Origine des amérindiens

Origine des amérindiens

 

Le détroit de Béring : Arrivée des Amérindiens ?

 

On lit souvent que "Il y a des temps immémoriaux, un peuple d'Asie du Nord traversait par le détroit de Béring à leur insu en suivant le gibier. Pendant cette époque glaciaire, l'océan avait considérablement baissé et avait ainsi libéré un passage entre l'Amérique du Nord (l'Alaska) et l'Asie septentrionale (presqu’île de Tchouktches )...

 

C'est effectivement la position officielle des ethnologues bien qu'elle commence sérieusement à être remise en cause par des découvertes archéologiques récentes...notamment des pointes de flèches, des études Adn etc...

 

Pour ma part, je suis intimement persuadé que les amérindiens du nord jusqu'à la terre de feu ont des origines très diverses et que si les chasseurs Algonquins puis plus récemment  les Inuits sont bien venus par le détroit de Béring, (c'est écrit sur les rouleaux du "Walam olum" des Lenni-Lenapes considérés comme une race mère des Algonquins) ce n'est pas le cas de tous les indiens d'Amérique... les anciens peuples voyagaient et naviguaient beaucoup plus qu'on le pense...et leurs traditions mentionnent des origines différentes. Reste à rassembler des preuves suffisantes et crédibles... mais je pense que bientôt ce fait sera établi et reconnu progressivement 

Car la science n'aime pas se tromper...  

 

Blek

Bleck je suppose que tu parles de l'article paru en 2002 au sujet du peuplement d'Amérique, cet article parle du Mexique

À lire

http://www.vivamexico.info/Index1/Peuplement.html

 

Il existe un autre article

Les mystérieuses origines des premiers Amérindiens
Trente-trois crânes donnent du poids à une hypothèse de plus en plus solide: l'origine des premiers habitants des Amériques est plus diversifiée qu'on ne le croit.

L'hypothèse classique est connue: ils seraient arrivés d'Asie, ayant traversé à pied le détroit de Béring entre la Sibérie et l'Alaska, il y a 12 à 13 000 ans. A cette époque où s'achevait la dernière ère glaciaire, le détroit était recouvert de glace, ce qui permettait un tel passage. De cette vague d'immigration, et de deux autres qui ont suivi, descendraient tous les Amérindiens.

Cette hypothèse a toutefois été ébranlée au cours des dernières années. Après deux décennies de débat, les experts ont fini par s'entendre, en 2000, sur un âge pour le site de Monte Verde, au Chili: 12 500 ans. Il devenait dès lors difficile d'imaginer que les premiers arrivants, il y a 12 ou 13 000 ans, se soient précipités de l'Alaska jusqu'au Chili en seulement quelques générations. Il fallait donc qu'avant cette première vague d'immigration, il y en ait eu une autre, plus ancienne, et là-dessus, les experts en glaciation étaient formels: pour trouver un moment où le passage par le détroit de Béring n'était pas bloqué par les glaciers, il fallait remonter jusqu'à 25 000 ans.

Cette possibilité n'a pas été rejetée par les archéologues mais, rétorquaient-ils, on n'a rien pour l'appuyer: si des Amérindiens sont présents sur ce nouveau continent depuis 25 000 ans, pourquoi les traces les plus anciennes sont-elles systématiquement vieilles de 10 ou 12 000 ans?

Les 33 crânes dont il est question ici, qui ont été extraits de différents musées, ont été analysés et comparés avec ceux d'anciens Amérindiens. Ils proviennent du Mexique, dans la péninsule de Basse-Californie; ils ne résolvent pas l'énigme de l'absence d'artefacts de plus de 12 000 ans, puisqu'ils ne sont vieux que de quelques siècles ou quelques millénaires. Mais ils apportent du poids à l'hypothèse d'une immigration plus diversifiée. Parce que ces crânes ont tous des caractéristiques communes, qui les distinguent des crânes de la plupart de leurs contemporains: de l'avis de l'équipe qui publie ces résultats dans la dernière édition de la revue britannique Nature, ce sont des crânes typiques non pas des populations du Nord-est de l'Asie (desquelles descendent les Amérindiens), mais des populations d'Asie du Sud.

