Whapmagoostui (« rivière du beluga »)

Whapmagoostui (« rivière du beluga ») est le plus nordique des villages cris du Québec. Il est situé à l'embouchure de la Grande rivière de la Baleine, tributaire de la Baie d'Hudson Bay. Le village a une population de quelque 720 personnes alors que le village inuit voisin de Kuujjuarapik compte environ 525 personnes. Whapmagoostui demeure la seule communauté crie sans voie d'accès terrestre.

Vue du campement d'été traditionnel sur la rive sud de la rivière Grande-Baleine. En arrière-plan, le village de Whapmagoostui.

Traditionnellement, les Cris du nord se rendaient aux embouchures de la Grande et de la Petite rivière de la Baleine durant l'été pour y chasser le béluga, commercer et socialiser. Ils chassaient le béluga pour sa viande et son huile qu'ils rapportaient à l'intérieur des terres pour varier leur régime alimentaire hivernal composé de caribou et de poisson. Au début du 19e siècle, les commerçants de fourrures avaient de la difficulté à convaincre les Cris du nord de trapper les animaux à fourrures, le caribou semblant satisfaire la plupart de leurs besoins. La Compagnie de la Baie d'Hudson a établi et maintenu un poste de traite à la Grande rivière de la Baleine de 1813 à 1816, puis de 1856 à 1869 dans le but d'y faire la chasse commerciale intensive au béluga; un poste permanent fut ensuite établi en 1878. L'Église anglicane a assuré une présence régulière sur la côte sud-est de la Baie d'Hudson à compter de 1876. La fin du 19e siècle a vu l'arrivée d'un nombre relativement important de chasseurs inuit.

Pour les gens de Whapmagoostui, les premières décennies du 20e siècle ont été marquées par des périodes de famine et des épidémies d'une rare intensité, particulièrement quand survint la pénurie de caribous dont dépendait en grande partie leur subsistance. Jusqu'à 1950, Whapmagoostui est demeuré principalement un campement d'été, où les gens allaient pour commercer, socialiser et recevoir l'instruction religieuse des missionnaires.

« Durant les mois d'hiver, les Cris étaient dispersés en petits groupes à l'intérieur des terres. Un établissement permanent vit le jour en 1955 avec la construction de la Ligne de défense aérienne Mid-Canada. Cette base militaire ferma ses portes en 1964.

« La première école fut ouverte en 1958. Vingt ans plus tard, les Cris de Whapmagoostui établirent leur propre école en vertu de la Convention de la Baie James et du Nord québécois.

« Les gens de Whapmagoostui possèdent aujourd'hui une station de radio, une patinoire intérieure et une garderie. La clinique médicale dessert à la fois les Cris et les Inuit. Parmi les entreprises privées, on retrouve un service de taxi, une épicerie, un service d'expert-conseil en gestion des affaires et un atelier de réparation de petits moteurs.

« L'utilisation traditionnelle des terres demeure une composante essentielle du mode de subsistance des Cris de Whapmagoostui. Environ 85% de la population quitte le village au printemps pour les camps de chasse à l'oie; de plus, entre 25 et 30 familles passent la plus grande partie de l'année dans leurs camps à l'intérieur des terres. Les valeurs culturelles enseignées par nos aînés demeurent la finalité première de notre existence. » 1

Aujourd'hui, le site du campement traditionnel sur la rive sud de la rivière est utilisé pour tenir des activités communautaires, et plus particulièrement le rassemblement traditionnel qui a lieu chaque été.

Pour vous renseigner sur les programmes et les activités culturels, veuillez communiquer avec :

Elizabeth Dick
Coordonnatrice culturelle
Première nation de Whapmagoostui
Whapmagoostui, Qc
http://www.creeculture.ca/f/land_people/whapmagoostui.html