Susquehannock furent aussi capable de continuer le commerce avec les hollandais en utilisant le portage entre le Susquehanna, Delaware et les Rivières Hudson en New Amsterdam.
Le commerce avec  les quatre pouvoirs européens pendant les années 1640 a exigé que les Susquehannock produise la plupart des fourrures. Ils étaient des chasseurs et des trappeurs  habiles, mais la demande énorme les tenait occupé  à  la chasse ainsi   ils avaient peu de temps  et durent abandonner leur guerre de conquête contre les Delaware et les tribus Algonquines Chesapeake. À l'ouest, cependant, cela ce fut  différent. On peut  se demander où et comment les Susquehannock ont obtenu tant de fourrures et il est probable que, comme les Susquehannock ont exterminé les castors en Pennsylvanie centrale et occidentale, ils ont été forcés d’aller en chercher  au-delà de leur territoire. Certains ont été obtenus du commerce avec les Érié et Shawnee, mais le reste est probablement venu de prises de guerre avec des tribus inconnues dans la Vallée de l'Ohio. Les Guerres des Castors (1630-1700) fut une période de guerre intertribale intense à Great Lakes et Ohio Valley  créée par la concurrence dans le commerce de la fourrure. Les Susquehannock étaient évidemment un des  participant principal, mais la confrontation la plus importante était entre la Confédération Huron qui a négocié avec les français et les Iroquois qui ont négocié avec les hollandais.
Les premiers Européens avait été peu disposé pour négocier des armes à feu aux habitants du pays et a limité le nombre et la quantité de munitions. Cette restriction  a augmenté la concurrence. Quand des commerçants anglais de Boston ont essayé de séduire les Mohawk  hollandais en vendant des armes à feu, les hollandais ont résisté en  fournissant  des quantités illimitées. Mieux armé que les Huron et leurs alliés, les Iroquois ont  commencé une offensive importante  et le niveau de violence dans la Guerre des Castors  s’est intensifié dramatiquement. Dans la course aux armements qui a suivi, aucune tribu n'avait une position plus avantageuse que les Susquehannock. En jouant sur les craintes des commerçants européens rivaux, ils avaient accès à n'importe quelles armes dans n'importe quelle quantité qu'ils  souhaitaient. Dire ils ont été bien armés serait une sous estimation. Un des villages Susquehannock avait même un canon pour se défendre et autant  de ce que  l’on connaît, ils étaient les seuls Indiens d'Amérique  à ne jamais avoir utilisé ce type d’armement lourd.
Car aussi loin dans le passé que  l’on sache, les Susquehannock étaient amis des Huron et  ennemis des Iroquois. Les Susquehannock ont créé des alliances avec les Érié et Neutrals  et le commerce s'est  étendu , en conséquence les Iroquois ont  été entouré par des tribus hostiles. Ayant épuisé les castors sur leurs terres, les Iroquois furent à court de  fourrures et ils ont eue besoin de négocier pour des armes à feu hollandaises. D’autre part, avec des épidémies ammenés pas des  européennes décimaient leurs villages, c'était seulement une question de temps avant qu'ils n'aient été annihilés. Leurs ennemis, bien sûr, étaient bien conscients de ce problème et ont refusé la permission à des chasseurs Iroquois de passer par leurs territoires. Face à un blocus, les Iroquois ont été forcé dans une guerre où ils avaient besoin de vaincre ou d'être détruit. Ils ont concentré leurs attaques sur le Huron après  1640 et  1645 et ont  réussi à isoler les Algonkin, Montagnais et les français à l'est. Il y eut  une accalmie de deux ans après une trêve cette année là, mais en 1647 les Iroquois ont recommencé des attaques massives sur les terres des Huron et ont détruit les villages Arendaronon.
