Australie : les Gagudju,paroles d'aborigènes

Le nom "Kakadu" dérive d'une langue de la région des terres inondables appelée "Gagudju" la langue principale parlée dans le nord du parc sont le Gun-djeihmi, le Mayali, le Kunwinjku et le Jawoyn. Les langues Aborigènes de Kakadu font partie intégrante des terres traditionnelles et de la culture qui sont les fondations de l'un des plus beaux parcs nationaux du monde.
Kakadu couvre presque 20.000 km2 de la région des fleuves Alligators dans le nord tropical de l'Australie.Kakadu est unique parce que le bassin d'écoulement d'un grand fleuve (la South Alligator River) s'étend presque entièrement à l'intérieur des limites du parc national.
On peut y trouver la plupart des types d'habitats du Top End (le nom de la région du Territoire du Nord signifie littéralement le bout d'en haut) de l'Australie. De ce choix d'habitats jaillit une abondance et une variété remarquables de plantes et d'animaux. Beaucoup sont rares où uniques des espèces inconnues de la science continuent à être découvertes.


 
• L'UNESCO a dressé une liste des endroits qui sont jugés être d'une valeur universelle remarquable. Kakadu a ceci de peut commun qu'il qualifie pour être inscrit sur la liste du Patrimoine Mondial aussi bien pour ses valeurs naturelles que pour ses valeurs culturelles.

 

 LE PATRIMOINE CULTUREL.

Une grande partie de Kakadu appartient à des Aborigènes qui maintiennent des liens personnels et culturels profonds avec les terres traditionnelles.
A Kakadu vous pourrez visiter des sites archéologiques et d'art rupestre utilisés par des Aborigènes depuis des milliers de générations. Ces sites reflètent la richesse de la culture aborigène et les changements subis par l'environnement depuis les premières générations.
 
Vous avez le privilège de pouvoir apprécier et découvrir cet endroit spécial qu'est Kakadu, mais il faut aussi en prendre soin. Des milliers de gens visitent le parc chaque année. Pour immiscer cet impact et protéger le caractère fragile de Kakadu, souvenez-vous de ces quelques conseils:
* Evitez d'endommager les peintures rupestre en les touchant ou en les frottant accidentellement.
* Les armes à feu, pièges et éperviers ne sont permis dans le parc.
* Les feus de brousses sont destructeurs, n'allumez des feux que dans les endroits prévus à cet effets.
* Les animaux familiers sont interdits.
* Plantes et animaux sont protégés. Veuillez ne pas nourrir les bêtes.
* Pour votre propre sécurité, conduisez avec prudence et restez sur les routes et les parkings.
* Respectez la propreté du parc en jetant vos ordures dans les poubelles ou en les emportant avec vous. N'oublier pas que les mégots de cigarettes et les mouchoirs en papier sont aussi des détritus.
* Aidez à stopper la propagation de l'herbe nuisible Salvinia Molesta.
* Vérifiez toujours vos véhicules, bateaux, remorques et équipements de pêche lorsque vous quittez les cours d'eau.
* N'entrez pas dans les endroits qui sont en quarantaine. Si vous découvrez cette mauvaise herbe dans des endroits non infestés, signalez-le immédiatement.
Le règlement qui gouverne les activités du parc peut être appliqué selon la loi des parcs nationaux et de la conservation de la faune (1975).
La plupart des visiteurs préfèrent la saison "sèche" (de mai à septembre) quand l'humidité et les températures sont les plus basses: la moyenne maximale est 30°C et la moyenne pendant la nuit est de 17°C.
Pendant la saison des pluies, ou saison "verte" (de novembre à mars).
La combinaison de l'humidité et des températures élevées peut rendre la visite moins agréable. Néanmoins, si vous tolérez la chaleur, c'est un moment particulièrement beau pour visiter le parc, même si certaines zones sont fermées à cause des inondations de la saison des pluies.
Quelques visiteurs ne tolèrent pas facilement " l'accumulation" (buildup) en octobre, qui précède généralement la saison des pluies.

Eloigné des routes touristiques principales, l'escarpement de grès majestueux et mystérieux du plateau des Terres d'Amhem (Amhem Land) domine un "océan" boisé.

Des ravins donnent de l'ombre à des zones de forêts tropicales. Ailleurs sur le plateau, la couche de terre peu épaisse supporte des colonies d'arbustes et d'herbes qui ressemblent à ceux de l'intérieur aride de l'Australie.


Les fortes pluies d'hivernage ne restent pas longtemps sur les surfaces rocheuses nues du plateau. Des ruisseaux coulent de l'escarpement pour former éventuellement les trois Alligator Rivers qui arrosent les vastes marécages du nord. Des torrents impressionnants disparaissent ou se réduisent à un filet d'eau pendant la saison sèche alors que, à la base de l'escarpement, des trous d'eau et billabongs (mot aborigène signifiant "rivière morte") persistent. 
 

LE  PLATEAU
 

————————————

Rainforest des zones éparpillées de forêts de mousses s'agrippent aux gorges et aux pentes ombragées de l'escarpement. Il y a toute une variété d'arbres, de lianes, d'épiphytes, de mousses, de lichens, de fougères et d'orchidées.

Ici la permanence de l'eau permet une plus grande variété de plantes et d'animaux que dans les forêts des mousses des terres plus basses et de la côte.

 

LES  FORÊTS TR OPICALES

 
————————————

A première vue les bois peuvent paraître ordinaires et monotones. En fait, ils abritent une grande abondance et variété de plantes et d'animaux qu'aucun autre habitat du parc. Nombreux sont les animaux des terres inondables qui dépendent aussi des bois pour se nourrir et s'abriter.
Kakadu protège l'une des dernières vastes régions boisées

 
                                                     

 

Le saviez-vous :

 

Le 30 avril 2000, une aborigène franchit une ligne, c'est à Sydney, c'est la ligne d'arrivée de la finale du 400 m des jeux olympiques, l'émotion intense durant un instant bousculeras tout. (Médaille d'or  au 4x100m)

Cathy Freeman ouvre une brèche...

 

Lire l'article

http://tecfa.unige.ch/tecfa/teaching/UVLibre/0001/bin40/actualite.htm