Des archéologues sont d'ores et déjà convaincus qu'il y a eu plusieurs vagues d'immigration; ils s'appuient en cela sur des découvertes récentes qui suggèrent l'existence de populations diverses, chacune avec son mode de vie et sa technologie: certaines semblent par exemple dépendre davantage de la cueillette que de la chasse à grande échelle. Mais les artefacts de ces époques lointaines sont si épars que ces archéologues ne peuvent avancer de preuve déterminante.

Ces crânes vont-ils constituer un tournant? En tout cas, ils suggèrent deux filiations: l'une, partagée par la plupart des Amérindiens actuels avec les peuples du Nord-est de l'Asie et de la Mongolie; l'autre, partagée par les peuples d'Asie du Sud, de l'Australie... et par ces 33 crânes. De là à dire que certains des premiers Amérindiens, les plus anciens d'entre eux, seraient arrivés par le Pacifique, il n'y a qu'un pas, que les plus rêveurs se sont déjà empressés de franchir...

Une des possibilités, évoquée par Rolando Gonzalez-José de l'Université de Barcelone (Espagne) et ses collègues mexicains et espagnols, est qu'après l'ère glaciaire, ces "Paléo américains" de la Basse-Californie, isolés géographiquement par l'aridité accrue de leur coin du monde, auraient été, au fil des millénaires suivants, progressivement supplantés par les nouveaux arrivants -les ancêtres directs des Amérindiens d'aujourd'hui.


http://www.sciencepresse.qc.ca/archives/2003/man080903.html

 

Ceci est la théorie du détroit de Béring qui concerne le Québec

 

L’histoire du Québec commence il y a environ 20 000 ans, lorsque des envahisseurs sont arrivés en Amérique. C’est à la recherche de nouveaux territoires de chasse, ou encore en fuite devant des ennemis trop puissants, qu’ils se sont retrouvés chez nous.
Comment ? Et bien trois théories ont été émises à ce sujet :

1) Par le détroit de Béring, qui sépare l’Asie et l’Amérique de quelques kilomètres.
2) De la Polynésie, en suivant les courants marins, en radeau.
1) Par l’archipel des Aléoutiennes

Ils se sont ensuite installés un peu partout sur le territoire, et on distinguait, à cette époque, cinq peuples différents :

Indiens : Erreur de Christophe Colomb qui se croyait en Inde
Peaux-rouges : Surnom à cause de leur épiderme brun jaunâtre
Précolombiens : Seulement de l’Amérique Centrale et du Sud (Inca, Maya, etc.)
Amérindiens : Correction de l’erreur de C. Colomb, seulement en Amérique du Nord
Inuits : Peuple très différent (culture, langue..), vivant à l’extrême Nord.

Ce sont les Amérindiens qui nous intéressent, dans le cas présent.

 

L'arrivée des premiers immigrants en Amérique du Nord remonterait à plus de 20 000 ans. Vers 18 000 ans avant Jésus-Christ, des groupes de chasseurs nomades provenant de l'Asie s'aventurent dans le continent à la recherche de troupeaux de caribous, de bisons et de mammouths. Ils pénètrent dans le territoire en passant de la Sibérie à l'Alaska, par le détroit de Béring. À ce moment, le niveau de la mer était très bas, asséchant le détroit qui constitue une plaine d'environ 1 000 kilomètres de largeur, sur laquelle se forment des glaciers, permettant ainsi le passage entre les deux continents. Aux alentours de 8 000 ans av. J.-C., ces glaciers reculent, et la voie d'accès est recouverte d'eau. Les Amérindiens se voient ainsi coupés de leur continent d'origine.
Dans un premier temps, ces chasseurs sont confinés à l'Alaska et au Yukon par d'immenses glaciers. Ce n'est qu'à la fonte de ceux-ci que les autochtones peuvent accéder, vers 13 000 ans av. J.-C., au territoire actuel des États-Unis. Cinq mille ans plus tard, les Amérindiens touchent pour la première fois le territoire québécois. En même temps, de nouveaux immigrants d'origines asiatiques arrivent dans le nord de l'Amérique. Ce sont les Inuit. Ces nomades, qui vivent de pêche et de chasse, s'établissent dans l'extrême Nord. Certaines communautés inuit atteindront, en 1 500 av. J.-C., les environs de la baie d'Hudson et de la baie d'Ungava au Québec.