Le sentiment que la situation devenait inquiétante, les guerriers  Susquehannock se sont battu contre les  Huron avec leurs alliés, tandis que leurs ambassadeurs étaient   envoyés chez les Iroquois et ont exigé une tréve. Pour une  raison inexplicable les Huron ont refusé les nouvelles offres d'aide des Susquehannock et ont été envahi par les Iroquois pendant l'hiver de 1648-49. Les Tionontati ont eut un destin semblable une année plus tard et comme les Iroquois  capturaient  des milliers des guerriers dans leurs rangs, les Susquehannock était en danger. En 1650 les Iroquois occidentaux (Seneca, Cayuga et Onondaga) ont attaqué les Neutrals et les Susquehannock sont entrés en guerre contre les Iroquois. Indépendamment  l’aident qu’ils avaient donné aux Neutrals a été diminué quand les Mohawk ont attaqué les villages Susquehannock en 1651. Avec les Susquehannock incapable et les Érié voulant  les aider, les Neutrals ont été rapidement battu. Les Mohawk, cependant, ont trouvé en les Susquehannock bien armés, un adversaire dangereux et têtu. La guerre s'est prolongée jusqu'en 1656 avec les Mohawk (à grands frais) poussant lentement les Susquehannock  vers le  bas  de la parité orientale de la Rivière Susquehanna.
Les
Susquehannock se sont retrouvés seuls. Les français était impuissant après la victoire des Iroquois sur  les Huron et les Neutrals et les  Érié, guerre de survie  contre les  Iroquois occidentaux (1653-56). Appuyé par les Mohawk, les Susquehannock ont essayé de renforcer leurs liens avec les  hollandais en 1651 en leur vendant une terre sur la Rivière Delaware, mais les hollandais sont restés neutres. Les Suédois ont continué à leur fournir  ce qu’ils voulaient, mais les Susquehannock étaient  impliqué dans le combat avec les puritains de Virginie qui s'étaient installés dans le Maryland du nord en 1649. Incapable de se battre avec deux guerres en même temps, les Susquehannock en 1652 ont signé un traité avec le Maryland cédant  la vallée Susquehanna pour garantir la paix et le commerce avec les anglais. La variole frappa leurs villages en 1654, mais elle  affecta  aussi bien les Mohawk  que les Susquehannock et  ralenti les combat. Pour les Susquehannock, le coup fatal s’est produit en septembre 1655 lorsque les hollandais ont pris  les colonies suédoises. Sans leur fournisseur primaire, les Susquehannock ont été forcé de demander aux Mohawk la paix. Également épuisé, les Mohawk accepterent en  1656.
Les Mohawk et leurs alliés les Oneida n'ont jamais battu  les Susquehannock, mais la paix avec eux ne s'est pas étendue au reste des  Iroquois. Les Érié, ont eu leur propre guerre contre les Iroquois occidentaux (1653-56). En plus du fait que les Susquehannock aient aidé les Neutrals, cela aggrava les choses  puisque les Susquehannock avaient donné  refuge à des  petits groupes de Neutrals et Érié qui leur avait échappé. Finalement  une guerre  ouverte éclata en 1658. Dépassé, les Susquehannock ont entraîné leurs associés du négoce les Shawnee  dans le combat et ont enrôlé  les tribus Algonquines et Siouan  (Delaware, Nanticoke, Conoy, Saponi et Tutelo). Les Iroquois ont d'abord attaqué les alliés des Susquehannock : en dispersant les Shawnee  en Illinois,  Tennessee et  Caroline du Sud. Puis ils ont frappé les Delaware dans la Vallée Delaware pendant les années 1660 et les ont battu. Pour les Susquehannock, le plus mauvais coup fut une épidémie de variole en1661 qui a dévasté leur population à un point qu’ils ne s’en sont jamais remis.
Un traité signé avec le Maryland a fini cette longue hostilité  avec les anglais. L'accord a fourni des armes à feu et des munitions, puisque les colons du Maryland étaient bien conscients de la valeur des Susquehannock comme un amortisseur contre  les Iroquois alliés Hollandais. Avec l'aide anglaise, les Susquehannock furent capable de retenir  une invasion Iroquoise en 1663. L'année suivante les anglais ont pris New York aux hollandais et ont créé une alliance  avec les Iroquois. Le Maryland, cependant, ne s'est pas senti entièrement rassuré par cela et en 1666 a renouvelé son traité avec les Susquehannock. En coïncidant avec une autre éruption de variole en 1667, les Iroquois ont fait la paix avec les français et leurs alliés Natifs et cela leur a permis de se concentrer sur leur guerre avec les Susquehannock. Avec l'appui du Maryland, les Susquehannock se sont battus  en une lutte amère. Après la défaite de 1669, ne possédant plus que  300 guerriers, ils ont été forcés de demander aux Iroquois la paix. La réponse  des Iroquois à leur offre fut la torture et l’assassinat de  l'ambassadeur des Susquehannock qui avait été envoyé.
