Oka 20 ans après

La crise d'Oka en quelques dates

«Les Warriors ne veulent pas d'un règlement négocié. Ils veulent une confrontation avec les militaires, qui ne fera ni vainqueur ni vaincu, mais qui va forcer les gouvernements à négocier avec eux, à partir de leurs priorités», a dit un des porte-parole de la Confédération iroquoise au ministre John Ciaccia. Ci-dessus, un Warrior de Kanesatake monte la garde sur la route 344.

Photo: Robert Mailloux, Archives La Presse


La Presse


11 juillet 1990:

Une fusillade éclate lors d'un raid de la Sûreté du Québec dans un parc d'Oka. Un policier, le caporal Marcel Lemay, est tué. Des Mohawks de Kanesatake érigent une barricade sur la route 344. Par solidarité, les Mohawks de Kahnawake bloquent le pont Mercier, sur la Rive-Sud. La crise commence.

Du 12 au 15 juillet:


Le ministre délégué aux Affaires autochtones du Québec, John Ciaccia, obtient un accord de principe pour la réouverture du pont Mercier, mais l'accord échoue le 15 juillet.


1er août:

Dix mille personnes manifestent dans les rues de Châteauguay pour exiger la levée des barricades.

8 août:

Le premier ministre du Canada, Brian Mulroney, autorise le déploiement de l'armée dans la région de Montréal à la demande de Robert Bourassa, et nomme un médiateur, le juge en chef de la Cour supérieure du Québec, Allan B. Gold.

12 août:

Le juge Gold obtient une entente sur des conditions de négociation des Mohawks. Un homme masqué s'assoit à la table pour la signer, en présence de John Ciaccia, du juge Gold et du ministre des Affaires indiennes et du Nord du Canada, Tom Siddon. Le même jour, la Sûreté du Québec déloge brutalement des manifestants blancs d'un pont de la Voie maritime. De violentes émeutes ont lieu trois soirs de suite, à Châteauguay. Près d'une centaine de personnes sont blessées, dont beaucoup de policiers.

Du 25 au 28 août:

À Dorval, John Ciaccia est en négociations avec la Confédération iroquoise des Six Nations.

29 août:

L'armée avance sur le pont Mercier et commence le démantèlement de l'imposante barricade, sans rencontrer de résistance.

30 août:

La Confédération iroquoise quitte les négociations. Des Warriors tentent d'imposer leur présence à la table. Robert Bourassa met fin aux négociations de Dorval par communiqué.

31 août:

L'entente de Dorval est mise par écrit, mais jamais entérinée.

1er septembre:

L'armée avance sur les barricades d'Oka et de Kanesatake. Les derniers résistants sont encerclés et repoussés dans leur dernier retranchement, en bordure de la route 344. La barricade d'Oka est démolie.

26 septembre:

Les derniers résistants abandonnent le centre de traitement d'Oka et prennent le chemin du village d'Oka sans préavis. Les policiers arrêtent 41 personnes. La crise d'Oka se termine après 78 jours.

- Crise d'Oka: l'entente qui ne fut jamais signée

-Il y a 20 ans la crise d'Oka: ce qu'une photo ne fait pas voir

-20e anniversaire de la crise d'OkaUne cicatrice qui n'est pas guérie

-20 ans après la crise d’Oka - Les plaies sont toujours vives

-20 ans après la Crise d'Oka
Appel au rapprochement d'une députée du Bloc

-Crise d'Oka: le vide juridique persiste, 20 ans plus tard

-Kanesatake Les millions dépensés n'ont pas tout réglé-Marche à Oka et Kanehsatake pour le 20ième anniversaire de la crise

-Debout après la folie

à lire dans Forum "Actualité

http://lebatondeparole.e-monsite.com/forum-lire-265585.html

 

Crise d'Oka, 20 ans plus tard: «vedettes» discrètes

27/09/2010 à 06:42

http://lebatondeparole.e-monsite.com/forum-lire-285712.html

Crise d'Oka : la pinède s'enflamme Dossier des Archives de Radio-Canada

 Dossier très complet sur la crise d'Oka , de nombreuses vidéos à voir sans faute

May