Les différentes migrations des tribus autochtones dispersent celles-ci sur le territoire nord-américain. Les populations développent une culture distincte qui est adaptée à l'environnement qu'elles habitent. Les outils et les moyens de transport, comme les traîneaux à chiens, les raquettes et les canots d'écorce, qu'utilisent les Amérindiens diffèrent également d'un endroit à l'autre selon les conditions climatiques ambiantes.

http://cyberligne.histori.ca/cyberligne/htmfr/1_1.htm

 

Mais jusqu'à maintenant il y avait des discussions surtout sur les dates

Les historiens admettent communément que le peuplement du continent américain a commencé vers -30000 à -12000 ans avant J.-C. Les dates restent très imprécises car elles dépendent de données climatologiques et non sur des vestiges humains. Ces hommes sont des chasseurs-cueilleurs venant d'Asie qui profitèrent involontairement d'un radoucissement général du climat. Les glaciers remontant plus au nord, un large passage se libéra entre la Sibérie et l'Alaska : le fameux détroit de Béring pouvait être traversé à pied. On suppose que les hommes qui empruntèrent ce passage poursuivaient le gibier qu'ils chassaient comme le bison ou le mammouth. Cependant, ce corridor de près de 1500 km de large se referma assez rapidement, laissant ces premiers américains seuls à leur destin. On constate que très vite ils se dirigent vers le sud; par curiosité ou sous la pression démographique, les deux sans doute. Les hommes ont toujours tenté d'élargir leurs horizons, ceux poursuivant le gibier, et dépendant d'eux, ou ceux cherchant le paradis décrit par tant de mythes ancestraux. Mobiles et sûrement peu nombreux sur cet immense territoire qui s'ouvrait à eux, ils n'ont pas laissé de traces très exploitables pour les archéologues. Ils gardent donc leurs mystères même s'il ne fait guère de doutes qu'ils sont les descendants des Asiatiques des steppes immenses de Sibérie. Les premières traces de présence humaine découvertes au Mexique sont essentiellement des sépultures contenant quelques pièces de poterie et de pierres semi-précieuses. Les rares squelettes retrouvés, notamment au Mexique, révèlent des hommes aux traits physiques nettement mongoloïdes (yeux en amande, visage rond, lèvres charnues, cheveux sombres et raides...). Mais l'histoire est une science et, comme pour toutes les vraies sciences, rien n'est jamais certain.

 

Et c'est vrai que l'on se pose des questions

De nouvelles découvertes archéologiques viennent contredire cette version admise depuis plus d'un siècle. Le peuplement du continent serait plus ancien. On soupçonne les hommes d'avoir construit des bateaux dès -50000 ans car le peuplement de l'Australie remonte à cette période et l'on sait que c'était déjà une île. La découverte de vestiges de bateaux un peu partout dans le monde, et dont les plus anciens sont datés de -15000 ans, attestent de l'existence de déplacements maritimes voire de migrations de populations bien avant la date supposée du franchissement du détroit de Béring, à pied. Les voyages à travers les océans étaient donc possibles, et pas seulement sur la Méditerranée comme on le pensait auparavant. Pendant cette période, les océans Atlantique et Pacifique étaient moins vastes qu'aujourd'hui et une traversée était possible, même sur une petite embarcation. On se rappelle les exploits d'Alain Bombard, du norvégien Thor Heyerdhal (qui, avec on navire de fortune, le "Kon-Tiki", relia en 1947 la Pérou aux îles du Pacifique, et notamment l'île de Pâques, et prouva ainsi que les Indiens aurait pu être à l'origine du peuplement de ces îles)) ou de Gérard d'Aboville. Oui, cela est possible, même avec des moyens de fortune. Mais alors, qui seraient ces Premiers Américains ?
http://www.vivamexico.info/Index1/Peuplement.html

Je vous conseille de lire ces différents articles

 

LA « NOUVELLE » PRÉHISTOIRE AMÉRICAINE
ET LES REVENDICATIONS AUTOCHTONES

http://www.quebecoislibre.org/001209-3.htm
 

 

Encore une hypothèse sur les premiers Américains
http://www.sciencepresse.qc.ca/archives/cap2211999.html

 

 

$

 

 

 La théorie du détroit de Béring
http://membres.lycos.fr/claireber/IC.htm

 

Vous constaterez que le problème est loin d'être résolu et qu'il y aura encore de nombreux débats