Il a fallu pour battre les Susquehannock aux Iroquois attendre 1675. Conduit en Pennsylvanie, les survivants se sont installés sur la Rivière Potomac supérieure à l'invitation du gouverneur du Maryland. En réalité il n'y avait aucun refuge pour eux. L'emplacement  pouvait être pour un gouverneur  royal acceptable mais pas pour les colons locaux. Après plusieurs déprédations (probablement les Iroquois), une armée de 1000  d'homme (en réalité une foule armée) rassemblé sous Colonel John Washington (arrière-grand-père de George) s’est formée. Par défi aux ordres du gouverneur de Virginie, la milice de Washington a assiégé Susquehannock dans un vieux fort sur le Potomac qu'ils avaient occupé pour  se défendre contre les Iroquois. Finalement  les Susquehannock étaient capable d'assurer aux colons qu'ils étaient paisibles et  leur ont même offert six de leurs sachems (chefs) comme otages pour preuve. Satisfait, les anglais ont pris les otages et sont parti, mais en rentrant chez eux, ils ont appris  que d'autres attaques dans le secteur avaient eu lieu  et  tuèrent les otages.
 Les Susquehannock ont  abandonné le fort, mais ont lancé une série de raids de représailles sur la Frontière du Maryland et de la  Virginie. La majeure partie de ces raids a eu lieu sur  les Pamunkey de Virginie et les alliés d'Occaneechee et a mené à leur  l'annihilation par les colons pendant la Bacon's Rebellion  l'année suivante. Ensuite,  les Susquehannock se sont déplacés vers le nord, mais ont été attaqué par la milice du Maryland près de la Colombie, où plusieurs ont été tués. Certains ont réussi à atteindre la sécurité avec les Meherrin dans la Caroline du Nord, mais les  Susquehannock restant avaient peu de choix,  ils se rendirent aux Iroquois en 1676. Dans les circonstances actuelles, ils furent bien traités. Conformément à la paix , les  Susquehannock ont été installé parmi les Mohawk et Oneida, sont  devenu des membres Iroquois "la chaîne d'alliance," et leur dominion sur les Delaware et d'autres anciens alliés a été aussi livré à la Ligue. Plusieurs années après, plusieurs Susquehannock se sont retrouvés  comme des chefs de Guerre Iroquois.
Bien que traité avec  respect,  les Susquehannock n'était pas libre. En 1683 William Penn a essayé de signer un traité avec eux et il a appris  a que  les Susquehannock (comme les Delaware) avaient d'abord  besoin de l'approbation des Iroquois pour signer. Les transactions suivantes par le gouvernement de la Pennsylvanie se sont concentrées sur les Iroquois et ils ont ignoré les tribus subalternes. Avant 1706 les Iroquois  ont permis à 300 Susquehannock de retourner dans  la Vallée Susquehanna en Pennsylvanie.  Ils furent connus comme les Conestoga (du nom de leur village). Les Iroquois ont utilisé leur terre comme une sorte de réserve surveillée pour les tribus Algonquines et Siouan  (Delaware, Munsee, Nanticoke, Conoy, Tutelo, Saponi, Mahican, Shawnee et Algonquin de la Nouvelle Angleterre) que l'on a permis de s’installer là comme les membres "de la chaîne d'alliance."
Les missionnaires de quaker sont arrivés et ont fait beaucoup de conversions parmi les Susquehannock. Comme Conestoga est devenu un village Chrétien, les  Susquehannock plus traditionnel l’on quitté – se  rendant à l'Oneida à New York, ou vers  l'ouest en Ohio pour rejoindre les Mingo. Avant 1763 il y avait seulement 20 membres (tous des Chrétiens) de ce dernier groupe identifiable comme Susquehannock. Ils étaient  paisibles, mais les atrocités engagées par d'autres pendant le Soulèvement Pontiac cette année ont outragé les colons blancs du voisinage qui ont juste voulu tuer des Indiens - n'importe quels Indiens – par  vengeance.  Ils trouvèrent une cible facile à portée de main. La colère montant, quatorze Conestoga ont été arrêtés et placés dans la prison à Lancaster pour leur protection propre. Une foule s’est formée (connu comme les garçons de Paxton). Ils sont allés au village de Conestoga, ont tué six Susquehanna qu'ils ont trouvé là et ont brûlés les maisons. Alors ils sont allés à la prison, ont fait irruption, ont pris  les quatorze derniers Susquehannock  et les battaient à  mort! Les derniers qui restaient dans le monde..............

 Les Premières Nations mentionnées dans cette Histoire des Susquehannock :

Erie
Huron
Mahican
Neutrals
Tionontati

 

(en anglais)

traduit de l'anglais : http://www.dickshovel.com/susque.html